Publié le 13 Juillet 2015

C'est avec quelques semaines d'avance que le jardin vit le temps des moissons. Les jardiniers récoltent en brassées les hampes séchées et défleuries des vivaces et des rosiers.

Dans la folle course d'Appolon

Des pans entiers de massifs se transforment en chaumes tandis que la colonne de mercure ne cesse de grimper dans une atmosphère asséchante. Heureusement des arbustes comme les kolkwitzias, les spirées, les bruyères ont la sobriété des chameaux tout comme les roses trémières qui se jouent des rayons brûlants.

Dans la folle course d'Appolon

Comme transportée par les alizés, le sud s'installe dans des coins du jardin. Les agapanthes ainsi que le phormium qui fleurit pour la première fois apportent leur saveur exotique.

Dans la folle course d'Appolon

Dans la gravière ombrée, les plantes ne semblent pas encore souffrir de la sécheresse mais pour combien de temps encore ?

Dans la folle course d'Appolon

Pour l'instant rien ne vient troubler les ramures persistantes de l'eucalyptus, des conifères, des ilex et des osmanthus et pas de coup de soleil pour le cotinus Grace, alors que le chemin herbu se fait paillasson.

Dans la folle course d'Appolon

Sous la protection de l'arche de l'éternité, les rosiers Rush et Fairy poursuivent imperturbablement leurs floraisons sans eau et sous la canicule.

Dans la folle course d'Appolon

Dans la Lande, gauras et graminées batifolent en liberté éclaboussées de la lumière de l'été.

Dans la folle course d'Appolon

Mieux vaut avoir les pieds dans l'eau doivent se dire les consoudes et les joncs.

Dans la folle course d'Appolon

La chaleur exceptionnelle de juillet a donné des ailes à la clématire Golden Tiara qui s'en est allée conter fleurette à l'hydrangea Endless Summer.

Dans la folle course d'Appolon

Une rencontre tout en légèreté entre les fleurs virevoltantes des gauras et le graphisme coloré des aulx sphaerocephalum.

Dans la folle course d'Appolon

Il arrive aussi que dans la Lande les petits aulx sphaerocephalum se dressent d'effroi en voyant surgir les spectres errants de quelques aulx Cristophii.

Dans la folle course d'Appolon

Durant la sieste, il arrive aussi que l'hémérocalle se laisse bercer dans le duvet du phlomis.

Dans la folle course d'Appolon

Un coussin de corymbes d'achilée au pied d'une touffe de pennisetum, elle est là la poésie d'une prairie d'été.

Dans la folle course d'Appolon

Telle une star, l'aralia variegata déploie ses éventails au risque de les brûler, heureusement que nous l'avions précautionneusement installé à mi-ombre.

Dans la folle course d'Appolon

Par contre pas de crainte de brûlure pour le Croscomia Lucifer !

Dans la folle course d'Appolon

Tandis que la Sanguisorba tenuifolia Alba semble tirer la langue,

Dans la folle course d'Appolon

la Véronique Fascination la darde vers le ciel.

Quant au jardinier, c'est un rêve d'eau qu'il fait chaque nuit.

Dans la folle course d'Appolon

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 27 Juin 2015

S'il y a dans le jardin des rosiers isolés dans les massifs, il y a aussi un lieu composé de trois clos ceinturés d'érables en arcure dans lesquels s'ébattent joyeusement des dizaines de rosiers. L'idée dans ces espaces était de mettre en scène les roses en les intégrant dans le paysage.

Dans le premier clos, une strate basse composée de gauras, de potentilles, de rosiers paysages comme Eskimo, est dominée par quelques seigneurs comme Laguna

Les rosiers entrent en lice

et Jasmina sans oublier Phyllis Bide, Kir Royal qui n'ont point daigner rentrer dans le cadre. Ce qui nous importait dans ce clos c'était de créer un effet de densité fleurie qui se trouve être à son apogée mi juin.

Les rosiers entrent en lice

Dans le deuxième clos l'espace s'élargit et les rosiers s'associent aux graminées.

Les rosiers entrent en lice

Les miscanthus, les calamagrostis

Les rosiers entrent en lice

et les pennisetums voilent de leurs feuilles légères et élancées les bouquets de roses.

Les rosiers entrent en lice
Les rosiers entrent en lice
Les rosiers entrent en lice
Les rosiers entrent en lice
Les rosiers entrent en lice

L'idée de cette association et de rompre l'aspect statique du rosier en lui insufflant le mouvement des graminées.

Les rosiers entrent en lice

Dans le troisième clos, là où le rouge et le blanc se rencontrent, la verticalité blanche des bouleaux Jacquemontii rythme le paysage.

Les rosiers entrent en lice

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 20 Juin 2015

C'est au cours d'une sortie entre amis jardiniers que nous avons découvert aux confins de la Sarthe et de la Touraine, le Prieuré de Vauboin, une rencontre dont personne n'est sorti indemne et à cela plusieurs raisons.

Un site idyllique comme un trou de verdure traversé par un ruisseau et protégé par les collines environnantes.

Un bâti plusieurs fois centenaire d'une majestueuse simplicité et porteur d'histoires.

Une osmose spirituelle entre un jardinier et son jardin.

Le prieuré de Vauboin, là où un jardinier fait s'émouvoir les buis

C'est autour d'un café que les premiers mots s'échangent tandis que nous nous imprégnons de la plénitude et du charme du lieu.

Le prieuré de Vauboin, là où un jardinier fait s'émouvoir les buis

Les regards effleurent les premières formes des buis taillés et se déposent dans les panaches immaculés d'une gigantesque clématite montana alba.

Le prieuré de Vauboin, là où un jardinier fait s'émouvoir les buis

Et pour encore mieux perdre pied avec le réel c'est un ruisseau que l'on voit alors franchir le seuil d'un porche.

Le prieuré de Vauboin, là où un jardinier fait s'émouvoir les buis

Nous sommes maintenant en condition pour suivre notre guide jardinier et son chemin de pensées. Un chemin conçu comme un hortus conclusus qui déroule la vie comme un labyrinthe où se cotoient le bien et le mal.

Le prieuré de Vauboin, là où un jardinier fait s'émouvoir les buis

Tandis qu'à l'opposé s'est construite l'espérance d'un paradis sous la forme d'un damier de topiaires de buis transfigurées par des cerisiers taillés en plateau dont la floraison hélas nous avait devancés.

Le prieuré de Vauboin, là où un jardinier fait s'émouvoir les buis

Comme une broderie vivante le fil d'Ariane se déroule sous nos pieds dans la structure d'un savant dédale. C'est une alchimie entre végétal et géométrie qui s'opère sous nos yeux et qui raconte l'essence de l'existence d'un jardinier comme un parcours initiatique.

Le prieuré de Vauboin, là où un jardinier fait s'émouvoir les buis

Nous gravissons ensuite le plateau de buis centenaires, là où le jardinier s'est fait sculpteur, là où la topiaire est devenue statuaire.

Le prieuré de Vauboin, là où un jardinier fait s'émouvoir les buis

C'est dans un discours plein d'exaltation que le jardinier nous livre sa quête du beau et de l'art de la taille.

Le prieuré de Vauboin, là où un jardinier fait s'émouvoir les buis

C'est au sommet de la colline que nous découvrons l'apogée de son art sur un lieu baptisé Chapelle et où les buis se sont faits saints et où la taille sert le sacré.

Le prieuré de Vauboin, là où un jardinier fait s'émouvoir les buis

Merci de nous avoir permis d'approcher votre chemin de spiritualité, nous y avons compris que le jardin pouvait être une quête et un sens que l'on peut donner à la vie.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost 0

Publié le 8 Juin 2015

Pour la quatrième année le jardin avait rendez-vous avec vous. Durant deux jours c'est la magie de la rencontre qui opère au coeur d'un univers que l'on tente de façonner dans notre quête de beau et d'harmonie.

A l'entrée

A l'entrée

Un temps qui arrive comme une respiration dans la course de notre passion. Attendu et redouté à la fois, sommes-nous prêts au regard de l'autre ?

Le Talus

Le Talus

Une interrogation qui se développe au cours de la dernière tonte, du dernier tuteurage, de la dernière branche taillée.

Le Talus

Le Talus

Et puis il y a l'arrivée du premier visiteur et les premières paroles de bienvenue.

La Clairière aux roses

La Clairière aux roses

Quelques pas et déjà les premières questions, les premiers échanges.

Vous étiez au rendez-vous !

D'autres visiteurs arrivent et progressivement le jardin s'anime de silhouettes mouvantes qui semblent converser avec le peuple végétal.

L'espace japonisant

L'espace japonisant

Chemin faisant on rencontre le voisin éloigné de quelques haies bocagères que l'on ne voit jamais ou bien celui qui il y a dix ans avait quitté le hameau et que l'on retrouve.

La Lande

La Lande

Il y a les fidèles qui reviennent tous les ans et avec lesquels l'on parle de l'évolution du jardin.

La Lande

La Lande

Il y a partout des idées à prendre comme celle de cet arboriculteur qui chasse les mulots en dressant des poteaux pour y attirer les chouettes.

La Clairière aux pintades

La Clairière aux pintades

Il y a des invitations qui nous ont été données pour découvrir d'autres mondes de passionnés comme autant de promesses de belles rencontres.

Vous étiez au rendez-vous !

Il y a les jardiniers voyageurs qui après avoir parcouru notre blog n'ont pas hésité à faire quelques heures de route pour cheminer dans le jardin.

Vous étiez au rendez-vous !

Et puis tous les amis jardiniers ou non venus nous soutenir de leur présence et de leurs encouragements.

Le Clos fleuri

Le Clos fleuri

Cette année le bouche à oreille aura été notre meilleur flyer et cela a facilité la proximité dans nos échanges.

Le Clos roses et graminées

Le Clos roses et graminées

Vous nous dites avoir trouvé ici la quiétude, la sérénité, avoir été charmés par les parfums et l'harmonie des formes et des couleurs.

Le Clos rouge et blanc

Le Clos rouge et blanc

Nous vous disons combien votre présence a été pour nous un souffle vivifiant, combien vos mots parfois chargés d'émotions sont aussi l'essence de notre envie à poursuivre. 

Vignolette

Vignolette

Mais tout cela n'aurait pas été aussi facile sans la participation et l'investissement de notre voisinage avec la mise à disposition d'un champ pour le parking et l'embellissement du hameau.

Le poste d'accueil habituellement géré par la famille n'a pu se faire et nous remerçions des amis proches pour avoir rempli cette tâche avec tout leur savoir-être et leur savoir-faire.

Il  a régné sur ces deux jours un esprit de fête jardinière et humaine dans le respect des lieux et des autres dont les effluves flotteront  encore longtemps dans le jardin.

MERCI A TOUS.

Vous étiez au rendez-vous !

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Evénements jardin

Repost 0

Publié le 31 Mai 2015

Pour vous accueillir, les arbustes se sont couverts de fleurs, les roses se sont ouvertes, les graminées se sont dressées, les arbres se sont rangés, l'herbe s'est faite moelleuse.

Ils vous attendent impatiemment le samedi 6 et le dimanche 7 juin de 10h à 19h au lieu dit le Colombier du Vigneau, 72210 Souligné-Flacé (attention adresse GPS : le grand Vigneau), tél : 06.32.49.82.99.

C'est une invitation qui s'inscrit dans le cadre de la manifestation nationale des rendez-vous aux jardins organisée par le ministère de la Culture et de la Communication.

Rendez-vous dans notre jardin

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Repost 0

Publié le 24 Mai 2015

Comme la chrysalide en mai, le jardin sort de son cocon et déploie chaque jour un peu plus ses ailes de couleurs.

L'entrée de la maison est assiégée par les semis spontanés des cerinthes sous le regard de l'association d'une heucherella Brass Lantern et d'une potentille blanche.

Voyage dans la métamorphose

Sur le chemin, comme la réminiscence d'un sentier champêtre, les hampes fleuries des digitales précèdent la floraison plus sophistiquée des lys et des rosiers.

Voyage dans la métamorphose

La bande d'oeillets de poète commence à allumer ses feux sous les dômes rosés des kolkwitzias Maradco.

Voyage dans la métamorphose

Comme une vigie, la clématite Président veille sur son petit peuple glauque de fétuques et de junipérus Blue carpet.

Voyage dans la métamorphose

La clairière aux roses se réveille doucement sous le nuage de fleurs de l'acacia Casque Rouge et le rosier Blush Noisette nous fait une grosse crise d'acné.

Voyage dans la métamorphose

Comme toujours, le rosier Alfred carrière joue les stars en montant sur la plus haute marche du podium et le rosier chinensis flirte avec le frémontodendron.

Voyage dans la métamorphose

Combien de temps encore les berbéris et leurs feuillages pourprés tiendront-ils la vedette devant la déferlante fleurie des alstroemerias et du rosier Cornélia ?

Voyage dans la métamorphose

Une belle rencontre qui devient fusionnelle entre le cotinus Grâce et la clématite Ernest Markham, très, très chaud l'ambiance !

Voyage dans la métamorphose

Notre coup de coeur pour les clématites se dissémine dans le jardin comme ici avec la clématite Warszawska Nike.

Voyage dans la métamorphose

Dans la lande, les bruyères se sont mises au vert mais la couleur arrive avec les petits rosiers paysages, les cistes et les gauras.

Voyage dans la métamorphose
Voyage dans la métamorphose

Et dans le clos rouge et blanc, les frondes printanières et écarlates des érables Zoeschence répondent à moults boutons de roses.

Voyage dans la métamorphose

Et puis il y a comme cela des roses qui transforment les photos en tableaux.

Rose Miska

Rose Miska

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost 0

Publié le 24 Mai 2015

Comme une chrysalide en mai, le jardin sort de son cocon et déploie chaque jour un peu plus ses ailes de couleurs.

L'entrée de la maison est assiégée par les semis spontanés des cerinthes sous le regard de l'association d'une heuchella Brass Lantern et d'une potentille blanche.

Voyage dans la métamorphose

Sur le chemin, la réminiscence d'un sentier forestier avec les grandes digitales en attendant la floraison plus sophistiquée des lys et des roses.

Voyage dans la métamorphose

La bande d'oeillets de poètes commence à allumer ses feux sous les dômes rosés des kolkwitzia Maradco. 

Voyage dans la métamorphose

Comme une vigie, la clématite Président veille sur son petit peuple glauque de fétuques et de junipérus Blue Carpet.

Voyage dans la métamorphose

La clairière aux roses se réveille doucement sous les nuages rose de l'acacia casque rouge et Blush noisette nous fait une grosse crise d'acné !

Voyage dans la métamorphose

Comme toujours le rosier Alfred Carrière joue les stars sur la plus haute marche du podium et un rosier mutabilis flirte avec le frémontodendron.

Voyage dans la métamorphose

Combien de temps encore les berbéris et leurs feuillages pourprés tiendront-ils la vedette devant le déferlement à venir des lagerstroemias et du rosier Cornélia ?

Voyage dans la métamorphose

Une belle rencontre qui devient fusionnelle entre le cotinus Grâce et la clématite Ernerst Markham, c'est très chaud l'ambiance !

Voyage dans la métamorphose

Notre coup de coeur pour les clématites commence à se disséminer dans le jardin comme la clématite Warszawska Nike.

Voyage dans la métamorphose

Dans la lande, les bruyères se sont mises au vert mais la couleur arrive avec les petits rosiers paysages, les cistes et les gauras.

Voyage dans la métamorphose
Voyage dans la métamorphose

Et dans le clos rouge et blanc, les frondes printanières et écarlates des arches d'érables Zoeschense répondent aux premiers boutons.

Voyage dans la métamorphose

Et puis il y a comme cela des roses qui transforment les photos en tableau.

Rose Miska

Rose Miska

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost 0

Publié le 17 Mai 2015

Les ponts sont faits pour relier et celui de l'ascension fut pour nous l'occasion de relier des fils de la toile.

A l'initiative de Maryse du blog Au gré du jardin, nous nous sommes retrouvés en Touraine en compagnie d'Hélène du blog Rouge cabane et d'Alexandre du blog Jardin aux quatre saisons. Au programme, retrouvailles et visites de jardins.

Il y a un an nous découvrions le jardin de Maryse et Jean-Luc. Leur accueil fut aussi chaleureux et enthousiaste dans un jardin qui avait magnifiquement évolué. Dès l'entrée, nous sommes enveloppés par le parfum suave des grappes fleuries de la glycine qui couvrent une tonnelle devant la maison.

Invitation au voyage

Le jardin se dessine en frontière fleurie et ouverte sur la campagne verdoyante.

Invitation au voyage

Un rhododendron nous invite à nous glisser dans les scènes végétales.

Invitation au voyage

Nous avons été séduits par l'atmosphère apaisante et floutée des couleurs et des textures.

Invitation au voyage

Des pierres moussues, de vieux arrosoirs en zinc, une touffe d'iris comme un souvenir d'enfance.

Invitation au voyage

Au détour du cheminement, le jardin vient flirter avec son environnement comme une respiration avant de poursuivre plus en avant.

Invitation au voyage

Le dedans et le dehors se fondent en un paysage.

Invitation au voyage

Nous y avons aussi surpris des payasages intérieurs comme des reflets de l'intime et de l'émotion

Invitation au voyage

comme une invitation à la méditation,

Invitation au voyage

comme une invitation à prendre la route vers d'autres ailleurs.

Invitation au voyage

Elle est bien là la magie du jardin, faire voyager dans le rêve de l'autre.

Invitation au voyage

Un grand merci à nos hôtes pour ces délicieux instants sans oublier la désormais légendaire cuisine de Jean-Luc. Bon vent à tous vos projets comme la fin de la restauration de cette volière.

Invitation au voyage

Epilogue : sans oublier une brouette de souvenirs à planter.

Invitation au voyage

Etonnant, d'avoir trouvé le temps de faire des photos avec toutes nos séances de bavardages, n'est-ce pas les filles !!!

Bientôt nous vous raconterons la folle histoire du prieuré de Vauboin que nous avons visité ensemble au cours de ce beau week-end.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost 0

Publié le 10 Mai 2015

Le dernier épisode pluvieux aura été pour nous une source d'inspiration. Alors que toutes les flaques se sont taries, une petite pièce d'eau est née dans un coin du jardin.

Une nouvelle histoire d'eau

Un vieux lavoir en zinc poli par les corvées de linge de la mère Denis, une pompe, un robinet et notre envie aquatique se réalisait.

Nous y avons installé : un symphytum officinale et un stachys palustris pour la floraison, et des juncus Spiralis et Zebrinus pour leur graphisme.

Une nouvelle histoire d'eau

En attendant de peaufiner la scène, hostas, euonymus et hakonechloa plantent le décor.

Une nouvelle histoire d'eau

Mais l'eau tombée ne stimule pas que l'imagination, elle excite aussi les ramures et le broyeur fut particulièrement courageux en début de week-end.

Une nouvelle histoire d'eau

Un de nos petits coups de coeur printanier s'appelle : lychnis flos-cuculi. C'est une vivace dont on aime le caractère sauvageon et gracile qui s'inscrit bien dans une ambiance de graminées et de prairies. Elle a une capacité d'adaptation importante car à l'origine c'est une plante de marécage mais elle se contente d'une terre fraîche.

Une nouvelle histoire d'eau

Chez nous elle vaporise "la lande".

Une nouvelle histoire d'eau

Que serait le printemps sans la neige des viburnums qui se dépose en plateau sur le viburnum Mariesii

Une nouvelle histoire d'eau

et en gros floçons sur le viburnum Popcorn.

Une nouvelle histoire d'eau

Ils font la lumière du printemps.

Une nouvelle histoire d'eau

En mai la palette des feuillages domine en subtile fraîcheur.

Une nouvelle histoire d'eau

Le jardin respire tranquillement

Une nouvelle histoire d'eau

et nous entraîne vers des chemins rousseauistes.

Une nouvelle histoire d'eau

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost 0

Publié le 2 Mai 2015

Trois tournées de pluviomètre en trois jours, ça peut saouler les jardiniers qui attendaient ce long week-end pour s'éclater dans le jardin.

Quand la pluie fait tourner les têtes

Pourtant cela n'a pas empêché certains de prendre la route, heureusement avec une vitesse adaptée à la situation.

Quand la pluie fait tourner les têtes

Le jardinier va devoir composer ses massifs avec de nouveaux venus attirés par l'humidité ambiante. Après tout des ronds de sorcière parmi les graminées cela pourra avoir son petit effet.

Quand la pluie fait tourner les têtes

Plus loin un groupe d'arrosoirs s'angoissent sur l'avenir et la peur de l'abandon.

Quand la pluie fait tourner les têtes

Tiens donc on avait toujours rêvé d'un point d'eau au jardin et il a fallu attendre le premier mai pour qu'il se réalise.

Quand la pluie fait tourner les têtes

Par contre on n'avait pas imaginé des bassins partout et peut-être devrions-nous remplacer les buis par des nénuphars ?

Quand la pluie fait tourner les têtes

On a même découvert qu'on avait le must pour la terrasse à savoir une bassine à débordement.

Scirpus zebrinus, jonc vivace annelé

Scirpus zebrinus, jonc vivace annelé

Comme un présage vers des jours plus lumineux, notre petit morceau de soleil levant continue à briller sous la pluie. Il reviendra c'est sûr ... le soleil.

Clématis Yukiokoshi

Clématis Yukiokoshi

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost 0