Articles avec #printemps tag

Publié le 13 Juin 2020

Heureusement, la distanciation ne s'applique pas aux rosiers et on peut profiter de la chaude étreinte qui lie Cumbaya et Emera.

Juin, solstice des couleurs au jardin ?

Nous cherchons de plus en plus à jouer la carte des associations pour les rosiers. Ici Laguna s'est trouvé dernièrement un petit compagnon, un dénommé Jean Stephenne, sur fond de Cornélia.

Juin, solstice des couleurs au jardin ?

Cette année les pavots se déchaînent, en simple, en double, en coloris variés et viennent pimenter les massifs.

Juin, solstice des couleurs au jardin ?

Installée il y a à peine un an, la clématite Princess Diana manifeste grâce et vigueur.

Juin, solstice des couleurs au jardin ?

Face au Clos rouge et blanc, les lessiveuses attendent leurs nénuphars.

Juin, solstice des couleurs au jardin ?

La confrontation rosiers-graminées s'est engagée dans le Clos avec les têtes de bouleaux pour spectateurs.

Juin, solstice des couleurs au jardin ?

La clématite Arabella a déjà commencé sa remontée et vient apporter sa touche de couleur dans cette partie ombrée.

Juin, solstice des couleurs au jardin ?

Les clématites sont comme des enluminures dans les massifs où dominent les feuillages.

Juin, solstice des couleurs au jardin ?

Les hydrangeas boostés par le printemps estival entrent dans la ronde des floraisons et les pluies récentes sont arrivées à point pour les soutenir.

Juin, solstice des couleurs au jardin ?

Après deux ans de confinement dans un pot, notre canna en pleine terre goûte désormais à la liberté et s'ébat joyeusement.

Juin, solstice des couleurs au jardin ?

Nous aimons bien intégrer les hydrangeas Annabelle au milieu des massifs ce qui favorise leur tenue parfois vacillante.

Juin, solstice des couleurs au jardin ?

Dans le Talus peu de fleurs mais un jeu permanent de textures, de feuillages et de lumière.

Juin, solstice des couleurs au jardin ?

Petit à petit les ajugas prennent possession de la coulée en contraste avec les cercles de lentilles d'eau.

Juin, solstice des couleurs au jardin ?

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost0

Publié le 2 Juin 2020

En juin, les roses partent à la conquête du jardin. Il y en a qui jouent les sentinelles, se perchent dans les ramures et déroulent leur draperie colorée. Maria Lisa est un rosier liane que l'on aime pour sa floraison délicate, son tempérament vigoureux mais docile qui facilite sa conduite.

Vous avez demandé la couleur, ne quittez pas !

L'entrée de la maison est gardée par le rosier liane Louis' Rambler. Son habit de lumière cache une redoutable armure aux épines acérées.

Vous avez demandé la couleur, ne quittez pas !

Sur un lit de campanules, un rosier tige se fige en bouquet. C'est un inconnu et c'est dommage car sa floraison dure, dure.

Vous avez demandé la couleur, ne quittez pas !

Jeu de feuillages colorés entre berbéris, acer, bruyères, ... avec une note florale jouée par la clématite Arabella.

Vous avez demandé la couleur, ne quittez pas !

Sur le flouté du rosier Perennial's blue, le delphinium Black knight hérisse ses éperons bleu électrique.

Vous avez demandé la couleur, ne quittez pas !

Comme une nuée de papillons des tropiques, les alstroemerias échauffent les massifs et réveillent les nigelles de Damas.

Vous avez demandé la couleur, ne quittez pas !

Dans la Lande les rosiers Ghyslaine De Feligonde et Guirlande d'Amour se sont donnés rendez-vous.

Vous avez demandé la couleur, ne quittez pas !

Jeu de cache-cache entre vert et rose.

Vous avez demandé la couleur, ne quittez pas !

Dans le Clos des rosiers-graminées, ambiance solaire avec le rosier Buff Beauty et Pas de Deux.

Vous avez demandé la couleur, ne quittez pas !

Les graminées font de joli faire-valoir aux rosiers. Au graphique vaporeux se lient les envolées de couleurs.

Vous avez demandé la couleur, ne quittez pas !

Dans le Clos rouge et blanc, le rosier Falstaff pavane sur fond de rosier Bukavu.

Vous avez demandé la couleur, ne quittez pas !

Ambiance de braise avec les rosiers Cinco de Mayo et Apache.

Vous avez demandé la couleur, ne quittez pas !

Heureuse et chaude rencontre entre les rosiers Mona Lisa et Star Profusion. 

Vous avez demandé la couleur, ne quittez pas !

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost0

Publié le 21 Mai 2020

Comment ne pas se lever du bon pied quand c'est le rosier Augusta Luise qui vous accueille dans le jardin le matin.

Un peu de vie en roses

Il y en a qui s'associent pour le meilleur ou quand la Clématite viticella Mme Julia Correvon rencontre le rosier Parfum d'Evita.

Un peu de vie en roses

Idéal en fond de massif, le Rosier Aloha's Kordes sait attirer le regard et énergiser son environnement.

Un peu de vie en roses

Passage romantique sous l'arche habitée par la Clématite Hagley Hybrid et le rosier Guirlande Rose.

Un peu de vie en roses

Un de nos premiers rosiers dont nous avons perdu le nom a la bonne grâce de bien vouloir fleurir à l'ombre. De quoi redonner de la couleur à un espace dédié au vert.

Un peu de vie en roses

Dans la Clairière aux roses, le célèbre Veilchenblau ne trahit pas sa réputation et nous attendons toujours sa floraison comme un événement.

Un peu de vie en roses

Le Clos Rouge et Blanc est maintenant bien réveillé et les couleurs fusent et se diffusent dans la verticalité des Betula utilis 'Jacquemontii'.

Un peu de vie en roses

Dans notre Lande il y a aussi des rosiers buissons pour faire bouillonner les couleurs comme Lavender Dream, Archimède et Cumbaya.

Un peu de vie en roses
Un peu de vie en roses

Parmi la dominante des feuillages colorés, le rosier Guirlande d'Amour monté sur tige joue la tempérance, du moins au niveau des couleurs car pour le reste c'est un petit agité.

Un peu de vie en roses

Encore notre couple fétiche de rosiers Lavender Dream et Cumbaya dans une autre partie de La Lande, ils savent si bien s'intégrer parmi les autres végétaux.

Un peu de vie en roses

Nous utilisons les rosiers Guirlande d'Amour et Ghyslaine De Feligonde en fond de massif pour la générosité de leur floraison et leur adaptabilité à être formés.

Un peu de vie en roses

Cette année notre amarillys des jardins qui résiste à des gelées de moins 10 a tout fait pour ne pas passer inaperçu.

Un peu de vie en roses

Le Jardin Bleu nous échappe depuis quelques temps et nous n'arrivons plus à lui trouver du sens. A l'automne ça va bouger et entre temps cogiter.

Un peu de vie en roses

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost0

Publié le 10 Mai 2020

Un bouquet de soleil est apparu dans le jardin quand la pivoine Itoh s'est réveillée mais avec la pluie ce ne fut qu'une éclaircie. Si les fleurs sont très éphémères, elles ont une telle générosité qu'on leur pardonne.

Deux mois en tête à tête, ça se fête

Plantée en situation relativement ombrée, notre pivoine 'Coral Sunset' reste modeste mais elle a un don certain pour animer une ambiance de sous-bois dominée par les feuillages.

Deux mois en tête à tête, ça se fête

La star du moment au jardin c'est le rosier Parfum d'Evita qui nous séduit non seulement par le charme de sa floraison romantique mais aussi par son parfum aux notes de muguet qui se diffuse dans une grande partie du jardin. Et en plus c'est un excellent remontant.

Deux mois en tête à tête, ça se fête

Notre Aesculus Mutabilis 'Induta' fête sa troisième année en ne lésinant pas sur le nombre de chandelles.

Deux mois en tête à tête, ça se fête

Petit méli-mélo de sous-bois entre Aucuba japonica 'Crotonifolia', Stephanandra incisa 'Crispa' ... sans oublier le Saxifraga stolonifera, un cadeau de Blandine du jardin de Berthille. Une vivace qui aime se promener dans l'ombre avec un feuillage attrayant qui se marie bien avec d'autres plantes de sous-bois.

Deux mois en tête à tête, ça se fête

Dans l'espace Japonisant où gîte le Fagus sylvatica 'Mercedes', le tapis de différentes ajugas se densifie entre les cercles de lentilles d'eau.

Deux mois en tête à tête, ça se fête

Le Cornus alternifolia 'Argentea' que l'on a dénommé le Cornus controversa 'Variegata' du pauvre, pauvre étant lié au terrain, s'est trouvé une place de choix. On l'apprécie pour sa capacité à s'adapter à de nombreuses conditions de sols et de situations.

Deux mois en tête à tête, ça se fête

Dans le Bosquet aux roses, un petit Physocarpus bien sympathique c'est l'opulifolius 'Little Devil' à la floraison légère et abondante mise en valeur par le feuillage de son compère 'Diable d'Or'.

Deux mois en tête à tête, ça se fête

Dans le passage Austral, le rosier Lavender Dream apporte sa petite touche de vie en rose.

Deux mois en tête à tête, ça se fête

Dans La Lande tandis que les bruyères s'éteignent les premiers rosiers s'allument.

Deux mois en tête à tête, ça se fête

Sous les bras tentaculaires du frêne, vit un petit monde de floraisons et de feuillages colorés. La cohabitation est intéressante car le frêne a un fort pouvoir drainant qui convient parfaitement aux cistes et aux choisyas.

Deux mois en tête à tête, ça se fête

Dans le massif de La Table Ronde, au foisonnement des feuillages se sont jointes les inflorescences nuageuses des cotinus. Petit clin d'oeil à Florence du blog L'oeil et la main, la petite touffe "jaune énervé" à l'extrême droite à savoir la Santolina rosmarin 'Lemon Fizz' va bientôt fleurir.

Deux mois en tête à tête, ça se fête

Dans la clairière aux pintades le Cercis canadensis 'Hearts of Gold' a troqué sa parure florale mauve contre un habit de feuillage vert acidulé.

Deux mois en tête à tête, ça se fête

La Faille est une partie relativement sportive du jardin où il faut à la fois gérer les tailles et poursuivre les plantations pour garnir le talus de marne où la vie n'est pas des plus hospitalières pour les plantes surtout en plein été.

Deux mois en tête à tête, ça se fête

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost0

Publié le 3 Mai 2020

Les petits aménagements au jardin vont bon train et notre arche de l'Eternité s'est vu doter d'un seuil en dalles de pierre. C'est une alternative à l'herbe qui ne poussait plus suite au piétinement dans ce passage étroit et qui plus est est à l'ombre. Côté face.

On a le temps mais heureusement que l'on a aussi le printemps

Côté pile.

On a le temps mais heureusement que l'on a aussi le printemps

L'entrée de la Clairière aux roses est aussi un lieu où l'herbe est trop souvent sollicitée et un dallage de pierres est venue à la rescousse. 

On a le temps mais heureusement que l'on a aussi le printemps

Jamais deux sans trois, le troisième seuil s'est posé sous le portique du rosier Mme Alfred Carrière et du Trachelospernum jasminoides.

On a le temps mais heureusement que l'on a aussi le printemps

Dans le cour du Colombier, le phormium trône au milieu des potées, des sedums, d'un lierre et des cérinthes qui vagabondent sur le gravier.

On a le temps mais heureusement que l'on a aussi le printemps

Sur le Talus, beaucoup de nos hôtes ont eu droit à une petite coupe rafraîchissante, les jardiniers eux devront encore attendre.

On a le temps mais heureusement que l'on a aussi le printemps

Dans la Lande, les berbéris Berberis thunbergii 'Admiration' et 'Orange Rocket' s'échauffent, et les floraisons printanières s'élèvent avec les hampes des digitales.

On a le temps mais heureusement que l'on a aussi le printemps

Dans la fin de la Lande, un dôme de ciste débute son fleurissement.

On a le temps mais heureusement que l'on a aussi le printemps

Dans les Clos les arches des Acers zoeschense 'Annae' se gonflent et les premières roses se montrent.

On a le temps mais heureusement que l'on a aussi le printemps

Notre chimère, le Laburnocytisus adamii dévoile sa particularité florale en grappes tantôt jaunes, tantôt saumonées.

On a le temps mais heureusement que l'on a aussi le printemps

Quand une ciste rencontre une clématite arabella, le printemps se fait léger.

On a le temps mais heureusement que l'on a aussi le printemps

Encore une petite touche de douceur printanière avec un vol d'ancolies, quelques roses anciennes et une hampe fleurie de digitale.

On a le temps mais heureusement que l'on a aussi le printemps

On tente la conduite de la clématite The Président en mode rampant sur des Juniperus chinensis 'Blue Alps'.

On a le temps mais heureusement que l'on a aussi le printemps

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost0

Publié le 27 Avril 2020

Parmi les feuillages, le Crataegus media 'Paul's Scarlet' entame sa floraison tonique. Sa pousse est lente mais constante de même que le ravissement qu'il nous procure chaque printemps.

Coloré, flouté, sculpté, c'est comme ça qu'on l'aime

Dans notre sol particulièrement asphyxiant l'hiver, les weigelias ont besoin d'être en situation drainante. Celui-ci sur la crête de la faille s'en sort plutôt bien.

Coloré, flouté, sculpté, c'est comme ça qu'on l'aime

Sous l'arche de l'éternité le Kolkwitzia amabilis 'Pink Cloud' fait écho au Rosa chinensis 'Mutabilis'.

Coloré, flouté, sculpté, c'est comme ça qu'on l'aime

En bout de haie, la Wisteria sinensis pavane et le Gleditsia triacanthos 'Sunburst' se dore. 

Coloré, flouté, sculpté, c'est comme ça qu'on l'aime

Le Talus a eu droit à sa première taille printanière. A l'étage du bas, heuchères et heucherellas donnent de la couleur.

Coloré, flouté, sculpté, c'est comme ça qu'on l'aime

L'hiver doux a fait les cerinthes précoces et florifères. Chez nous le gravier c'est ce qu'elles préfèrent. Bien contents que notre petit Acer palmatum 'Garnet' se soit bien remis de son été cuisant.

Coloré, flouté, sculpté, c'est comme ça qu'on l'aime

Le rosier Mme Alfred Carrière en toute simplicité éclaire un petit monde de feuillage coloré et texturé.

Coloré, flouté, sculpté, c'est comme ça qu'on l'aime

Le printemps comme on l'aime, coloré, flouté, ponctué de formes adoucies vertes et lumineuses avec de l'herbe tendre au pied.

Coloré, flouté, sculpté, c'est comme ça qu'on l'aime

L'Heucherella Brass Lantern s'est bien adaptée à notre terre, on aurait tendance à en user et à en abuser. On ne peut résister à ses petites fusées blanches qui semblent décoller.

Coloré, flouté, sculpté, c'est comme ça qu'on l'aime

Un petit frileux qui vient de passer son quatrième hiver au jardin, le Pistacia terebinthus dont on aime gratter l'écorce pour son odeur aromatique. Une floraison discrète mais tout en légèreté.

Coloré, flouté, sculpté, c'est comme ça qu'on l'aime

Quelques représentants de notre famille d'hostas qui s'agrandit au fil du temps. Depuis que nous les mettons en pot, nous n'avons jamais eu de mauvaises surprises et ils ont une excellente résistance à la sécheresse.

Coloré, flouté, sculpté, c'est comme ça qu'on l'aime

Depuis quelques temps nous avons un penchant pour les espaces ombrés et leurs plantes vedettes, les fougères. Nous n'oublions pas que nous sommes sur un sol calcaire ce qui limite notre enthousiasme pour certaines variétés. Nous avons cependant craqué pour les Blechnum spicant. Pour l'instant l'adaptation se passe bien, il a fallu beaucoup composter.

Coloré, flouté, sculpté, c'est comme ça qu'on l'aime

Le Gleditsia triacanthos 'Sunburst' nous invite à entrer dans le deuxième jardin dont le passage est marqué par les veines de la terre. Et c'est en visitant le jardin de la Mansonière et en admirant leurs magnifiques ouvrages en fer forgé que l'envie de grilles nous est venue.

Coloré, flouté, sculpté, c'est comme ça qu'on l'aime

Un petit marathon de taille à la cisaille et au sécateur a été organisé dernièrement sur notre haie de trognes qui borde la route. 

Coloré, flouté, sculpté, c'est comme ça qu'on l'aime

Notre piste d'envol est actuellement déserte car aucun vol programmé en ce moment, seul le décollage virtuel est autorisé.

Coloré, flouté, sculpté, c'est comme ça qu'on l'aime

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost0

Publié le 19 Avril 2020

Dans le massif du levant la vague de lonicera s'est doublée d'une vague d'Erigerons karvinskianus, encore une plante adaptée à la sécheresse.

Le printemps maintient son festival

Sur le Talus le jaune dévale à toute couleur entre Euonymus fortunei 'Emerald Gold', Choisya ternata 'Sundance', Kolkwitzia amabilis 'Maradco' et Gleditsia triacanthos 'Sunburst' pour couronner le tout.

Le printemps maintient son festival

De nouveau le rosier chinensis 'Mutabilis' a profité de la douceur hivernale pour exploser dans le printemps.

Le printemps maintient son festival

Dans le massif de la Grange, le Cotinus coggygria 'Royal Purple' s'empourpre et le Viburnum rhytidophyllum en fond de scène déploie ses larges ombelles au parfum de miel.

Le printemps maintient son festival

Dans la lumière matinale des stars s'éveillent, le Raphiobotrya 'Coppertone' et le Cornus florida 'Cherokee Chief'.

Le printemps maintient son festival

La floraison du Cornus florida 'Cherokee Chief' nous enchante pour la deuxième année consécutive. Nous étions assez dubitatifs sur sa capacité à s'adapter à notre sol lourd et calcaire mais pour l'instant il le fait de bonne grâce.

Le printemps maintient son festival

Petite ambiance sauvageonne et colorée sur fond de vieux mur, un massif sans prétention où vivent en liberté euonymus, carex, fatshedera et jacinthes d'Espagne.

Le printemps maintient son festival

La chambre jaune du jardin pour une petite pause solaire prend appui sur le grand massif fleuri du voisin.

Le printemps maintient son festival

Un petit clin d'oeil à Laurence Marty que nous remercions pour la générosité de ses ajugas reptans qui ont essaimé dans différents coins du jardin.

Le printemps maintient son festival

Naissance comme une danse aérienne que celle du feuillage de l'Aesculus mutabilis 'Induta'.

Le printemps maintient son festival

Premier printemps au jardin pour notre Betula nana 'Golden Treasure', une petite boule lumineuse pour cet espace d'ombre légère dans la Lande.

Le printemps maintient son festival

 Le Cornus alba Ivory Halo 'Bailhalo' installé dans le taillis depuis une dizaine d'années a la bonne idée de nous faire à chaque printemps quelques pousses blanches.

Le printemps maintient son festival

Une révélation pour nous, le Teucrium fruticans 'Azureum' distille sa floraison bleuté depuis plus de deux mois dans un feuillage argenté persistant. Un petit risque quand même pour cette plante d'origine méditerranéenne ce sont les fortes gelées. Il tient jusqu'à moins 10°.

Le printemps maintient son festival

Le rosier Mme Alfred Carrière est un lève tôt et l'un des premiers sur la piste fleurie. C'est aussi lui qui clôturera le bal. Un petit bémol c'est sa fougue exubérante.

Le printemps maintient son festival

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost0

Publié le 12 Avril 2020

Les cerisiers sont en fleurs et le grand massif de la Lande se réveille en douceur.

Chaud devant, ça bouge au jardin

Dans la chaleur printanière le Cercis canadensis 'Hearts of Gold' s'est épanoui en une journée laissant apparaître ses premières petites feuilles dorées. Une photo que l'on dédicacerait bien à Hélène du blog Rouge Cabane.

Chaud devant, ça bouge au jardin

La lumière du matin aime à jouer avec la multitude des boules d'euonymus de la Clairière d'Or.

Chaud devant, ça bouge au jardin

La floraison des viburnums commencent, en version étagée avec le Viburnum plicatum 'Shasta' et en version boule avec le Viburnum plicatum 'Popcorn' en arrière plan.

Chaud devant, ça bouge au jardin

L'arrière du jardin bleu fait la part belle aux heuchères Caramel particulièrement prolifiques et desquelles nous avons retiré une centaine d'éclats pour garnir la Clairière d'Or.

Chaud devant, ça bouge au jardin

Les Physocarpus opulifolius 'Amber Queen' et 'Diable d'Or' se réveillent parmi les conifères et les rosiers.

Chaud devant, ça bouge au jardin

Dans le Passage Austral, l'Acer palmatum 'Trompenburg' apporte sa note colorée et distinguée parmi les nandinas et quelques rosiers.

Chaud devant, ça bouge au jardin

Dans l'écrin d'un Hydrangea anomala subsp. Petiolaris, l'Acer palmatum 'Orange dream' joue les arbres bijoux.

Chaud devant, ça bouge au jardin

Une petite touche sauvageonne et joyeuse se répand dans la Lisière avec le Géranium pyrenaicum.

Chaud devant, ça bouge au jardin

L'Eriobotrya 'Coopertone', un arbuste persistant qui offre une délicate floraison printanière qui outre son originalité a aussi comme qualité de résister à la sécheresse et au calcaire.

Chaud devant, ça bouge au jardin

Petit émoi du moment avec la floraison du Deutzia gracilis.

Chaud devant, ça bouge au jardin

Originale bien que discrète telle est la floraison du Garrya x Thuretii, encore un bon client pour la sécheresse.

Chaud devant, ça bouge au jardin

Plutôt tonique, le malus 'Coccinella, un cadeau de notre pépiniériste préféré lorsque nous lui avons évoqué nos envies de malus après un séjour jardinier dans le Pas de Calais.

Chaud devant, ça bouge au jardin

Pas de lapins dans le jardin en ce dimanche pascal mais deux poissons gardiens du jardin.

Chaud devant, ça bouge au jardin

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost0

Publié le 6 Avril 2020

Sur les marches du perron, les potées profitent du soleil et invitent à mettre un pied dehors.

Plein les yeux et les narines

En automne quelques malus ont rejoint le jardin dont 'Red Sentinel' qui nous offre ses premiers bouquets.

Plein les yeux et les narines

Bien que planté à l'ombre, le poncirus trifoliata n'en oublie pas pour autant de se couvrir d'une floraison délicatement parfumée.

Plein les yeux et les narines

Son jeune cousin, le Poncirus trifoliata 'Flying Dragon' commence à étirer sa ramure tourmentée.

Plein les yeux et les narines

Dans la famille choisya, nous avons découvert le ternata 'Scented Gem' à la floraison blanche avec un soupçon rosé, sans oublier la légèreté de son feuillage persistant.

Plein les yeux et les narines

Toujours aussi fun le débourrement du Koelreuteria paniculata 'Coral Sun' ne manque pas de panache.

Plein les yeux et les narines

A chacun de nos passages, un nuage parfumé s'échappe du Viburnum carlcephalum. Il est pour nous le parfum du printemps.

Plein les yeux et les narines

Petit clin d'oeil à Maryse avec la fougère, Polystichum polyblepharum qui semble avoir bien apprécié l'automne humide. Sur le bord du massif le Lamium maculatum 'Beacon Silver' commence à se répandre.

Plein les yeux et les narines

Petit festival de couleurs et de textures sur le Talus. Les épimediums apprécient fort cet espace d'ombre claire.

Plein les yeux et les narines

Dans l'Espace Japonisant, les jonquilles ont achevé leur floraison, acers et spirées poursuivent le spectacle. 

Plein les yeux et les narines

Malmené par la canicule estivale, le Viburnum tinus se refait heureusement ses têtes.

Plein les yeux et les narines

Un nouvel espace est en train de voir le jour. Le manque d'eau au jardin se faisant sentir, on s'est inventé un massif aquatique. Les plantes aquatiques attendront la fin du confinement pour s'installer dans les bassines, en attendant c'est plantation d'acorus, de fougères, d'équisetums, de sisyrinchiums, d'iris panaché, ... pour une ambiance "marais".

Plein les yeux et les narines

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost0

Publié le 31 Mars 2020

Le printemps assure un accueil chaleureux le long du chemin qui mène à la maison. Plus tard ce seront les rosiers qui prendront le relais.

Douceur et pétillement

Viburnum tinus et narcisses jouent en contraste avec les verts acidulés et les dorés du Cornus sanguinea 'Winter Flame'.

Douceur et pétillement

Sur le Talus, les bruyères ont été rejointes par les heuchères et les heucherellas. Les euonymus se sont réveillés en compagnie des narcisses à la ponctuation aérienne. Au dessus les boules des Kolkwitzia amabilis 'Maradco' et de l'Abelia grandiflora 'Francis Mason' se gonflent.

Douceur et pétillement

Ca pétille tout autour de la spirale tandis que s'élève le panache blanc de l'Amélanchier canadensis. 

Douceur et pétillement

Sur le portique, le rosier Madame Alfred Carrière habillé par le Trachelospermum jasminoides pointe ses premiers boutons.

Douceur et pétillement

Petit clin d'oeil à Maryse du blog Au gré du jardin, nos narcisses "faux Thalia" se sont mis à blanchir. Mais qui sont-ils vraiment ? En tout cas le passage du jaune au blanc fut un beau moment.

Douceur et pétillement

Conséquence d'un hiver clément les mufliers n'ont pas gelé et s'ébattent joyeusement avec les narcisses.

Douceur et pétillement

Douce atmosphère dans La Lande avec le floraison de l'Amélanchier canadensis et des narcisses avant le démarrage des rosiers et des vivaces.

Douceur et pétillement

Le Betula utilis 'Long Trunk' est au diapason avec les floraisons environnantes.

Douceur et pétillement

Le Toona sinensis 'Flamingo' lance ses premières flammèches, le Berbéris thunbergii 'Atropurpurea' s'embrase et le Berbéris darwinii s'émulsionne en orangé.

Douceur et pétillement

La lumière printanière est au rendez-vous et s'accroche à tous les feuillages.

Douceur et pétillement

Dans le jardin on ne chôme pas sauf à certains endroits comme ici dans le Clos des graminées, rien de tel que le miscanthus pour un paillage lumineux.

Douceur et pétillement

Comme un hymne au printemps, les petites orgues végétales se réveillent dans un concert de sédums et autres petites plantes de rocailles. Merci Marie-Thérèse pour tes petites boutures.

Un jour viendra ...

Douceur et pétillement

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost0