hiver

Publié le 21 Février 2015

Voici venu le temps des giboulées qui soufflent le froid et le chaud sur le jardinier, tantôt réchauffé par une éclaircie printanière, tantôt refroidi par une pluie de glaçons. C'est alors qu'il faut choisir sa fenêtre de tir pour voir ses projets du jour aboutir.

Contempler l'ébauche printanière telle l'améthyste sortie de terre

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

ou les brassées de roses du soltice d'hiver.

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

Le renouveau part à la rencontre des floraisons momifiées de l'été comme une boucle bouclée.

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

Une branche frangée de mousse enserre délicatement une bruyère fleurie tandis qu'un rayon de soleil nous enveloppe, alors le jardin se fait bonheur.

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

Et c'est donc le coeur léger que nous sommes allés à la découverte des nouveaux conifères arrivés à la pépinière Champ Fleury. Evidemment nous n'avons pas pu résister et nous avons décidé d'adopter :

Le cryptomeria japonica Sekkan. Nous étions déjà conquis par la légèreté des cryptomerias japonica Elegans Viridis mais là il y a une touche féérique de jaune en plus.

Le thuja ou Platycladus orientalis Franky Boy, un thuja aux allures de graminée et de bruyère avec des tonalités jaunes au printemps et orangés en automne, il nous fait penser à une version sophistiquée du thuja Whipcord. Ce thuja a été nominé aux journées de Courson.

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

Le Tsuga Canadensis Pendula au port atypique avec lequel on va sûrement bien s'amuser.

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

Après le temps des flâneries et des rêveries, vint le temps des poteries et le projet majorelle se déposa sur le jardin bleu.

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

Pour se faire, nous avons constitué des potées de lavandes, craqué pour un cupressus Arizonica Fastigiata taillé en boules et récupérés dans le jardin un picea glauca très tourmenté et un chamaecyparis lawsoniana Pelt's Blue.

On apprend que dimanche il y aura du soleil et encore d'autres projets au jardin.

Le temps des giboulées, les jardiniers intermittents

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0

Publié le 31 Janvier 2015

Fin janvier est une période bien particulière au jardin comme la fin d'un crépuscule ou le début d'une aurore, tout dépend des états d'âme du promeneur ou de l'état du ciel. Ici et là des signes de vie demeurent et nous rappellent qu'il y avait là de l'opulence fleurie au milieu de toutes ces ramures brunes et dégarnies.

Massif austral devant l'entrée de la maison

Massif austral devant l'entrée de la maison

Il semble couler de la jarre couchée comme une nostalgie qui berce les acorus, les ophiopogons, les euphorbes

En hiver mon coeur balance

que vient rompre dans un clin d'oeil radieux la potée de bruyère et de primevères. 

En hiver mon coeur balance

Comme une résistance à la monochromie ambiante, les nadinias domestica et Fire Power s'embrasent.

En hiver mon coeur balance

Et le généreux sarcococca nous offre au passage ses fruits, ses fleurs et son parfum.

En hiver mon coeur balance

Le phlomis ne semble pas encore avoir souffert des gelées malgré la sévère taille d'automne. Il faut dire que les carex font tout pour le réchauffer.

En hiver mon coeur balance

Dans la rigueur de l'hiver, il est bon de plonger le regard dans la douceur du moutonnement des bruyères et des buis.

En hiver mon coeur balance

C'est en hiver que la clairière d'or ose la couleur avec quelques bruyères parmi les dizaines d'euonymus.

En hiver mon coeur balance

Le jardin bleu d'ailleurs plutôt gris en ce moment a été taillé et attend une demi-douzaine de poteries bleu Majorelle.

En hiver mon coeur balance

Une balade qui s'achève sur les dernières roses du jardin, vertes comme l'espérance du retour des beaux jours.

En hiver mon coeur balance

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0

Publié le 24 Janvier 2015

Dans l'été, le kolkwitzia maradco avait brutalement perdu ses feuilles et avait continué à se dessécher cet automne. Le givre, lui avait redonné vie en cristallisant son squelette mais nous savions que l'effet serait éphémère. Pour le remplacer, nous avons accueilli un pistacia terebinthus pour sa fragrance particulière et un choisya sundance pour son feuillage lumineux.

Pour que ne rouillent pas les outils

On croise les doigts pour ces nouveaux venus car ils craignent les grands froids les premières années.

Pour que ne rouillent pas les outils

Non loin de là et toujours en situation protégée, on a craqué pour l'arbutus Marina qui a non seulement des fruits comestibles plus gros que la variété type mais aussi un bois magnifique qui vieillit dans les tons rouge-orangé.

Pour que ne rouillent pas les outils

Et puis dans la foulée, un prunus Maackii Amber Beauty a rejoint les topiaires de loniceras. Quel plaisir ce sera de voir briller son écorce ambrée au soleil !

Pour que ne rouillent pas les outils

Et comme l'hiver il faut bouger au jardin pour ne pas s'engourdir, des pieds de lierre ont été installés sur des poteaux pour le travailler en colonne.

Pour que ne rouillent pas les outils

Et puis le soleil qui poursuivait sa course nous a conduit dans la lande pour un remodelage. Les graminées ont été taillées à l'exception bien sûr des carex qui n'apprécient pas du tout cette plaisanterie.

Pour que ne rouillent pas les outils

On a aussi innové dans la taille des bruyères que nous trouvions trop ébouriffées. On se l'est joué à la japonaise en privilégiant la forme aux fleurs, on verra bien au printemps.

Pour que ne rouillent pas les outils

Le problème de l'hiver au jardin ce n'est pas tant le froid que la briéveté des journées. Et oui à 17h30 il faut plier bagage mais on y reviendra demain.

Pour que ne rouillent pas les outils
Pour que ne rouillent pas les outils

Oh que oui en hiver il y a toujours de la vie au jardin.

Pour que ne rouillent pas les outils

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0

Publié le 2 Janvier 2015

Certains gardent la tête froide,

Durant la trêve des confiseurs

d'autres semblent avoir croisé le regard de Méduse,

Durant la trêve des confiseurs

le jardinier lui ne peut échapper à l'appel d'un gros tombereau de broyage.

Durant la trêve des confiseurs

En effet brume et givre du matin ne freinent pas du jardinier l'entrain. Et comme du broyage nous en faisons grand usage, on a fini l'année en broyant des tailles de l'été.

Durant la trêve des confiseurs

Une vingtaine de brouettes plus tard, nous nous étions enfin réchauffés.

Durant la trêve des confiseurs

Réchauffées nous espèrons qu'elles le seront aussi, les souches de sauge Amistad que nous avons protégées sous une épaisse couche de feuilles. L'expérience avait été concluante l'an dernier malgré -6°-8°.

Durant la trêve des confiseurs

Comment ne pas succomber à la féerie hivernale en ce premier matin de l'année.

Durant la trêve des confiseurs

La veille nous avions taillé l'espace japonisant pour plus de clarté et le givre a finalisé la mise en scène

Durant la trêve des confiseurs
Durant la trêve des confiseurs

ajoutant sa touche de merveilleux dans l'allée d'ormes

Durant la trêve des confiseurs

et dans la lande aux allures de toundra où l'on aurait pu croiser Gengis Khan.

Durant la trêve des confiseurs

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0

Publié le 20 Décembre 2014

Quand la brume et le givre déposent de l'incertain dans le jardin, les matins se font magiciens. Alors le regard s'émousse et l'imaginaire s'affûte.

On y voit les bouleaux du clos rouge et blanc émerger comme des spectres dans la lumière opalescente.

Au pays des brumes

L'on se dit qu'un enchanteur a jeté un sort à la fontaine, elle est devenue végétale.

Au pays des brumes

Il a fait surgir d'étranges créatures à la manière de Giacometti.

Au pays des brumes

Dans la lande le balancement des graminées s'est arrêté.

Au pays des brumes

Et les couleurs se sont effacées.

Au pays des brumes

Mais aux premiers rayons de soleil, deux mondes se rencontrent, celui de la clarté et celui des brumes qui s'évaporent.

Au pays des brumes

De nouveau le regard s'aiguise sur les nuances de vert et de mordoré.

Au pays des brumes

Et retrouve un monde coloré.

Au pays des brumes

Mais en repartant, la brume a laissé quelques perles magiques dans les ramures.

Au pays des brumes

Et il y a comme un air de fête dans le jardin.

Au pays des brumes

Peut-être la brume vous a t'elle vous aussi fait découvrir un nouveau monde dans votre jardin ? Peut-être vous a t'elle laissé quelques joyeux souvenirs ? Mais ce qui est sûr c'est que l'on vous souhaite plein de joie pour les fêtes de fin d'année.

Au pays des brumes

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0

Publié le 23 Février 2014

L'on dit qu'une coccinelle ne fait pas le printemps et pourtant il flottait en ce dimanche un air de renouveau dans le jardin.

Une journée particulière

Même l'abeille charpentière quelque peu engourdie en a profité pour faire son premier vol.

Une journée particulière

Beaucoup plus timides les crocus cream beauty dont nous avions planté un cent dans l'allée du tsunami, apparaissent à chacun leur tour. Pour l'effet de masse on attendra l'année prochaine. Mais une fois de plus on ne peut s'empêcher de soupçonner les lapins !

Une journée particulière

Comme un défilé de carnaval, la coulée de jonquilles dans le fossé nous annonce la fin de l'hiver.

Une journée particulière

Tel un fantôme dans le printemps, le prunus s'est enveloppé d'un voile de pétales roses pour notre plus grande surprise.

Une journée particulière

Dans les massifs les hellébores Candy Love s'en donnent à coeur joie tandis que nous poursuivons le travail de taille.

Une journée particulière

Le persicaria Red Dragon en profite pour jouer avec le soleil en contre jour, alors que les premières feuilles du kolkwitzia Maradco pointent sur le bois cérusé.

Une journée particulière

La douceur est propice à l'imagination et le phlomis en a fait les frais. Il est devenu sculptural le phlomis avec à ses pieds quelques touffes de carex oshimensis Evergold et une nouvelle variété de nadina, le Blush Pink Aka dont les nouvelles pousses sont roses au printemps.

Une journée particulière

On poursuit dans les micro scènes avec la plantation de thujas occ. Teddy et de carex Praire Fire au pied de l'hedera Erecta.

Une journée particulière

Une journée particulière en dehors de la ronde des saisons qui s'achève dans une rencontre entre hellébores et bruyères.

Une journée particulière

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0

Publié le 1 Février 2014

Petite digression autour de la consigne donnée par Marie-Claude du blog un p'tit coin de Nature sur la rétrospective de juillet.

Nous avons parcouru à la fois notre album juillet 2013 ainsi que le jardin en ce samedi plutôt bien ensoleillé pour retrouver des scènes avec six mois d'intervalle.

C'était en juillet, l'été qui avait bien eu du mal à montrer le bout de ses rayons avait soudainement explosé libérant d'un coup les floraisons et entre autre celles des hydrangéas.

La vague aux hydrangéas

La vague aux hydrangéas

Six mois plus tard, les inflorescences ont pris une teinte sépia comme sur les vieilles photographies monochromes. Le massif semble s'être figé dans le temps arrêté.

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

Juillet fait se décliner les gammes de verts et les formes se remplir.

Le massif du Levant

Le massif du Levant

L'hiver évide les pleins, asséche les structures et réchauffe la charmille qui ne perdra ses feuilles qu'au printemps.

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

En juillet les floraisons s'en donnent à coeur joie et se succèdent dans l'opulence.

Le massif de la table ronde

Le massif de la table ronde

Alors qu'en février le regard n'embrasse plus le paysage mais s'attache aux détails d'où l'intérêt de ponctuer avec des végétaux d'intérêt hivernal comme les hamamélis ou des conifères qui prennent des teintes dorées comme le charmant Sciadopitys verticillata.

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

En été les vivaces s'échappent des masses des persistants et animent les bordures.

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

En hiver elles ont disparu, cédant la place aux buis et aux bruyères qu'anime un soleil rasant.

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

Pour ce massif d'ombre en devenir, nous y avons installé pour l'été des hostas

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

et l'hiver des hellébores prennent le relais.

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

L'été les rosiers et quelques vivacent colorent la lande parmi les graminées et les bruyères. Nous avons choisi essentiellement des rosiers paysagers compacts sans rupture de floraisons.

La lande

La lande

En hiver, la lande par l'absence des floraisons, le désséchement des graminées et les silhouettes épineuses des rosiers se donne des airs de friche sauvage et vivante.

Au coeur de l'hiver, au coeur de l'été, entre les deux mon coeur balance

L'hiver nous fait découvrir un autre jardin, plus figé, plus sculptural où l'on s'arrête sur les détails comme une introspection.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0

Publié le 26 Janvier 2014

Faire que le jardin ne se transforme pas en une morne plaine durant les trois mois de l'hiver ne relève pas seulement d'un optimisme béat, ni d'un rayon de soleil même s'ils y contribuent.

C'est la l'une des quêtes du jardinier, souvent longue et laborieuse.

Mais lorsque l'on découvre que dans quelques mètres carrés ça fonctionne comme cela fait du bien.

Hellébores, bruyères, conifères, osmanthus, ...

Hellébores, bruyères, conifères, osmanthus, ...

Les alliés sont souvent des arbustes ou des vivaces qui tout au long de l'été ont manifesté une présence discréte mais qui dès les premiers froids se révèlent face à l'absence des fleurs disparues et se réapproprient le paysage.

Euonymus, nandina, yucca, fatshedera, hellébore HGC Ice Breaker Max, ...

Euonymus, nandina, yucca, fatshedera, hellébore HGC Ice Breaker Max, ...

Même les silhouettes échevelées des arbustes caduques participent à la scène de leur couleur mordorée.

Présences hivernales : associations, floraisons et graphisme

Les feuillages vernissés accrochent la moindre lumière d'hiver et valorisent les quelques tâches de couleur.

Mahonia charity, rhamnus, fatshedera, fougère, ...

Mahonia charity, rhamnus, fatshedera, fougère, ...

Un duo hivernal gagnant sont bruyères et conifères qui en hiver se parent de couleurs qui se déclinent du jaune au brun et répondent aux inflorescences séchées des hydrangeas.

Présences hivernales : associations, floraisons et graphisme

Un trio pour le moral hivernal sont les graminées, les bruyères et les conifères qui jouent de graphisme et de nuances.

La lande

La lande

L'hiver est aussi le temps des bois et des écorces dont le travail de taille permet d'intensifier l'effet graphique et coloré.

Acer davidii, heptacodium

Acer davidii, heptacodium

Mahonia charity, laurier tin, noisetier, ...

Mahonia charity, laurier tin, noisetier, ...

La haie aux fenêtres : charmes, aubépines, ...

La haie aux fenêtres : charmes, aubépines, ...

Et pour finir un petit clin d'oeil hivernal à Marie-Claude du blog un p'tit coin de nature sur nos floraisons de janvier en poursuivant avec cette hellébore qui n'a jamais cessé de fleurir de l'année.

Hellébore Winterbells

Hellébore Winterbells

Sans oublier l'un des seigneurs de la floraison hivernale, l'hamamélis Arnold Promise.

Présences hivernales : associations, floraisons et graphisme

Et pour conclure en douceur quelques fleurs du viburnum bodnantense dans la vesprée hivernale.

Présences hivernales : associations, floraisons et graphisme

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0

Publié le 4 Janvier 2014

Un premier voeux d'exaucé en cette matinée, le retour du soleil et de l'activité au jardin.

Le talus

Le talus

Il faut dire que Dirk nous a frôlé et d'un revers de cape a balayé le brave rosier Alfred Carrière qui a lui même emporté dans sa chute le chevron de rive et quelques tuiles.

Sous le soleil de janvier

Nécessité faisant loi, Alfred a dû passer chez le coiffeur pour une coupe plus que printanière et il a retrouvé son pignon préféré.

Sous le soleil de janvier

La phase de remise à la verticalité s'est poursuivie avec les jeunes eucalyptus et d'autres rosiers grimpants mais dans l'ensemble plus de peur que de mal.

Un petit tour dans le jardin nous a fait découvrir l'association lumineuse entre rhamnus et mahonia charity

Sous le soleil de janvier

et fait profiter des arabesques du noisetier tortueux sous le soleil.

Sous le soleil de janvier

L'hiver agit comme une estompe sur le jardin

Sous le soleil de janvier

révélant parfois la présence d'audacieuses floraisons.

Jasmin d'hiver

Jasmin d'hiver

Un peu de soleil, il n'en fallait pas plus pour repartir dans les plantations avec l'ajout de quelques bruyères dans la lande.

On en a profité pour protéger les sauges Amistad, nos stars de l'automne, sous une épaisse couche de feuilles en espérant que ... mais rien n'est moins sûr ... du moins on aura essayé.

Sous le soleil de janvier

L'ajout de trois hellébores Candy Love. Cette variété avait été choisie pour les parterres des jeux olympiques de Montréal, rien n'est trop beau pour les Vigneaux !

Sous le soleil de janvier

La ronde des plantantions des rosiers a repris de plus belle et ce week-end on accueille : Apache de chez Kordes, Belle époque, Tout feu tout flamme, Moonstone, Yann Arthus Bertrand ..., il y en a pour nos deux goûts. Devinez qui a choisi quoi ?

Sous le soleil de janvier

Nous terminerons sur Rose de janvier que nous venons de baptiser pour l'occasion et qui reste une inconnue comme certains rosiers plantés à nos débuts.

Depuis nous nous sommes organisés et chaque nouveau rosier a sa place au jardin et dans un répertoire.

Sous le soleil de janvier

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0

Publié le 21 Décembre 2013

Quand arrive le solstice d'hiver, il se passe au jardin des choses peu ordinaires.

Solstice fantastique

On y voit des falots flotter dans la pénombre

Solstice fantastique

et s'agripper aux branches.

Solstice fantastique

On y voit des feux follets tourbillonner dans l'obélisque de métal.

Solstice fantastique

On y voit la lune se caresser aux ramures.

Solstice fantastique

Et au petit matin, les arbres se souvenir encore de cette danse nocturne.

Solstice fantastique

On y voit la fête continuer même si la lumière est revenue

Solstice fantastique

révélant les traces du sabbat.

Solstice fantastique

Dans le solstice d'hiver on y voit les roses de la lumière hivernale

Solstice fantastique

aller à la rencontre des roses de la lumière estivale

Sea Foam

Sea Foam

dans les effluves du parfum de l'hiver.

Solstice fantastique

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0