Articles avec #ete tag

Publié le 14 Août 2017

Espérés, attendus, ils sont arrivés les 35 mn d'eau. En quelques jours le jardin aura retrouvé son dynamisme et nous notre enthousiasme car cela faisait plus de trois semaines que le jardin était sous perfusion.

Courageux les petits phlox, ils n'ont jamais baisser les bras. Le fait de les avoir rabattus en juin a sans doute participé à leur bonne tenue.

L'été avec un peu de pluie ça va beaucoup mieux ...

Euonymus, spirées, conifères, épimédiums, .. ont fait le dos rond sous le soleil ardent mais sont manifestement contents d'une relative humidité ambiante.

Dans ce massif en remplacement d'un hydrangéa nous avons planté un mahonia Cabaret qui a la particularité de fleurir dès la mi-août avec des inflorescences orangées.

L'été avec un peu de pluie ça va beaucoup mieux ...

Un pot bleu contenant un gracieux conifère, pinus Schwerinii Wiethorst, est venu compenser la perte d'une grosse boule de buis dévoré par la pyrale. A l'automne nous installerons en lieu et place, un ligustrum Jonandrum sur tige.

L'été avec un peu de pluie ça va beaucoup mieux ...

Dans la Lande, gauras, verveines, conifères et bruyères se jouent du soleil.

L'été avec un peu de pluie ça va beaucoup mieux ...

En face la bande d'hydrangéas était heureuse de retrouver la pluie.

L'été avec un peu de pluie ça va beaucoup mieux ...

Chose dite, chose faite, dans le Clos rouge et blanc les bouleaux qui avaient perdu la boule l'ont vite retrouvée.

L'été avec un peu de pluie ça va beaucoup mieux ...

Dans le Clos des rosiers-graminées, à la splendeur des floraisons de roses, succède la montée des épillets des graminées.

L'été avec un peu de pluie ça va beaucoup mieux ...

Le tapis vert s'est de nouveau déroulé pour deux stars : Laguna dont nous avons déjà parlé et le rosier des Quatre saisons qui a des remontées exceptionnelles.

L'été avec un peu de pluie ça va beaucoup mieux ...

Les pennisetums Alopecuroides ont été rabattus en juillet et sont de nouveau prêts à refaire des épillets

L'été avec un peu de pluie ça va beaucoup mieux ...

Quelques volumes dessinés, du flouté, quelques touches de couleurs, voilà comment on les aiment les massifs.

L'été avec un peu de pluie ça va beaucoup mieux ...

Dans la Clairière d'Or, installation de pieds de vigne vierge, Parthenocissus quinquefolia, pour grimper le long des troncs d'érables et rejoindre un circuit de bambous et faire draperie. Affaire à suivre ...

L'été avec un peu de pluie ça va beaucoup mieux ...

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 14 Juillet 2017

Après la canicule, le retour de températures plus clémentes et quelques pluies ont été propices à quelques achats aux pépinières Champ Fleury et à leurs plantations :

En potée tout d'abord avec le Gomphostigma virgatum comme une brassée délicate de petites fleurs blanches dans un feuillage gris bleuté, comme une touche d'élégance sur la terrasse jusqu'à la fin de l'été.

Page estivale au jardin

Deux hydrangeas Phantom réputés pour leur floribondité et leur adaptabilité au sol lourd, ont trouvé place dans le Talus en remplacement d'hydrangeas venus de Normandie qui avaient le mal du pays.

Page estivale au jardin

Pour soutenir la palette des bleus, le jardin bleu a accueilli des lavandes Hitcote, un Ceratostigma Wilmottianum et un solanum Rantonetti qu'il faudra rentrer l'hiver venu.

Page estivale au jardin

Reprise en mains du rosier liane Bobby James après son effondrement au début du printemps. Il avait fallu le rabattre. Trois mois plus tard, il présente de nouvelles pousses vigoureuses que nous avons conduites sur des cordages pour partir à la conquête de deux aulnes de Corse.

Page estivale au jardin

Le duo pluie-chaleur a activé la végétation ce qui permet de remodeler les formes et les perspectives

Page estivale au jardin

et on s'en est donné à coeur joie.

Page estivale au jardin

Dans les clos, les rosiers commencent à remonter. Mention spéciale pour Laguna qui s'est refait des couleurs un mois après une taille plus que drastique.

Page estivale au jardin

Dans le clos rosiers-graminées, les graminées commencent sérieusement à flouter les rosiers.

Page estivale au jardin

Et dans le clos rouge et blanc, les bouleaux attendent le passage du coiffeur ...

Page estivale au jardin

Encore une mention spéciale pour les impatiences de Guinée, reines des potées à mi-ombre.

Page estivale au jardin

Et toujours à tire-d'aile, les petits bonheurs du jardin !

Page estivale au jardin

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 2 Juillet 2017

S'il en est qui ont apprécié la montée vertigineuse des degrés comme le phormium et les agapanthes, l'ambiance était plus menaçante pour les hydrangéas.

Retour au calme après l'emballement du char d'Apollon

C'est bien l'une des premières fois où il a fallu jouer du tuyau et parfois pour d'assez longues partitions. Mais depuis une semaine le soutien est venu du ciel et le vert est de retour.

Retour au calme après l'emballement du char d'Apollon

Une pluviosité ambiante qui tombe à pic pour redonner forme aux arbustes sans craindre les brûlures pour les feuillages et les coups de chaud pour les jardiniers.

Retour au calme après l'emballement du char d'Apollon

Aux roses dont la première floraison s'est rapidement évanouie, a succédé le bataillon des roses trémières.

Retour au calme après l'emballement du char d'Apollon

Heureusement les hydrangéas sont à proximité de la maison et globalement se tirent assez bien d'affaire. Par contre des hydrangéas made in Normandie sont en train d'abandonner le terrain.

Retour au calme après l'emballement du char d'Apollon

Quant aux buis ils en ont profité pour se refaire une santé et l'ensemble des persistants a plutôt bien supporté le phénomène.

Retour au calme après l'emballement du char d'Apollon

Et c'est là que l'on a pu apprécier les lieux bien ombragés.

Retour au calme après l'emballement du char d'Apollon

Etonnant cercis canadensis Hearts of Gold dont le feuillage jaune ne craint absolument pas les rayons ardents. Courageuses ont été les variétés d'annabelle Invincibelle et Incredibball.

Retour au calme après l'emballement du char d'Apollon

Le temps des premières moissons est venu pour les pennisetums alopecuroides.

Retour au calme après l'emballement du char d'Apollon

Beaucoup de rosiers ont retrouvé leur forme buissonnante et s'intègrent désormais dans le vert moutonnement du paysage jusqu'à leurs remontées.

Retour au calme après l'emballement du char d'Apollon

Partout le vert est de retour, l'espoir renaît.

Retour au calme après l'emballement du char d'Apollon

La bougie dans le grand photophore s'est évanouie en fondant au soleil et le cotinus est en train de partir en fumée.

Retour au calme après l'emballement du char d'Apollon

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 10 Septembre 2016

Sera-ce bientôt une scène fugace que l'on puisera dans notre imagination comme un mirage ? Et non ! nous ne pouvons-nous soumettre au dictat climatique car plic, plac la pluie tombera jeudi.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Comme dans le "Cinquième élément", c'est l'amour qui nous sauvera et par les temps qui courent mieux vaut le dire avec du lierre à la sobriété légendaire. Des coeurs au jardin, une idée que nous avons ramenée dans nos valises de notre escapade bretonne après avoir rencontré Tim, un anglais rêveur, féru de décoration et voisin de Maryline du blog "Trois Petits Tours au Jardin".

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Un vent de déco continue à souffler, mettant du baume au coeur du jardinier blessé.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Un dommage collatéral prévisible après la visite du jardin de la Mansonière à Saint Céneri Le Gérei, c'est l'arrivée de grilles dans notre petit univers. Y a plus qu'à les installer lorsque la terre le permettra.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

On a essayé de résister mais on n'a pas pu ne pas saluer notre pépinièriste préféré et ce qui devait arriver est arrivé, on a craqué pour :

Une clématite blanche qui serpentera dans un cotinus Grace.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Une clématite bleue qui s'épanouira dans le jardin bleu.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Là, il fallait oser mais on l'a fait, l'accueil d'un hydrangéa aspéra Hot Chocolate au revers pourpré.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Quant au rosier Roseraie de l'Hay souvent vu sur les blogs, il s'est jeté à nos pieds et on s'est laissé attendrir par son parfum.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Enfin un lagerstroemia blanc que nous avons planté sans hésitation car la sécheresse ne lui fait pas peur.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Et pendant ce temps, l'automne arrive à pas de velours et fleurissent les cyclamens et la petite clématite tapissante Jouin. Praceox.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 28 Août 2016

Une fin d'été dont les jardiniers se souviendront sûrement. Thermostat bloqué à 36°-37° durant une semaine après un mois et demi sans pluie, voilà ce qui a permis de découvrir toutes les facettes de l'arrosage malgré un important paillage. Il a fallu faire des priorités, seuls les hydrangéas et les potées goûtent à l'eau. Pour le reste, seuls les premiers signes d'agonie nous font passer à l'action et délivrer le substantifique liquide.

C'est là que l'on s'aperçoit que l'ombrage est salvateur et que les plantes comme les géraniums vivaces, les euonymus, les fatshederas entretiennent d'excellentes relations avec la sécheresse. Et quant au gravier, pas de risque de le voir jaunir, et hop un souci de moins.

On a profité de cette fin d'août pour installer quelques douceurs à l'entrée.

A l'aise dans la fournaise ...

Le duo d'hirondelles a retrouvé des couleurs et des coeurs.

A l'aise dans la fournaise ...

Une nouvelle venue, l'agapanthe Queen Mum trop heureuse de retrouver la chaleur de ses ancêtres sud africains.

A l'aise dans la fournaise ...

Dans le massif de la clairière aux roses, phlox, bidens, physostégia et angélique demandent une certaine attention pour ne pas jouer les bouquets secs.

A l'aise dans la fournaise ...

Dans les clos pas d'arrosage prodigué et les rosiers vivent la situation en toute insouciance

A l'aise dans la fournaise ...

 et Burgundy Ice ne s'est jamais autant éclaté.

A l'aise dans la fournaise ...

Les buis se remettent lentement de leur attaque de champignons, merci la chaleur. 

A l'aise dans la fournaise ...

Imparable au coeur de l'été, l'association graminées-rosiers a la sobriété du chameau.

A l'aise dans la fournaise ...

Quant à l'élevage d'hirondelles, cela faisait plusieurs annnées qu'il n'avait pas été aussi prolifique, heureuseument on avait prévu large au niveau des fils.

A l'aise dans la fournaise ...

En avant première et pour vous notre nouvelle bannière flotte en haut de page.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 2 Août 2016

L'été ça donne des envies d'habiter au jardin. C'est ainsi que du vieux mobilier de rotin remisé a trouvé une nouvelle vie et joue au salon de verdure.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de bleu et les agapanthes sont là pour les exaucer. Leur généreuse floraison n'a d'égal que la puissance de leurs racines. Il a fallu les diviser au printemps car elles avaient littéralement explosé leur pot.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de potées fleuries et de ce point de vue l'association géranium Dusky Crug et Isotoma n'a pas son pareil en nuances et délicatesse.

L'été ça donne des envies ...

Plus flashy, c'est la rencontre entre gauras et une inconnue qui ne le demeurera pas longtemps,nous irons prochainement nous informer à la source. C'est fait, il s'agit du Gomphrena globosa Fireworks.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des idées de senteurs et les lys sont là pour les combler.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de petites mises en scènes quand le sauvage rosier Pablito vient caresser une pierre venue d'Ecosse.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de romantisme champêtre quand l'hydrangéa Great Star Le Vasterival vient tendre les bras au rosier Rush.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de fleurs à profusion et le duo de choc d'hydrangéas Invincibelle et Incrediball y répond.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de jungle fleurie lorsque l'on passe sous le buddleja Lindleyana en frôlant le rhus typhina Tiger Eyes.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de lande imaginaire où se cotoieraient des pins, des rosiers, des graminées et c'est là que la verveine Venosa Polaris nous a surpris par sa vigueur et l'intensité de sa floraison bleu argenté.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de prendre le temps par exemple de rafraîchir la robe tâchetée des pintades avec une nouvelle couche de points blancs.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies d'avoir de nouveaux amis et on s'en est fait un nouveau au jardin.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne aussi des idées de nouveaux aménagements au jardin mais ça on vous en parlera plus tard.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 14 Juillet 2016

Si l'été est une période propice à l'effeuillage, au jardin des Vigneaux l'expression se manifeste en plus radical.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

C'est devenu un rituel au Vigneau que de passer notre première semaine de vacances avec notre jardin pour remodeler les volumes et redessiner les perspectives.

La cahute aux érables et aux cornus

La cahute aux érables et aux cornus

Cette année la tâche est double tant a prospéré la végétation.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Le rosier Alfred carrière qui s'en était allé vagabonder quelques mètres aux alentours s'est sagement replié sur la pergola.

A noter que le petit coup de chaleur a mis un coup d'arrêt aux dommages causés par le champignon sur les buis et que petit à petit ceux-ci reverdissent.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Le plateau de pied s'est réinstallé à la base du cornus et le bambou a retrouvé sa gracilité.

Le taillis

Le taillis

Et cette année dans le paysage, on peut compter sur la luxuriance des clématites que rien ne semble arrêter, elles veulent toutes jouer les montanas.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Même si l'été n'est pas torride, il y a cependant des rencontres "langue-oureuses" entre la véronique Fascination et la clématite Etoile Violette.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Un petit souffle exotico bretonisant au pied du colombier avec ses hydrangeas et le phormium.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Sous les pieds la grève comme un prémice à nos prochaines aventures bretonnes.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Des aventures où il y aura bien sûr des jardins et des rencontres.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Un retour aux sources des paysages qui souvent inspirent notre vision du jardin comme cette lande qui est née après un séjour dans les Monts d'Arrée.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 3 Juillet 2016

Vaille que vaille entre grisaille et éclaircies, le jardin bon an mal an s'estivalise avec une vigoureuse dominante verte qu'il faut tenter d'apprisoiser.

Que d'eau mais oh !!!

Il fait un temps d'hydrangeas qui ont su tirer leur épingle du jeu et qui ont pris la grosse tête.

Que d'eau mais oh !!!

Dans ce coin de sous-bois c'est même une renaissance pour certains car la canicule de l'été dernier les avait totalement desséchés.

Que d'eau mais oh !!!

Autres gagnantes du phénomène, ce sont les clématites qui cette année culminent et s'épanouissent de bonheur.

Que d'eau mais oh !!!

Même les arrières scènes en ombre séche ont encore une vitalité printanière.

Que d'eau mais oh !!!

Les journées pluvieuses nous ont laissés le temps de feuilleter le livre "Guide de la couleur au jardin" qui vient de paraître chez Ulmer, et on a pu constater que dans cette débauche de vert, le rouge en était bien la couleur complémentaire.

Que d'eau mais oh !!!

Bobbie James a eu du retard à l'allumage mais aujourd'hui il tourne à plein régime.

Que d'eau mais oh !!!

Un temps qui donne des ailes à la clématite Jackmanii.

Que d'eau mais oh !!!

Dans le clos entre graminées et rosiers, le combat est désormais à armes égales. 

Que d'eau mais oh !!!

Contre toute attente le berbéris Rose Glow a parfaitement résisté à l'ambiance aquatique du mois de juin.

Petit message personnel à Judith, il s'agissait bien de Rose Glow qui s'éclaicit avec ses nouvelles pousses.

Que d'eau mais oh !!!

Particulièrement explosif cette année le rosier Pomponella au coté de la ronce tibétaine qui ne craint toujours pas les morsures du soleil.

Que d'eau mais oh !!!

Une saison où la taille des érables en topiaire est un véritable défi sportif avec des pousses de plus de 50 cm en un mois. Dans ce coin de jardin, l'eau affleurait encore il y a une semaine et depuis un mois nous ne pouvions intervenir.

Que d'eau mais oh !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 5 Septembre 2015

Même si chez nous les outils n'ont pas souvent l'occasion de rouiller, le jardin a cependant vécu sa petite trêve estivale mais voici venu le temps de la rentrée jardinière. La séquence pluvieuse de fin août a reboosté les végétaux et le moral des jardiniers. Le tapis vert s'est de nouveau déroulé sous nos pieds. Les feuilles qui ne cessaient de tomber se sont remises à pousser et les silhouettes se sont redressées. Le cognassier et les pyracanthas croulent sous les fruits. L'acer palmatum quant à lui a bravement résisté au soleil.

Entrée est

Entrée est

L'ambiance est plutôt joyeuse et indisciplinée dans la lande face à l'hydrangéa Limelight et à l'indigotier en fin de floraison dont nous avons pu apprécier la résistance à la sécheresse.

Revue de rentrée

Après une période critique où à plusieurs reprises les feuillages se sont crispés, les hydrangéas Pink Annabelle et Incrediball apprécient désormais la douceur de la rosée matinale.

Revue de rentrée

Flouté par un nuage de sauges, l'hydrangéa Great Star "Le Vasterival" dresse son altière blancheur.

Revue de rentrée

Le rosier Parfum d'Evita s'est bien développé cette année. Avec lui c'est le 1er mai tous les jours tant son parfum de muguet est impressionnant tout autant que ses remontées permanentes. En regardant la photo on s'aperçoit aussi que les séances de taille en transparence vont reprendre.

Revue de rentrée

Les pintades ont enfin quelque chose à se mettre sous la dent. Qui a dit que trop de vert tue le vert ? En tout cas nous on s'en plaint pas !

Revue de rentrée

Pour son deuxième été le jardin bleu a été servi. Les conifères en pot ont dû avoir chaud au pied et l'ipomée presque desséchée égrène aujourd'hui ses feuilles en coeur et ses fleurs azurées.

Revue de rentrée

Les topiaires ont profité des vacances pour s'échapper de leurs formes, un rendez-vous chez le coiffeur est prévu.

Revue de rentrée

Avec la rentrée il nous vient des envies d'érables en pot, c'est parti avec Asahi-zuru, d'autres arrivent ...

Revue de rentrée

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 23 Août 2015

C'est avec du retard que nous entrons dans le jeu de Marie-Claude du blog Un ptit coin de nature qui nous invitait à ouvrir la porte pour contempler notre paysage immédiat. Chose faite doublement car il y a deux entrées : coté sud, c'est un cheminement fleuri bordé d'une haie qui s'étire jusqu'au perron. 

Quand j'ouvre la porte

Coté ouest, c'est l'entrée par la véranda où le deck fait office d'escalier et fait face au colombier.

Quand j'ouvre la porte

C'est le lieu privilégié entre dedans et dehors pour les pauses café.

Quand j'ouvre la porte

On ne peut s'empêcher de poursuivre l'exercice pour aller à la rencontre de la lande qui se remet de la sécheresse. Les miscanthus n'ont pas souffert mais les pennisetums ont dû recevoir une coupe en brosse pour la séance photo. Quant aux sauges Amistad, deux hivers cléments leur ont donné des ailes ou du moins des échasses car elles culminent à plus de deux mètres.

Quand j'ouvre la porte

Un petit clin d'oeil aux rosiers Bukavu qui depuis quatre mois et malgré les conditions extrêmes remontent, remontent ...

Quand j'ouvre la porte

et font concurrence au rosier Buff Beauty que chatouillent les miscanthus.

Quand j'ouvre la porte

Enfin un plaisir à déguster après deux ans d'attente, c'est la floraison de l'Angelica gigas

Quand j'ouvre la porte

et une découverte qui nous ferait aimer les dahlias, c'est Noir Désire planté au printemps qui sans arrosage culmine à plus d'un mètre cinquante en une splendide brassée, capable de rivaliser avec les rosiers arbustifs. Voilà de quoi penser à de nouvelles associations pour le futur.

Quand j'ouvre la porte

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0