Publié le 31 Janvier 2015

Fin janvier est une période bien particulière au jardin comme la fin d'un crépuscule ou le début d'une aurore, tout dépend des états d'âme du promeneur ou de l'état du ciel. Ici et là des signes de vie demeurent et nous rappellent qu'il y avait là de l'opulence fleurie au milieu de toutes ces ramures brunes et dégarnies.

Massif austral devant l'entrée de la maison

Massif austral devant l'entrée de la maison

Il semble couler de la jarre couchée comme une nostalgie qui berce les acorus, les ophiopogons, les euphorbes

En hiver mon coeur balance

que vient rompre dans un clin d'oeil radieux la potée de bruyère et de primevères. 

En hiver mon coeur balance

Comme une résistance à la monochromie ambiante, les nadinias domestica et Fire Power s'embrasent.

En hiver mon coeur balance

Et le généreux sarcococca nous offre au passage ses fruits, ses fleurs et son parfum.

En hiver mon coeur balance

Le phlomis ne semble pas encore avoir souffert des gelées malgré la sévère taille d'automne. Il faut dire que les carex font tout pour le réchauffer.

En hiver mon coeur balance

Dans la rigueur de l'hiver, il est bon de plonger le regard dans la douceur du moutonnement des bruyères et des buis.

En hiver mon coeur balance

C'est en hiver que la clairière d'or ose la couleur avec quelques bruyères parmi les dizaines d'euonymus.

En hiver mon coeur balance

Le jardin bleu d'ailleurs plutôt gris en ce moment a été taillé et attend une demi-douzaine de poteries bleu Majorelle.

En hiver mon coeur balance

Une balade qui s'achève sur les dernières roses du jardin, vertes comme l'espérance du retour des beaux jours.

En hiver mon coeur balance

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost 0

Publié le 24 Janvier 2015

Dans l'été, le kolkwitzia maradco avait brutalement perdu ses feuilles et avait continué à se dessécher cet automne. Le givre, lui avait redonné vie en cristallisant son squelette mais nous savions que l'effet serait éphémère. Pour le remplacer, nous avons accueilli un pistacia terebinthus pour sa fragrance particulière et un choisya sundance pour son feuillage lumineux.

Pour que ne rouillent pas les outils

On croise les doigts pour ces nouveaux venus car ils craignent les grands froids les premières années.

Pour que ne rouillent pas les outils

Non loin de là et toujours en situation protégée, on a craqué pour l'arbutus Marina qui a non seulement des fruits comestibles plus gros que la variété type mais aussi un bois magnifique qui vieillit dans les tons rouge-orangé.

Pour que ne rouillent pas les outils

Et puis dans la foulée, un prunus Maackii Amber Beauty a rejoint les topiaires de loniceras. Quel plaisir ce sera de voir briller son écorce ambrée au soleil !

Pour que ne rouillent pas les outils

Et comme l'hiver il faut bouger au jardin pour ne pas s'engourdir, des pieds de lierre ont été installés sur des poteaux pour le travailler en colonne.

Pour que ne rouillent pas les outils

Et puis le soleil qui poursuivait sa course nous a conduit dans la lande pour un remodelage. Les graminées ont été taillées à l'exception bien sûr des carex qui n'apprécient pas du tout cette plaisanterie.

Pour que ne rouillent pas les outils

On a aussi innové dans la taille des bruyères que nous trouvions trop ébouriffées. On se l'est joué à la japonaise en privilégiant la forme aux fleurs, on verra bien au printemps.

Pour que ne rouillent pas les outils

Le problème de l'hiver au jardin ce n'est pas tant le froid que la briéveté des journées. Et oui à 17h30 il faut plier bagage mais on y reviendra demain.

Pour que ne rouillent pas les outils
Pour que ne rouillent pas les outils

Oh que oui en hiver il y a toujours de la vie au jardin.

Pour que ne rouillent pas les outils

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost 0

Publié le 17 Janvier 2015

Le balancier du temps s'est immobilisé dans le jardin et la brume l'enveloppe d'incertain.       Le promeneur dans le jardin l'hiver perd ses repères. C'est dans ces moments que des événements du jardin remontent de nos mémoires et se font contes.

Comme un conte ...

Il était une fois un jeune eucalyptus fougeux avec des projets plein les branches. Mais un jour de décembre 2011, il rencontra sur son chemin, Joachim, une terrifiante tempête qui lui fit perdre pied et le terrassa. Dans le calme revenu, nous le retrouvâmes couché sur le flanc. Nous l'avons redressé et sommes restés à son chevet attendant le printemps avec l'espoir de découvrir sur sa ramure tronquée, des signes de vie au travers de petites pousses vertes. Mais le printemps passa et rien n'arriva.

Comme un conte ...

Le printemps suivant, au pied de sa ramure noircie par le soleil et les pluies le rosier liane Bobby James est apparu comme un signe de vie.

Comme un conte ...

Aujourd'hui c'est le souvenir d'un eucalyptus qui porte la jeunesse insolente de Bobbie James comme un étendard.

Comme un conte ...

L'hiver, quand la nature se met à nue, réapparaît alors et revit la silhouette fantomatique de l'eucalyptus appuyé sur deux grandes cannes.

Comme un conte ...

 Quelle ne fut pas notre surprise en découvrant ces fruits étranges portés par le tronc.              Il se passe parfois de drôles de choses au jardin !

Comme un conte ...

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Evénements jardin

Repost 0

Publié le 10 Janvier 2015

Le blog est pour nous le moyen de raconter notre passion végétale mais nous pensons qu'aujourd'hui nous avons rendez-vous au delà des murs de notre jardin.                 Le temps s'est rompu, heurté de front par l'impensable quand la non pensée détruit la pensée.

On a vu ce matin l'hellébore comme un hommage à Charlie et à son impertinence salutaire.

Que vive la libre pensée

On a vu les premiers perce-neiges au coeur de l'hiver perlés de gouttes d'espoir et de larmes dans un sursaut de vie.

Que vive la libre pensée

On a vu les carex et les ophiopogons se mélanger comme la révélation de la beauté dans la différence partagée.

Que vive la libre pensée

Et on a lu la lettre de Julos Beaucarne, chantre de la tolérance : "il faut reboiser l'âme humaine. Je resterai sur le pont, je resterai un jardinier, je cultiverai mes plantes de langage".

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Evénements jardin

Repost 0

Publié le 2 Janvier 2015

Certains gardent la tête froide,

Durant la trêve des confiseurs

d'autres semblent avoir croisé le regard de Méduse,

Durant la trêve des confiseurs

le jardinier lui ne peut échapper à l'appel d'un gros tombereau de broyage.

Durant la trêve des confiseurs

En effet brume et givre du matin ne freinent pas du jardinier l'entrain. Et comme du broyage nous en faisons grand usage, on a fini l'année en broyant des tailles de l'été.

Durant la trêve des confiseurs

Une vingtaine de brouettes plus tard, nous nous étions enfin réchauffés.

Durant la trêve des confiseurs

Réchauffées nous espèrons qu'elles le seront aussi, les souches de sauge Amistad que nous avons protégées sous une épaisse couche de feuilles. L'expérience avait été concluante l'an dernier malgré -6°-8°.

Durant la trêve des confiseurs

Comment ne pas succomber à la féerie hivernale en ce premier matin de l'année.

Durant la trêve des confiseurs

La veille nous avions taillé l'espace japonisant pour plus de clarté et le givre a finalisé la mise en scène

Durant la trêve des confiseurs
Durant la trêve des confiseurs

ajoutant sa touche de merveilleux dans l'allée d'ormes

Durant la trêve des confiseurs

et dans la lande aux allures de toundra où l'on aurait pu croiser Gengis Khan.

Durant la trêve des confiseurs

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost 0