Publié le 24 Août 2013

Ah qu'il est fort le soleil cette année ! Et soleil trop généreux rend le jardinier soucieux.

Achillée coronation gold

Achillée coronation gold

Certains se disent qu'il vaut mieux être près de la maison pour bénéficier de l'arrosage.

Yucca Golden sword, echinacea et hydrangea Diamant rouge

Yucca Golden sword, echinacea et hydrangea Diamant rouge

Petite scène pour grosse chaleur.

Nous avons apprécié la tulbaghia l'année dernière pour son originalité et nous l'avons retrouvé partout en Bretagne cette année ! On comprend mieux pourquoi car elle résiste à tout si ce n'est au froid trop rigoureux.

Tulbaghia Violacea et phormium tenax purprea

Tulbaghia Violacea et phormium tenax purprea

Le coin des assoiffés qui même à l'ombre tirent la langue chaque jour à notre passage !

Hydrangea sargentiana

Hydrangea sargentiana

Des remontées parfois balbutiantes de la part de certains rosiers : Westeland et Guirlande rose tirent leur épingle du jeu, sans oublier Sea foam dont le feuillage conserve son aspect printanier.

C'est à boire qu'il nous faut !

Pour le plaisir des yeux, un mouvement de têtes

Phlox et laurier tin

Phlox et laurier tin

et de quoi en perdre la boule.

C'est à boire qu'il nous faut !

Le vert fait de la résistance malgré la sécheresse ambiante.

C'est à boire qu'il nous faut !

Et on paille et on paille ...

Le taillis

Le taillis

L'acer se demande si cela va encore durer longtemps.

Côté est

Côté est

La terre est trop dure et sèche pour accueillir les nouvelles plantations alors on taille, on taille inlassablement à l'ombre.

C'est à boire qu'il nous faut !

On joue aussi du pinceau avec des vieilles chaises abandonnées sur un air d'Aloha.

Rosier Aloha

Rosier Aloha

On n'a pas pu résister au regard langoureux de cette nouvelle clématite découverte chez notre pépiniériste préféré ... merci Damien !

Arabella

Arabella

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 13 Août 2013

Les vacances sont aussi pour nous l'opportunité de partir à la rencontre des jardins et sur notre route dans les côtes d'Armor nous avons rêvé pendant deux heures dans le jardin du Grand Launay.

Jean SCHALIT, initiateur et maître du lieu nous a accompagné dans son monde, un monde orchestré par la taille et la pensée.

Chronique d'un choc émotionnel ou la rencontre avec le Grand Launay

Dès les premières scènes, le souffle du soleil levant imprime son rythme dans la nature et dans la composition du paysage.

Chronique d'un choc émotionnel ou la rencontre avec le Grand Launay

Comme à l'image de cet escalier allégé par les volutes des astilbes, le cheminement dans le jardin exprime la sérénité.

Chronique d'un choc émotionnel ou la rencontre avec le Grand Launay

Le jardin joue avec les lignes et les perspectives pour nous emmener toujours plus haut.

La chapelle

La chapelle

Il nous emmène au paradis où le serpent de buis se love au pied des pommiers.

Chronique d'un choc émotionnel ou la rencontre avec le Grand Launay

La vision est sublime et le temps suspendu.

Chronique d'un choc émotionnel ou la rencontre avec le Grand Launay

Même les bancs y ont des allures de trône.

Chronique d'un choc émotionnel ou la rencontre avec le Grand Launay

Tout n'est que calme, beauté et harmonie,

Chronique d'un choc émotionnel ou la rencontre avec le Grand Launay

entre la pierre et le végétal

Chronique d'un choc émotionnel ou la rencontre avec le Grand Launay

entre le végétal et le métal.

Chronique d'un choc émotionnel ou la rencontre avec le Grand Launay

La lumière, la matière, les lignes, tout y est magnifié.

Chronique d'un choc émotionnel ou la rencontre avec le Grand Launay

Et parfois les perspectives semblent échapper à la raison.

Chronique d'un choc émotionnel ou la rencontre avec le Grand Launay

Un lieu intemporel où la contemporanéité côtoie le XVIIème siècle dans le flou des graminées et des arbustes sculptées.

Chronique d'un choc émotionnel ou la rencontre avec le Grand Launay

Un lieu où Daniel BUREN, peintre et sculpteur, à l'occasion d'une manifestation artistique a marqué son empreinte en déviant le cours d'une ligne d'eau en hauteur.

Chronique d'un choc émotionnel ou la rencontre avec le Grand Launay

L'image de cette ligne d'eau suspendue est un peu ce que nous ressentions au sortir de ce jardin ... il y a des jardins qui élèvent.

Chronique d'un choc émotionnel ou la rencontre avec le Grand Launay

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost 0