Publié le 28 Août 2016

Une fin d'été dont les jardiniers se souviendront sûrement. Thermostat bloqué à 36°-37° durant une semaine après un mois et demi sans pluie, voilà ce qui a permis de découvrir toutes les facettes de l'arrosage malgré un important paillage. Il a fallu faire des priorités, seuls les hydrangéas et les potées goûtent à l'eau. Pour le reste, seuls les premiers signes d'agonie nous font passer à l'action et délivrer le substantifique liquide.

C'est là que l'on s'aperçoit que l'ombrage est salvateur et que les plantes comme les géraniums vivaces, les euonymus, les fatshederas entretiennent d'excellentes relations avec la sécheresse. Et quant au gravier, pas de risque de le voir jaunir, et hop un souci de moins.

On a profité de cette fin d'août pour installer quelques douceurs à l'entrée.

A l'aise dans la fournaise ...

Le duo d'hirondelles a retrouvé des couleurs et des coeurs.

A l'aise dans la fournaise ...

Une nouvelle venue, l'agapanthe Queen Mum trop heureuse de retrouver la chaleur de ses ancêtres sud africains.

A l'aise dans la fournaise ...

Dans le massif de la clairière aux roses, phlox, bidens, physostégia et angélique demandent une certaine attention pour ne pas jouer les bouquets secs.

A l'aise dans la fournaise ...

Dans les clos pas d'arrosage prodigué et les rosiers vivent la situation en toute insouciance

A l'aise dans la fournaise ...

 et Burgundy Ice ne s'est jamais autant éclaté.

A l'aise dans la fournaise ...

Les buis se remettent lentement de leur attaque de champignons, merci la chaleur. 

A l'aise dans la fournaise ...

Imparable au coeur de l'été, l'association graminées-rosiers a la sobriété du chameau.

A l'aise dans la fournaise ...

Quant à l'élevage d'hirondelles, cela faisait plusieurs annnées qu'il n'avait pas été aussi prolifique, heureuseument on avait prévu large au niveau des fils.

A l'aise dans la fournaise ...

En avant première et pour vous notre nouvelle bannière flotte en haut de page.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 21 Août 2016

C'est sur les conseils de l'association Thalie, une association de jardiniers de Rhône-Alpes, venue à la rencontre de notre jardin, que nous avons eu l'envie de redécouvrir début août le jardin de la Mansonière niché au coeur des Alpes Mancelles et adossé au petit village si typique de Saint Céneri le Gérei. 

Un jardin que l'on aborde en descendant sa "grande allée" d'où se dégage l'esprit d'une nature apaisée, ponctuée de touches ciselées 

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

ou colorées qui rythment le regard du promeneur et toujours dans la quête de l'harmonie par un judiceux choix des couleurs.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Depuis la grande allée on accède à différentes chambres de verdure dont "le jardin calme", endroit magique en ce mois d'août particulièrement asséchant car ici l'eau chuchotait en cascade et se diffusait d'un brumiseur. L'impression de zénitude était encore exaltée par la présence de volumes simples en contraste avec la complexité végétale des érables japonais.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Une atmosphère prolongée dans un vis à vis de topiaires aux formes de galets polis. On a succombé au charme de ce petit conifère au premier plan.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

La mise en scène semble être l'une des lignes directrices et les tableaux qui se succédent sont parfois de véritables rêveries.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Dans le jardin des senteurs, c'est surtout sur la taille des ifs dorés que nous nous sommes attardés et pour nous une belle découverte que la couleur de leur bois.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Ici aussi on ose les topiaires audacieux et toujours cette couleur d'écorce qui nous poursuit.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Comme dans un songe on entre dans "le patio" où la rigueur des colonnes répond à la rondeur des topiaires et au flouté des lavandes. Les topiaires dorés sont des ligustrums ovalifolium Lemon and Lime et non des spirées comme nous l'avions malencontreusement écrit.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Le mobilier de jardin partout présent participe par ses volupes de métal au raffinement des lieux. 

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Encore une belle idée que ce cheminement moutonnant.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Comme une apparition, une fenêtre ogive ouvre sur la campagne environnante dans l'ambiance d'une interrogation métaphysique soutenue par les différents objets qui composent la scène.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

La visite s'achève sur de grands espaces dédiés à la culture car il s'y déroule des concerts et autres maifestations.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Et toujours la forte présence d'un décorum qui signe le jardin.

Nous avons passé en ces lieux enchantés des moments délicieux, nous nous sommes laissés transporter par les mises en scène et nous y avons rafraîchi notre imaginaire.

Merci pour votre chaleureux accueil.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost 0

Publié le 2 Août 2016

L'été ça donne des envies d'habiter au jardin. C'est ainsi que du vieux mobilier de rotin remisé a trouvé une nouvelle vie et joue au salon de verdure.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de bleu et les agapanthes sont là pour les exaucer. Leur généreuse floraison n'a d'égal que la puissance de leurs racines. Il a fallu les diviser au printemps car elles avaient littéralement explosé leur pot.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de potées fleuries et de ce point de vue l'association géranium Dusky Crug et Isotoma n'a pas son pareil en nuances et délicatesse.

L'été ça donne des envies ...

Plus flashy, c'est la rencontre entre gauras et une inconnue qui ne le demeurera pas longtemps,nous irons prochainement nous informer à la source. C'est fait, il s'agit du Gomphrena globosa Fireworks.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des idées de senteurs et les lys sont là pour les combler.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de petites mises en scènes quand le sauvage rosier Pablito vient caresser une pierre venue d'Ecosse.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de romantisme champêtre quand l'hydrangéa Great Star Le Vasterival vient tendre les bras au rosier Rush.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de fleurs à profusion et le duo de choc d'hydrangéas Invincibelle et Incrediball y répond.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de jungle fleurie lorsque l'on passe sous le buddleja Lindleyana en frôlant le rhus typhina Tiger Eyes.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de lande imaginaire où se cotoieraient des pins, des rosiers, des graminées et c'est là que la verveine Venosa Polaris nous a surpris par sa vigueur et l'intensité de sa floraison bleu argenté.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de prendre le temps par exemple de rafraîchir la robe tâchetée des pintades avec une nouvelle couche de points blancs.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies d'avoir de nouveaux amis et on s'en est fait un nouveau au jardin.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne aussi des idées de nouveaux aménagements au jardin mais ça on vous en parlera plus tard.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0