Publié le 19 Novembre 2019

Les matins d'automne ce sont aussi des ambiances vaporeuses qui transfigurent le jardin en mondes incertains.

Le pouvoir de l'automne

Dans la brume, la cahute aux érables prend des airs de capsule et on s'imagine l'avoir vu atterrir dans la flamboyance des érables.

Le pouvoir de l'automne

On aime le côté sculptural au jardin et la lumière tamisée modèle en douceur les volumes pour notre plus grand plaisir.

Le pouvoir de l'automne

Dans le passage de l'entrée de la maison, ce sont deux ambiances qui se juxtaposent : côté face la brume enveloppe les alentours

Le pouvoir de l'automne

et côté pile, le soleil irradie l'acer palmatum et le fatsia.

Le pouvoir de l'automne

Dans l'espace japonisant un trou de verdure révèle la silhouette d'un Cupressus arizonica 'Fastigiata' qui serpente.

Le pouvoir de l'automne

Premières gelées pour nos Aspidistras qui semblent aborder le froid avec sérénité.

Le pouvoir de l'automne

Le Callicarpa bodinieri 'Profusion' n'a pas démérité son nom cette année et c'est une pluie de billes d'améthyste qui fait courber sa ramure.

Le pouvoir de l'automne

Plein de vitalité encore au jardin avec les roses de Pomponella et les petits fruits du Malus Perpetu 'Evereste'.

Le pouvoir de l'automne

Coquetterie végétale, les Betula utilis 'Jacquemontii', bouleau blanc de l'Himalaya, pour magnifier la blancheur de leurs troncs, ont arboré leur ramure dorée.

Le pouvoir de l'automne

Le Koelreuteria paniculata 'Coral sun' est passé à l'orange en écho au Quercus dentata 'Carl Ferris Miller'. 

Le pouvoir de l'automne

L'Euonymus grandiflorus 'Red Wine' est une bonne cuvée cette année.

Le pouvoir de l'automne

Imperturbable à toutes les métamorphoses colorées, le Jardin Bleu garde le cap.

Le pouvoir de l'automne

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 11 Novembre 2019

Les potées nouvelles sont arrivées. Aux impatiences de Guinée, bidens et bégonias Dragon Wing ont succédé nandinas, bruyères, euonymus, conifères nains, pensées et lierres. La plupart se retrouveront dans les massifs au printemps avec un début d'enracinement plus important.

Positive automnitude

Dans la cour du Colombier, les hydrangéas paradent en rouge pour les quercifolias, en jaune pour l'anomala subsp. Petiolaris et en fleurs pour les macrophyllas.

Positive automnitude

Pas toujours très sympathiques les pyracanthas mais l'automne venu leur fructification perlée fait oublier leur douloureux contact. Les saules ont eu la bonne idée de se mettre au diapason.

Positive automnitude

Quand un cotinus se met en boule, ça se voit !

Positive automnitude

Le Prunus 'Snow Fountains' a sorti son parasol doré, un petit pleureur bien sympathique qui au printemps s'éclaboussera de neige fleurie.

Positive automnitude

Dans le massif de la Fontaine, le Cotinus 'Grace' tire doucement sa révérence tandis que le Cupressus arizonica 'Fastigiata' s'est fait refaire le dôme.

Positive automnitude

Un coin du jardin encore verdoyant où l'automne n'a pas encore fait son oeuvre et seuls les acers commencent à se colorer.

Positive automnitude

Acer griseum, parrotia, cotinus, un trio gagnant pour la couleur, le taxus en reste de marbre.

Positive automnitude

Le ginkgo biloba s'est offert un ciel d'orage pour magnifier sa livrée.

Positive automnitude

A l'arrière de la Lande, l'automne se joue dans la douceur et dans le foisonnement.

Positive automnitude

Au dessus des arches des Acers zoeschense 'Annae', la ramure du Cercis canadensis 'Hearts of Gold' semble flotter.

Positive automnitude

Doucement le jardin se transforme et la promenade invite à la rêverie sous les frondaisons colorées, le jardinier se fait zen.

Positive automnitude

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 4 Novembre 2019

Rien de tel pour briser la grisaille que de plonger dans les souvenirs d'une fin de printemps. C'est en effet fin mai que Françoise et Jean du Jardin des Violettes nous avaient conviés à un périple jardinier qui s'est achevé dans leur jardin. Cela faisait plusieurs années que nous n'étions pas revenus et les surprises étaient au rendez-vous. 

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

D'emblée nous sommes accueillis par une belle mise en scène où la pergola trône sur un pavage de briques anciennes du plus bel effet. Le ton est donné avec l'envie de découvrir.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Quelques pas et nous voilà plongés dans le jardin et l'on imagine alors tout le travail pour arriver en quelques années à animer un tel paysage où tailles et couleurs se complètent dans une belle harmonie. Le Sambucus Nigra Black Lace était à son apogée.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

L'art de recevoir transparaît dans le jardin et les incitations à la pause ponctuent la promenade.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Le catalpa aurea commençait à s'illuminer face au rideau de verdure au fond tourmenté par les saules tortueux.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Belle idée que cette bordure moutonnante d'origan doré et beau spécimen que cet héptacodium miconioides.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Elégante taille en transparence pour l'acer davidii dont on peut admirer la marbrure de l'écorce.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

De l'autre coté, le pavage est un faire valoir pour les vivaces qui ajoutent leurs touches colorées.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Des cheminements entre les massifs mais aussi de verdoyants espaces de respiration rythment le jardin.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Encore un petit coin de sérénité pour admirer entre autre un cornus alternifolia 'Argentea' à la délicate ramure.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

L'une des stars du jardin, le cercis canadensis 'Forest Panzy' déploie son magnifique feuillage . On les voit rarement en aussi bonne santé.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Joli jeu de textures de feuillages, du grand art jardinier !

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Au Jardin des Violettes, on n'imaginerait pas le jardin sans potager et en plus avec des fleurs.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Un jardin comme un havre de paix où l'on se sent bien, où l'on se sent accueilli dans une nature généreuse à l'image de ses jardiniers.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Et petite cerise sur le gâteau et pas la moindre, un environnement à couper le souffle. On comprend bien pourquoi certains y restent pour le gîte et le couvert. Un grand merci à vous pour l'ensemble de cette belle journée normande. 

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 29 Octobre 2019

Les cucurbitacées ont quitté le jardin pour se prêter à une scénette automnale et réchauffer l'atmosphère grise et pluvieuse.

Carnet d'automne

Pluie automnale n'entame pas du jardinier le moral, bien au contraire, les idées poussent comme des champignons. Quelques bouleaux d'une cinquantaine d'années avaient rendu l'âme, l'occasion était trop belle et un projet de massif de sous-bois clair est né avec des fougères Dryopteris filix mas et Polystichum setiferum, des Euonymus fortunei 'Emerald Gaiety' et japonicus 'Pierrolino' , un Nandina domestica 'Lemon and Lime', un Carex oshimensis 'Everest'.

Carnet d'automne

En compagnie du Nandina domestica 'Fire Power', nous avons installé deux nouveaux cultivars de Nandina domestica, il s'agit de 'Moyers Red' qui prend des teintes rouge foncé plus affirmées que le type.

Carnet d'automne

Arrivée d'une sombre beauté au jardin avec le Physocarpus opulifolius 'Midnight Jonight'. La course au noir est lancée chez les physocarpus car on vient d'apprendre que 'Black Light' est encore un ton au dessus. A quand le noir intégral ?

Carnet d'automne

Pour redonner du souffle au clos des graminées, quelques arbustes sont insérés dont le Frangula alnus 'Asplenifolia' que l'on a choisi pour sa légèreté et faire ainsi écho à ses proches voisines.

Carnet d'automne

Juste une dernière danse avec en piste les Asters ageratoïdes 'Ezo Murasaki', les Dahlias Honka et la Salvia microphylla 'Hot Lips' sans oublier la floraison de l'Abelia grandiflora 'Confetti'. On reparlera un jour des Abelias si méritants pour leur floraison si généreuse, leur feuillage coloré et persistant et leur résistance à la sécheresse.

Carnet d'automne

Il s'est fait discret tout l'été même dans sa floraison mais c'est à l'automne que se révèle le Weigelia florida 'Wings of fire' qui mérite bien son nom.

Carnet d'automne

Que serait l'automne sans les acers. Dans le petit coin du Lavoir, l'Acer palmatum 'Peaches and cream' s'embrase. 

Carnet d'automne

Sur la terrasse, l'Acer palmatum 'Trompenburg' est entré en fusion.

Carnet d'automne

Dans les massifs, cotinus, euonymus et nandinas s'empourprent.

Carnet d'automne
Carnet d'automne

On avait craint une adaptation difficile pour cause de terre asphyxiante mais quel plaisir de voir notre Sophora pendula dérouler sa ramure comme une chevelure au fil des ans.

Carnet d'automne

Dans le clos rouge et blanc, les roses s'éteignent doucement. Bientôt les Cornus alba Baton rouge 'Minbat' prendront le relais.

Carnet d'automne

La grande marée d'or se prépare dans l'allée du tsunami avec les Ulmus Resista 'Sapporo Gold'.

Carnet d'automne

Percement d'une fenêtre dans la cahute aux érables. A quand le chauffage ?

Carnet d'automne

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 20 Octobre 2019

Comme un baume, la pluie apaise doucement les brûlures de l'été assurant au jardin un sursaut de renaissance et les prémices des couleurs automnales.

Quand l'automne met son grain de couleur

Fructifications et feuillages deviennent les faire-valoir du jardin. Depuis plusieurs années nous avons le Callicarpa bodinieri 'Profusion' et nous avons planté dernièrement le Callicarpa bodinieri 'Imperial Pearl'. Il nous reste à trouver le Callicarpa membranacea qui en plus de sa fructification offre l'intérêt d'un feuillage violacé-pourpré en automne.

Quand l'automne met son grain de couleur

Pourtant plantés en avril, les Gaura de Lindheimeri 'Siskiyou Pink' ne se sont réveillés qu'en septembre mais maintenant ils s'imposent dans la Lande.

Quand l'automne met son grain de couleur

Dans le jardin bleu, les sauges guaranitica sont des indispensables pour un fleurissement automnal.

Quand l'automne met son grain de couleur

Anémones et verveines envoient leurs dernières bractées fleuries sous les flammèches du Rhus typhina 'Tiger Eyes'.

Quand l'automne met son grain de couleur

L'automne c'est aussi des moments où les rayons de soleil s'invitent dans le jardin et incitent à la pause.

Quand l'automne met son grain de couleur

Une scène devant laquelle on aime bien s'arrêter et où flouté et formel s'emmêlent.

Quand l'automne met son grain de couleur

Face au Ginkgo biloba qui commence à s'illuminer, un regroupement de topiaires de charme et d'érable attend ses couleurs.

Quand l'automne met son grain de couleur

Nouvellement implanté dans la Lande, le Lespedeza thunbergii 'Edo-Shibori' nous fait profiter de sa généreuse floraison à la fois nature et sophistiquée.

Quand l'automne met son grain de couleur

Première livrée automnale pour notre petit Nyssa sylvatica fraîchement arrivé au jardin, un seul regret le passage au rouge est plutôt furtif, vivement l'année prochaine !

Quand l'automne met son grain de couleur

Nouvel aménagement de la Fontaine végétale avec l'implantation d'un Tsuga canadensis 'Pendula', on va laisser le temps faire son oeuvre.

Quand l'automne met son grain de couleur

Et pour égayer le Clos des graminées, un Malus 'Coccinella' nous prévoit un spectacle haut en couleur au printemps.

Quand l'automne met son grain de couleur

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 9 Octobre 2019

Depuis notre passage à la fête des plantes de Saint Jean, notre petite pépinière commençait à déborder et la pluie de ces derniers jours a sonné le départ des plantations. Pour accueillir l'Euonymus fortunei 'Wolong Ghost', nous avons installé un décor adapté à sa capacité à se hisser sur des supports.

Premières plantations, dernières floraisons

En fin de Lande nous avons accueilli la Spirée media Double Play Blue Kazoo au feuillage bleuté rougissant à l'automne et le Berbéris manipurana qui commence à s'empourprer. Mention spéciale à notre canna qui fleurit depuis plus de deux mois, heureux d'avoir retrouvé la liberté après trois ans de conditionnement en pot sans entretien.

Premières plantations, dernières floraisons

Nous avons été séduits par l'Elsholtzia stauntonii, menthe en arbre et nous ne sommes pas les seuls puisque aussitôt les papillons sont venus la saluer. Nous allons sans doute pouvoir tester sa résistance à la sécheresse.

Premières plantations, dernières floraisons

L'espace de l'entre-deux-jardins commencent à se végétaliser, opération délicate car les racines sont nombreuses et l'ombre peut-être dense. On démarre avec des warriors comme les euonymus, les osmanthus et les lierres. Le Parrotia en a profité pour s'enflammer.

Premières plantations, dernières floraisons

Un petit Nénuphar Little Sue coule maintenant des jours heureux dans le Lavoir. On a hâte de découvrir sa première fleur. En attendant l'Acer palmatum 'Peaches and cream' fait son show.

Premières plantations, dernières floraisons

En voilà une qui s'est perdue dans les jupons de Lady in Black, un aster tout en graphisme.

Premières plantations, dernières floraisons

Cette année la sécheresse aura été profitable aux cyclamens et le tapis se densifie.

Premières plantations, dernières floraisons

Association de circonstances, sedum et Aster lateriflorus 'Coombe Fishacre' protégés par le mur du Colombier.

Premières plantations, dernières floraisons

Avec certaines vivaces il faut être patient. Il aura fallu plusieurs années pour que notre strobilanthes dévoile fièrement sa floraison sans s'écrouler lamentablement.

Premières plantations, dernières floraisons

Sur la terrasse les sedums restent maîtres des lieux tandis que dans les massifs la pluie a réanimé la végétation.

Premières plantations, dernières floraisons

Encadré par deux berbéris Rosy Glow, le rosier Pomponella s'est mis au garde à vous.

Premières plantations, dernières floraisons

Première floraison pour la clématite viticella Mme Julia Correvon avec à ses pieds un tapis d'Ajuga reptans.

Premières plantations, dernières floraisons

Le spectacle automnal démarre doucement et les cornus sanguinea 'Winter Flame' entrent en scène.

Premières plantations, dernières floraisons

En première ligne, les trognes se colorent timidement tandis qu'en fond les Ulmus Sapporo Gold commencent à se dorer.

Premières plantations, dernières floraisons

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 1 Octobre 2019

On en rêvait depuis si longtemps et ce vendredi 27 septembre, les portes du château de Saint Jean de Beauregard s'ouvraient. Allaient s'ensuivre trois jours de végétales douceurs ponctués de rencontres, de coups de coeur et de découvertes. Un rêve rendu possible par l'invitation de Jean-Luc et Maryse du blog Au gré du jardin qui accompagnaient leur fils qui exposait à Saint Jean.

Beaucoup de pépinières de renom avaient fait le déplacement et c'est avec grand plaisir que nous y avons retrouvé les pépinières Hennebelle dont nous avions visité l'entreprise en juillet. Contact chaleureux et végétaux d'exception, nous ont fait revenir plusieurs fois sur le stand et une Ampelopsis glandulosa Elegans est repartie avec nous.

Voir saint Jean et ...

Encore une pépinière que nous affectionnons, c'est celle de P. Leclercq. Ici aussi on cultive l'amour du végétal. On aurait bien succombé au charme du Cercis canadensis 'Sweet Heart' mais la réalité de notre sol nous a portés vers des végétaux compatibles comme le Lespedeza thunbergii 'Edo Shibori' et le Stephanandra incisa Crispa.

Voir saint Jean et ...

Rencontre avec Jean-Lin Lebrun des pépinières Mela Rosa pour préparer notre commande en racines nues qui nous a fait découvrir quelques variétés dont 'Mamounette d'Amour'. Un plaisir que de revoir ce rosiériste passionné et d'écouter ses conseils de culture.

Voir saint Jean et ...

Avec Hostafolie, les prix et la qualité sont au rendez-vous. Automne oblige, peu d'hostas mais une belle collection de sedums, de fougères et de graminées était présentée. On a eu un petit coup de coeur pour deux Blechnum Spicant, une Coniogramme Emelensis, un Chasmanthium Little Tickler et l'Hosta Paul's Glory.

Voir saint Jean et ...

Grâce à Aurore de la Roche Saint Louis, leur ambassadrice et créatrice, de nouvelles variétés, les Aspidistras sont passées de l'ombre à la lumière. La variété elatior 'Asahi' a reçu le Grand prix du jury de Beauregard. Voilà qui va nous inciter à poursuivre nos plantations d'Aspidistras dans le jardin.

Voir saint Jean et ...

Depuis le temps que l'on voulait un petit nénuphar, l'occasion était trop belle avec la pépinière Les filles du vent, les filles de l'eau. Le Nénuphar 'Little Sue' coule maintenant des jours que l'on espère heureux dans notre lavoir.

Voir saint Jean et ...

Pas encore remis de notre traumatisme estival, on a su résister malgré l'attrait du paysage. On s'intéresse désormais plutôt aux plantes résistantes à la sécheresse.

Voir saint Jean et ...

Bien sûr notre stand coup de coeur c'est Esprit Vert et ses accueillantes tables végétales. 

Voir saint Jean et ...

Des végétaux mais aussi de la décoration comme ce magnifique chêne que nous verrions bien au jardin.

Voir saint Jean et ...

La pluie avait fait pousser quelques bolets dans des coins privilégiés.

Voir saint Jean et ...

Pour les esprits chineurs, il y avait quelques cavernes d'Ali Baba. Mme Duojardin serait bien repartie avec ce petit arrosoir vintage.

Voir saint Jean et ...

Celui du potager du château est nettement plus encombrant mais il a dû servir plusieurs fois dans la saison quand on constate l'état du potager !

Voir saint Jean et ...

En effet que l'on considère les végétaux d'ornement ou les productions légumières, l'été semble avoir été particulièrement clément à Saint Jean de Beauregard. Quel magnifique potager !

Voir saint Jean et ...

Trois jours de folies végétales qui nous ont permis de rencontrer de nombreux pépiniéristes comme Jean-Pierre Misson et ses confères, Aoba et ses curiosités végétales et asiatiques, Olivier Cazeneuve et ses plantes dures à cuire, Indigènes et ses plantes originales, Patrick Nicolas et sa collection de lierres et bien d'autres encore.

Une photo de groupe des petits souvenirs qui vont venir émailler notre jardin. Vive les breaks.

Voir saint Jean et ...

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 9 Septembre 2019

C'est fin mai qu'invités par Françoise et Jean du Jardin des violettes, en compagnie de Florence du blog L'oeil et la main, de Marie Botanica et de son mari, Jean-Claude, nous sommes allés dans le Perche à la rencontre du jardin du Coudray. Un jardin et son jardinier haut en couleurs que nous croisions souvent sur Facebook et qu'il nous tardait de découvrir. D'emblée le visiteur est interpellé par des touches de fantaisie et d'humour qui se confirment dans la prise de contact avec le maître des lieux, Lio Hélix.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Les premiers pas dans le jardin se font dans une luxuriance étonnante et des végétaux heureux de vivre.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Et l'on se retrouve très vite dans un écrin de verdure. La notion d'espace disparaît et le regard s'attache aux détails, aux petites mises en scène ponctuées d'objets raffinés.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Parfois ce sont des objets insolites comme cette chaise démesurée qui se fait sculpture.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Telle une étrave, une terrasse s'avance dans la prairie environnante et invite à une pause face au large.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Et l'on reprend le parcours souligné par un magnifique pavement.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

C'est avec délice que l'on se glisse dans les nombreux cheminements où les perspectives se dévoilent au fur et à mesure de la progression.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

On s'est laissé emporter par la théâtralisation des lieux.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Le décor est raffiné et l'usage des plantes très recherché. Différentes variétés de lierres y ont la part belle couvrant structures et troncs d'arbres ajoutant un sentiment d'intemporalité au jardin.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

L'atmosphère invite à la sérénité, à un bain de verdure ponctué de temps à autre par une touche colorée.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

La partie centrale du jardin, carrefour de ce dédale, permet d'apprécier la composition étagée de la végétation et sa variété.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Le soin particulier apporté à l'appareillage du sol ajoute par sa diversité l'impression d'une déambulation qui n'en finit pas.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Une belle découverte pour nous que ce jardin qui nous semble à la fois imprégné de souvenirs d'enfance et d'intemporalité mais conduit avec modernité dans les jeux des perspectives, des structures et des appareillages. Alors un grand merci à vous M. Lio Hélix de nous avoir ouvert votre univers qui nous a envoûtés. Nous étions passionnés de lierres et de ronces et nous le sommes encore plus. Votre passion exubérante irradie et c'est bien ainsi.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 1 Septembre 2019

Création d'une nouvelle station pause au jardin sous la forme d'un banc arche. A ses pieds pour la végétalisation, nous avons planté un trachelospermum jasminoides, une clématite viticella Mme Julia Correvon et au sol sous le banc un tapis d'ajuga reptans, un petit cadeau de Laurence Marty. Y aura t'il un seuil ou pas, la question reste en suspens.

Retour sur terre

Visiter les jardins conduit souvent à rapporter des projets à la maison. Ce fut encore le cas pour nous après être allés à la rencontre du jardin de Marie-Thérèse Bleuzen et de sa merveilleuse rocaille. Nous avons réinterprété cette vision sous la forme d'un petit orgue végétal en y incluant bien sûr quelques plantes offertes par Marie-Thérèse, complétées par des sedums.

Retour sur terre

La proximité de la maison est propice à la constitution de petits espaces où se mêlent végétaux et déco. Dans celui-ci l'acer palmatum Garnet a bravement affronté la canicule et les chaleurs torrides sans trop de séquelles.

Retour sur terre

Dans le coin du Lavoir, hostas et podophyllum coulent des jours heureux. Quant à l'acer palmatum Peaches and Cream, il commence à arborer ses couleurs automnales.

Retour sur terre

Au pied d'un phormium tenax purpureum, s'ébattent joyeusement sedums, lierres, tulbaghia, fatsia panaché, acer flamingo nanifié, ...

Retour sur terre

Un nouveau venu dans l'espace japonisant, le poncirus trifoliata 'Flying Dragon' qui non content d'être un agrume résistant au gel, adopte aussi une ramure particulièrement tourmentée. Graphisme hivernal garanti.

Retour sur terre

Il n'y avait qu'un buddleja pour accepter d'être planté en plein soleil au mois d'août. Et nous n'avons pas résisté au charme du cultivar Wisteria Lane au port pleureur qui lui donne des allures de glycine.

Retour sur terre

Les dahlias, longtemps bloqués par la chaleur se sont enfin décidés à fleurir, fort à propos d'ailleurs car à l'unisson avec les cératostigmas.

Retour sur terre

Une belle découverte pour nous que le calycanthus florida Aphrodite. Un petit sujet planté au printemps qui a pris plus d'un mètre en végétation et qui fleurit sans cesse depuis juillet sur fond de persicarias amplexicaulis. Fred si tu passes par là, merci de nous en indiquer la variété car ils viennent de chez toi.

Retour sur terre

Coopération végétale, l'indigotier explique à l'hydrangea paniculata Limelight qu'il faut boire modérément.

Retour sur terre

Rien de tel que les cyclamens pour éclairer les sous-bois de fin d'été et la variété hederifolium Amaze Me Pink est pétillante à souhait et fait danser l'aspidistra.

Retour sur terre

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost0

Publié le 22 Août 2019

Le hasard fait souvent bien les choses. Alors que nous devions aller en Bretagne, Mireille du JardinD'UnJour nous a gentiment conviés à rejoindre le petit groupe qui allait à la rencontre du jardin de Marie-Thérèse Bleuzen à la mi-août. Un jardin situé dans le sud Finistère que nous connaissions au travers des publications de Marie-Thérèse sur Facebook. Bretagne oblige, c'est sous la pluie que nous arrivâmes, ceci largement compensé par l'accueil chaleureux de la jardinière. D'emblée nous découvrons la mythique rocaille recouverte de centaines de petits bijoux végétaux.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

L'ensemble est saisissant et l'on a envie de faire connaissance avec chaque plante dont la plupart nous sont inconnues.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

C'est tout un jeu subtil de textures, de formes et de couleurs qui se déroulent sous nos yeux au fur et à mesure de notre progression.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Avec passion Marie-Thérèse nous guide dans ce monde de lilliputiens révélant son impressionnante culture botanique et son amour fou des plantes. 

Certaines sont trompeuses comme ce joli coussin bleu d'acantholimon qui s'avère excessivement épineux.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Le jardin de Marie-Thérèse c'est aussi de grandes tâches fleuries où nous avons particulièrement remarqué la vigueur et la diversité des échinacéas.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Les phlox y sont aussi très volontaires et il faut savoir que tout ce petit monde se ressème allègrement.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

A mi pente c'est tout un panorama végétal qui se dessine.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Les spécimens d'hydrangeas Vanille-Fraise sont somptueux.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Marie-Thérèse cultive aussi un amour immodéré pour les hydrangeas qui lui rendent bien d'ailleurs. C'est un genre quasi inconnu pour nous sarthois en terre calcaire et l'on s'est senti un petit perdu dans ce groupe de jardiniers bretons mais pour autant cela ne nous a pas empêchés de tomber en admiration devant l'un des chouchous de Marie-Thérèse. 

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Des palmiers cernés d'hydrangeas bleus gardent l'entrée d'un autre lieu magique où à couvert vivent et s'hybrident des centaines d'hydrangeas.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

On y pénètre par un petit chemin pentu où il faut souvent se glisser sous les hydrangeas, une sensation unique et fantastique. En haut une autre surprise nous attendait avec des plates bandes entières d'hellébores hybrides, des camélias, des acers. 

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Deux petites merveilles qui pourront nous être accessibles, l'hydrangea quercifolia Little Honey au feuillage jaune et l'hydrangea arborescens Haye's Starbust.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Joli duo que cet acer griseum et ce cimicifuga.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Marie-Thérèse trouve encore le temps avec ses 16000 m2 de jouer avec le junipérus.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Un grand merci Marie-Thérèse de nous avoir fait partager votre monde merveilleux et la richesse de votre connaissance des plantes. Votre passion est communicative et l'on ne regardera plus les quelques hydrangeas que nous avons de la même façon. Merci pour les petits souvenirs vivants que nous avons emportés de votre jardin et que nous allons choyer. On allait oublier de saluer votre talent de pâtissière avec ce délicieux gâteau breton à la rhubarbe qui restera aussi dans le souvenir de nos papilles. 

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0