Publié le 26 Octobre 2014

Dans son dernier billet, Maryse du blog au gré du jardin nous invitait à une marche contemplative en se laissant porter par la magie de l'automne et à ne faire rien d'autre que d'être au jardin.

Pour nous c'est une histoire qui commence au bout du jardin dans une haie en formation appelée à devenir l'allée des errants où des charmes seront travaillés en silhouettes énigmatiques. Etonnant mais la nature a devancé notre projet en dessinant au pied de chacun des charmes un rond de sorcières : du land art au naturel !

Quand Duo se pose

Ce que l'on aime au jardin c'est y cultiver des paysages parfois pour de petites scènes dans lesquelles plonge le regard comme dans ces bruyères et ces euphorbes éclaboussées de lumière qui se mêlent aux conifères.

Quand Duo se pose

Parfois c'est se sentir petit au milieu d'une allée sous les frondes de jeunes ormes Saporo Gold.

Quand Duo se pose

C'est promener le regard dans les massifs, l'attarder sur les formes et les couleurs et le lever sur les feuillages qui s'illuminent.

La clairière aux roses

La clairière aux roses

C'est découvrir de nouvelles nuances et de nouvelles lumières qu'apporte la chute des feuilles.

Le talus

Le talus

C'est voir le temps qui semble s'être arrêté sur des paysages avec des tons de photos vieillies.

Le massif de la fontaine

Le massif de la fontaine

C'est perdre pied dans les brumes des miscanthus.

Quand Duo se pose

C'est assister à la dernière parade quand les feuilles se font confettis et quand les roses dressent leurs ultimes boutons.

Quand Duo se pose

C'est poser un oeil attendri sur notre jardin bleu qui découvre là son premier automne.

Quand Duo se pose

C'est la surprise en voyant Bukavu qui trompé par le soleil se croit toujours en été.

Quand Duo se pose

Pour poursuivre ce moment de contemplation depuis la maison, rien de tel que des petites potées en violetttes et graminées.

Quand Duo se pose

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost 0

Publié le 18 Octobre 2014

Les massifs s'éclaircissent alors les idées jaillisent.

Le massif de la clairière aux roses est à son apogée en juin et juillet. 

Massif en apesanteur

Octobre arrive et met le feu dans les feuillages mais annonce aussi les dernières floraisons. Le massif fleuri s'essouffle. Partant du principe que la vie au jardin ne doit pas s'arrêter, comment faire perdurer le spectacle ? Dans le massif de la clairière aux roses, il y a bien quelques boules de persistants via les buis, les ifs et un abelia Francis Mason. Mais ce petit monde persistant est encore bien jeune et ne suffit pas à rythmer les lieux. Pour redonner une dynamique et du relief il fallait de la structure en hauteur. Le choix s'est porté sur des ligustrums jonandrum taillés en boule et en demi-tige.

Massif en apesanteur

Ils vont se plaire chez nous car ils adorent être chatouillés par la cisaille et ils ont une pousse vigoureuse, on devrait s'entendre.

Massif en apesanteur

Le seul petit bémol serait un hiver particulièrement rigoureux car ils sont annoncés pour moins 13°, on tentera des protections.

Massif en apesanteur

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Notre démarche

Repost 0

Publié le 11 Octobre 2014

Dans chaque pierre il y a un instant d'éternité. Parfois maudite par le jardinier lorsqu'elle l'empêche de planter, il se plaît parfois à l'accueillir dans son jardin comme un ancrage du temps.

Les pierres au jardin ont une histoire. Celles qui marquent l'allée du massif austral constituaient autrefois le pavage d'une étable, combien de générations de vaches y sont passées pour les polir ainsi de leurs sabots ?

La permanence au jardin

Quoi de plus charmant que quelques marches de pierres moussues et lêchées par une frise de lierre. Un souvenir de trente ans déjà que nous avons réalisé pour faire se rejoindre deux parties du jardin.

La permanence au jardin

Gardée par deux heuchères, une pierre venue d'Ecosse se tapit dans un coin. Une pierre offerte à un Noël et qui fut prétexte à la réalisation d'un micro paysage.

La permanence au jardin

Le père Noël Ecossais a encore récidivé et cette fois là la pierre avait été travaillée et sert d'abreuvoir aux oiseaux.

La permanence au jardin

Jamais deux sans trois, encore un morceau d'Ecosse qui trône fièrement dans le massif de la fontaine.

La permanence au jardin

Devant l'entrée de la maison, il y a ce bloc d'ardoise qui était déjà là avant notre arrivée. Combien de fois nous y sommes nous assis face au soleil ?

La permanence au jardin

Devant la maison, il y a aussi cette petite auge de pierre et les oiseaux l'adorent.

La permanence au jardin

Encore une réalisation maison, un muret de pierre séche assailli par les géranuims et les gauras.

La permanence au jardin

Il y a un architecte qui disait qu'il y a deux moments importants dans la vie d'un bâtiment : le premier, c'est le jour où sa construction est achevée et le second, c'est quand le lierre atteint le faitage.

Pour nous pierre et lierre sont intimement liés et participent à la notion de permanence des lieux faisant que ce qui est semble avoir toujours été.

Il n'empêche que le lierre demande beaucoup d'attention et qu'il faut régulièrement calmer ses ardeurs !

La permanence au jardin

Ou le circonscrire sur un territoire bien déterminé.

Face au végétal qui varie sans cesse avec le temps, la pierre a cette constance rassurante et apaise le jardin.

La permanence au jardin

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Notre démarche

Repost 0

Publié le 5 Octobre 2014

Petite balade dans le jardin ce matin après les 4 mm d'eau de la veille. Enfin elle est tombée, on n'y croyait plus mais pas question de travailler la terre pour autant. Nous voilà partis en quête des jaunes au jardin et sur les traces de Marie-Claude du blog Un p'tit coin de nature qui nous propose ce regard.

Le jaune est une couleur à résonnances multiples. Parfois il est maudit dans le jardin quand il est porté par les pissenlits et les boutons d'or et parfois il se fait précieux quand il colore les pétales du rosier Graham Thomas. C'est un de nos premiers rosiers au jardin qui depuis plus de vingt ans fait couler de l'or à chacune de ses floraisons.

A la poursuite du jaune

Le jaune peut se faire simple et mystérieux à la fois comme un clin d'oiel de Suzanne.

Thunbergia alata

Thunbergia alata

Précieux à en être un tantinet ridicule, le dahlia Roi Soleil joue les astres dans le massif.

A la poursuite du jaune

Le jaune peut se faire aussi nuance dans le coeur et dans les pétales des sauvageonnes sédentarisées.

A la poursuite du jaune

Et puis il y a les jaunes qui nous font lever les yeux comme la clématite Tiara.

A la poursuite du jaune

Mais le jaune n'est pas le privilège des fleurs, quand il rencontre les feuillages, il se fait source de lumière.

A la poursuite du jaune

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #En couleur

Repost 0