Publié le 23 Février 2014

L'on dit qu'une coccinelle ne fait pas le printemps et pourtant il flottait en ce dimanche un air de renouveau dans le jardin.

Une journée particulière

Même l'abeille charpentière quelque peu engourdie en a profité pour faire son premier vol.

Une journée particulière

Beaucoup plus timides les crocus cream beauty dont nous avions planté un cent dans l'allée du tsunami, apparaissent à chacun leur tour. Pour l'effet de masse on attendra l'année prochaine. Mais une fois de plus on ne peut s'empêcher de soupçonner les lapins !

Une journée particulière

Comme un défilé de carnaval, la coulée de jonquilles dans le fossé nous annonce la fin de l'hiver.

Une journée particulière

Tel un fantôme dans le printemps, le prunus s'est enveloppé d'un voile de pétales roses pour notre plus grande surprise.

Une journée particulière

Dans les massifs les hellébores Candy Love s'en donnent à coeur joie tandis que nous poursuivons le travail de taille.

Une journée particulière

Le persicaria Red Dragon en profite pour jouer avec le soleil en contre jour, alors que les premières feuilles du kolkwitzia Maradco pointent sur le bois cérusé.

Une journée particulière

La douceur est propice à l'imagination et le phlomis en a fait les frais. Il est devenu sculptural le phlomis avec à ses pieds quelques touffes de carex oshimensis Evergold et une nouvelle variété de nadina, le Blush Pink Aka dont les nouvelles pousses sont roses au printemps.

Une journée particulière

On poursuit dans les micro scènes avec la plantation de thujas occ. Teddy et de carex Praire Fire au pied de l'hedera Erecta.

Une journée particulière

Une journée particulière en dehors de la ronde des saisons qui s'achève dans une rencontre entre hellébores et bruyères.

Une journée particulière

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost 0

Publié le 15 Février 2014

Nous nous étions donnés rendez-vous avec Françoise du blog du Jardin des Violettes à la porte ouverte des pépinières Ellebore et de l'Arbre Perché en Basse Normandie. Malgré un vent glacial, nous avons parcouru pendant plus de deux heures les allées de la pépinière à la recherche de la perle rare.

Une journée de petits bonheurs jardins

Françoise est bien sûr repartie avec des violettes et nous avec quelques vivaces et des bulbes.

Une journée de petits bonheurs jardins

La journée s'est poursuivie dans la bonne humeur du Jardin des Violettes.

En cette saison les hellébores y sont reines et nous y avons trouvé une belle association black and white entre perce-neige et ophiopogon nigrescens.

Une journée de petits bonheurs jardins

Depuis notre dernière visite, le jardin a encore beaucoup évolué non seulement parce que Françoise est une spécialiste du jardin en mouvement permanent mais aussi parce que le parti pris d'utiliser beaucoup plus de persistants structure plus rapidement le jardin.

Une journée de petits bonheurs jardins

Les miscanthus sur fond de collines du Perche y sont du plus bel effet.

Une journée de petits bonheurs jardins

Le soleil s'est même invité rendant les scènes printanières

Une journée de petits bonheurs jardins

et pleines de vie et de générosité à l'image de la jardinière.

Une journée de petits bonheurs jardins

Pour nous l'occasion de découvrir l'hebe ochracea James Sirling, hélàs trop fragile pour notre jardin.

Une journée de petits bonheurs jardins

Inlassablement la jardinière est à l'ouvrage et de nouveaux aménagements apparaissent au jardin sous l'oeil averti des soucis qui en ont oublié la saison.

Une journée de petits bonheurs jardins

Le jardin des Violettes c'est aussi un grand potager où les légumes se cultivent avec amour et c'est sans doute cela qui a donné un si bon goût à la salade du midi.

Une journée de petits bonheurs jardins

En limite de jardin, tel un mémorial du végétal, un alignement de frênes taillés depuis des décennies en têtards perpétue la tradition.

Une journée de petits bonheurs jardins

Merci Françoise et Jean de nous avoir encore une fois si gentiment fait partager votre passion et le plaisir que vous avez à vivre le jardin.

Nous étions comblés d'autant plus que cette journée nous a aussi permis de retrouver Hélène du blog Rouge Cabane  en séjour dans la région ce qui nous a valu un deuxième tour de jardin.

Nous repartons avec des souvenirs dans la tête mais aussi dans le coffre et bientôt des petits morceaux du jardin des Violettes grandiront dans le jardin des Vigneaux.

Une journée de petits bonheurs jardins

Et pour couronner le tout de cette belle journée, nous avons retrouvé le soir dans notre boîte aux lettres un courrier de David du blog Plaisir Jardin avec des petits sachets de graines. Quelle délicate attention et intention.

Elle est pas belle la vie dans le monde des jardins et des jardiniers ! 

Une journée de petits bonheurs jardins

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost 0

Publié le 8 Février 2014

C'est à Landaul, petit village du Morbihan que nous sommes allés en août à la rencontre du jardin de Trez-Bihan. Un lieu qui en 2000 n'était que ruine et friche et que les propriétaires amoureux de vieilles pierres et de jardins ont ressuscité en le marquant de leur empreinte.

Nous sommes chaleureusement accueillis dans la cour de la grande longère dont les murs austères sont réchauffés par les rouges et les vermillons des floraisons.

Au pays du granit, le jardin de Trez-Bihan

Les éléments comme le puits et l'auge nous rappellent à la mémoire du temps.

Au pays du granit, le jardin de Trez-Bihan

Le jardin s'ouvre sur la perspective d'une grande allée et invite à la promenade.

Au pays du granit, le jardin de Trez-Bihan

Les hydrangéas, Bretagne oblige, sont les premiers à nous saluer.

Au pays du granit, le jardin de Trez-Bihan

Passée la première porte, surprise nous nous retrouvons dans une ambiance florentine, presque baroque et animée par des jeux d'eau.

Au pays du granit, le jardin de Trez-Bihan

C'est à cette occasion que nous avons craqué pour ces picéa glauca conica et l'automne venu nous en avons planté au jardin.

Au pays du granit, le jardin de Trez-Bihan

L'ensemble crée un style atypique à la fois rustique et sophistiqué.

Au pays du granit, le jardin de Trez-Bihan

Nous voilà dans le verger enchanté où des rosiers grimpants écarlates enlacent des pommiers tiges comme un petit clin d'oeil au jardin d'Eden.

Au pays du granit, le jardin de Trez-Bihan

Nous y avons aimé l'opulence et la variété des feuillages ponctuées de floraisons discrétes mais éclatantes.

Au pays du granit, le jardin de Trez-Bihan

C'est un jardin qui fourmillent de cheminements et de structures, un jardin où l'on aime se perdre.

Au pays du granit, le jardin de Trez-Bihan

Nous y avons aussi aimé la mise en scène étagée des feuillages déclinés en gammes de couleurs.

Au pays du granit, le jardin de Trez-Bihan

Un dernier coup de coeur pour l'orme fastigié doré dont nous sommes toujours en quête.

Au pays du granit, le jardin de Trez-Bihan

Un jardin rafraichissant comme une fontaine bretonne d'où s'écoule la sérénité d'une passion.

Au pays du granit, le jardin de Trez-Bihan

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost 0

Publié le 6 Février 2014

Depuis plus de cent ans un arbre participait à la vie d'un village.

Un jour pourtant ce symbole d'éternité se retrouva sur le chemin d'un projet routier.

C'est alors que des hommes raisonnables décidèrent de déplacer l'arbre pour construire la route nécessaire.

Bulldozers et pelleteuses se mirent à l'ouvrage comme dans une danse de la vie.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Coups de coeur

Repost 0

Publié le 1 Février 2014

Petite digression autour de la consigne donnée par Marie-Claude du blog un p'tit coin de Nature sur la rétrospective de juillet.

Nous avons parcouru à la fois notre album juillet 2013 ainsi que le jardin en ce samedi plutôt bien ensoleillé pour retrouver des scènes avec six mois d'intervalle.

C'était en juillet, l'été qui avait bien eu du mal à montrer le bout de ses rayons avait soudainement explosé libérant d'un coup les floraisons et entre autre celles des hydrangéas.

La vague aux hydrangéas

La vague aux hydrangéas

Six mois plus tard, les inflorescences ont pris une teinte sépia comme sur les vieilles photographies monochromes. Le massif semble s'être figé dans le temps arrêté.

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

Juillet fait se décliner les gammes de verts et les formes se remplir.

Le massif du Levant

Le massif du Levant

L'hiver évide les pleins, asséche les structures et réchauffe la charmille qui ne perdra ses feuilles qu'au printemps.

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

En juillet les floraisons s'en donnent à coeur joie et se succèdent dans l'opulence.

Le massif de la table ronde

Le massif de la table ronde

Alors qu'en février le regard n'embrasse plus le paysage mais s'attache aux détails d'où l'intérêt de ponctuer avec des végétaux d'intérêt hivernal comme les hamamélis ou des conifères qui prennent des teintes dorées comme le charmant Sciadopitys verticillata.

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

En été les vivaces s'échappent des masses des persistants et animent les bordures.

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

En hiver elles ont disparu, cédant la place aux buis et aux bruyères qu'anime un soleil rasant.

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

Pour ce massif d'ombre en devenir, nous y avons installé pour l'été des hostas

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

et l'hiver des hellébores prennent le relais.

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

L'été les rosiers et quelques vivacent colorent la lande parmi les graminées et les bruyères. Nous avons choisi essentiellement des rosiers paysagers compacts sans rupture de floraisons.

La lande

La lande

En hiver, la lande par l'absence des floraisons, le désséchement des graminées et les silhouettes épineuses des rosiers se donne des airs de friche sauvage et vivante.

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

L'hiver nous fait découvrir un autre jardin, plus figé, plus sculptural où l'on s'arrête sur les détails comme une introspection.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost 0