Publié le 26 Janvier 2014

Faire que le jardin ne se transforme pas en une morne plaine durant les trois mois de l'hiver ne relève pas seulement d'un optimisme béat, ni d'un rayon de soleil même s'ils y contribuent.

C'est la l'une des quêtes du jardinier, souvent longue et laborieuse.

Mais lorsque l'on découvre que dans quelques mètres carrés ça fonctionne comme cela fait du bien.

Hellébores, bruyères, conifères, osmanthus, ...

Hellébores, bruyères, conifères, osmanthus, ...

Les alliés sont souvent des arbustes ou des vivaces qui tout au long de l'été ont manifesté une présence discréte mais qui dès les premiers froids se révèlent face à l'absence des fleurs disparues et se réapproprient le paysage.

Euonymus, nandina, yucca, fatshedera, hellébore HGC Ice Breaker Max, ...

Euonymus, nandina, yucca, fatshedera, hellébore HGC Ice Breaker Max, ...

Même les silhouettes échevelées des arbustes caduques participent à la scène de leur couleur mordorée.

Présences hivernales : associations, floraisons et graphisme

Les feuillages vernissés accrochent la moindre lumière d'hiver et valorisent les quelques tâches de couleur.

Mahonia charity, rhamnus, fatshedera, fougère, ...

Mahonia charity, rhamnus, fatshedera, fougère, ...

Un duo hivernal gagnant sont bruyères et conifères qui en hiver se parent de couleurs qui se déclinent du jaune au brun et répondent aux inflorescences séchées des hydrangeas.

Présences hivernales : associations, floraisons et graphisme

Un trio pour le moral hivernal sont les graminées, les bruyères et les conifères qui jouent de graphisme et de nuances.

La lande

La lande

L'hiver est aussi le temps des bois et des écorces dont le travail de taille permet d'intensifier l'effet graphique et coloré.

Acer davidii, heptacodium

Acer davidii, heptacodium

Mahonia charity, laurier tin, noisetier, ...

Mahonia charity, laurier tin, noisetier, ...

La haie aux fenêtres : charmes, aubépines, ...

La haie aux fenêtres : charmes, aubépines, ...

Et pour finir un petit clin d'oeil hivernal à Marie-Claude du blog un p'tit coin de nature sur nos floraisons de janvier en poursuivant avec cette hellébore qui n'a jamais cessé de fleurir de l'année.

Hellébore Winterbells

Hellébore Winterbells

Sans oublier l'un des seigneurs de la floraison hivernale, l'hamamélis Arnold Promise.

Présences hivernales : associations, floraisons et graphisme

Et pour conclure en douceur quelques fleurs du viburnum bodnantense dans la vesprée hivernale.

Présences hivernales : associations, floraisons et graphisme

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost 0

Publié le 19 Janvier 2014

Le soleil n'ayant point daigné ce week-end venir à notre rencontre, c'est dans les souvenirs que nous sommes allés le retrouver.

C'était au mois d'août dans le bocage normand à Bagolles de l'Orne, station thermale qui a conservé l'empreinte de la Belle Epoque et un art de vivre qui ne connaît pas la crise !

C'est en plein coeur de ville que nous avons poussé la porte du jardin Retiré. Un jardin de 2500 m2 où depuis plus de quinze ans Annie Blanchais met en scène un univers romantique entre ombre et clair obscur dans une succession de tableaux;

Le jardin Retiré, écrin romantique au coeur de la ville

Dès les permiers pas nous nous laissons porter par l'ambiance raffinée et harmonieuse du lieu où le soleil joue dans les feuillages et dans les graminées.

Le jardin Retiré, écrin romantique au coeur de la ville

La ville semble loin et l'on se surprend à faire courrir notre regard sur des sentiers mystérieux. La diversité des feuillages au pied d'arbres centenaires participe aussi à ce dépaysement.

Le jardin Retiré, écrin romantique au coeur de la ville

Le choix des couleurs fait se dérouler la promenade en douceur.

Le jardin Retiré, écrin romantique au coeur de la ville

Les formes taillées en souplesse s'associent aux éléments de décor pour ponctuer agréablement l'intérêt du promeneur.

Le jardin Retiré, écrin romantique au coeur de la ville

Un jardin où le moindre centimètre carré participe à la mise en scène.

Le jardin Retiré, écrin romantique au coeur de la ville

Un jardin qui fleure bon le calme, la luxuriance et la volupté.

Le jardin Retiré, écrin romantique au coeur de la ville

On y rencontre aussi la zénitude

Le jardin Retiré, écrin romantique au coeur de la ville

et la plénitude.

Le jardin Retiré, écrin romantique au coeur de la ville

Pas étonnant qu'un faune en ait fait son terrain de jeu.

Le jardin Retiré, écrin romantique au coeur de la ville

Qu'il est bon parfois de retrouver le soleil ne serait ce que dans quelques souvenirs.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost 0

Publié le 11 Janvier 2014

Les feuilles sont tombées, les couleurs fleuries pour la plupart se sont éteintes. C'est alors que l'hiver fait porter sur le jardin un autre regard et nous emméne dans une dimension dominée par les formes et les silhouettes.

La taille, essence de l'imaginaire

Le jardin raconte d'autres histoires. Ainsi la rencontre du héron et du vieux saule tortueux qui au fil du temps et des tailles s'est métamorphosé en l'Esprit de la forêt et régne désormais sur l'espace japonisant.

La taille, essence de l'imaginaire

Depuis plusieurs années le laurier cerise imposait sa masse sombre jusqu'au jour où il y a un peu plus d'un an il s'est retrouvé confronté à l'art réinterprété du Fukinaoshi. Petit à petit les têtes se reforment et viendront en contre point dans la perspective de l'espace japonisant. A ses pieds tranquillement les hellébores continuent de s'installer.

La taille, essence de l'imaginaire

Il y a deux tilleuls au jardin, un que vous connaissez bien car il a porté nos voeux et nous sert de bannière sur notre blog. Il est taillé en taille inversée.

Il y a le tilleul statuaire taillé en têtes de chat qui pourrait donner le frisson à certains mais nécessaire pour la gestion de l'ombre et l'esthétique du jardin.

La taille, essence de l'imaginaire

On avoue aussi beaucoup aimer jouer avec la forme par la taille. C'est ainsi qu'un elaeagnus angustifolia s'est transformé progressivement en un petit pleureur.

Vaste question : doit on considérer qu'un arbre ou un arbuste au jardin devraient conserver un port naturel sachant que rien n'est moins naturel qu'un jardin ? Il nous semble au contraire que le jardin est un lieu d'imaginaire que l'on construit à partir du travail que l'on fait sur les végétaux.

La taille, essence de l'imaginaire

La Fontaine végétale est un autre travail de forme en cours constituée de buis au centre et d'une douzaine de cyprès de Leyland doré plantés et maintenus inclinés.

La taille, essence de l'imaginaire

Plus soft pour les coeurs tendres, la taille en transparence permet la création de compositions serrées et plus vivantes par le graphisme.

La taille, essence de l'imaginaire
La taille, essence de l'imaginaire

Comme la douceur continue on en profite pour remanier des massifs. Et même si ce n'est pas de saison, on plante, on transplante et on taille. La couette attendra !!

On redynamise ce petit coin de graviers par la division de la touffe d'ophiopogon nigrescens que l'on va associer à du carex morrowii variegata pour un damier noir et blanc.

La taille, essence de l'imaginaire

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Notre démarche

Repost 0

Publié le 4 Janvier 2014

Un premier voeux d'exaucé en cette matinée, le retour du soleil et de l'activité au jardin.

Le talus

Le talus

Il faut dire que Dirk nous a frôlé et d'un revers de cape a balayé le brave rosier Alfred Carrière qui a lui même emporté dans sa chute le chevron de rive et quelques tuiles.

Sous le soleil de janvier

Nécessité faisant loi, Alfred a dû passer chez le coiffeur pour une coupe plus que printanière et il a retrouvé son pignon préféré.

Sous le soleil de janvier

La phase de remise à la verticalité s'est poursuivie avec les jeunes eucalyptus et d'autres rosiers grimpants mais dans l'ensemble plus de peur que de mal.

Un petit tour dans le jardin nous a fait découvrir l'association lumineuse entre rhamnus et mahonia charity

Sous le soleil de janvier

et fait profiter des arabesques du noisetier tortueux sous le soleil.

Sous le soleil de janvier

L'hiver agit comme une estompe sur le jardin

Sous le soleil de janvier

révélant parfois la présence d'audacieuses floraisons.

Jasmin d'hiver

Jasmin d'hiver

Un peu de soleil, il n'en fallait pas plus pour repartir dans les plantations avec l'ajout de quelques bruyères dans la lande.

On en a profité pour protéger les sauges Amistad, nos stars de l'automne, sous une épaisse couche de feuilles en espérant que ... mais rien n'est moins sûr ... du moins on aura essayé.

Sous le soleil de janvier

L'ajout de trois hellébores Candy Love. Cette variété avait été choisie pour les parterres des jeux olympiques de Montréal, rien n'est trop beau pour les Vigneaux !

Sous le soleil de janvier

La ronde des plantantions des rosiers a repris de plus belle et ce week-end on accueille : Apache de chez Kordes, Belle époque, Tout feu tout flamme, Moonstone, Yann Arthus Bertrand ..., il y en a pour nos deux goûts. Devinez qui a choisi quoi ?

Sous le soleil de janvier

Nous terminerons sur Rose de janvier que nous venons de baptiser pour l'occasion et qui reste une inconnue comme certains rosiers plantés à nos débuts.

Depuis nous nous sommes organisés et chaque nouveau rosier a sa place au jardin et dans un répertoire.

Sous le soleil de janvier

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost 0

Publié le 1 Janvier 2014

Rédigé par Duo Jardin

Repost 0