Articles avec #ete tag

Publié le 10 Septembre 2016

Sera-ce bientôt une scène fugace que l'on puisera dans notre imagination comme un mirage ? Et non ! nous ne pouvons-nous soumettre au dictat climatique car plic, plac la pluie tombera jeudi.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Comme dans le "Cinquième élément", c'est l'amour qui nous sauvera et par les temps qui courent mieux vaut le dire avec du lierre à la sobriété légendaire. Des coeurs au jardin, une idée que nous avons ramenée dans nos valises de notre escapade bretonne après avoir rencontré Tim, un anglais rêveur, féru de décoration et voisin de Maryline du blog "Trois Petits Tours au Jardin".

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Un vent de déco continue à souffler, mettant du baume au coeur du jardinier blessé.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Un dommage collatéral prévisible après la visite du jardin de la Mansonière à Saint Céneri Le Gérei, c'est l'arrivée de grilles dans notre petit univers. Y a plus qu'à les installer lorsque la terre le permettra.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

On a essayé de résister mais on n'a pas pu ne pas saluer notre pépinièriste préféré et ce qui devait arriver est arrivé, on a craqué pour :

Une clématite blanche qui serpentera dans un cotinus Grace.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Une clématite bleue qui s'épanouira dans le jardin bleu.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Là, il fallait oser mais on l'a fait, l'accueil d'un hydrangéa aspéra Hot Chocolate au revers pourpré.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Quant au rosier Roseraie de l'Hay souvent vu sur les blogs, il s'est jeté à nos pieds et on s'est laissé attendrir par son parfum.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Enfin un lagerstroemia blanc que nous avons planté sans hésitation car la sécheresse ne lui fait pas peur.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Et pendant ce temps, l'automne arrive à pas de velours et fleurissent les cyclamens et la petite clématite tapissante Jouin. Praceox.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 28 Août 2016

Une fin d'été dont les jardiniers se souviendront sûrement. Thermostat bloqué à 36°-37° durant une semaine après un mois et demi sans pluie, voilà ce qui a permis de découvrir toutes les facettes de l'arrosage malgré un important paillage. Il a fallu faire des priorités, seuls les hydrangéas et les potées goûtent à l'eau. Pour le reste, seuls les premiers signes d'agonie nous font passer à l'action et délivrer le substantifique liquide.

C'est là que l'on s'aperçoit que l'ombrage est salvateur et que les plantes comme les géraniums vivaces, les euonymus, les fatshederas entretiennent d'excellentes relations avec la sécheresse. Et quant au gravier, pas de risque de le voir jaunir, et hop un souci de moins.

On a profité de cette fin d'août pour installer quelques douceurs à l'entrée.

A l'aise dans la fournaise ...

Le duo d'hirondelles a retrouvé des couleurs et des coeurs.

A l'aise dans la fournaise ...

Une nouvelle venue, l'agapanthe Queen Mum trop heureuse de retrouver la chaleur de ses ancêtres sud africains.

A l'aise dans la fournaise ...

Dans le massif de la clairière aux roses, phlox, bidens, physostégia et angélique demandent une certaine attention pour ne pas jouer les bouquets secs.

A l'aise dans la fournaise ...

Dans les clos pas d'arrosage prodigué et les rosiers vivent la situation en toute insouciance

A l'aise dans la fournaise ...

 et Burgundy Ice ne s'est jamais autant éclaté.

A l'aise dans la fournaise ...

Les buis se remettent lentement de leur attaque de champignons, merci la chaleur. 

A l'aise dans la fournaise ...

Imparable au coeur de l'été, l'association graminées-rosiers a la sobriété du chameau.

A l'aise dans la fournaise ...

Quant à l'élevage d'hirondelles, cela faisait plusieurs annnées qu'il n'avait pas été aussi prolifique, heureuseument on avait prévu large au niveau des fils.

A l'aise dans la fournaise ...

En avant première et pour vous notre nouvelle bannière flotte en haut de page.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 2 Août 2016

L'été ça donne des envies d'habiter au jardin. C'est ainsi que du vieux mobilier de rotin remisé a trouvé une nouvelle vie et joue au salon de verdure.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de bleu et les agapanthes sont là pour les exaucer. Leur généreuse floraison n'a d'égal que la puissance de leurs racines. Il a fallu les diviser au printemps car elles avaient littéralement explosé leur pot.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de potées fleuries et de ce point de vue l'association géranium Dusky Crug et Isotoma n'a pas son pareil en nuances et délicatesse.

L'été ça donne des envies ...

Plus flashy, c'est la rencontre entre gauras et une inconnue qui ne le demeurera pas longtemps,nous irons prochainement nous informer à la source. C'est fait, il s'agit du Gomphrena globosa Fireworks.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des idées de senteurs et les lys sont là pour les combler.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de petites mises en scènes quand le sauvage rosier Pablito vient caresser une pierre venue d'Ecosse.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de romantisme champêtre quand l'hydrangéa Great Star Le Vasterival vient tendre les bras au rosier Rush.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de fleurs à profusion et le duo de choc d'hydrangéas Invincibelle et Incrediball y répond.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de jungle fleurie lorsque l'on passe sous le buddleja Lindleyana en frôlant le rhus typhina Tiger Eyes.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de lande imaginaire où se cotoieraient des pins, des rosiers, des graminées et c'est là que la verveine Venosa Polaris nous a surpris par sa vigueur et l'intensité de sa floraison bleu argenté.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de prendre le temps par exemple de rafraîchir la robe tâchetée des pintades avec une nouvelle couche de points blancs.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies d'avoir de nouveaux amis et on s'en est fait un nouveau au jardin.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne aussi des idées de nouveaux aménagements au jardin mais ça on vous en parlera plus tard.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 14 Juillet 2016

Si l'été est une période propice à l'effeuillage, au jardin des Vigneaux l'expression se manifeste en plus radical.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

C'est devenu un rituel au Vigneau que de passer notre première semaine de vacances avec notre jardin pour remodeler les volumes et redessiner les perspectives.

La cahute aux érables et aux cornus

La cahute aux érables et aux cornus

Cette année la tâche est double tant a prospéré la végétation.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Le rosier Alfred carrière qui s'en était allé vagabonder quelques mètres aux alentours s'est sagement replié sur la pergola.

A noter que le petit coup de chaleur a mis un coup d'arrêt aux dommages causés par le champignon sur les buis et que petit à petit ceux-ci reverdissent.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Le plateau de pied s'est réinstallé à la base du cornus et le bambou a retrouvé sa gracilité.

Le taillis

Le taillis

Et cette année dans le paysage, on peut compter sur la luxuriance des clématites que rien ne semble arrêter, elles veulent toutes jouer les montanas.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Même si l'été n'est pas torride, il y a cependant des rencontres "langue-oureuses" entre la véronique Fascination et la clématite Etoile Violette.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Un petit souffle exotico bretonisant au pied du colombier avec ses hydrangeas et le phormium.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Sous les pieds la grève comme un prémice à nos prochaines aventures bretonnes.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Des aventures où il y aura bien sûr des jardins et des rencontres.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Un retour aux sources des paysages qui souvent inspirent notre vision du jardin comme cette lande qui est née après un séjour dans les Monts d'Arrée.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 3 Juillet 2016

Vaille que vaille entre grisaille et éclaircies, le jardin bon an mal an s'estivalise avec une vigoureuse dominante verte qu'il faut tenter d'apprisoiser.

Que d'eau mais oh !!!

Il fait un temps d'hydrangeas qui ont su tirer leur épingle du jeu et qui ont pris la grosse tête.

Que d'eau mais oh !!!

Dans ce coin de sous-bois c'est même une renaissance pour certains car la canicule de l'été dernier les avait totalement desséchés.

Que d'eau mais oh !!!

Autres gagnantes du phénomène, ce sont les clématites qui cette année culminent et s'épanouissent de bonheur.

Que d'eau mais oh !!!

Même les arrières scènes en ombre séche ont encore une vitalité printanière.

Que d'eau mais oh !!!

Les journées pluvieuses nous ont laissés le temps de feuilleter le livre "Guide de la couleur au jardin" qui vient de paraître chez Ulmer, et on a pu constater que dans cette débauche de vert, le rouge en était bien la couleur complémentaire.

Que d'eau mais oh !!!

Bobbie James a eu du retard à l'allumage mais aujourd'hui il tourne à plein régime.

Que d'eau mais oh !!!

Un temps qui donne des ailes à la clématite Jackmanii.

Que d'eau mais oh !!!

Dans le clos entre graminées et rosiers, le combat est désormais à armes égales. 

Que d'eau mais oh !!!

Contre toute attente le berbéris Rose Glow a parfaitement résisté à l'ambiance aquatique du mois de juin.

Petit message personnel à Judith, il s'agissait bien de Rose Glow qui s'éclaicit avec ses nouvelles pousses.

Que d'eau mais oh !!!

Particulièrement explosif cette année le rosier Pomponella au coté de la ronce tibétaine qui ne craint toujours pas les morsures du soleil.

Que d'eau mais oh !!!

Une saison où la taille des érables en topiaire est un véritable défi sportif avec des pousses de plus de 50 cm en un mois. Dans ce coin de jardin, l'eau affleurait encore il y a une semaine et depuis un mois nous ne pouvions intervenir.

Que d'eau mais oh !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 5 Septembre 2015

Même si chez nous les outils n'ont pas souvent l'occasion de rouiller, le jardin a cependant vécu sa petite trêve estivale mais voici venu le temps de la rentrée jardinière. La séquence pluvieuse de fin août a reboosté les végétaux et le moral des jardiniers. Le tapis vert s'est de nouveau déroulé sous nos pieds. Les feuilles qui ne cessaient de tomber se sont remises à pousser et les silhouettes se sont redressées. Le cognassier et les pyracanthas croulent sous les fruits. L'acer palmatum quant à lui a bravement résisté au soleil.

Entrée est

Entrée est

L'ambiance est plutôt joyeuse et indisciplinée dans la lande face à l'hydrangéa Limelight et à l'indigotier en fin de floraison dont nous avons pu apprécier la résistance à la sécheresse.

Revue de rentrée

Après une période critique où à plusieurs reprises les feuillages se sont crispés, les hydrangéas Pink Annabelle et Incrediball apprécient désormais la douceur de la rosée matinale.

Revue de rentrée

Flouté par un nuage de sauges, l'hydrangéa Great Star "Le Vasterival" dresse son altière blancheur.

Revue de rentrée

Le rosier Parfum d'Evita s'est bien développé cette année. Avec lui c'est le 1er mai tous les jours tant son parfum de muguet est impressionnant tout autant que ses remontées permanentes. En regardant la photo on s'aperçoit aussi que les séances de taille en transparence vont reprendre.

Revue de rentrée

Les pintades ont enfin quelque chose à se mettre sous la dent. Qui a dit que trop de vert tue le vert ? En tout cas nous on s'en plaint pas !

Revue de rentrée

Pour son deuxième été le jardin bleu a été servi. Les conifères en pot ont dû avoir chaud au pied et l'ipomée presque desséchée égrène aujourd'hui ses feuilles en coeur et ses fleurs azurées.

Revue de rentrée

Les topiaires ont profité des vacances pour s'échapper de leurs formes, un rendez-vous chez le coiffeur est prévu.

Revue de rentrée

Avec la rentrée il nous vient des envies d'érables en pot, c'est parti avec Asahi-zuru, d'autres arrivent ...

Revue de rentrée

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 23 Août 2015

C'est avec du retard que nous entrons dans le jeu de Marie-Claude du blog Un ptit coin de nature qui nous invitait à ouvrir la porte pour contempler notre paysage immédiat. Chose faite doublement car il y a deux entrées : coté sud, c'est un cheminement fleuri bordé d'une haie qui s'étire jusqu'au perron. 

Quand j'ouvre la porte

Coté ouest, c'est l'entrée par la véranda où le deck fait office d'escalier et fait face au colombier.

Quand j'ouvre la porte

C'est le lieu privilégié entre dedans et dehors pour les pauses café.

Quand j'ouvre la porte

On ne peut s'empêcher de poursuivre l'exercice pour aller à la rencontre de la lande qui se remet de la sécheresse. Les miscanthus n'ont pas souffert mais les pennisetums ont dû recevoir une coupe en brosse pour la séance photo. Quant aux sauges Amistad, deux hivers cléments leur ont donné des ailes ou du moins des échasses car elles culminent à plus de deux mètres.

Quand j'ouvre la porte

Un petit clin d'oeil aux rosiers Bukavu qui depuis quatre mois et malgré les conditions extrêmes remontent, remontent ...

Quand j'ouvre la porte

et font concurrence au rosier Buff Beauty que chatouillent les miscanthus.

Quand j'ouvre la porte

Enfin un plaisir à déguster après deux ans d'attente, c'est la floraison de l'Angelica gigas

Quand j'ouvre la porte

et une découverte qui nous ferait aimer les dahlias, c'est Noir Désire planté au printemps qui sans arrosage culmine à plus d'un mètre cinquante en une splendide brassée, capable de rivaliser avec les rosiers arbustifs. Voilà de quoi penser à de nouvelles associations pour le futur.

Quand j'ouvre la porte

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2015

Avant de s'évader vers d'autres horizons qui d'ailleurs nous méneront vers d'autres jardins puisque nous allons retrouver des amis jardiniers blogueurs, nous avons passé quelques jours en tête à tête avec le nôtre (pas le jardinier, le jardin).

Le jardin bleu après une année d'existence dégage malgré la sécheresse une atmosphère apaisante presque rafraîchissante. C'est fou comme l'on se met à aimer les couleurs froides en ce moment !

Dilettante au jardin

Les vacances c'est prendre le temps de s'initier à des techniques comme la mosaïque photos. C'est sûr maintenant des mosaïques vous allez en voir de temps en temps.

Le jardin bleu

Le jardin bleu

Les vacances c'est se réveiller un matin en se disant que le mobilier de jardin est bien triste dans sa livrée gris foncé et qu'un petit coup de pastel lui redonnerait le peps du vintage.

Dilettante au jardin

Et aucun n'y a échappé.

Dilettante au jardin

Comme tout droit sorti de l'univers de "2001, l'Odyssé de l'espace", un monolithe s'est posé dans le massif est. Quand les cieux seront plus cléments, nous y ferons grimper une petite persistante.

Peut-être M. Duojardin pense t'il qu'il va être temps de partir s'il ne veut pas voir le jardin customisé sous l'imagination débordante de Mme Duojardin.

Dilettante au jardin

Pendant ce temps beaucoup de rosiers se sont mis à remonter

Clos rouge et blanc

Clos rouge et blanc

malgré l'absence de pluie depuis plus d'un mois.

Rosiers Clair Matin et Phyllis Bide

Rosiers Clair Matin et Phyllis Bide

Et l'on part l'esprit léger à l'image des gauras et des graminées pour quelques jours laissant au liseron le temps de faire quelques circonvolutions pendant notre pérégrination.

Soyez sage notre petit monde, on revient bientôt.

La lande

La lande

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 13 Juillet 2015

C'est avec quelques semaines d'avance que le jardin vit le temps des moissons. Les jardiniers récoltent en brassées les hampes séchées et défleuries des vivaces et des rosiers.

Dans la folle course d'Appolon

Des pans entiers de massifs se transforment en chaumes tandis que la colonne de mercure ne cesse de grimper dans une atmosphère asséchante. Heureusement des arbustes comme les kolkwitzias, les spirées, les bruyères ont la sobriété des chameaux tout comme les roses trémières qui se jouent des rayons brûlants.

Dans la folle course d'Appolon

Comme transportée par les alizés, le sud s'installe dans des coins du jardin. Les agapanthes ainsi que le phormium qui fleurit pour la première fois apportent leur saveur exotique.

Dans la folle course d'Appolon

Dans la gravière ombrée, les plantes ne semblent pas encore souffrir de la sécheresse mais pour combien de temps encore ?

Dans la folle course d'Appolon

Pour l'instant rien ne vient troubler les ramures persistantes de l'eucalyptus, des conifères, des ilex et des osmanthus et pas de coup de soleil pour le cotinus Grace, alors que le chemin herbu se fait paillasson.

Dans la folle course d'Appolon

Sous la protection de l'arche de l'éternité, les rosiers Rush et Fairy poursuivent imperturbablement leurs floraisons sans eau et sous la canicule.

Dans la folle course d'Appolon

Dans la Lande, gauras et graminées batifolent en liberté éclaboussées de la lumière de l'été.

Dans la folle course d'Appolon

Mieux vaut avoir les pieds dans l'eau doivent se dire les consoudes et les joncs.

Dans la folle course d'Appolon

La chaleur exceptionnelle de juillet a donné des ailes à la clématire Golden Tiara qui s'en est allée conter fleurette à l'hydrangea Endless Summer.

Dans la folle course d'Appolon

Une rencontre tout en légèreté entre les fleurs virevoltantes des gauras et le graphisme coloré des aulx sphaerocephalum.

Dans la folle course d'Appolon

Il arrive aussi que dans la Lande les petits aulx sphaerocephalum se dressent d'effroi en voyant surgir les spectres errants de quelques aulx Cristophii.

Dans la folle course d'Appolon

Durant la sieste, il arrive aussi que l'hémérocalle se laisse bercer dans le duvet du phlomis.

Dans la folle course d'Appolon

Un coussin de corymbes d'achilée au pied d'une touffe de pennisetum, elle est là la poésie d'une prairie d'été.

Dans la folle course d'Appolon

Telle une star, l'aralia variegata déploie ses éventails au risque de les brûler, heureusement que nous l'avions précautionneusement installé à mi-ombre.

Dans la folle course d'Appolon

Par contre pas de crainte de brûlure pour le Croscomia Lucifer !

Dans la folle course d'Appolon

Tandis que la Sanguisorba tenuifolia Alba semble tirer la langue,

Dans la folle course d'Appolon

la Véronique Fascination la darde vers le ciel.

Quant au jardinier, c'est un rêve d'eau qu'il fait chaque nuit.

Dans la folle course d'Appolon

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 27 Juin 2015

S'il y a dans le jardin des rosiers isolés dans les massifs, il y a aussi un lieu composé de trois clos ceinturés d'érables en arcure dans lesquels s'ébattent joyeusement des dizaines de rosiers. L'idée dans ces espaces était de mettre en scène les roses en les intégrant dans le paysage.

Dans le premier clos, une strate basse composée de gauras, de potentilles, de rosiers paysages comme Eskimo, est dominée par quelques seigneurs comme Laguna

Les rosiers entrent en lice

et Jasmina sans oublier Phyllis Bide, Kir Royal qui n'ont point daigner rentrer dans le cadre. Ce qui nous importait dans ce clos c'était de créer un effet de densité fleurie qui se trouve être à son apogée mi juin.

Les rosiers entrent en lice

Dans le deuxième clos l'espace s'élargit et les rosiers s'associent aux graminées.

Les rosiers entrent en lice

Les miscanthus, les calamagrostis

Les rosiers entrent en lice

et les pennisetums voilent de leurs feuilles légères et élancées les bouquets de roses.

Les rosiers entrent en lice
Les rosiers entrent en lice
Les rosiers entrent en lice
Les rosiers entrent en lice
Les rosiers entrent en lice

L'idée de cette association et de rompre l'aspect statique du rosier en lui insufflant le mouvement des graminées.

Les rosiers entrent en lice

Dans le troisième clos, là où le rouge et le blanc se rencontrent, la verticalité blanche des bouleaux Jacquemontii rythme le paysage.

Les rosiers entrent en lice

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0