chez les autres

Publié le 20 Septembre 2022

Une escapade en Manche fut aussi l'occasion d'aller à la rencontre d'amis jardiniers. C'est ainsi que nous nous retrouvâmes à la Ferme des Roches à Martinvast dans l'univers végétal so british de Caroline Saint Clair. C'est avec passion que la jardinière nous entraîna dans les méandres de ses massifs ponctués de mises en scènes.

Un beau dimanche en Manche

A l'image de cet escalier d'où dévalent des érigerons, le jardin s'exprime dans une liberté délicatement maîtrisée.

Un beau dimanche en Manche

Magie de la Manche, malgré la canicule et la sécheresse, le foisonnement était toujours au rendez-vous et qu'il était bon de se promener dans l'herbe verte et de se laisser caresser par les feuillages.

Un beau dimanche en Manche

Bien sûr humour et fantaisie étaient aussi de mise et nous les avons croisés sous la forme d'une cohorte de coqs.

Un beau dimanche en Manche

Au détour du cheminement, un petit taxodium nous propose une pause de sérénité au naturel.

Un beau dimanche en Manche

Nous n'oublierons pas ces magnifiques cornus et mille autres choses qui font ce jardin si attachant à l'image de sa jardinière qui sait si bien manier la fantaisie.

Un beau dimanche en Manche

Notre périple nous a ensuite conduits au jardin du Radiophare à Querqueville. Un jardin mené au pinceau par une artiste, Marie-Anne, soutenue par son mari l'ingénieux Bernard qui réalise les structures. Après un accueil des plus chaleureux et quelques pas notre regard s'accroche à une immense toile d'araignée, le ton est donné.

Un beau dimanche en Manche

Nous sommes dans un jardin de voyage. Assis dans une pagode et dégustant une tasse de thé, un bouddha nous convie à la contemplation du paysage.

Un beau dimanche en Manche

Quelques pas plus tard et nous voilà plongés dans une autre ambiance picturale où jouent les contrastes.

Un beau dimanche en Manche

En lien avec l'architecture de l'ancien radiophare, le jardin se fait aussi géométrique en carrés potagers.

Un beau dimanche en Manche

C'est un jeune jardin qui sait déjà exprimer sa personnalité en mêlant rigueur, fluidité et imagination.

Un beau dimanche en Manche

Quelle belle scène inspirée qui mêle majesté des feuillages, beauté des écorces et jeu de formes. Se retrouver dans votre oeuvre végétale fut un pur bonheur et nous vous en remercions.

Un beau dimanche en Manche

Et c'est sur les conseils de nos amis jardiniers que nous somme allés découvrir le jardin du Revers à Notre Dame de Cenilly. C'est toujours un plaisir de déambuler dans un jardin d'artiste où le végétal se trouve confronté à l'imagination créatrice.

Un beau dimanche en Manche

Le regard est sans cesse interpellé que ce soit au sol par les différents appareillages en divers matériaux ou par les perspectives qui s'ouvrent.

Un beau dimanche en Manche

Nous avons eu la chance de pouvoir cheminer avec l'artiste jardinier Louis-Marie Catta et nous avons beaucoup apprécié le plaisir qu'il a eu à partager sa passion et sa démarche.

Un beau dimanche en Manche

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 4 Juillet 2022

Une petite escapade dans l'Orne nous a conduits dans l'univers de Lio Hélix qui orchestre le jardin du Coudray. C'est avec un grand plaisir et une émotion certaine que nous avons retrouvé l'humour, la sensibilité, le génie créateur de l'hôte des lieux.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

C'est un jardin où le promeneur se fait explorateur, déambulant de dédales en dédales, de points de vue en points de vue, de chambres en chambres et de scènes en scènes jusqu'à y perdre ses repères.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

C'est du promontoire qui ouvre sur la campagne environnante et entourés d'une végétation luxuriante que nous avons fait notre pause pique-nique.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Sur des notes de musique classique qui se répandent dans le jardin, des éléments de décor interpellent le promeneur parfois dans le chuchotement d'une fontaine à plateaux.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

L'imagination semble conduire les végétaux à des mises en scène qui invitent à la contemplation.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Le lierre souvent s'associe aux topiaires comme une draperie ajoutant de la théâtralité au décor. Une belle façon d'utiliser ce végétal qui nous inspire.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Que serait le jardin du Coudray sans ses méandres de pavés ! Ils sont ici comme une signature de bel ouvrage accompli.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Comme des passages initiatiques, des structures élevées marquent un aller ou un retour vers d'autres mondes.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

La recherche des perspectives est constante, c'est ici une quête à la fois pour le ravissement de l'oeil et pour l'émotion que l'on peut y ressentir.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

C'est un jardin qui sait jouer de l'intemporel et toujours avec une touche de fantaisie et souvent d'audace.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

L'humour est aussi présent au travers d'objets comme ce bac à cheveux qui se transforme en vasque.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Le maître des lieux sait aussi se faire conteur pour narrer à l'auditoire l'histoire de ce trou d'eau nouvellement venu au jardin. Il y repose une eau sombre mystérieuse d'où émergera sans doute d'autres projets.

Un grand merci à toi Lionel de nous avoir fait partager la belle aventure du Coudray en ta charmante compagnie.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 18 Juin 2022

Cette année notre traditionnel périple jardinier de fin de printemps avec Maryse et Jean-Luc du blog "Au gré du jardin", Hélène du blog "Rouge Cabane" et Florence du blog "L'oeil et la main", nous a conduits en Normandie.

Normandie, côté jardins

C'est au jardin de Valérianes que nous avons fait étape et quoi de plus fabuleux pour des jardiniers que d'être hébergés au milieu du jardin. Soir et matin nous parcourions à loisir les cheminements et profitions des scènes renouvelées par des lumières différentes. Ajoutons à cela que Marylin et Michel en plus d'être des jardiniers talentueux sont aussi des hôtes délicieux.

Normandie, côté jardins

Il y a longtemps que nous voulions découvrir l'Etang de l'Aunay et son magicien. Quoi de plus émouvant que de descendre dans le vallon en quête des plus belles écorces et de subtiles raretés végétales guidés par Jean-Louis Dantec, ses connaissances et ses belles anecdotes.

Normandie, côté jardins

Avec le jardin Plume c'est dans dans le monde des graminées et des vivaces de lumière que nous avons pénétré. Comment alors ne pas rêver de prairie fleurie ? 

Normandie, côté jardins

Dans le jardin d'Angélique c'est dans un univers poétique que nous avons déambulé parmi de douces harmonies et des mises en scène qui se jouaient entre ombre et lumière. Gloria, la propriétaire des lieux, a la générosité de ses rosiers et la grâce des lieux.

Normandie, côté jardins

Au jardin du Mesnil, tout a commencé par un chaleureux accueil. C'est un jardin où les végétaux s'expriment avec une vigueur exceptionnelle, on sent que c'est la passion pour les arbres qui guident Catherine et Philippe Quesnel et nous avons été éblouis par l'importante collection végétale.

Normandie, côté jardins

Au Mesnil Gaillard c'est auprès d'une magnifique chaumière normande que se déploie le jardin et ses nombreux massifs où se déclinent différentes thématiques appuyés par un choix judicieux des végétaux. Merci Michèle et Patrice de nous avoir ouvert votre bel havre végétal.

Normandie, côté jardins

Pénétrer dans le Bois de Morville c'est comme entrer dans un sanctuaire du paysage, on y ressent l'âme de Pascal Cribier. Nous y avons découvert des scènes mythiques devenues intemporelles. Merci à Denis Cribier et à son équipe jardinière de nous avoir permis d'accéder à cette part du paysage.

Normandie, côté jardins

Avec Mark Brown, paléobotaniste et son jardin expérimental l'Aube des Fleurs, c'est à la source du végétal que nous sommes descendus. Quelle passionnante histoire il nous a raconté sur l'évolution des plantes. Son rêve fou est de reconstituer un paysage d'il y a 200 millions d'années où déambulaient les dinosaures.

Normandie, côté jardins

Dans le jardin d'Agapanthe c'est une rencontre entre le végétal et le décor que nous convie le jardin. Beaucoup d'objets constituent des points forts du jardin.

Bien sûr au cours de notre séjour nous n'avons pu échapper à la tentation de quelques pépinières. Des petites pépites qui viendront scintiller dans nos jardins respectifs.

Normandie, côté jardins

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 20 Avril 2022

Le week-end pascal ensoleillé nous a conduits jusqu'à Saint-Céneri-le-Gérei aux jardins de la Mansonière que nous affectionnons pour son raffinement et la gentillesse de ses propriétaires. C'est la première fois que nous le découvrons baigné dans une ambiance printanière.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

La végétation naissante laisse libre cours aux courbes gracieuses des poteries et aux coussins fleuris des phlox printaniers.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

L' azalée en tenue d'apparat associée au topiaire est une invitation au voyage.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Dans la palette des verts émergent des îlots colorés qui ajoutent de la gaieté à la sérénité ambiante.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Et toujours remettre l'ouvrage sur le métier, telle pourrait être aussi la maxime de ce jardin. Face à cette zone d'ombre persistante, les réflexions et les travaux hivernaux l'ont métamorphosée en une scène dynamique de passage.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

L'intérêt pour les associations de couleurs se révèle à chaque scène avec ici cette belle rencontre entre iris, hellébores et orchidées sauvages.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Un massif où les formes évoluent dans le flouté des feuillages et des couleurs.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Coup de coeur pour cet arbuste sur fond de camassias.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Et que dire de cette association iris-camassias.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Quel bel équilibre dans cette composition et découvrir l'azalée en fleurs est le petit plus du jour.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Une scène intemporelle avivée par le renouveau feuillu des acers.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Une scène mythique comme une signature des jardins de la Mansonière où ordonnancement rime avec élégance.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Le jardin cultive aussi la diversité des styles et joue ici de la confrontation entre l'honorable ramure d'un laurier cerise avec la fragilité mouvante des graminées.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Encore une scène que nous apprécions beaucoup et qui met en grâce le minimalisme avec pour toile de fond le fleurissement printanier.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Encore un grand merci à tous les deux de nous avoir enchantés, on en ressort avec pleins de belles images et bien sûr de nouvelles idées. 

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 18 Septembre 2021

C'est mi-septembre dans les prémices de l'automne que nous avons été conviés par Michèle et Philippe Manson à partager des moments jardiniers dans le magnifique cadre des Jardins de la Mansonière. C'est un jardin qui depuis longtemps nous inspire et dont à chaque fois on se délecte du raffinement.

Un jardin qui évolue avec des scènes qui se recomposent comme le jardin de Noémie où les rosiers ont laissé place à des vivaces et des graminées ordonnancées par la fantaisie de Michèle.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Ici l'eau s'écoule avec majesté et apporte une touche onirique.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

On voyage dans ce jardin jusqu'au pays du Soleil Levant dont nous avons rapporté quelques petites laitues d'eau et des flots de belles images.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Où que l'on se trouve, l'on ressent toujours l'équilibre et l'harmonie des formes et des couleurs.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Séquence zénitude, s'arrêter, contempler, respirer.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Encore un point d'eau et l'on se retrouve plongé dans la mythologie.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Quel plaisir de revoir cette scène mythique du jardin. Longtemps nous nous étions interrogés sur l'identité de ces boules lumineuses que sont ces Ligustrum ovalifolium 'Lemon and Lime' qui accrochent si bien la lumière.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Un espace qui a merveilleusement évolué c'est le jardin gothique. Il nous a fait littéralement craqués avec son alignement de fougères en pot qui redonne de l'amplitude à l'ambiance ombrée et mystérieuse du lieu.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Bel exemple de statuaire végétal avec ce malus qui a force de patience s'est fait parasol.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Une nouveauté que nous découvrons, c'est celle d'un appareillage au sol bordé du flouté de Stipa tenuifolia.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

A toutes ces mises en scènes somptueuses, il faut ajouter la richesse végétale du jardin avec de magnifiques spécimens comme ici en fond de scène l'imposant Cercis canadensis 'Forest Pansy'.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Magique, graphique, épuré, du grand art paysager qui nous touche.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Un grand merci à tous les deux pour votre disponibilité et votre gentillesse. Ce fut un bonheur de partager votre univers qui nous a coupés du temps. Votre passion a encore avivé notre plaisir de jardiner.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 29 Juin 2021

C'est en Alsace et puis dans les Vosges que notre périple jardinier d'été a conduit notre petit groupe cette année. L'organisation était dévolue à notre amie Hélène de Rouge Cabane, mission qu'elle a menée de main de maître.

Aujourd'hui nous vous proposons un rapide survol de notre expédition et par la suite nous ferons des articles plus complets.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

Notre première halte nous transporta dans le monde enchanté des roses dans le jardin de Pierre et de Gaby que nous avons eu grand plaisir à retrouver car il y a quelques années ils étaient venus au jardin. Malgré la pluie, la magie a opéré. Pierre et Gaby sont membres de jurys de roses notamment celui de Baden-Baden et nous avons pu profiter de leur savoir durant quelques heures. Leur jardin est le reflet de leur passion, généreux et débordant de roses. 

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

A la deuxième étape, nous étions conviés à la Ferme Bleue et accueillis par les jardiniers propriétaires, Alain et Jean-Louis. Un jardin inspiré et inspirant, classé Jardin Remarquable où les topiaires protégées par un somptueux bâti racontent des histoires.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

La troisième visite nous mena au jardin de Michèle où dans une atmosphère naturaliste, rosiers, arbustes et vivaces s'ébattent joyeusement. Beaucoup plus sages deux grands potagers manifestent le savoir-faire de la maîtresse des lieux. 

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

Notre quatrième arrêt fut pour des connaissances de vieille date, Jean-Claude et Jacqueline dont l'un nous fait rêver pour ses princesses de l'ombre et l'autre pour ses poteries de jardin qui sont autant de petits bijoux que l'on a tous envie d'adopter. C'est une véritable petite jungle luxuriante que leur jardin où fougères, hostas et autres curiosités végétales attiraient notre regard. Et tout cela avec les commentaires érudits de Jean-Claude.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

La cinquième escale nous conduisit dans le jardin de Marguerite, un jardin classé remarquable. C'est un lieu de raffinement qui exploite moult situations paysagères, sous-bois, jardin d'eau, jardin sec avec diverses ambiances au charme envoûtant.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

A la sixième pause nous nous retrouvions dans le jardin de Marie-Claire et Rémy où nous avons pu goûter aux charmes du grand bassin, aux fruits d'un énorme cerisier sans oublier les douceurs alsaciennes que nous avaient concoctées nos hôtes.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

Notre septième destination nous a fait découvrir le jardin des quatre temps. C'est un jardin où la nature est reine, parfois à peine apprivoisée, un concept naturaliste qui ne laisse pas indifférent et qui interroge les pratiques. Voilà qui a donné lieu à de nombreux échanges avec le propriétaire.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

Le huitième jardin fut celui de Régine et d'Emmanuel, un jardin où il fait bon glaner des idées. De nombreuses scénettes animent le jardin et l'on a aimé se perdre dans les cheminements.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

Notre neuvième découverte se nomme les jardins de Callunes. C'est dans le site d'anciennes carrières que sur quatre hectares s'étire un parc paysager et botanique composé de différents zones paysagères. C'est de l'art paysager en XXL à couper le souffle.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

Pour la dixième visite nous étions face au mythique jardin de Berchigranges. Emotions garanties, "ici tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté". Un jardin à visiter en deux temps, le temps de l'émerveillement et le temps de la compréhension.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

C'est à l'abbaye d'Autrey que le périple s'achève dans la magnificence de l'austérité, adoucie par des carrés de roses et un arboretum.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

Ce périple jardinier nous aura permis de faire des rencontres chaleureuses, les alsaciens ont un sens de l'accueil extraordinaire. Ils nous ont non seulement fait partager leur passion et leur savoir mais aussi leur gastronomie. Et nous sommes bien sûr repartis avec plein de petits souvenirs à replanter. Un grand merci à Pierre et Gaby pour nous avoir guidés dans ce périple.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 28 Mars 2021

Quel plaisir nous avons eu de renouer ce week-end dans le Perche avec l'ambiance des fêtes des plantes grâce à Hortus Pertica qui a réussi à organiser ce temps de rencontres entres pépiniéristes et jardiniers malgré un contexte difficile.

Au marché aux plantes du Perche, il y avait comme un air de fête.

Le marché avait lieu au manoir de la Cour de Bellou-Le-Trichard où la beauté du bâti rural répondait à la diversité et aux nuances des végétaux proposés.

Au marché aux plantes du Perche, il y avait comme un air de fête.

Dans les stands de décos, les idées poussaient comme des champignons en ajoutant au lieu leur touche de fantaisie et de légèreté. 

Au marché aux plantes du Perche, il y avait comme un air de fête.

Ailleurs c'étaient des carillons qui donnaient le ton d'une joyeuse symphonie.

Au marché aux plantes du Perche, il y avait comme un air de fête.

C'est un patchwork de feuillages colorés et variés qui s'offraient aux visiteurs et à leurs envies printanières.

Au marché aux plantes du Perche, il y avait comme un air de fête.

Au jeu de la couleur, les heuchères sont passées maître en la matière.

Au marché aux plantes du Perche, il y avait comme un air de fête.

Des scènes paysagères éphémères se découvraient au fur et à mesure de la visite des stands.

Au marché aux plantes du Perche, il y avait comme un air de fête.

Un plaisir de retrouver les pépinières Hennebelle qui présentaient une trentaine de variétés de bouleaux. Nous en sommes repartis avec une petite spirée vanhouttei 'Pink Ice'.

Au marché aux plantes du Perche, il y avait comme un air de fête.

A la Roche Saint Louis dont nous avons pu apprécier la belle diversité des végétaux et la présentation du stand, nous avons cédé aux charmes d'une rubus rosifolius 'Coronarius'. Les rubus sont un genre que l'on introduit de plus en plus au jardin, on les aime pour leur rusticité et leur naturel.

Au marché aux plantes du Perche, il y avait comme un air de fête.

A le Roche Saint Louis c'est aussi une petite persicaria amplexicaulis 'Golden Arrow' dont on n'a pu résister à la luminosité de son feuillage qui va regagner notre jardin.

Au marché aux plantes du Perche, il y avait comme un air de fête.

Avec Jérôme Au Fil de l'eau, un pépiniériste spécialiste des plantes aquatiques, nous allons avoir l'occasion de démarrer un terrain que nous ne connaissons pas, celui des bassines de plantes immergées, cela faisait longtemps que cela nous trottait dans la tête. Nous allons commencé avec quelques cyperus et des thalias.

Au marché aux plantes du Perche, il y avait comme un air de fête.

Il y avait aussi les pépinières Cambremer dont on ne ressort jamais bredouille et dans notre panier nous avons mis un Osmanthus heterophyllus 'Ogon' que nous recherchions depuis quelques temps déjà.

Au marché aux plantes du Perche, il y avait comme un air de fête.

Et c'est encore aux pépinières Cambremer que nous avons eu un gros coup de coeur pour le Mahonia gracilipes, gracile par son feuillage mais aussi par sa floraison.

Au marché aux plantes du Perche, il y avait comme un air de fête.

Un marché qui avait un air de fête et qui nous a aussi permis de retrouver des amis jardiniers, une ambiance qui nous manquait tant.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 12 Mars 2021

Il y a tout juste un an de passage à Paris, une envie de royaume du Levant nous a conduits aux portes du jardin d'Albert Kahn. Sitôt le seuil franchi nous nous laissons emporter par la beauté des lieux et l'ambiance japonisante. La saison s'avère propice pour cette aventure car azalées et prunus sont en fleurs. 

Le jardin d'Albert kahn, un jardin de mondes et d'esprit

Difficile d'imaginer que nous sommes aux portes de Paris, entourés de voies express et d'immeubles. Le jardin se situant dans un dénivelé, on n'entend que le ruissellement de l'eau, le regard perdu entre cerisiers en fleurs, petit pont de bois et appareillage des pierres.

Le jardin d'Albert kahn, un jardin de mondes et d'esprit

L'architecture du jardin est extrêmement soignée avec des appareillages en pierre jouant entre naturalisme et modernité sur lesquels s'appuie une végétation choisie avec entre autre nombre de petits pinus.

Le jardin d'Albert kahn, un jardin de mondes et d'esprit

Lorsque l'on prend de la hauteur la magie opère. De grosses carpes koï paressent à fleur d'eau face aux érables qui osent leurs premières feuilles.

Le jardin d'Albert kahn, un jardin de mondes et d'esprit

Bambous, moutonnement de persistants, rhododendrons et en fond de scène une lanterne japonaise, nous sommes en voyage.

Le jardin d'Albert kahn, un jardin de mondes et d'esprit

Comme un nuage blanc un prunus s'étire parmi les conifères dont on a pu admirer le travail de taille.

Le jardin d'Albert kahn, un jardin de mondes et d'esprit

Bel effet de rivière sèche caressée par la mousse, quelques fougères, des bulbes et surplombée par des conifères. Une scène minimaliste et où le peu contient le tout.

Le jardin d'Albert kahn, un jardin de mondes et d'esprit

L'eau dans le jardin suit un cours qui symbolise l'existence de la naissance à la mort et c'est dans la spirale que tout s'achève.

Le jardin d'Albert kahn, un jardin de mondes et d'esprit

Le relief du jardin est magnifiquement exploité par les cheminements qui conduisent à des vues remarquables.

Le jardin d'Albert kahn, un jardin de mondes et d'esprit

Face au jardin à la française qui doit être splendide à l'époque de la floraison des roses, se dresse la serre qui abrite des espèces exotiques et qui a été nouvellement restaurée.

Le jardin d'Albert kahn, un jardin de mondes et d'esprit

C'est aussi un jardin qui a plusieurs facettes. Ainsi l'on se retrouve dans une forêt bleue composée de cèdres et d'épicéas dans laquelle joue une lumière tamisée.

Le jardin d'Albert kahn, un jardin de mondes et d'esprit

Un moment plus tard, c'est au coeur de la forêt vosgienne que l'on est perdus dans les blocs moussus et les troncs d'épicéas.

Le jardin d'Albert kahn, un jardin de mondes et d'esprit

S'il est bien un jardin propice à l'évasion et au voyage, c'est bien le jardin Albert kahn que ce soit dans les lieux ou les cheminements de la pensée. Fruit du hasard trois jours arrivait le premier confinement.

Le jardin d'Albert kahn, un jardin de mondes et d'esprit

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 28 Janvier 2021

Retour sur une expédition estivale que nous avons faite en septembre 2020 dans le Berry en compagnie d'amis jardiniers, Jean-Luc et Maryse du blog Au gré du jardinFlorence du blog De l'oeil et la main et Hélène du blog Rouge cabane

C'est ainsi que le domaine de Poulaines s'est ouvert à nous. Ce domaine est un véritable projet de vie, en effet depuis plus de 27 ans Valérie Esnault ressuscite le bâti et son parc. Dès l'entrée on ne peut qu'admirer l'oeuvre accomplie et la subtile liaison entre végétaux et bâtiments.

Quand on randonne en terre berrichonne

Malgré le fait que nous soyons en septembre, après un été caniculaire, la végétation avait conservé une belle vitalité et il était fort plaisant de déambuler dans les allées galeries architecturées de supports en ogive.

Quand on randonne en terre berrichonne

Scène mythique que ce chemin d'eau en terrasses qui ouvre une perspective rafraîchissante.

Quand on randonne en terre berrichonne

Noblesse oblige, les topiaires ont droit de cité et cette broderie tabulaire d'ifs est une belle idée à reprendre.

Une visite qui aurait mérité plus de temps que nous n'avons pu y consacrer (horaire Covid oblige) car il y a aussi un arboretum richement pourvu sans oublier d'autres jardins intimes. Il faut dire aussi que notre groupe a plutôt tendance à commenter qu'à avancer !

Quand on randonne en terre berrichonne

C'est avec une émotion particulière que nous sommes allés à la rencontre des jardins de Dietzs sachant que nous serions les derniers visiteurs car la propriétaire Nicole Delange venait de vendre son domaine et faisait ses cartons. Bien qu'occupée c'est très gentiment qu'elle a accepté de nous recevoir.

C'est un jardin empreint de charme et de poésie qui recèle une importante collection de céramiques. Le groupe y a retrouvé son animal totem, la grenouille déclinée sous toutes ses formes et expressions.

Quand on randonne en terre berrichonne

Le jardin semble être conçu autour des pièces de céramique et l'ensemble crée des mises en scène extrêmement raffinées.

Quand on randonne en terre berrichonne

Il y a de nombreux topiaires de buis qui impriment au jardin une structure modelée constituant un faire-valoir pour les éléments de décor.

Quand on randonne en terre berrichonne

Un jardin qui nous a emportés dans son imaginaire et qui lorsqu'on le quitte se referme comme un livre de contes, nous laissant aller à la rêverie.

Quand on randonne en terre berrichonne

Notre périple s'est achevé à l'Arboretum Adeline, un lieu qui force le respect. Il représente le travail de toute une vie au service de la gente végétale. C'est avec beaucoup de plaisir que nous avons suivi Claudie Adeline qui nous a permis de faire connaissance avec nombre de raretés et de spécimens exceptionnels.

Quand on randonne en terre berrichonne

Comment en effet ne pas craquer devant ce magnifique crataegus orientalis ?

Quand on randonne en terre berrichonne

En septembre cet euonymus planipes était à son apogée par sa fructification. On l'imagine à l'automne avec son feuillage rose orangé et l'hiver avec ses boutons rouges dressés, un arbuste des quatre saisons.

Quand on randonne en terre berrichonne

Comment pourrait-on imaginer que cette écorce exfoliée appartient à un lilas ? Il s'agit du Syringa reticulata subs pekinensis, une belle découverte. 

Un grand merci à vous Claudie pour cette aventure botanique captivante que vous nous avez fait vivre. Ajoutons à cela votre sens de l'accueil et de l'hospitalité. On se souviendra longtemps du repas que nous avons partagé ensemble.

Quand on randonne en terre berrichonne

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 11 Janvier 2021

Un périple mi-septembre en Bretagne nous a conduits dans l'antre jardinier d'Alain, le célèbre capitaine d'Arrosoirs et Sécateurs qui entraîne avec lui de nombreux jardiniers dans ses voyages au long cours à la découverte des jardins de France et de Navarre. 

C'est avec plein de gentillesse qu'Alain et Anne-Marie ont répondu à notre sollicitation même si les conditions n'étaient pas les plus favorables pour le jardin après pratiquement plus de deux mois de sécheresse. Ironie du sort la visite s'est faite sous les averses.

On ne pouvait pas échapper à l'élément culte du jardin, l'arrosoir qui se décline sous toutes ses formes, une collection que ne manque pas de panache.

Le visiteur visité ou le jardin d'Alain d'Arrosoirs et Sécateurs

L'accueil était aussi assuré par deux charmantes poulettes, Artémise et Symphorine tout à fait intégrées à l'atmosphère champêtre et bucolique que l'on ressent dès l'entrée dans le jardin.

Le visiteur visité ou le jardin d'Alain d'Arrosoirs et Sécateurs

Quel plaisir de se retrouver dans cette ambiance naturaliste où les végétaux s'expriment et se soutiennent dans leur diversité. Il s'y dégage de la plénitude. C'est aussi le résultat d'une quête permanente de petits trésors échangés, bouturés, glanés.

Le visiteur visité ou le jardin d'Alain d'Arrosoirs et Sécateurs

Un vénérable acer griseum impose sa silhouette majestueuse et insolente de beauté. 

Le visiteur visité ou le jardin d'Alain d'Arrosoirs et Sécateurs

Dans un foisonnement de feuillages aux formes adoucies pointent une touffe de pennisetum macrourum et une bien sympathique structure pour supporter une clématite.

Le visiteur visité ou le jardin d'Alain d'Arrosoirs et Sécateurs

Les mises en scène sont très présentes créant à chaque fois un effet dynamique complémentaire de celui apporté par les végétaux. 

Le visiteur visité ou le jardin d'Alain d'Arrosoirs et Sécateurs

Nombres d'espaces invitent à la convivialité et à profiter de l'instant, et tout cela avec beaucoup de raffinement.

Le visiteur visité ou le jardin d'Alain d'Arrosoirs et Sécateurs

Pas de doute nous sommes bien en Bretagne au pays des elfes et des korrigans mais là ce sont des baigneuses qui ont pris possession des bassins.

Le visiteur visité ou le jardin d'Alain d'Arrosoirs et Sécateurs

Un petit cochon local diablement sympathique nous a croisés.

Le visiteur visité ou le jardin d'Alain d'Arrosoirs et Sécateurs

Pierre, métal, végétal, un trio gagnant et quand en plus les fougères s'y mettent, la scène devient intemporelle.

Le visiteur visité ou le jardin d'Alain d'Arrosoirs et Sécateurs

Quand la mousse s'allie aux statuaires du jardin, c'est tout un vécu et une histoire qui se diffusent.

Le visiteur visité ou le jardin d'Alain d'Arrosoirs et Sécateurs

Un symbole pour nous cette petite Rubus parvifolius 'Ogon' que nous avons retrouvée au jardin. Blandine du Jardin de Bertille nous en avait confié une bouture et nous avons découvert que c'est Alain à l'origine qui en avait donné une à Blandine. Une belle histoire de partage.

Nous avons passé un délicieux moment en votre compagnie Alain et Anne-Marie. Alain tu nous a enthousiasmés par ton savoir et tes connaissances dans le domaine des plantes et des jardins, et l'énergie que tu mets pour les partager et les diffuser. Ajoutons à cela la petite pâtisserie locale que nous ne sommes pas près d'oublier.

Le visiteur visité ou le jardin d'Alain d'Arrosoirs et Sécateurs

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0