La photographie, relais de l'émotion au jardin ?

Publié le 15 Avril 2019

Dans les massifs ça chuchotait fort et de toute part, une agitation bien compréhensible car le jardin accueillait ce jour là Philippe Perdereau, célèbre photographe des jardins. Il en a été de même pour nous quand nous avons appris sa venue il y a quelques jours. Les 24 heures que nous avons passées ensemble nous ont permis de découvrir un homme de talent et d'une grande érudition. Il est aussi quelqu'un de généreux et Mme Duojardin qui se passionne pour la photo a pu profiter des enseignements du maître. Lorsqu'il nous a montré quelques photos qu'il avait fait du jardin nous avons été impressionnés du résultat et peut-être un jour les découvrirez-vous. Pour nous, une belle rencontre humaine et chaleureuse qui nous incite a être encore plus sensibles à l'esthétisme et à la création d'ambiances.

La photographie, relais de l'émotion au jardin ?

Nos deux cerisiers ont revêtu leur tenue d'apparat pour accompagner les dernières floraisons des narcisses.

La photographie, relais de l'émotion au jardin ?

Dans l'espace japonisant, les acers étirent tout en délicatesse leurs premières feuilles colorées.

La photographie, relais de l'émotion au jardin ?

Les topiaires de loniceras et de buis se remettent lentement de la sécheresse automnale. Pour l'instant la pyrale nous a oubliés.

La photographie, relais de l'émotion au jardin ?

Un passage particulièrement parfumé en ce moment par la présence du viburnum carlcephalum tandis que le rosa chinensis commence sa floraison.

La photographie, relais de l'émotion au jardin ?

Après les prunus, c'est la floraison des malus qui commencent et toujours aussi luxuriante celle du malus Everest.

La photographie, relais de l'émotion au jardin ?

Plus discrète au cours de la saison, c'est au printemps qu'elle se révèle, la symphoricarpos chenaultii Brain de soleil.

La photographie, relais de l'émotion au jardin ?

Explosives au printemps, les heuchères Caramel donnent en ce moment le meilleur d'elles-mêmes.

La photographie, relais de l'émotion au jardin ?

Après une dizaine d'années passées en pot et la plupart du temps délaissé, notre exachorda The Bride savoure la liberté.

La photographie, relais de l'émotion au jardin ?

On les aime les berbéris et comment ne pas succomber sous le duo de choc Admiration et Orange Rocket.

La photographie, relais de l'émotion au jardin ?

Comment réanimer un coin d'ombre sèche ? Il suffit de récupérer dans son couloir des aspidistras poussiéreuses et délaissées et de les lâcher dans le massif en question. Un petit peu d'arrosage et la luxuriance apparaît soudainement. Nous avons découvert sur un site japonais que les aspidistras pouvaient supporter des gelées jusqu'à moins 10°. Nous avons fait l'expérience à moins 2° et ça fonctionne, elles n'ont pas bronché.

La photographie, relais de l'émotion au jardin ?

Petit coup de coeur printanier pour l'iris tectorum variegata qui a été long à s'installer mais à la floraison si gracile. Après information donnée par Martine du jardin d'En Galinou, il s'agit en fait de l'iris japonica variegata, on la remercie pour cet éclairage.

La photographie, relais de l'émotion au jardin ?

Relooking du coin compost, résultat d'un vif débat entre le Duo jardinier, avec la mise en place d'un mur de rondins.

La photographie, relais de l'émotion au jardin ?

Enfin l'arrivée d'une création florale qui pour nous symbolise l'amitié d'amis jardiniers. Il nous reste à trouver une belle touffe de carex buchananii ou d'elymus pour la mettre en scène.

La photographie, relais de l'émotion au jardin ?

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Vos photos sont juste magnifique ! On sent qu'il y a eu de la passion pour créer ce jardin.
Répondre
M
La différence entre un très bon photographe qui sait capter les émotions et sublime ce que son œil voit et celui qui ne reproduit que la plate réalité. Bref, ce qui fait qu’il est un artiste, tel un peintre.
Répondre
D
Jolie formule !
V
Votre jardin est tout simplement merveilleux! Félicitations!
Répondre
D
Merci pour ce beau compliment.
J
Quelle honneur de recevoir ce grand photographe, j'ai hâte de voir ses photos de votre paradis. Les coins flamboyants du jardin avec heuchères et berberis sont superbes. Mes berberis sont trop éparpillés pour donner de l'effet alors que le fait de les regrouper ensemble donne une scène splendide. Les heuchères sont-elles au soleil ou à la mi-ombre ? Merci le Duo pour cette belle promenade. Bises et bon week-end de Pâques
Répondre
D
Un beau moment pour nous que cette rencontre.<br /> Une partie des heuchères est à mi-ombre et l'autre est au soleil.<br /> Merci de ce gentil passage.<br /> Bises et beau dimanche à tous les 2.
M
Votre jardin mériterait un livre et j'espère que cela se fera un jour. J'imagine bien vos échanges avec ce Mr Perdereau qui a dû se régaler tant votre jardin resplendit avec ce printemps. Votre laurier tin taillé en nuages me semble moins volumineux ? Mr Duo lui aurait-il taillé quelques branches ?Belle semaine à vous deux.
Répondre
D
Une belle rencontre et beaucoup d'échanges avec ce généreux érudit des jardins.<br /> Bien vu Monique pour le laurier tin, en fait nous avons été confrontés au problème que rencontre les vieux lauriers tin, à savoir le dessèchement rapide de branches, l'intervention n'était pas volontaire. On va dire que cela ouvre le massif.<br /> Bises et elle fin de semaine.
P
Des massifs très harmonieux avec un somptueux mélange de caducs et de persistants.
Répondre
D
On utilise beaucoup les persistants pour leur présence hivernale et le contraste qu'ils apportent en été.<br /> Merci pour votre gentil passage.
F
Comme il est joli le jardin avec les couleurs qui lui montent aux feuilles. Il mérite tous ces regards attentionnés, les vôtres, les nôtres, ceux de P. Perdereau. Bises
Répondre
D
Au plaisir de partager cela avec toi.
F
merci pour ces Merveilleux moments, il semble bien que la fibre du jardin soit de plus en plus présente chez vous et j'admire le développement intellectuel que vous donner a jardin ,rien de mieux qu'une passion pour bien vivre. Soyez heureux, bon on ne peux pas éviter quelques discutions avec nos hommes
Répondre
D
On a tous des sensibilités différentes ce qui fait que les jardins sont différents et c'est là tout l'intérêt du partage dans la diversité et dans le débat d'idées.<br /> Bises à tous les 2 et à bientôt.
M
Quel beau printemps, ça explose de partout. Je ne connaissais pas ces iris dans leur forme variegata. Mais ce sont des iris japonica, pas tectorum, je les aime beaucoup avec leurs feuilles persistantes.
Répondre
D
On aimerait bien savoir la différence entre les deux variétés d'iris, nous n'avons pas trouvé d'infos sur internet.<br /> Beau printemps à vous.
M
Magnifiques paysages que le photographe va encore sublimer...<br /> L'Iris tectorum végète dans notre terre lourde depuis des années, comment avez-vous réussi à la multiplier ainsi ???<br /> Pour l'aspidistra, j'y avais pensé aussi, bon la mienne n'est pas trop poussiéreuse car je la sors quand il pleut. ;-))<br /> Bises
Répondre
D
L'iris tectorum a besoin de terres lourdes l'hiver et asséchées l'été. Chez nous il est dans la glaise marneuse où rien ne poussait.<br /> Si tu veux participer à la libération des aspidistra, lâche là dans ton jardin ... Tu nous raconteras.<br /> Bises à tous les 2 et belle fin de semaine.
N
J'aime tant ces moments que tu nous offres, merci... Ce photographe met encore plus en valeur ton jardin, j'en suis ûre .. J'aime tant la photographie .. j'aimerai encore apprendre encore mieux
Répondre
D
Les quelques photos que Philippe Perdereau nous a montré sont particulièrement saisissante, il va falloir que Mme Duojardin s'accroche, ce qu'elle va faire. Photo et jardin sont complémentaires.
M
Délices de printemps!
Répondre
D
Un des meilleurs moments au jardin, on voudrait qu'il dure.