chez les autres

Publié le 26 Janvier 2020

Séquence souvenir avec notre périple jardinier de juillet dans la région de la baie de Somme en compagnie de Jean-Luc et Maryse du blog Au gré du jardin, de Florence du blog De l'oeil et la main, d'Hélène du blog Rouge cabane et de Fred du jardin du Mayet. Après de sympathiques retrouvailles au gîte, nous voilà partis à la rencontre de notre premier jardin, celui de Bernadette et Daniel Richir si joliment dénommé "Reflets de jardin". C'est un jardin de 5 000 m2 situé sur la commune de Pénin dans le Pas de Calais. L'accueil est chaleureux et Bernadette et Daniel nous accompagneront tout au long de la visite.

D'emblée tous les yeux se trouvent captés par le feuillage délicatement éclaboussé du Catalpa bignonioides 'Pulverulenta'. 

Les reflets d'une passion à "Reflets de Jardin"

Le jardin s'est élaboré en plusieurs épisodes. La partie la plus mature a été plantée il y a une trentaine d'années.

Nous avons été témoin de cette belle étreinte fusionnelle entre un berbéris et un euonymus.

Les reflets d'une passion à "Reflets de Jardin"

Avec un PH de 5-6, les écorces sont à la fête comme ici avec ce magnifique Prunus serrula au tronc d'acajou.

Les reflets d'une passion à "Reflets de Jardin"

Un Rhus typhina taillé en transparence domine un jeu de topiaires et laisse entrevoir une taille en nuage. En arrière plan on devine un Fagus sylvatica 'Purple fountain' qui s'élève en serpentant.

Les reflets d'une passion à "Reflets de Jardin"

Nous sommes impressionnés par l'opulence et la variété des végétaux. Ce sont en effet plus de 2000 plantes qui gambadent dans le jardin. Nous avons eu un coup de coeur pour le Berbéris thunbergii 'Red Dream' au premier plan et nous en avons fait son acquisition aux pépinières Hennebelle.

Les reflets d'une passion à "Reflets de Jardin"

La pépinière Mela Rosa de Jean-Lin Lebrun n'est pas loin et "Reflets de Jardin" en a une belle collection à tel point qu'un rosier porte le nom du jardin. C'est avec passion que Bernadette évoque ses roses et leur porte une attention de tous les instants.

Les reflets d'une passion à "Reflets de Jardin"

Fruit du hasard ce semis de Taxus baccata 'Standishi' nous a éblouis de son rayonnement solaire et on rêve que Daniel le bouture !

Les reflets d'une passion à "Reflets de Jardin"

Dans la transparence de l'Ulmus parvifolia 'Sagei' à l'élégante ramure, se laisse deviner les contours du grand bassin.

Les reflets d'une passion à "Reflets de Jardin"

Les scènes défilent comme autant de tableaux plus délicats les uns que les autres.

Les reflets d'une passion à "Reflets de Jardin"

Couleurs, formes, textures se font écho, parfois s'opposent, parfois se complètent créant un ensemble en cohérence mais plein de dynamisme.

Les reflets d'une passion à "Reflets de Jardin"

Les conifères ont aussi la part belle dans ce jardin et nombre de sujets sont remarquables.

Les reflets d'une passion à "Reflets de Jardin"

Bernadette et Daniel ont réinterprété une scène emblématique initiée par Jean-Pierre Hennebelle qui consiste à réunir des arbres à écorces remarquables dans un espace restreint. Ils l'ont personnalisée en y ajoutant une Parthenocissus quinquefolia en guise de couvre-sol. L'effet est époustouflant.

Les reflets d'une passion à "Reflets de Jardin"

Où que le regard se pose l'équilibre est de mise et la végétation étagée modèle les perspectives, du grand art paysager.

Les reflets d'une passion à "Reflets de Jardin"

C'étaient nos premiers pas dans un jardin des Hauts de France et nous avons été transportés, inspirés, enthousiasmés par votre univers végétal. Ajoutons à cela votre gentillesse et votre envie de partager qui nous ont comblés. Un grand merci à vous Bernadette et Daniel.

Les reflets d'une passion à "Reflets de Jardin"

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 17 Janvier 2020

Nous vous convions aujourd'hui dans les jardins de Montperthuis au manoir de la Pillardière. C'est dans le Perche et à l'initiative d'amis en juillet que nous avons fait cette belle rencontre qui est l'oeuvre du paysagiste-jardiniste Philippe Dubreuil, spécialisé dans la restauration des jardins historiques.

Il ne lui aura pas fallu dix ans pour transformer une friche et ses bâtiments percherons du XVième siècle en un magnifique exemple de classicisme en adéquation avec les lieux et son histoire tout en tenant compte de l'environnement et en y ajoutant de la contemporanéité.

Face aux bâtiments, l'espace cour est traité de manière très architecturale et redonne aux lieux leurs lettres de noblesse.

Les jardins de Montperthuis ou quand le classique se fait polymorphe

Ce travail formel n'exclue pas une pointe contemporaine par l'ajout de graminées au sein des structures et par l'installation de sculptures abstraites.

Les jardins de Montperthuis ou quand le classique se fait polymorphe

Le classicisme n'exclue pas non plus un brin de fantaisie avec des statuaires d'arbres tronqués d'où émergent des gerbes de verveines.

Les jardins de Montperthuis ou quand le classique se fait polymorphe

Les bâtiments annexes sont remarquables et ajoutent un charme passéiste sublimé par un choix de végétaux qui n'est pas ostentatoire.

Les jardins de Montperthuis ou quand le classique se fait polymorphe

On y voit aussi la volonté d'apporter au lieu un esprit cottage au naturel qui nous a séduit.

Les jardins de Montperthuis ou quand le classique se fait polymorphe

Encore un exemple de classicisme naturel avec ce bassin couvert de nénuphars et surplombé d'une statue énigmatique.

Les jardins de Montperthuis ou quand le classique se fait polymorphe

On a aimé le travail de l'eau avec ce bassin circulaire d'où s'échappe un ru canalisé au ras du sol.

Les jardins de Montperthuis ou quand le classique se fait polymorphe

A l'image des jardins du moyen âge, de grands carrés géométriques formés par des plessis sont plantés de grandes vivaces qui rappellent les simples du Moyen Age comme les pérovskias, les verveines, les armoises, les cardons, ... avec en contre point des topiaires d'osmanthes. Graphisme classique et flouté contemporain se mêlent en un accord parfait.

Les jardins de Montperthuis ou quand le classique se fait polymorphe

Toujours bienvenue et bien vu, une percée sur le paysage extérieur nous rappelle que nous sommes entourés de champs et de prés.

Les jardins de Montperthuis ou quand le classique se fait polymorphe

Témoin d'une activité passée, le four à chanvre met en scène la végétation.

Les jardins de Montperthuis ou quand le classique se fait polymorphe

Quelque soit le point de vue, le bâti dispersé sert toujours d'écrin à des scènes où jouent textures, formes et couleurs.

Les jardins de Montperthuis ou quand le classique se fait polymorphe

Comme un hommage à la vie rurale, des scènes empreintes de simplicité se découvrent au fur et à mesure du cheminement.

Les jardins de Montperthuis ou quand le classique se fait polymorphe

Un jardin que nous aurions plaisir à retrouver sous une lumière plus douce que celle d'un 14 juillet qui avait tendance à écraser la subtilité des lieux et le charme qui en émanait.

Merci Philippe Dubreuil pour votre accueil chaleureux et cette belle leçon de paysage que nous avons parcourue et qui nous a conquis.

Les jardins de Montperthuis ou quand le classique se fait polymorphe

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 2 Janvier 2020

Que pouvaient souhaiter de mieux des jardiniers que de passer le jour de l'an ensemble et de se retrouver au milieu de jardins dans la brume et dans la bruine. Ce projet un peu fou nous l'avons vécu grâce à Francoise et Jean du jardin des Violettes, en compagnie d'Hélène de Rouge cabane, de Maryse et Jean-Luc de Au gré du jardin, de Florence et Laurent de L'oeil et la main et de Lio Helix et de sa fille. 

Le premier matin de l'année, nous voilà partis sur les chemins du jardin des Violettes.

Ils sont fous ces jardiniers

Pour l'occasion, la gloriette arborait des lampions et le jardin s'était mis sur son trente et un !

Ils sont fous ces jardiniers

Rien de tel que l'hiver pour apprécier les structures du jardin et oh combien les persistants sont indispensables à l'animation du jardin.

Ils sont fous ces jardiniers

Au jardin des Violettes, on sait qu'un jardin vaut plus que six mois et pour ce faire il y a non seulement les persistants lumineux mais aussi les écorces comme cette splendide brassée de cornus à bois rouge sans oublier la ronce tibétaine.

Ils sont fous ces jardiniers

Et comme symbole de ce délicieux début d'année partagé, un couple d'hirondelles est venu dans le jardin se poser.

Ils sont fous ces jardiniers

Pour le premier après-midi de l'année, nous avons eu le privilège d'être accueillis dans les jardins de la Mansonière par Michèle et Philippe Manson. Il y a des merveilles qui se révèlent aussi l'hiver comme ce magnifique malus 'Red Sentinel'.

Ils sont fous ces jardiniers

Avec toujours autant de présence en hiver, ce massif reste pour nous un bel exemple d'équilibre, tel un lieu de contemplation.

Ils sont fous ces jardiniers

Structures de bois, topiaires, persistants colorés se rient de la grisaille.

Ils sont fous ces jardiniers

Quel bel exemple de structure hivernale que ce jeu de boules où même les caducs ont un rôle à jouer !

Ils sont fous ces jardiniers

Un massif qui vient d'être créé et qui n'a rien à envier à ses aînés. Quel beau contraste forment les cornus et les choisyas dorés que tempèrent les buis.

Ils sont fous ces jardiniers

Merci à tous les deux, Michèle et Philippe, pour votre disponibilité et votre générosité. On a vécu là un moment extraordinaire, un beau présage pour commencer l'année et ce sera un plaisir de vous retrouver à un autre moment de l'année.

Ils sont fous ces jardiniers

Encore un grand merci à Françoise et à tous les amis jardiniers de nous avoir permis ce petit grain de folie avec le souhait que d'autres suivront.

C'est sur cette belle aventure que nous souhaitons à tous les passionnés de jardin, une année de verte abondance au jardin ou ailleurs.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 23 Novembre 2019

En mai fais ce qu'il te plaît et il nous a plu à l'initiative de Françoise et Jean du Jardin des Violettes, en compagnie de Florence du blog L'oeil et la main, de Marie Botanica et Jean-Claude, de partir à la découverte du jardin du Bois du Puits en Normandie dans le Perche. Un jardin de plus de quatre hectares qui est l'oeuvre d'un couple de pépiniéristes-paysagistes retraités. C'est un jardin qui présente de multiples facettes et nous ouvrent sur des mondes paysagers parfois étonnants. On a aimé les grands espaces de respiration traités de manière très contemporaine, voire minimaliste.

Le 'Bois du Puits' où l'on s'y est retrouvé comme Alice

On y a découvert une très grande diversité végétale avec des sujets qui nous ont fait rêver dont cette très belle variété de fagus pendula.

Le 'Bois du Puits' où l'on s'y est retrouvé comme Alice

Des mises en scène qui nous ont tapé dans l'oeil et qui essaimeront sûrement à un moment ou à un autre dans notre jardin.

Le 'Bois du Puits' où l'on s'y est retrouvé comme Alice

On y a aussi trouvé des tableaux naturalistes tel ce point d'eau verdoyant et opulent.

Le 'Bois du Puits' où l'on s'y est retrouvé comme Alice

Le statuaire est aussi très présent avec de belles oeuvres qui magnifient le lieu.

Le 'Bois du Puits' où l'on s'y est retrouvé comme Alice

Une association persicaires-valérianes toute en simplicité mais avec un remarquable effet.

Le 'Bois du Puits' où l'on s'y est retrouvé comme Alice

Nous qui sommes amateurs de conifères nous avons été comblés. Belle idée aussi à retenir que de planter les couvre-sols en masse.

Le 'Bois du Puits' où l'on s'y est retrouvé comme Alice

Les cheminements nous conduisent à chaque fois vers des univers particuliers comme une invitation au voyage.

Le 'Bois du Puits' où l'on s'y est retrouvé comme Alice

Celle là on l'aurait bien apprivoisée pour qu'elle nous suive ... !

Le 'Bois du Puits' où l'on s'y est retrouvé comme Alice

Végétation et sol normand font un accord parfait, tout y pousse joyeusement.

Le 'Bois du Puits' où l'on s'y est retrouvé comme Alice

On a aussi bien aimé les transitions entre prairie et massifs structurés par un jeu d'appareillage.

Le 'Bois du Puits' où l'on s'y est retrouvé comme Alice

Bel exercice paysagé que cette mixed-border qui allie vivaces, arbres et arbustes

Le 'Bois du Puits' où l'on s'y est retrouvé comme Alice

et qui s'achève sur un kiosque.

Le 'Bois du Puits' où l'on s'y est retrouvé comme Alice

Merci à vous, Roselyne et Jean-Pierre Jacob pour votre chaleureux accueil. Ce fut un plaisir de déambuler et de flâner dans vos paysages. Nous y avons trouvé du rêve et retenu plein d'idées.

Le 'Bois du Puits' où l'on s'y est retrouvé comme Alice

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 4 Novembre 2019

Rien de tel pour briser la grisaille que de plonger dans les souvenirs d'une fin de printemps. C'est en effet fin mai que Françoise et Jean du Jardin des Violettes nous avaient conviés à un périple jardinier qui s'est achevé dans leur jardin. Cela faisait plusieurs années que nous n'étions pas revenus et les surprises étaient au rendez-vous. 

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

D'emblée nous sommes accueillis par une belle mise en scène où la pergola trône sur un pavage de briques anciennes du plus bel effet. Le ton est donné avec l'envie de découvrir.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Quelques pas et nous voilà plongés dans le jardin et l'on imagine alors tout le travail pour arriver en quelques années à animer un tel paysage où tailles et couleurs se complètent dans une belle harmonie. Le Sambucus Nigra Black Lace était à son apogée.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

L'art de recevoir transparaît dans le jardin et les incitations à la pause ponctuent la promenade.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Le catalpa aurea commençait à s'illuminer face au rideau de verdure au fond tourmenté par les saules tortueux.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Belle idée que cette bordure moutonnante d'origan doré et beau spécimen que cet héptacodium miconioides.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Elégante taille en transparence pour l'acer davidii dont on peut admirer la marbrure de l'écorce.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

De l'autre coté, le pavage est un faire valoir pour les vivaces qui ajoutent leurs touches colorées.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Des cheminements entre les massifs mais aussi de verdoyants espaces de respiration rythment le jardin.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Encore un petit coin de sérénité pour admirer entre autre un cornus alternifolia 'Argentea' à la délicate ramure.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

L'une des stars du jardin, le cercis canadensis 'Forest Panzy' déploie son magnifique feuillage . On les voit rarement en aussi bonne santé.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Joli jeu de textures de feuillages, du grand art jardinier !

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Au Jardin des Violettes, on n'imaginerait pas le jardin sans potager et en plus avec des fleurs.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Un jardin comme un havre de paix où l'on se sent bien, où l'on se sent accueilli dans une nature généreuse à l'image de ses jardiniers.

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Et petite cerise sur le gâteau et pas la moindre, un environnement à couper le souffle. On comprend bien pourquoi certains y restent pour le gîte et le couvert. Un grand merci à vous pour l'ensemble de cette belle journée normande. 

Qu'il est chouette le Jardin des Violettes

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 1 Octobre 2019

On en rêvait depuis si longtemps et ce vendredi 27 septembre, les portes du château de Saint Jean de Beauregard s'ouvraient. Allaient s'ensuivre trois jours de végétales douceurs ponctués de rencontres, de coups de coeur et de découvertes. Un rêve rendu possible par l'invitation de Jean-Luc et Maryse du blog Au gré du jardin qui accompagnaient leur fils qui exposait à Saint Jean.

Beaucoup de pépinières de renom avaient fait le déplacement et c'est avec grand plaisir que nous y avons retrouvé les pépinières Hennebelle dont nous avions visité l'entreprise en juillet. Contact chaleureux et végétaux d'exception, nous ont fait revenir plusieurs fois sur le stand et une Ampelopsis glandulosa Elegans est repartie avec nous.

Voir saint Jean et ...

Encore une pépinière que nous affectionnons, c'est celle de P. Leclercq. Ici aussi on cultive l'amour du végétal. On aurait bien succombé au charme du Cercis canadensis 'Sweet Heart' mais la réalité de notre sol nous a portés vers des végétaux compatibles comme le Lespedeza thunbergii 'Edo Shibori' et le Stephanandra incisa Crispa.

Voir saint Jean et ...

Rencontre avec Jean-Lin Lebrun des pépinières Mela Rosa pour préparer notre commande en racines nues qui nous a fait découvrir quelques variétés dont 'Mamounette d'Amour'. Un plaisir que de revoir ce rosiériste passionné et d'écouter ses conseils de culture.

Voir saint Jean et ...

Avec Hostafolie, les prix et la qualité sont au rendez-vous. Automne oblige, peu d'hostas mais une belle collection de sedums, de fougères et de graminées était présentée. On a eu un petit coup de coeur pour deux Blechnum Spicant, une Coniogramme Emelensis, un Chasmanthium Little Tickler et l'Hosta Paul's Glory.

Voir saint Jean et ...

Grâce à Aurore de la Roche Saint Louis, leur ambassadrice et créatrice, de nouvelles variétés, les Aspidistras sont passées de l'ombre à la lumière. La variété elatior 'Asahi' a reçu le Grand prix du jury de Beauregard. Voilà qui va nous inciter à poursuivre nos plantations d'Aspidistras dans le jardin.

Voir saint Jean et ...

Depuis le temps que l'on voulait un petit nénuphar, l'occasion était trop belle avec la pépinière Les filles du vent, les filles de l'eau. Le Nénuphar 'Little Sue' coule maintenant des jours que l'on espère heureux dans notre lavoir.

Voir saint Jean et ...

Pas encore remis de notre traumatisme estival, on a su résister malgré l'attrait du paysage. On s'intéresse désormais plutôt aux plantes résistantes à la sécheresse.

Voir saint Jean et ...

Bien sûr notre stand coup de coeur c'est Esprit Vert et ses accueillantes tables végétales. 

Voir saint Jean et ...

Des végétaux mais aussi de la décoration comme ce magnifique chêne que nous verrions bien au jardin.

Voir saint Jean et ...

La pluie avait fait pousser quelques bolets dans des coins privilégiés.

Voir saint Jean et ...

Pour les esprits chineurs, il y avait quelques cavernes d'Ali Baba. Mme Duojardin serait bien repartie avec ce petit arrosoir vintage.

Voir saint Jean et ...

Celui du potager du château est nettement plus encombrant mais il a dû servir plusieurs fois dans la saison quand on constate l'état du potager !

Voir saint Jean et ...

En effet que l'on considère les végétaux d'ornement ou les productions légumières, l'été semble avoir été particulièrement clément à Saint Jean de Beauregard. Quel magnifique potager !

Voir saint Jean et ...

Trois jours de folies végétales qui nous ont permis de rencontrer de nombreux pépiniéristes comme Jean-Pierre Misson et ses confères, Aoba et ses curiosités végétales et asiatiques, Olivier Cazeneuve et ses plantes dures à cuire, Indigènes et ses plantes originales, Patrick Nicolas et sa collection de lierres et bien d'autres encore.

Une photo de groupe des petits souvenirs qui vont venir émailler notre jardin. Vive les breaks.

Voir saint Jean et ...

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 9 Septembre 2019

C'est fin mai qu'invités par Françoise et Jean du Jardin des violettes, en compagnie de Florence du blog L'oeil et la main, de Marie Botanica et de son mari, Jean-Claude, nous sommes allés dans le Perche à la rencontre du jardin du Coudray. Un jardin et son jardinier haut en couleurs que nous croisions souvent sur Facebook et qu'il nous tardait de découvrir. D'emblée le visiteur est interpellé par des touches de fantaisie et d'humour qui se confirment dans la prise de contact avec le maître des lieux, Lio Hélix.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Les premiers pas dans le jardin se font dans une luxuriance étonnante et des végétaux heureux de vivre.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Et l'on se retrouve très vite dans un écrin de verdure. La notion d'espace disparaît et le regard s'attache aux détails, aux petites mises en scène ponctuées d'objets raffinés.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Parfois ce sont des objets insolites comme cette chaise démesurée qui se fait sculpture.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Telle une étrave, une terrasse s'avance dans la prairie environnante et invite à une pause face au large.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Et l'on reprend le parcours souligné par un magnifique pavement.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

C'est avec délice que l'on se glisse dans les nombreux cheminements où les perspectives se dévoilent au fur et à mesure de la progression.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

On s'est laissé emporter par la théâtralisation des lieux.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Le décor est raffiné et l'usage des plantes très recherché. Différentes variétés de lierres y ont la part belle couvrant structures et troncs d'arbres ajoutant un sentiment d'intemporalité au jardin.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

L'atmosphère invite à la sérénité, à un bain de verdure ponctué de temps à autre par une touche colorée.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

La partie centrale du jardin, carrefour de ce dédale, permet d'apprécier la composition étagée de la végétation et sa variété.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Le soin particulier apporté à l'appareillage du sol ajoute par sa diversité l'impression d'une déambulation qui n'en finit pas.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Une belle découverte pour nous que ce jardin qui nous semble à la fois imprégné de souvenirs d'enfance et d'intemporalité mais conduit avec modernité dans les jeux des perspectives, des structures et des appareillages. Alors un grand merci à vous M. Lio Hélix de nous avoir ouvert votre univers qui nous a envoûtés. Nous étions passionnés de lierres et de ronces et nous le sommes encore plus. Votre passion exubérante irradie et c'est bien ainsi.

Le jardin du Coudray, un dédale sans minotaure mais avec un ténor !

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 22 Août 2019

Le hasard fait souvent bien les choses. Alors que nous devions aller en Bretagne, Mireille du JardinD'UnJour nous a gentiment conviés à rejoindre le petit groupe qui allait à la rencontre du jardin de Marie-Thérèse Bleuzen à la mi-août. Un jardin situé dans le sud Finistère que nous connaissions au travers des publications de Marie-Thérèse sur Facebook. Bretagne oblige, c'est sous la pluie que nous arrivâmes, ceci largement compensé par l'accueil chaleureux de la jardinière. D'emblée nous découvrons la mythique rocaille recouverte de centaines de petits bijoux végétaux.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

L'ensemble est saisissant et l'on a envie de faire connaissance avec chaque plante dont la plupart nous sont inconnues.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

C'est tout un jeu subtil de textures, de formes et de couleurs qui se déroulent sous nos yeux au fur et à mesure de notre progression.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Avec passion Marie-Thérèse nous guide dans ce monde de lilliputiens révélant son impressionnante culture botanique et son amour fou des plantes. 

Certaines sont trompeuses comme ce joli coussin bleu d'acantholimon qui s'avère excessivement épineux.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Le jardin de Marie-Thérèse c'est aussi de grandes tâches fleuries où nous avons particulièrement remarqué la vigueur et la diversité des échinacéas.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Les phlox y sont aussi très volontaires et il faut savoir que tout ce petit monde se ressème allègrement.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

A mi pente c'est tout un panorama végétal qui se dessine.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Les spécimens d'hydrangeas Vanille-Fraise sont somptueux.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Marie-Thérèse cultive aussi un amour immodéré pour les hydrangeas qui lui rendent bien d'ailleurs. C'est un genre quasi inconnu pour nous sarthois en terre calcaire et l'on s'est senti un petit perdu dans ce groupe de jardiniers bretons mais pour autant cela ne nous a pas empêchés de tomber en admiration devant l'un des chouchous de Marie-Thérèse. 

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Des palmiers cernés d'hydrangeas bleus gardent l'entrée d'un autre lieu magique où à couvert vivent et s'hybrident des centaines d'hydrangeas.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

On y pénètre par un petit chemin pentu où il faut souvent se glisser sous les hydrangeas, une sensation unique et fantastique. En haut une autre surprise nous attendait avec des plates bandes entières d'hellébores hybrides, des camélias, des acers. 

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Deux petites merveilles qui pourront nous être accessibles, l'hydrangea quercifolia Little Honey au feuillage jaune et l'hydrangea arborescens Haye's Starbust.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Joli duo que cet acer griseum et ce cimicifuga.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Marie-Thérèse trouve encore le temps avec ses 16000 m2 de jouer avec le junipérus.

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Un grand merci Marie-Thérèse de nous avoir fait partager votre monde merveilleux et la richesse de votre connaissance des plantes. Votre passion est communicative et l'on ne regardera plus les quelques hydrangeas que nous avons de la même façon. Merci pour les petits souvenirs vivants que nous avons emportés de votre jardin et que nous allons choyer. On allait oublier de saluer votre talent de pâtissière avec ce délicieux gâteau breton à la rhubarbe qui restera aussi dans le souvenir de nos papilles. 

Le jardin d'une botaniste passionnée et passionnante, le jardin de Marie-Thérèse

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 4 Mars 2019

C'est en compagnie d'Hélène du blog Rouge Cabane et de Joël et Ingrid du blog Le paradis d'une passionnée que nous sommes allés à la rencontre du jardin des Etamines près de Libourne en Gironde à Cabara.

Souvenir de mai

S'il est bien un jardin qui exprime la poétique de mai c'est bien celui-là. Il s'y développe un doux tourbillon de liberté, de légèreté et de créativité.

Souvenir de mai

Un jardin qui nous a fait voyager dans une succession de tableaux de charmes.

Souvenir de mai

La présence de l'eau ajoute encore à la sérénité des lieux et il y a nombre de petites pépites végétales qui se mêlent dans une végétation foisonnante.

Souvenir de mai

Ici et là des touches de déco presque intemporelles se fondent dans le paysage.

Souvenir de mai

Les allées sont autant de dédales vers des souvenirs de jardins d'enfance.

Souvenir de mai

On ne peut mieux dire.

Souvenir de mai

Un nuage de roses, une margelle moussue de puit, une gloriette ... On n'attend plus que la fée clochette !

Souvenir de mai

A l'image de cet hosta la végétation s'exprime avec luxuriance et l'on s'y sent immergé.

Souvenir de mai

Depuis 2013, un nouvel espace est venu doubler la surface initiale de 2000m2 dont l'entrée est symbolisée par un magnifique rosier et invite à poursuivre la rêverie.

Souvenir de mai

Dans cette nouvelle partie beaucoup de végétaux nous étaient inconnus et rivalisaient de beauté et d'originalité.

Souvenir de mai

Et parmi ceux-ci un splendide styrax jap. Fragant Fountain.

Souvenir de mai

Un grand merci à vous Jean-Pierre et Bertrand de nous avoir fait partager si généreusement votre amour des plantes et votre jardin à qui mai va si bien.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 6 Février 2019

Retour en juillet pour vous faire partager l'une de nos étapes dans le Cotentin en compagnie du club des six : Hélène de Rouge Cabane, Fred du jardin du Mayet et Jean-Luc et Maryse de Au gré du jardin. Rien de tel qu'un voyage en terres australes pour oublier la grisaille ambiante.

C'est en effet au jardin de Vauville que nous vous convions. Ce jardin est né en 1948 à l'initiative de Nicole et Eric Pellerin avec l'envie d'accueillir essentiellement des plantes de l'hémisphère sud. C'est aujourd'hui la troisième génération qui est à la tête de ce patrimoine végétal et qui continue à le faire évoluer.

Le début de la visite commence dans un espace dédié à une sphère armillaire qui symbolise le centre du jardin et rend hommage à ses créateurs en n'oubliant pas les jardiniers !

Voyage en terres australes

Le paysage fait très vite monter la température, la végétation est exubérante, les teintes sont chaudes ...

Voyage en terres australes

Eucalyptus et cordylines australes invitent à l'exotisme. 

Voyage en terres australes

Un cryptomeria elegans comme on n'avait jamais vu et c'est là le privilège des vieux jardins.

Voyage en terres australes

Des beautés fascinantes comme ces eucomis comosa.

Voyage en terres australes

Même les crinums ont ici développé de la luxuriance.

Voyage en terres australes

Le faste des hydrangeas nous rappelle cependant que nous sommes en Normandie.

Voyage en terres australes

Guidé par Eric Pellerin le petit-fils du créateur du jardin, nous avons eu le privilège d'entrer dans l'enceinte du château et d'en écouter son histoire.

Voyage en terres australes

Des petites fabriques de jardin ajoutent encore au dépaysement et à la magie des lieux.

Voyage en terres australes

Comme une invitation au voyage, trois stèles se dressent face à la mer.

Voyage en terres australes

Les scènes sont grandioses. N'a t'on pas ici l'impression d'arriver sur une île perdue ?

Voyage en terres australes

Et ce n'est pas cette magnifique mise en scène de gunneras qui le contredira

Voyage en terres australes

avec son originale floraison.

Voyage en terres australes

Un jardin comme une piste d'envol pour le rêve et l'aventure avec l'envie de ne jamais atterrir.

Voyage en terres australes

Un grand merci à notre guide Eric Pellerin pour nous avoir fait partager l'odyssée de ce lieu extraordinaire et l'attachement qu'il lui voue.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0