notre demarche

Publié le 22 Mars 2014

La création d'un massif au jardin est toujours une belle aventure qui raconte des envies de couleurs, de plantes, d'ambiances et de paysages.

Aujourd'hui c'est le massif de "la Lande" que nous allons vous conter.

A l'origine de ce massif, des souvenirs de randonnées dans les monts d'Arrée dans une Bretagne intérieure couvertes de landes centenaires et de lambeaux de forêt primaire.

Nous avions été saisis par la puissance de cette beauté sauvage et chaotique avec les sentiments mêlés d'un début ou d'une fin de monde.

C'est en 2009 que le projet de la Lande est né avec l'idée de créer un massif de plus de quarante mètres de long dans un champ de ray grass et de pissenlits.

C'est dans ces moments que l'on a l'impression de se retrouver dans une barque perdue au milieu de l'océan.

Combien de fois a t'il fallu sauver les bruyères étouffées par le liseron et l'herbe ? Sans parler des lapins qui ont fait de nous les rois de la construction de filets de protection.

Heureusement les pissenlits étaient là pour animer la scène encore imperceptible.

Avril 2011

Avril 2011

Eté 2011, la technique évolue et on utilise paillage et broyage à la fois pour visualiser le massif à venir et surtout éviter la prolifération de l'herbe. Le massif n'a jamais été labouré. La terre n'est travaillée que pour le trou de plantation ce qui évite la remontée des semences en dormance.

La lande ou l'errance d'un massif apprivoisé

Mars 2014, quelques dizaines de bruyères plus tard associées à plus de cinquante rosiers paysages et couvre sol, un vingtaine de conifères et moults graminées entre autre, la Lande enfin paraît et s'étire dans le paysage.

La lande ou l'errance d'un massif apprivoisé

Elle est devenue la colonne vertébrale d'une partie du jardin et imprime sa présence autant l'hiver que l'été.

La lande ou l'errance d'un massif apprivoisé

Le spectacle assuré en hiver par les bruyères darleyensis, les graminées et les conifères est relayé en été par les rosiers, les bulbes et autres graminées.

La lande ou l'errance d'un massif apprivoisé

Parlant graminées mention spéciale à la stipa arundinacea qui met du temps à s'installer mais dont le graphisme et les couleurs sont remarquables dans le soleil hivernal.

La lande ou l'errance d'un massif apprivoisé
La lande ou l'errance d'un massif apprivoisé

Le massif a été volontairement construit de manière aléatoire, à la fois dans ses contours mais aussi dans les plantations pour privilégier un caractère sauvage et spontané.

La lande ou l'errance d'un massif apprivoisé

Lorsque les prunus sont en fleurs, la Lande se japonise, mêlant le monde du couchant au pays du levant.

Dans chaque jardin, dans chaque massif, on raconte tous des histoires. Le jardin n'est il pas notre journal intime ?

La lande ou l'errance d'un massif apprivoisé

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Notre démarche

Repost0

Publié le 11 Janvier 2014

Les feuilles sont tombées, les couleurs fleuries pour la plupart se sont éteintes. C'est alors que l'hiver fait porter sur le jardin un autre regard et nous emméne dans une dimension dominée par les formes et les silhouettes.

La taille, essence de l'imaginaire

Le jardin raconte d'autres histoires. Ainsi la rencontre du héron et du vieux saule tortueux qui au fil du temps et des tailles s'est métamorphosé en l'Esprit de la forêt et régne désormais sur l'espace japonisant.

La taille, essence de l'imaginaire

Depuis plusieurs années le laurier cerise imposait sa masse sombre jusqu'au jour où il y a un peu plus d'un an il s'est retrouvé confronté à l'art réinterprété du Fukinaoshi. Petit à petit les têtes se reforment et viendront en contre point dans la perspective de l'espace japonisant. A ses pieds tranquillement les hellébores continuent de s'installer.

La taille, essence de l'imaginaire

Il y a deux tilleuls au jardin, un que vous connaissez bien car il a porté nos voeux et nous sert de bannière sur notre blog. Il est taillé en taille inversée.

Il y a le tilleul statuaire taillé en têtes de chat qui pourrait donner le frisson à certains mais nécessaire pour la gestion de l'ombre et l'esthétique du jardin.

La taille, essence de l'imaginaire

On avoue aussi beaucoup aimer jouer avec la forme par la taille. C'est ainsi qu'un elaeagnus angustifolia s'est transformé progressivement en un petit pleureur.

Vaste question : doit on considérer qu'un arbre ou un arbuste au jardin devraient conserver un port naturel sachant que rien n'est moins naturel qu'un jardin ? Il nous semble au contraire que le jardin est un lieu d'imaginaire que l'on construit à partir du travail que l'on fait sur les végétaux.

La taille, essence de l'imaginaire

La Fontaine végétale est un autre travail de forme en cours constituée de buis au centre et d'une douzaine de cyprès de Leyland doré plantés et maintenus inclinés.

La taille, essence de l'imaginaire

Plus soft pour les coeurs tendres, la taille en transparence permet la création de compositions serrées et plus vivantes par le graphisme.

La taille, essence de l'imaginaire
La taille, essence de l'imaginaire

Comme la douceur continue on en profite pour remanier des massifs. Et même si ce n'est pas de saison, on plante, on transplante et on taille. La couette attendra !!

On redynamise ce petit coin de graviers par la division de la touffe d'ophiopogon nigrescens que l'on va associer à du carex morrowii variegata pour un damier noir et blanc.

La taille, essence de l'imaginaire

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Notre démarche

Repost0

Publié le 27 Janvier 2013

 

L'histoire des jardins nous fait revivre et souvent ressentir la pensée de ceux qui les ont conçus. Ils y ont imprégné leurs croyances et leur rapport au monde. Et c'est bien là pour nous tout l'intérêt de découvrir un jardin en compagnie de son créateur.

 

Le jardin c'est comme un morceau de monde que l'on soumet à notre désir.

 

La question du sens que l'on met dans le jardin est parfois manifeste voire démonstrative. Un exemple flagrant étant les jardins de Versailles qui montrent aux visiteurs une nature maitrisée à l'extrême dont le seul objet est de symboliser la puissance du maitre des lieux.

 

Jardins-Versailles-France (Copier)Photo extraite de Wallpaperswiki.org


A l'opposé serait le jardin de Gilles CLEMENT dans la Creuse,  

la Vallée, qui constitue un manifeste pour le respect d'une nature en liberté apprivoisée mais non asservie.

 

51201 19836 (Copier)

Photo : Julie Malaure. DR Le Point

 

 

Et nous dans nos jardins on dit quoi ?

 

Dans le jardin des Vigneaux pas de ligne droite, un tracé parfois incertain et des sentiers sinueux. Des massifs et des perspectives qui s'inventent avec le temps, en quelque sorte du jardinage opportuniste où l'on accepte de se laisser surprendre.

 

On joue une apparente complicité avec les végétaux : de l'observation naît une idée que l'on tente de mettre en forme avec d'autres plantations ou par de la taille.

 

C'est aussi à partir d'un vécu, d'un ressenti que l'on crée des paysages imaginaires pour composer des scènes, c'est par exemple "notre lande" ou l'espace japonisant.

 

Qu-est-ce-qu-il-raconte-ton-jardin---01.2013 0110 (Copier)

 

Un jardin que l'on voudrait qu'il renvoie à un monde de la diversité, à un monde qui ne soit pas figé, ouvert à l'expérimentation heureuse et malheureuse, à la poétique et à l'échange.

 

Nos jardins ne sont-ils pas à la croisée des chemins entre "le pour soi" et "le pour l'autre" ?

 

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Notre démarche

Repost0

Publié le 26 Décembre 2012

 

Si l'hiver fait descendre la sève, il fait monter la réflexion.

Planter et tailler apparaissent comme les deux principaux modes d'intervention au jardin pour déterminer et personnaliser le style que l'on projette dans son jardin.

Arrêtons-nous un moment sur la pratique de la taille que nous sollicitons de plus en plus pour caractériser notre jardin.

 

DSC0649 (Copier)

 

 

Nous avons découvert il y a quelques années la taille en transparence initiée par la Princesse Sturdza dans son domaine le Vastérival et qui a révolutionné l'art du paysage au jardin. Le principe de taille s'applique à dégager les troncs et les branches maitresses pour marquer visuellement un structure à l'arbre. Ce principe est à raprocher de la taille japonaise dont l'un des objectifs est de vieillir les sujets ainsi traités.

 

Taille-dec-2012 0203 (Copier)

 

L'intérêt est non seulement graphique mais il permet à la lumière de pénétrer l'arbre et de planter à sa proximité. Il introduit une autre forme de perspective de part la transparence produite.

 

Taille-dec-2012 0047 (Copier)

 

Cette technique n'est pas limitée aux arbres mais elle peut s'appliquer à tous les arbustes.

 

Taille-dec-2012 0021 (Copier)

 

Taille-dec-2012 0034 (Copier)

 

Taille-dec-2012 0048 (Copier)

 

 

La taille permet aussi de donner libre cours à son imagination par l'intermédiaire de topiaires improvisés et d'animer les haies,

 

Taille-dec-2012 0085 (Copier)

 

de transformer la silhouette d'un viburnum en dôme

 

Taille-dec-2012 0030 (Copier)

 

alors qu'ailleurs un sujet de la même espèce sera traité dans le style rampant.

 

Taille-dec-2012 0142 (Copier)

 

 

La taille en nuages pourrait être considérée comme un mixte entre la taille en transparence et le topiaire.

 

Taille-dec-2012 0177 (Copier)

 

 

Et c'est sur cette réflexion que nous appuyons nos projets futurs en créant des topiaires sur des troncs traités en transparence sans pour autant créer des arbres nuages.

 

Taille-dec-2012 0060 (2) (Copier)

 

Taille-dec-2012 0234 (Copier)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Notre démarche

Repost0

Publié le 13 Octobre 2012

 

L'automne a le goût particulier d'un paysage inversé où les verts se colorent tandis que les couleurs s'estompent.

 

Octobre-12.2012 0167 (Copier)

Fraxinus excelsior

 

Une mutation magique avant le grand endormissement

 

Octobre-12.2012 0048 (Copier)

Phyllostachy auréa

 

propice aux projets et travaux dans le jardin.

 

Octobre-12.2012 0040 (Copier)

Rubus thibetanus

 

Inlassablement pratiquer la taille en transparence

 

Octobre-12.2012 0047 (Copier)

Euonymus japonica

 

pour créer des scènes, des perspectives

 

Octobre-12.2012 0004 (Copier)

 

et faire entrer la lumière.

 

Octobre-12.2012 0030 (Copier)

 

Poursuivre la progression des massifs

 

Octobre-12.2012 0023 (Copier)

 

dans un esprit de liberté

 

Octobre-12.2012 0022 (Copier)

 

et s'accrocher à notre rêve de topiaires-paysage.

 

Octobre-12.2012 0006 (Copier)

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Notre démarche

Repost0

Publié le 23 Septembre 2012

 

Il y a sept ans, nous confions à ce petit morceau de terre notre envie de paysage du soleil levant.

 

P4230029 (Copier)

 

Aujourd'hui, graminées, bruyères, arbustes et conifères

se sont développés.

 

Espace-japonisant-22.09.2012 0170 (Copier)

 

Les ramures taillées en transparence et en nuage

 

Espace-japonisant-22.09.2012 0176 (Copier)

Laurier tin, ulmus Jacqueline Hillier

 

ouvrent au lointain.

 

Espace-japonisant-22.09.2012 0167 (Copier)

 

Sur un tapis de bruyères, le héron arbore une silhouette altière

 

Espace-japonisant-22.09.2012 0162 (Copier)

 

et le saule tortueux sculpté porte l'esprit de la forêt.

 

Espace-japonisant-22.09.2012 0174 (Copier)

 

Au soleil levant, entre rêve et réalité, ainsi opère la magie du jardin.

 

Espace-japonisant-22.09.2012 0108 (Copier)

Nous avons enterré des bacs pour y faire pousser des plantes aquatiques : thalia dealbata, ...

 

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Notre démarche

Repost0

Publié le 16 Septembre 2012

 

Les massifs sont pour nous des paysages

dans lesquels l'on se promène avec les yeux,

 

Sept-16.2012 0186 (Copier)

Ronces tibétaines, ...

 

des paysages qui font se rencontrer des univers végétaux

que l'on apprivoise au fil des saisons.

 

Sept-16.2012 0164 (Copier)

 

Le travail de taille permet parfois d'accueillir des géants.

 

Sept-16.2012 0177 (Copier)

Laurus tinus, cedrus déodora glauca, ...

 

Les roses font aussi notre passion, on les aime libres et exubérantes.

Les grimpants sont traités en arbustifs.

 

Sept-16.2012 0015 (Copier)

Clairière aux roses : centenaire de lourdes, innocencia, fairy, rush, new dawn, ...

 

Il s'y fait de belles rencontres

 

Sept-16.2012 0171 (Copier)

Albizia "Chocolate", rosier Sourire d'Orchidée et rose trémière

 

le temps d'une floraison.

 

Sept-16.2012 0119 (Copier)

Rosier Fairy et pérovskia

 

Encore un massif en devenir ponctué par des hydrangea paniculata

et des cercis.

 

Sept-16.2012 0050 (Copier)

Sauge uliginosa

 

Et toujours l'envie de remodeler. Il y avait des hémérocalles, il y a maintenant ce petit bijou découvert ce week-end : un mahonia qui non seulement ne pique pas mais qui a les feuilles souples d'une fougère. Il fleurit comme le "Charity", on craque !

 

Sept-16.2012 0166 (Copier)

Mahonia Soft Caress, vinca minor Illumination, lysimaque nummulaire, ...

 

Les massifs sont comme des toiles posées comme pour capturer l'émotion.

 

Sept-16.2012 0129 (Copier)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Notre démarche

Repost0

Publié le 4 Septembre 2012

 

A l'origine de ce massif, une émotion, une rencontre avec la lande bretonne, avec les végétaux en lutte avec les éléments, le vent, les embruns.

 

Lande-sept-2012 0046 (Copier)

 

Alors se laisser porter par cette vision et dégager, préparer des espaces comme des lambeaux de terre aux contours incertains.

 

Lande-sept-2012 0127 (Copier)

 

Et puis planter, créer des formes buissonnantes, faire une lande imaginaire de conifères, de bruyères, de rosiers arbustifs.

 

Lande-sept-2012 0163 (Copier)

 

Y insérer des graminées pour la rendre vivante aux vents comme autant d'herbes folles.

 

Lande-sept-2012 0157 (Copier)

Miscanthus sinensis Droning Ingrid

 

Lande-sept-2012 0066 (Copier)

Pennisetum Bunny

 

Lande-sept-2012 0083 (Copier)

Pennisetum Red Head

 

Cela fait maintenant quatre ans que notre lande se forme, se transforme et nous emporte vers des ailleurs.

 

Lande-sept-2012 0146 (Copier)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Notre démarche

Repost0

Publié le 19 Juillet 2011

 

Elle aime l'intimité des espaces et la douceur des couleurs

 

Dualite-a-duo-jardin 0070

Echinacea et rosier Pierre de Ronsard

 

 

Il aime composer des paysages

 

Dualite-a-duo-jardin 0092

Lambeau de lande

 

 

Elle aime s'évader dans des lieux de rêveries

 

Phlox

Phlox paniculata blanc et rose

 

 

Il aime laisser vagabonder l'imaginaire

 

Dualite-a-duo-jardin 0056

La clairière d'or

 

 

Elle aime les brassées de couleurs qui se mêlent

 

Dualite-a-duo-jardin 0058

Eryngium planum, potentille, sambucus nigra Black Lace, ...

 

 

Il aime quand ramures et massifs se végétalisent

et ne font qu'un

 

Dualite-a-duo-jardin 0040

L'orée du jardin paysage

 

 

Elle aime la souplesse

 

Dualite-a-duo-jardin 0201

Polygonum affine, spirée firegold, ...

 

 

Il aime le minimalisme

 

Dualite-a-duo-jardin 0240

La halte du promeneur

 

 

Elle aime les sentiers où l'on se perd

 

Dualite-a-duo-jardin 0079

Le taillis

 

 

Il aime découvrir de nouveaux horizons

 

Dualite-a-duo-jardin 0072

La clairière aux pintades

 

 

Ils sèment ...

 

Dualite-a-duo-jardin 0212

Perovskia et rosier Rush

 

 

leur différence ...

 

 

Dualite-a-duo-jardin-0036---Copie.JPG

L'allée du Tsunami en cours de végétalisation

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Notre démarche

Repost0

Publié le 8 Mai 2011

 

Quand le lonicera rencontre la cisaille, il se fait mur.

MAI-2011 0001

 

Le laurier tin se fait goutte.

MAI-2011 0031 (2)

 

La haie se fait boules.

MAI-2011 0103

 

De nouveaux paysages se composent,

MAI-2011 0135

 

se minimalisent en formes furtives,

MAI-2011 0041

 

en scènes oniriques,

MAI-2011 0127

 

en lieux d'autrefois,

MAI-2011 0117

 

et en rêves buissonniers.

MAI-2011 0013

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Notre démarche

Repost0