chez les autres

Publié le 7 Janvier 2017

Nous vous proposons un nouveau morceau choisi de notre odyssée bretonne en juillet avec le club des cinq au jardin des Sittelles à Arzano dans le Finistère. C'est un jeune jardin de six ans et d'une superficie de plus d'un hectare et dont les propriétaires sont d'anciens pépiniéristes. Des personnages accueillants, atypiques qui ont su conserver leur âme d'enfant et continuent à en jouer. Ajoutons à cela que ce sont des passionnés de plantes et de grands pédagogues.

Le ton est donné dès le début de la visite quand nous découvrons étonnés que le jardin est habité par de drôles de créatures.

Au jardin des Sittelles on cultive l'humour végétal

Les hydrangeas y sont des hôtes de choix avec plus de 200 variétés présentes et forment des scènes d'un romantisme rafraîchissant bien agréable dans la canicule de juillet.

Au jardin des Sittelles on cultive l'humour végétal

Leurs couleurs nous font rêver, nous les jardiniers de terre calcaire

Au jardin des Sittelles on cultive l'humour végétal

nous ne cessons de nous pâmer sous le charme de leur palette.

Au jardin des Sittelles on cultive l'humour végétal

Petite surprise au détour d'un sentier avec cet instrument de musique composé de disques en verre sur lesquels viennent tomber des gouttes d'eau.

Au jardin des Sittelles on cultive l'humour végétal

Malgré son jeune âge, le jardin donne une impression de luxuriance.

Au jardin des Sittelles on cultive l'humour végétal

Et toujours l'humour, s'invite à notre rencontre

Au jardin des Sittelles on cultive l'humour végétal

dans tous les coins du jardin.

Au jardin des Sittelles on cultive l'humour végétal

Tandis que défilent des scènes tout en douceur soutenues par les graminées et les hydrangeas.

Au jardin des Sittelles on cultive l'humour végétal

Les cheminements y sont soignés et propices à une exubérance toute en délicatesse.

Au jardin des Sittelles on cultive l'humour végétal

Notre petit coup de coeur a été pour cette vivace associée à l'echinacea. Il s'agit de Francoa Sonchifolia, une robuste heuchère qui aurait des hampes et des fleurs d'orchidées sauvages qui n'a pu s'empêcher de revenir avec nous.

Au jardin des Sittelles on cultive l'humour végétal

Lui par contre on a préféré ne pas trop s'en approcher !

Au jardin des Sittelles on cultive l'humour végétal

Ce fut pour nous un ravissement que cette rencontre avec ce jardin et ses deux propriétaires. Nous y avons appris plein de choses sur les plantes d'autant plus que toutes les plantes étaient étiquetées avec une infinie précision.

Nous n'avons pas vu le temps passer et sommes repartis enthousiastes et le coeur léger. Merci à vous Gérard et Jacques, c'est sûr nous reviendrons vous voir.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 13 Novembre 2016

En préambule à la découverte du jardin du Clos du Lavoir de Jocelyne situé à Moréac dans le Morbihan que nous avons visité avec nos acolytes blogueurs jardiniers en juillet dans la canicule, nous n’avons pu résister à vous faire partager ce petit instant de poésie vécu ce week-end sur une plage bretonne.

C’est ainsi que dans la douceur de novembre, un jardiniste avait pris la plage pour une immense toile

Au pays merveilleux de Jocelyne, le Clos du Lavoir

laissant derrière lui son œuvre éphémère à la contemplation.

Au pays merveilleux de Jocelyne, le Clos du Lavoir

Mais revenons à Jocelyne dont le jardin est aussi une belle performance puisqu'elle réussit dans 600 m2 à emmener le visiteur dans moult mondes jardinesques qui lui ont d'ailleurs valu en 2015 un prix Bonpland bien mérité.

Au pays merveilleux de Jocelyne, le Clos du Lavoir

C'est donc dans une zone pavillonnaire au portail d'une coquette demeure que Jocelyne nous accueille. Aussitôt la magie opère et c'est presque sur la pointe des pieds que nous suivons notre guide dans son univers de micro-paysages avec la sensation d'être des Gulliver.

Au pays merveilleux de Jocelyne, le Clos du Lavoir

Chaque scène, qu'elle soit accessoirisée ou végétalisée, est composée avec une infinie minutie.

Au pays merveilleux de Jocelyne, le Clos du Lavoir

La décoration y tient une place privilégiée où tout semble être habité par des elfes mais surtout par l'esprit du raffinement.

Au pays merveilleux de Jocelyne, le Clos du Lavoir

La balade se fait au rythme de petits sentiers léchés calmes et voluptueux.

Au pays merveilleux de Jocelyne, le Clos du Lavoir

Le regard sans cesse se pose sur des scénettes pleines de délicatesse où les hydrangeas se transforment en arbre miniature et fleuri,

Au pays merveilleux de Jocelyne, le Clos du Lavoir

et où l'on imagine le chuchotement de la rivière sèche.

Au pays merveilleux de Jocelyne, le Clos du Lavoir

Le petit peuple végétal qui s'affaire dans les lieux revêt des formes diverses et variées.

Au pays merveilleux de Jocelyne, le Clos du Lavoir

Enchanteresses étaient les floraisons des clématites et des astrantes. Maryse souviens-toi c'est toi qui t'es vue confier par Jocelyne quelques précieuses graines.

Au pays merveilleux de Jocelyne, le Clos du Lavoir

Combien d'idées au mètre carré avons-nous glané ? En tout cas nos têtes en étaient pleines.

Au pays merveilleux de Jocelyne, le Clos du Lavoir

Un grand merci Jocelyne de nous avoir ouvert votre merveilleux coffre à bijoux, nous savons qu'il représente beaucoup pour vous. Pour nous ce fut un fantastique voyage au pays de la pensée et du beau.

Au pays merveilleux de Jocelyne, le Clos du Lavoir

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 21 Août 2016

C'est sur les conseils de l'association Thalie, une association de jardiniers de Rhône-Alpes, venue à la rencontre de notre jardin, que nous avons eu l'envie de redécouvrir début août le jardin de la Mansonière niché au coeur des Alpes Mancelles et adossé au petit village si typique de Saint Céneri le Gérei. 

Un jardin que l'on aborde en descendant sa "grande allée" d'où se dégage l'esprit d'une nature apaisée, ponctuée de touches ciselées 

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

ou colorées qui rythment le regard du promeneur et toujours dans la quête de l'harmonie par un judiceux choix des couleurs.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Depuis la grande allée on accède à différentes chambres de verdure dont "le jardin calme", endroit magique en ce mois d'août particulièrement asséchant car ici l'eau chuchotait en cascade et se diffusait d'un brumiseur. L'impression de zénitude était encore exaltée par la présence de volumes simples en contraste avec la complexité végétale des érables japonais.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Une atmosphère prolongée dans un vis à vis de topiaires aux formes de galets polis. On a succombé au charme de ce petit conifère au premier plan.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

La mise en scène semble être l'une des lignes directrices et les tableaux qui se succédent sont parfois de véritables rêveries.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Dans le jardin des senteurs, c'est surtout sur la taille des ifs dorés que nous nous sommes attardés et pour nous une belle découverte que la couleur de leur bois.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Ici aussi on ose les topiaires audacieux et toujours cette couleur d'écorce qui nous poursuit.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Comme dans un songe on entre dans "le patio" où la rigueur des colonnes répond à la rondeur des topiaires et au flouté des lavandes. Les topiaires dorés sont des ligustrums ovalifolium Lemon and Lime et non des spirées comme nous l'avions malencontreusement écrit.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Le mobilier de jardin partout présent participe par ses volupes de métal au raffinement des lieux. 

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Encore une belle idée que ce cheminement moutonnant.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Comme une apparition, une fenêtre ogive ouvre sur la campagne environnante dans l'ambiance d'une interrogation métaphysique soutenue par les différents objets qui composent la scène.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

La visite s'achève sur de grands espaces dédiés à la culture car il s'y déroule des concerts et autres maifestations.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Et toujours la forte présence d'un décorum qui signe le jardin.

Nous avons passé en ces lieux enchantés des moments délicieux, nous nous sommes laissés transporter par les mises en scène et nous y avons rafraîchi notre imaginaire.

Merci pour votre chaleureux accueil.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 24 Juillet 2016

Le club des cinq blogueurs, Rouge Cabane, Au gré du jardin et Duojardin, sont partis à l'aventure jardinière dans les terres bretonnes. C'est à l'occasion de la visite du jardin du Grand Launay à Lanvirain que nous avons rencontré Maryline du blog Trois Petits Tours au Jardin. C'est très gentiment qu'elle nous a proposé de faire une halte dans son domaine.

Un domaine tel un petit écrin de poésie végétale qui semble flotter dans le paysage grandiose des Monts d'Arrée.

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

La rudesse du schiste est propice aux mises en scènes délicates et spontanés à la fois.

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

Nous voici dans le "Pale garden", un espace où le blanc imprégne les lieux en touches vaporeuses par les floraisons 

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

et en touches appuyées par le mobilier.

Nous avons eu un petit coup de coeur pour le rosier blanc Trésor de Thorigny.

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

Il souffle dans les massifs un petit air de cottage tout en douceur

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

où se confondent sérénité et profusion dans une douce harmonie.

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

Encore un petit coup de coeur pour l'heuchère au feuillage plissé et pour la véronique aux épis blanc rosé.

Quant au sambucus Black Lace, Maryline oseras-tu le silhouetter ?

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

Un environnement comme un trésor et peut-on imaginer plus beau décor pour un jardin que le panorama des Montagnes Noires grandeur nature ?

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

Un grand merci à toi Maryline pour nous avoir ouvert le livre de tes rêveries jardinières. Nous avons passé en ta compagnie un délicieux moment et l'on comprend maintenant pourquoi tu l'aimes tant ... ton jardin.

Ajoutons à cela ta sublime tarte à la rhubarbe et le far breton, nous avons été comblés. 

Il n'y a plus qu'à trouver du sirop de rose pour faire revivre tous ces souvenirs ...

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 14 Février 2016

C'est encore au coeur de l'été et en Aquitaine que l'on vous emmène sur nos pas guidés par Hélène de Rouge Cabane pour découvrir "Le Jardin". Situé sur la commune de Saint Avit Saint Nazaire, c'est sur plus d'un hectare que deux passionnés de végétaux dont l'un en a fait son métier, mettent en scène depuis une vingtaine d'années leurs coups de coeur.

Le Jardin, une belle orchestration au naturel

C'est dans un esprit de libre nature cultivée au naturel sans produit chimique que "Le Jardin" se développe guidé par de larges allées. Sous les pas du promeneur, les scènes défilent comme de vastes paysages dans lesquels les choix judicieux des végétaux impriment de belles émotions esthétiques. Ainsi cette belle rencontre entre un albizia Summer Chocolate et une touffe d'echinops ritro.

Le Jardin, une belle orchestration au naturel

Parfois c'est un monde envoûtant qui apparaît sous la forme d'un sophora pleureur en pleine floraison.

Le Jardin, une belle orchestration au naturel

Le Jardin est aussi ponctué de points d'eau et de fraîcheur avec un appareillage minimaliste telle cette chute d'eau constituée par un arrosoir.

Le Jardin, une belle orchestration au naturel

C'est un perpétuel jeu de formes, de couleurs et de feuillages qui animent les massifs.

Le Jardin, une belle orchestration au naturel

La variété des acers et des conifères nous a éblouis ainsi que leur vigueur.

Le Jardin, une belle orchestration au naturel

Il arrive aussi que le trait se fasse plus précis, que les formes s'affirment et que la scène se transforme en vision pour nous transporter vers un ailleurs lointain.

Le Jardin, une belle orchestration au naturel

Gros coup de coeur pour cet acer Senkaki au feuillage lumineux porté par une ramure rubis.

Le Jardin, une belle orchestration au naturel

Nous avons passé un délicieux moment dans cet univers végétal guidé par des hôtes enthousiates qui nous ont éclairés de leur connaissance et tout cela avec beaucoup d'humilité. Encore une fois nous avons eu une belle leçon de paysagisme au naturel.

Le Jardin, une belle orchestration au naturel

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 30 Janvier 2016

Le ciel était éclaboussé de soleil, la route sentait bon l'été, nous étions entre blogueurs jardiniers et encadré par notre guide Rouge Cabane et en ... vacances.

Ce jour là c'est Ginette qui nous accueille dans son ancien domaine viticole que depuis plus de 60 ans elle métamorphose en un jardin de passion.

Le jardin de Lusseau, un jardin d'instinct et de passion

Comme le laboureur de la fable, elle a construit et continue à construire avec toute son énergie l'oeuvre de sa vie.

Le jardin de Lusseau, un jardin d'instinct et de passion

C'est un jardin modelé par l'instinct jardinier qui a évolué au fil des connaissances acquises

Le jardin de Lusseau, un jardin d'instinct et de passion

pour le faire terrain de jeu de formes et de couleurs.

Le jardin de Lusseau, un jardin d'instinct et de passion

La variété des vivaces est impressionnante. D'ailleurs à ce propos on recherche le nom de cette vivace à la hampe fleurie.

Le jardin de Lusseau, un jardin d'instinct et de passion

Dans l'ambiance dense et exubérante, des espaces de respiration se dessinent comme ce banc adossé à un sophora pleureur.

Le jardin de Lusseau, un jardin d'instinct et de passion

Il y a un jeu de feuillages et de textures permanent

Le jardin de Lusseau, un jardin d'instinct et de passion

qui se dévelope dans une naturelle harmonie

Le jardin de Lusseau, un jardin d'instinct et de passion

mais toujours dans des ambiances singulières.

Le jardin de Lusseau, un jardin d'instinct et de passion

Et quand s'y ajoute la couleur, c'est une touche de raffinement qui s'y inscrit.

Le jardin de Lusseau, un jardin d'instinct et de passion

C'est une belle idée que nous reprendrons sûrement, l'association conifère et lierre.

Le jardin de Lusseau, un jardin d'instinct et de passion

C'est un jardin de paysages dont les facettes nous sont apparues aussi nombreuses que les anedoctes que Ginette nous contait.

Le jardin de Lusseau, un jardin d'instinct et de passion

Un grand merci à vous Ginette pour nous avoir fait partager votre art instinctuel du jardin.

Le jardin de Lusseau, un jardin d'instinct et de passion

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 16 Janvier 2016

Un tour de manivelle sur la roue crantée du temps et nous revoilà quelques mois en arrière dans la douceur girondine entourés d'amis blogueurs. Et c'est à l'initiative d'Hélène du blog Rouge Cabane que l'on se retrouve à Caudrot au coeur du jardin de Rose. C'est un grand jardin de village, ceint de murs et planté d'une noble demeure.

Il y a toujours une émotion à imaginer ce qu'il y de l'autre coté du grand portail et là lorsqu'il s'est ouvert, nous découvrons un monde végétal choyé par des soins permanents.

Le jardin d'une jardinartiste

Même le potager n'échappe pas à l'envie de mise en scène et à la fibre artistique de la jardinière.

Le jardin d'une jardinartiste

Le jardin est ici un prétexte à la création et dans les massifs évolue l'insolite.

Le jardin d'une jardinartiste

Nous y avons salué une belle collection d'hostas en pots qu'accompagnaient de magnifiques fougères arborescentes.

Le jardin d'une jardinartiste

Nous retiendrons le rythme de cette composition accentuée par le graphisme de parasols qui ont aussi la bonne idée lors des épisodes caniculaires de protéger les hydrangéas Annabelle.

Le jardin d'une jardinartiste

Ici les scènes sont théâtralisées par les formes et l'opposition des masses.

Le jardin d'une jardinartiste

On a craqué pour les minis nénuphars qui transformaient la vieille vasque en pièce d'eau.

Le jardin d'une jardinartiste

Beaucoup de coins du jardin appellent à des ambiances particulières au fort accent austral.

Le jardin d'une jardinartiste

Il y a toujours un détail, un objet qui renvoie à la poétique des couleurs 

Le jardin d'une jardinartiste

ou à l'imaginaire du promeneur lorsque se dresse devant lui, entre les tiges de la prêle géante, un totem au visage rougi.

Le jardin d'une jardinartiste

A la fin du périple, le voyageur reçoit comme un présent cette rêverie du soleil levant.

Le jardin d'une jardinartiste

Un grand merci à vous Rose de nous avoir entrouvert votre univers sur lequel vous veillez avec beaucoup de passion et d'imagination. Nous avons vécu en vos lieux un délicieux moment qui nous a transportés aux quatre coins du monde et surtout dans la rêverie.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 22 Novembre 2015

Nous partageons aujourd'hui un petit plongeon pour s'éclabousser de soleil dans les souvenirs de l'été en compagnie de Maryse et Jean-Luc du blog Au gré du jardin sous la houlette de notre éminente guide Hélène du Blog Rouge cabane. Notre découvreuse de trésors nous avait conviés à la rencontre du jardin d'Arpaillan dans le département de la Gironde. Nous sommes accueillis dans un cadre historique magnifié par des propriétaires amoureux des vieilles pierres et des jardins.

Le regard posé sur les massifs de l'entrée de la propriété rebondit de formes en textures dans une multitude de nuances de vert.

Quand les ramures murmurent aux murailles

Il se dégage des massifs à la fois de l'humilité par le choix de végétaux surannés comme l'aucuba mais aussi de la sérénité par la présence de nombreux persistants.

Quand les ramures murmurent aux murailles

Lorsque l'on pénètre sur la grande esplanade face au château, le regard s'ancre sur le pavillon-chapelle au pied duquel un rosier liane s'agrippe à un cèdre plus que centenaire.

Quand les ramures murmurent aux murailles

A l'aplomb de l'esplanade, le regard plonge vers le sous-bois éclairé par un cornus controversa variegata. Les scènes sont empreintes de naturalisme et l'on sent la volonté des jardiniers de respecter les lieux en ne manifestant leur intention jardinière qu'au travers d'interventions minimales mais déterminantes pour le paysage.

Quand les ramures murmurent aux murailles

Dans le sous-bois humide, les eaux sauvageonnes ont été apprivoisées pour former un ruisselet qui court, accompagné sur ses flancs de nombreuses variétés de fougères et de plantes marécageuses. Le tout faisant sûrement un terrain de jeu pour les elfes.

Quand les ramures murmurent aux murailles

Nous y découvrons une belle leçon de paysagisme qui sait jouer du naturel

Quand les ramures murmurent aux murailles

et qui intègre ici et là une touche d'apprivoisonnement comme cet érable en clairière.

Quand les ramures murmurent aux murailles

Pas de décoration présomptueuse non plus, juste quelques traits et des silhouettes.

Quand les ramures murmurent aux murailles

En remontant le versant on prend la mesure de la puissance du bâti dressé face aux frondaisons.

Quand les ramures murmurent aux murailles

La rencontre entre le végétal et le minéral ajoute encore à l'historicité du lieu.

Quand les ramures murmurent aux murailles

Aux abords de l'habitation les massifs font se cotoyer les simples et d'autres vivaces.

Quand les ramures murmurent aux murailles

Parfois des touches délicates de topiaires se figent dans l'immensité végétale,

Quand les ramures murmurent aux murailles

parfois ce sont des broderies florales qui posent des limites.

Quand les ramures murmurent aux murailles

C'est sur ce tableau de conifères qui mêle puissance et beauté que se fit la fin du voyage. Merci aux bienheureux propriétaires de nous avoir fait partager leur domaine et leur passion du jardinage au naturel en version XXL.

Quand les ramures murmurent aux murailles

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 4 Octobre 2015

Ce week-end un nuage de chlorophylle s'est déposé sur la cité médiévale du Vieux Mans à l'occasion de la "Fête des plantes et de l'art au jardin".

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

Les remparts léchés par une vague de massifs de graminées, d'arbustes et de vivaces fleuris sont déjà une invitation.

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

L'entrée dans la vieille ville se fait par des escaliers qui cette année ont été le thèâtre d'oeuvres éphémères

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

qui invitent le passant à remonter des ruisseaux de pétales

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

et à descendre des rivières peuplées d'étranges créatures aquatiques.

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

Autour du parvis de la cathédrale de nombreux pépiniéristes ont étalé comme des damiers colorés les objets de nos envies.

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

Le soleil et la qualité étaient au rendez-vous.

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

Une atmophère favorable à de petites folies encore avivée par le décorum des façades qui font lever la tête jusqu'à la faire tourner. 

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

L'art floral est partout.

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

Et sur les pavés, les graminées !

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

Il y a de quoi faire provision pour l'hiver de petits morceaux d'été à disperser dans le jardin.

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

Chaque année on les voit mais cela fait cher l'omelette.

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

Un passage devenu pour nous un rituel, la visite du stand "Arrosoir et Persil". Nos coeurs se sont mis à battre

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

quand on l'a vu. On l'a tout de suite imaginé perché sur un des elaeagnus de notre jardin bleu.

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

En souvenir de cette belle matinée ensoleillée, un nandina domestica Lemon and Lime va rejoindre le jardin. C'est une variété que nous n'avions pas et qui va venir éclairer un espace ombré durant l'hiver. On a un petit faible pour les nandinas, ce sont des plantes graphiques, persistantes et légères à la fois.

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

Quant à elle, peut être rêve t'elle au prince charmant qui osera affronter l'épineux berbéris pour la faire princesse ? 

Quand les jardiniers des champs vont à la ville

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 15 Août 2015

Au cours de l'odyssée du trio blogueur en Aquitaine, il y a eu étape en Dordogne dans le jardin d'Ingrid du blog le paradis d'une passionnée. Dès notre arrivée, nous avons tous été conquis par la magie de son sourire, de sa bonne humeur et de son accueil chaleureux, soutenue en cela par son mari Joël.

Toujours troublant de marcher dans des lieux que la fréquentation d'un blog a rendu familiers à nos yeux.

Situé au bord d'un canal et à l'aplomb d'une falaise rocheuse et boisée, le jardin s'étire comme une vaste clairière et par sa maturité impose sa belle présence. 

Il y a de jolis contes dans le jardin d'Ingrid

Nous sommes aussitôt séduits par l'atmosphère qui se dégage de la rencontre entre les scènes végétales et les touches décos. Il se crée une harmonie qui invite le promeneur à voyager dans l'imaginaire,

Il y a de jolis contes dans le jardin d'Ingrid

à s'attarder sur des lieux mystérieux comme la cabane à la toiture végétalisée qui lorsque l'on ouvre la porte se révèle être un véritable cabinet de curiosités.

Il y a de jolis contes dans le jardin d'Ingrid

Au fur et à mesure nous découvrons moult essences végétales et de beaux spécimens. Ici la terre est profonde et le canal n'est pas loin. Le visiteur en accrochant du regard des détails comme ce vieux vélo posé contre un tronc face à deux chaises se prend à se raconter une histoire.

Il y a de jolis contes dans le jardin d'Ingrid

Au détour d'un massif, c'est un tipi d'osier tressé qui manifeste l'habileté de la jardinière.

Il y a de jolis contes dans le jardin d'Ingrid

Magiques aussi sont les associations comme cette rencontre entre le ginko et un massif de rudbeckias

Il y a de jolis contes dans le jardin d'Ingrid

ou ce jeu de lignes graphiques entre les éléments du salon de jardin épuré et les tiges du fenouil.

Il y a de jolis contes dans le jardin d'Ingrid

Toujours en touches subtiles le mélange des feuillages, des formes et des couleurs pour un effet rayonnant.

Il y a de jolis contes dans le jardin d'Ingrid

Qu'il est beau cet accord entre les rameaux du cèdre pleureur et ceux du cotoneaster.

Il y a de jolis contes dans le jardin d'Ingrid

Et pour ajouter encore à la mise en scène, la jardinière développe aujourd'hui de nouveaux talents et s'éprend de taille,

Il y a de jolis contes dans le jardin d'Ingrid

même le junipérus n'en revient pas !

Il y a de jolis contes dans le jardin d'Ingrid

Et si certains développent plusieurs cordes à leur arc, la jardinière développe plusieurs jardins dans son environnement dont un petit jardin fleuri, soigné, coloré et brodé de haies basses de topiaires, un petit bijou qui nous a fait craquer.

Merci mille fois, Ingrid et Joël de nous avoir ouvert les portes de votre paradis. Il a été pour nous comme un livre de contes. On y a entendu de belles histoires, on y a parcouru les scènes comme de belles images.

Il y a comme cela des journées joyeuses empreintes de convivialité et de partage ...

Il nous en restera aussi des souvenirs à planter dans notre jardin.

Il y a de jolis contes dans le jardin d'Ingrid

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0