Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Publié le 12 Juillet 2021

Contre toute attente le vert est encore de mise en cette mi-juillet parfois avec des tonalités printanière, quel contraste avec le début de l'été dernier !

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Une pluviosité dont auront su tirer partie les végétaux et en particulier les hydrangéas du moins ceux que le gel aura épargnés.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Si le tuyau d'arrosage se morfond lové dans son coin, il n'en est pas de même pour les cisailles qui peinent à refroidir. En effet quand douceur et humidité se conjuguent, le jardin se retrouve souvent en alerte vagues submersion végétale floutant rapidement les formes et les perspectives.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Quel bonheur de se retrouver dans la peau d'un jardinier d'Outre-Manche et de constater qu'autour de soi aucune plante n'est à la peine.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Dans le monde d'Hippolyte, un petit sous-bois créé il y a un peu plus d'un an, les végétaux d'ombre ont profité de cette aubaine pluvieuse. Osmanthus, sarcococcas, géraniums, hostas, fougères, couvre-sols, ... s'en donnent à coeur joie.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Parfois la vigilance serait presque de mise pour ne pas voir les cheminements se rétrécir et enfermer le promeneur.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Cette année les clématites ont sorti leurs tenues d'apparat. Ici c'est la Clématite Little Nell qui danse dans les bras d'un Sequoia sempervirens 'Adpressa'.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Dans le Jardin Bleu, les clématites jouent les towers-flowers.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Même les sobres spirées n'ont pu résister à l'enthousiasme général et fleurissent comme jamais.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

La Lande pourpre se remet doucement des affres de la tornade de la mi-juin, heureusement la repousse est avec nous.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Malgré un ciel souvent plombé, le Choisya dewittenea 'Aztec Gold' n'a jamais été aussi lumineux.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Il arrive bien sûr que dans les massifs ça se bouscule surtout lorsqu'un petit phlomis a décidé de se faire plus gros que le boeuf !

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

La table ronde participe plus souvent au décor qu'aux attablées mais ne nous plaignons pas et goûtons au bonheur pluvieux.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Quel plaisir et soulagement de voir à quel point les jardins pratiquent la résilience. Belle leçon de courage de la part des végétaux……..et des jardiniers.
Répondre
D
Heureusement avec le jardin il y a toujours un happy-end.
V
Magnifiques les 50 nuances de vert !
Répondre
D
Inespéré et si cela pouvait durer un peu ...
F
Quel plaisir de retrouver un jardin tout ragaillardi, oublieux déjà des vicissitudes récentes. Son opulence et sa générosité s'ils demandent à être un peu contenus sont un bonheur à cette époque qui voyait nos jardins déjà chagrins et l'herbe rabougrie. Si la parole est aux feuillages, hydrangeas et clématites ne s'en laissent pas conter et savent joindre leurs voix harmonieuses à la partition. Les spirées décidément méritent notre attention. Cette orchestration en vert majeur avec cisailles en allegro est parfaite ! Bises
Répondre
D
Et oui goûtons cette générosité providentielle qui métarmorphose le jardin en une corne d'abondance. Malgré une taille drastique circonstanciée, les volumes des rosiers se reforment et les boutons pointent.
Les spirées nous inspirent, voilà une nouvelle quête automnale qui se dessine.
Bises et beau week-end.
R
eh non, on ne va surtout pas bouder notre plaisir ... voir les vigneaux en tenue d'été avec autant de pétulance , ce n'est que du plaisir visuel ... et miracle de la nature et des jardiniers, on ne voit même plus les sévices de mi juin .... j'ai toujours eu un faible pour les spirées et je vais continuer ma prospection pour en implanter encore de nouvelles car vraiment, il n'y a rien à leur reprocher ... d'ailleurs ainsi que je l'ai écrit à Maryse , ayant eu l'été dernier , quelques déboires avec des cistes sans surtout en comprendre la raison, je les ai remplacées par des spirées ... Ici, je ne me lasse pas de marcher sur un sol vert après le 14 juillet ... c'est du jamais vu et qu'est ce que c'est bien ... belle fin de semaine ... bises
Répondre
D
Nous considérons que nous avons eu beaucoup de chance dans notre déboire, tout le monde ou presque s'en remet.
Chez nous aussi les spirées suscitent notre intérêt et nous allons continuer à explorer le genre.
Pour l'instant pas de souci avec les cistes si ce n'est que certaines commencent à lignifier.
En fait le dernier vert n'est pas encore vide, alors à la santé de nos jardins.
Bises et beau week-end à toi.
M
Certes, c'est vert, les arrosages sont limités aux plantes d'intérieur, la végétation est luxuriante mais j'en ai assez de tout ce gris, je voudrais un coin de ciel bleu, un rayon de soleil....Votre jardin est toujours parfaitement taillé, ici, nous avons du mal à suivre, c'est déprimant...
Bon 14 juillet à tous les deux
Répondre
D
Rassure toi chez nous aussi le flouté reprend ses droits dans beaucoup d'endroits.
Courage le ciel bleu revient.
Bises à tous les 2 et beau week-end.
A
Non seulement les plantes ont été sublimées par les pluies, mais, nous jardiniers, avons économisé des heures d’arrosage;
Répondre
D
Et des mètres cubes d'eau !
M
Le petit sous-bois d'Hippolyte me plaît particulièrement. Le jardin réclame beaucoup d'attention cette année et les tailles sont nombreuses. Votre jardin est toujours aussi beau. Belle semaine à vous deux avec si possible un peu plus de soleil!
Répondre
D
Le petit sous-bois c'est le dernier né et ses débuts sont prometteurs.
Même si l'on se sent parfois débordés c'est malgré tout plaisant de sentir la végétation en pleine effervescence.
Le soleil arrive, profitons.
Bises.
M
Ce temps ne nous facilite pas le travail et comme chez vous les tailles s'enchainent et le tas de compost déborde . Mais j'apprécie ce temps pour la prodigalité des végétaux et les floraisons des clématites et hydrangéas .Votre "little Nell " n'est pas si little que ça .Elle a chapeauté son support .Tout ce vert avec quelques touches de couleurs me sied bien et efface comme par magie les déboires caniculaires des précédents étés .Espérons que le retour du beau temps ne se fasse pas trop en contrastes forts . Les nouvelles plantations qui ont bénéficié d'abreuvages suivis et copieux auraient du mal à comprendre le nouveau régime sec. Bises à vous deux et bonne fin de semaine .
Répondre
D
Comme tu le dis le tas de compost déborde et nous ne maitrisons plus tout à fait les formes mais quel plaisir de se voir entourés et de marcher sur du vert vigoureux.
Nous aussi nous avons continué à planter ces derniers temps dans les zones d'ombre et il saurait dommage de se laisser surprendre par des coups de chaleur.
En tout cas c'est un plaisir de jardiner en ce moment.
Bises à tous les 2 et beau week-end.
T
C'est vrai que les jardins sont beaux en particulier le vôtre mais comme vous dites on aimerai pouvoir manger dehors et profiterd'un peu de soleil!!
Répondre
D
C'est bon le soleil arrive et depuis hier la table est de nouveau dressée dehors.
U
C'est la ronde des brouettes, au lieu des arrosoirs. J'aime beaucoup le Choisya dewittenea 'Aztec Gold'me, qui réveille le massif..Je vois que la lande est de nouveau toute pimpante, après le coup de vent. Bises à vous deux Marie noëlle
Répondre
D
Il y aura du compost en fin de saison. A priori les choisyas aiment bien l'eau aussi. L'humidité ambiante a réparé toutes les blessures du gros orages.
Bises et beau week-end.