Publié le 27 Décembre 2014

Janvier, le jardin comme une épure, une esquisse que tracent les ramures.

Un an de doux moments en douze instants

Février, premières émotions colorées d'un prunus en émoi.

Un an de doux moments en douze instants

Mars, les verts acidulés accompagnent le fleurissement printanier.

Un an de doux moments en douze instants

Avril, la neige cette année n'aura recouvert que les viburnums.

Un an de doux moments en douze instants

Mai, la nature tranquillement plante le décor.

Un an de doux moments en douze instants

Juin, il règne comme un air de fête dans le jardin.

Un an de doux moments en douze instants

Juillet, la fête bat son plein.

Un an de doux moments en douze instants

Août, il apparaît le clos rosiers-graminées que nous avions rêvé.

Un an de doux moments en douze instants

Septembre, comme des confettis après la grande parade fleurissent les cyclamens.

Un an de doux moments en douze instants

Octobre, les arbres se couvrent d'or, les feuilles tombent et les rosiers remontent encore.

Un an de doux moments en douze instants

Novembre, fait apparaître les formes des persistants dans le flou des caduques.

Un an de doux moments en douze instants

Décembre, c'est la magie des premiers givres qui estompent les couleurs.

Un an de doux moments en douze instants

Rien n'arrête la ronde des saisons. Bientôt avec janvier les jours vont rallonger et les bulbes en dormance s'enraciner.

A tous, amis jardiniers, blogueurs et visiteurs, Duojardin vous souhaite une belle année au jardin.

Un an de doux moments en douze instants

Mais nous prêchons des convaincus car l'on sait bien qu'au jardin il faut savoir prendre le temps et cultiver la patience.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Coups de coeur

Repost 0

Publié le 20 Décembre 2014

Quand la brume et le givre déposent de l'incertain dans le jardin, les matins se font magiciens. Alors le regard s'émousse et l'imaginaire s'affûte.

On y voit les bouleaux du clos rouge et blanc émerger comme des spectres dans la lumière opalescente.

Au pays des brumes

L'on se dit qu'un enchanteur a jeté un sort à la fontaine, elle est devenue végétale.

Au pays des brumes

Il a fait surgir d'étranges créatures à la manière de Giacometti.

Au pays des brumes

Dans la lande le balancement des graminées s'est arrêté.

Au pays des brumes

Et les couleurs se sont effacées.

Au pays des brumes

Mais aux premiers rayons de soleil, deux mondes se rencontrent, celui de la clarté et celui des brumes qui s'évaporent.

Au pays des brumes

De nouveau le regard s'aiguise sur les nuances de vert et de mordoré.

Au pays des brumes

Et retrouve un monde coloré.

Au pays des brumes

Mais en repartant, la brume a laissé quelques perles magiques dans les ramures.

Au pays des brumes

Et il y a comme un air de fête dans le jardin.

Au pays des brumes

Peut-être la brume vous a t'elle vous aussi fait découvrir un nouveau monde dans votre jardin ? Peut-être vous a t'elle laissé quelques joyeux souvenirs ? Mais ce qui est sûr c'est que l'on vous souhaite plein de joie pour les fêtes de fin d'année.

Au pays des brumes

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost 0

Publié le 13 Décembre 2014

Quand dans le matin glacial, le halètement de l'hiver se dépose comme une pruine cristalline,

Quand le nu émeut

le jardinier se retrouve comme Alice dans un autre monde

Quand le nu émeut

porté par d'autres émotions.

Quand le nu émeut

L'ambiance est à l'effeuillage intégral et révèle plus encore le charme des troncs dénudés qui desquament, attendant une métamorphose.

Kolkwitzia amabilis

Kolkwitzia amabilis

Un monde où l'étrangeté des écorces verruqueuses donnent aux arbres une stature pétrifiée.

Liquidambar

Liquidambar

Un monde où l'on y voit les écailles ambrées du tronc de l'acer Griseum se hérisser dans le soleil

Quand le nu émeut

et le tronc de l'acer Davidii s'envelopper d'une peau de serpent.

Quand le nu émeut

Un monde où l'hepatacodium sous l'effet de la taille en transparence s'imagine être un arbre

Quand le nu émeut

et où un prunus se prend pour une statue faite d'ambre que l'on l'a envie de polir.

Prunus Amber Beauty

Prunus Amber Beauty

L'on y voit l'eucalyptus se dresser dans l'azur comme un rayon vert et lisse

Quand le nu émeut

tandis que les cannes dorées du lagerstromeia réchauffent le massif.

Quand le nu émeut

L'on y voit même un noisetier qui ne sait plus où donner de la branche. 

Quand le nu émeut

Enfin pour ne pas rompre le fil rouge de Nathalie du blog Il était un petit jard'ain, la rencontre entre un cornus Bâton rouge et un bouleau Jacquemontii.

Quand le nu émeut

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hôtes du jardin

Repost 0

Publié le 6 Décembre 2014

Il y a eu la grande vague fleurie qui submergea nos massifs de couleurs et puis sont arrivés les vents chargés de poudre d'or. Aujourd'hui c'est le froid qui s'est installé au jardin et qui fait se recroqueviller les paysages. Le jardin morne plaine ? Certes pas car dans la morosité ambiante, il y a des poches de résistance qui manifestent le droit de parader sur le seuil de l'hiver.

Qu'ils soient caduques ou persistants, les euonymus sont de cette trempe et nous vous proposons d'aller à la rencontre de ces dissidents.

Il y a tout d'abord le vieil euonymus europaeus f alba qui est formé en espalier sur un mur et qui n'a pas son pareil pour jouer avec le soleil hivernal. Sa pousse est très lente mais le spectacle vaut l'attente.

Compagnons d'hiver

Toujours aussi discret l'été mais rugissant et explosif en fin d'automne, tel est l'euonymus europaeus type. Il est facile à vivre et accepte les situations ombragées, il se taille très facilement.

Compagnons d'hiver
Compagnons d'hiver

Une de nos dernières acquisitions est l'euonymus grandiflorus Red Wine. Planté il y a deux ans, nous commençons à entrevoir le bel accord entre sa floraison et son feuillage.

Compagnons d'hiver

A coté de ces euonymus au feuillage caduque, il y a les variétés persistantes que l'on utilise beaucoup dans les massifs et que l'on apprécie pour leur capacité d'adaptation et leur résistance à la sécheresse. Tous acceptent tout type de taille et l'on peut décliner des formes en fonction des besoins.

On apprécie l'utiliser en boule pour rythmer et donner du corps aux massifs.

Euonymus fortunei Blondy Interbolwi et euonyus fortunei Emerald gold

Euonymus fortunei Blondy Interbolwi et euonyus fortunei Emerald gold

Ils permettent de jouer avec les tonalités de part la diversité de leur feuillage.

A ce propos, les euonymus persistants sont d'une telle diversité que l'on se perd dans la nomenclature et que l'on est pas toujours très sûr des noms.

Euonymus fortunei Silver Queen

Euonymus fortunei Silver Queen

Il s'associent facilement aux bruyères, aux conifères,

Euonymus Emerald Gaiety

Euonymus Emerald Gaiety

aux heuchères, aux nandinas pour former des scènes tout au long de l'hiver.

Euonymus Emerald Gaiety

Euonymus Emerald Gaiety

Mais de boules, ils peuvent se transformer en arbustes de jet, voire même être palissés sur un mur. Ils prennent leur temps mais l'effet est saisissant.

Compagnons d'hiver

Ils permettent de créer des massifs de sous-bois pour éclairer des zones d'ombre. C'est en les utilisant presque exclusivement que l'on a créé la clairiere d'or.

Compagnons d'hiver

Longtemps cantonnés à des rôles de petites haies dorées dans les jardins de ville, l'euonymus ose aujourd'hui s'émanciper, partir à la rencontre des massifs et manifester sa personnalité et sa permanence.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hôtes du jardin

Repost 0