Publié le 25 Avril 2015

Comme une trainée de verts acidulés et de jaunes fluorescents, le printemps se répand dans les massifs et le jardin. Cette année la métamorphose a été particulièrement rapide et cela nous aurait presque fait oublier que notre blog fête ses quatre ans. Quatre ans à tisser la toile à la rencontre d'autres passionnés et d'autres expériences. L'événement valait bien une petite pause pour saluer l'objet de notre passion et de notre attention en ce temps de renouveau avec quelques morceaux choisis.

Le massif le plus ancien du jardin, c'est celui qui longe une partie de la maison. Cela fait plus de deux décennies qu'il subit moults transformations et tentatives de taille, de formes. Aujourd'hui, il semble s'être figé dans le temps. C'est avec lui que l'on a découvert le plaisir de la taille, de plus c'était la meilleure façon de faire cohabiter autant d'arbres et d'arbustes dans si peu d'espace.

Massif du Levant

Massif du Levant

L'espace "du talus" est né il y a une dizaine d'années et avec lui l'envie de faire du paysage dans le jardin. On aime au printemps la résonnance des feuillages entre le gleditsia, les kolwitzia Marcado et les spirées que viennent tempérer les grappes de la glycine

Quatre ans que l'on vous balade !

Un petit salut à notre colombier restauré il y a maintenant un an avec pour décor un berbéris de plus de quarante ans, un des seuls arbustes qu'il y avait dans le jardin lorsque nous y sommes arrivés.

Quatre ans que l'on vous balade !

Dans les massifs ouest déjà bien fournis, du pointillisme en rouge et blanc avec les premières fleurs du rosier chinensis et les boules parfumées du viburnum Carlesii.

Quatre ans que l'on vous balade !

En compagnie de la pivoine quelque peu carnavalesque, la plus vieille vivace du jardin : une benoîte orange. Et oui il y en qui ose faire se cotoyer le rose et le orange !

Quatre ans que l'on vous balade !

Un petit arrêt sur une partie de l'espace japonisant où se dresse notre "Esprit de la Forêt", un saule tortueux de plus de 20 ans façonné par le temps et la scie !

Dans la perspective de l'arche d'ifs, la clairière aux roses encore en vert.

Quatre ans que l'on vous balade !

Le soleil printanier projette l'ombre de la ramure imposante du tilleul comme la radiographie de ses racines. C'est le lieu privilégié l'été pour le jardinier car il lui arrive parfois de s'arrêter.

Quatre ans que l'on vous balade !

L'espace de la "clairière aux pintades" sans les pintades de chez "Arrosoir et Persil" car elles sont encore en hivernage et attendent une couche d'antirouille avant de sortir. En attendant ce sont les lapins qui animent le lieu.

Quatre ans que l'on vous balade !

Les préliminaires pour le jardin bleu ont commencé et la table et les chaises ont été sorties.

Quatre ans que l'on vous balade !

Dans le clos rouge et blanc, les 85 rosiers ont été fumés. A chacun son sport mais celui là dans une terre argileuse et collante est plutôt épuisant !

Quatre ans que l'on vous balade !

A croire qu'au jardin il n'y a que nous qui travaillons. Il n'y a qu'à lever la tête pour s'apercevoir qu'en haut l'on bronze 

Quatre ans que l'on vous balade !

et qu'en bas l'on se dore au soleil.

Quatre ans que l'on vous balade !

Encore merci à tous pour vos venues, pour vos retours. Le partage c'est ce qui rend la passion vivante.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost 0

Publié le 19 Avril 2015

Comme une hirondelle du printemps, une missive du Levant s'est posée dans la boîte aux lettres. 

Des nouvelles du Japon

Il est arrivé notre sécateur de rêve d'un pays dont nous espèrons un jour faire notre destination mais que pour le moment, plus sagement, nous faisons notre inspiration.

On l'imagine imprégné de la belle culture paysagère d'où il vient mais de façon plus réaliste sa poignée ergonomique tournante peut être un frein aux tendinites.

Des nouvelles du Japon

Ce petit morceau du Japon qui vient d'arriver chez nous est aussi l'occasion de fêter à la japonaise les floraisons printanières. Il est venu le temps du hanami qui convie tous les japonais à se promener dans les parcs sous les cerisiers en fleurs, une manière de contempler la beauté de la nature mais aussi de méditer à sa fragilité.

Des nouvelles du Japon

On aime ce moment éphémère où les pétales se déposent en flaques sur le sol

Des nouvelles du Japon

ou en mares pastel.

Des nouvelles du Japon

Quelques pas dans le jardin et nous nous envolons vers le soleil levant

Des nouvelles du Japon

à la rencontre de Feng Dan Bai.

Des nouvelles du Japon
Des nouvelles du Japon

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost 0

Publié le 12 Avril 2015

Une brise légère, un soleil chaleureux, un ciel lumineux, c'était une journée à faire sortir les elfes à la rencontre de leurs fleurs préférées.

Epimédium warleyense

Epimédium warleyense

L'appel avait été aussi entendu par les jardiniers dopés par la fièvre printanière parcourant le jardin le sécateur à la main pour une mise en forme des arbustes

Bouffée de printemps

et une bêche dans l'autre main pour une mise en forme des massifs avec des transplantations, des plantations et des divisions.

Bouffée de printemps

On s'aperçoit que l'on n'est pas les seuls à s'activer car tout autour de nous notre petit peuple végétal sans faire de bruit lui aussi s'agite et pousse, pousse, pousse ...

La clairière aux roses

La clairière aux roses

Parfois on se pose sur une jolie rencontre printanière sur fond de prunus en fleurs entre les narcisses des poétes, les tulipes exotic emperor et le chaenomeles sp. Kinshiden.

Bouffée de printemps

Seuls nuages à l'horizon ceux des prunus et de l'amélanchier.

Bouffée de printemps

A nos pieds la marée jaune des lysimachias nummularia Aurea monte dans les massifs.

Bouffée de printemps

Plus loin on découvre que la clairière d'or a retrouvé son éclat à travers le renouveau du feuillage de dizianes d'euonymus.

Bouffée de printemps

Entre deux nuages d'amélanchiers, un couple d'ormes plateaux explosent en vert acidulé.

Bouffée de printemps

Et de la fontaine s'écoulent des verts dorés et scintillants.

Bouffée de printemps

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost 0

Publié le 4 Avril 2015

Neuf mois d'attente pour que naisse l'ouvrage de Monique Vincent-Fourrier aux éditions Ouest-France et consacré aux passionnés de jardins en Pays de la Loire. Sans que la culture de l'ego soit une quête permanente au jardin des vigneaux, il n'en demeure pas moins que se retrouver parmi les 45 parcs et jardins répertoriés nous fait bien plaisir.

Jardins de passionnés en Pays de Loire

Pour nous cet article a d'abord été une belle rencontre avec une journaliste aventurière passionnée, accompagnée de "son oeil", le photographe Christian Dehaene en juin 2014 "Bientôt dans un livre".

L'idée directrice voulue par Monique Vincent-Fourrier était de présenter des jardins qui n'étaient pas forcément connus ou suportés par un label mais d'éveiller la curiosité des lecteurs sur des créations de passionnés.

Jardins de passionnés en Pays de Loire
Jardins de passionnés en Pays de Loire

Nous avions déjà été séduits par la collection "jardins de passionnés". Une fois de plus cet ouvrage sur les Pays de la Loire présente des jardins que nous ne connaissions pas et qui feront partie de nos prochaines excursions.

Ravis aussi par le fait que notre pépinière préférée "champ Fleury" soit citée dans les bonnes adresses.

Jardins de passionnés en Pays de Loire

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Evénements jardin

Repost 0

Publié le 29 Mars 2015

Les fenêtres d'éclaircies sont rares mais printemps oblige l'envie jardinière est au beau fixe. Les brouettes et les outils occupent le terrain pour un grand toilettage.

Remise en scène printanière

Les têtes séchées des hydrangéas ont été coupées tandis que sur les tiges éclatent les bourgeons. C'est un rituel qui marque la fin de la rigueur du moins hivernale.

On a ajouté une petite touche de lumière en installant un iris Tecturum variegatum aux allures de phormium ce qui le rend doublement intéressant.

Remise en scène printanière

Après deux tentatives de plantation d'un larix pendula qui ont échoué pour cause d'asphyxie en terrain lourd, nous avons opté pour le salix intégra Hakuro-nishiki greffé sur tige.

Remise en scène printanière

Nous avons poursuivi la contre plantation des bouleaux Jacquemontti par des cornus Bâton rouge.

Remise en scène printanière

Dans l'espace japonisant, on a craqué pour le millium Aureum que l'on a bien sûr protégé de la convoitise des lapins qui en apprécieraient la tendreté. C'est une graminée intéressante par son feuillage lumineux et qui supporte l'ombre légère. Ses épis sont verts et retombants.

Remise en scène printanière

Petit travail de taille autour de la maison pour refaire le paysage et redessiner les silhouettes.

Remise en scène printanière

Il y en a qui oublient le vent glacé et sont tout pétale dehors. Voilà qui nous rappelle une jardinière passionnée de Violettes dont le jardin porte le même nom.

Remise en scène printanière

Une petite précieuse du printemps dont nous avons recherché activement le nom sans résultat probant pour l'instant, merci à vous.

Remise en scène printanière

Toujours ponctuelle et aussi ravissante la floraison des tulipa turkestanica.

Remise en scène printanière

Pour la terrasse, une nouvelle petite potée printanière associant pinus mugo (un futur bonsaï) et des jacinthes blanches.

Remise en scène printanière

Dans la bise glacée, le vol des fleurs d'un magnolia stellata rosea.

Remise en scène printanière

L'aire de pause café du jardinier est occupée par les petites potées de sedums qui se refont une santé après rempotage car tous les pots en argile s'étaient fendillés. 

Remise en scène printanière

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost 0

Publié le 23 Mars 2015

L'attraction lunaire nous a emportés en dehors de notre jardin le temps d'un week-end sur les remparts de Saint Malo. C'était là le délicieux cadeau de nos enfants. Le hasard a voulu que ce séjour tomba aussi en pleine marée du siècle !

DUO fait son malouin

Tandis que Saint Malo était assiégée par la horde des amateurs de sensations fortes, nous avons cheminé sur le sentier côtier qui relie la pointe du Grouin à Saint Malo. Une balade vivifiante pour le corps sous les rafales d'une bise glaciale et ressourçante pour l'âme jardinière. C'est toujours un spectacle émouvant que de voir les végétaux sculptés par le vent et les embruns ..., de l'art topiaire au naturel.

DUO fait son malouin

La lande est belle en ce début de printemps, les ajoncs commencent leur floraison rayonnante et réchauffent une végétation encore assoupie.

DUO fait son malouin

On y découvre de belles associations quand les masses mouvantes et souples des graminées des sables s'échouent sur les buissons tourmentés des ajoncs.

DUO fait son malouin

Sur le versant courent les prunus spinosa nanifiés et on les image couverts de fleurs blanches.

DUO fait son malouin

Sur une plage, une vague d'herbes blondes semble vouloir déferler jusqu'à la mer.

DUO fait son malouin

Tandis que marchant presque sur l'eau, il y en a qui creusaient, creusaient ...

DUO fait son malouin

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost 0

Publié le 15 Mars 2015

Réchauffés par des rayons presque printaniers, les chaumes des graminées tannés par l'hiver vaporisent une dernière fois le paysage. 

On est sur la paille !

L'heure de la moisson a sonné.

Sur le champ de bataille, c'est sous les coupes du sécateur et de la scie japonaise que les chaumes sont tombés. 

Du clos doré en morne plaine transformé, s'échappent les charpentes de rosiers.

On est sur la paille !

PS : nous rencontrons actuellement quelques difficultés avec les commentaires. Cela devrait s'arranger paraît-il prochainement.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Jardin en chantier

Repost 0

Publié le 8 Mars 2015

Si l'hiver est un architecte qui compose le monde avec des traits et des perspectives, le printemps est un artiste qui le refait en couleurs.

Le changement c'est pour demain

Les ramures du prunus sont alors des portées d'où s'échappent comme autant de notes fleuries.

Le changement c'est pour demain

L'approche du printemps n'agite pas que les couleurs, il stimule aussi la vigueur du jardinier dans les travaux de taille.

Taille des rosiers dans le clos rouge et blanc

Taille des rosiers dans le clos rouge et blanc

Comme un dernier signe de l'hiver, c'est encore avec panache que les graminées nous font leurs adieux.

Le changement c'est pour demain

Inondée par un soleil réchauffé, la terrasse attend déjà nos retrouvailles pour une pause café.

Le changement c'est pour demain

Jouant les fuchsias précoces, le ribes spéciosum a étiré sa guirlande de lanternes.

Le changement c'est pour demain

Notre petit coup de coeur de l'avant printemps, quelques potées d'euphorbes. 

Euphorbe Helena

Euphorbe Helena

Euphorbe Wulfenii

Euphorbe Wulfenii

Euphorbe Characias

Euphorbe Characias

Euphorbe Martinii

Euphorbe Martinii

Ces belles resteront en pot car elles ne supportent pas notre terre asphyxiante, elles ont besoin d'un sol bien drainé.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost 0

Publié le 1 Mars 2015

Ils ont traversé des jours entiers de pluie glacée, affronté les morsures des gelées et tremblé dans la tourmente.

Voyage au bout de l'hiver

Comme de grands vaisseaux réfugiés dans le port, les arbres attendent pour hisser leur voilure.

Voyage au bout de l'hiver

Stoïque le vieux saule tortueux hume l'air et guette le signal.

Voyage au bout de l'hiver

Comme les témoins d'un monde qui renaîtra, les persistants cultivent l'espoir

Voyage au bout de l'hiver

et montrent le chemin.

Voyage au bout de l'hiver

Sait-il que bientôt de sa ramure acérée éclateront des dizaines de boutons opalescents ?

Poncirus Trifolatia

Poncirus Trifolatia

Et parfois l'hiver n'est pas le seul à jouer avec les silhouettes et quand alors les sécateurs s'activent, certains s'en souviendront sûrement longtemps.

Cupressus Arizonica Fastigiata

Cupressus Arizonica Fastigiata

Coup de coeur hivernal pour notre betula utilis pendula Long Trunk. C'est une variété dont l'écorce devient aussi blanche que celle du Jacquemontii.

Voyage au bout de l'hiver

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost 0

Publié le 21 Février 2015

Voici venu le temps des giboulées qui soufflent le froid et le chaud sur le jardinier, tantôt réchauffé par une éclaircie printanière, tantôt refroidi par une pluie de glaçons. C'est alors qu'il faut choisir sa fenêtre de tir pour voir ses projets du jour aboutir.

Contempler l'ébauche printanière telle l'améthyste sortie de terre

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

ou les brassées de roses du soltice d'hiver.

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

Le renouveau part à la rencontre des floraisons momifiées de l'été comme une boucle bouclée.

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

Une branche frangée de mousse enserre délicatement une bruyère fleurie tandis qu'un rayon de soleil nous enveloppe, alors le jardin se fait bonheur.

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

Et c'est donc le coeur léger que nous sommes allés à la découverte des nouveaux conifères arrivés à la pépinière Champ Fleury. Evidemment nous n'avons pas pu résister et nous avons décidé d'adopter :

Le cryptomeria japonica Sekkan. Nous étions déjà conquis par la légèreté des cryptomerias japonica Elegans Viridis mais là il y a une touche féérique de jaune en plus.

Le thuja ou Platycladus orientalis Franky Boy, un thuja aux allures de graminée et de bruyère avec des tonalités jaunes au printemps et orangés en automne, il nous fait penser à une version sophistiquée du thuja Whipcord. Ce thuja a été nominé aux journées de Courson.

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

Le Tsuga Canadensis Pendula au port atypique avec lequel on va sûrement bien s'amuser.

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

Après le temps des flâneries et des rêveries, vint le temps des poteries et le projet majorelle se déposa sur le jardin bleu.

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

Pour se faire, nous avons constitué des potées de lavandes, craqué pour un cupressus Arizonica Fastigiata taillé en boules et récupérés dans le jardin un picea glauca très tourmenté et un chamaecyparis lawsoniana Pelt's Blue.

On apprend que dimanche il y aura du soleil et encore d'autres projets au jardin.

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost 0