Publié le 27 Juillet 2022

C'est souvent en fanfare que le soleil s'est levé en juillet manifestant chaque jour une hyperactivité débordante.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

Les floraisons au cours du mois se sont échelonnées à un rythme particulièrement rapide. Asséchées par une trop faible hygrométrie, à peine épanouies les fleurs s'évanouissent. Surprise cependant cette année avec le retour des fasciations de la Veronicastrum virginicum 'Fascination'. Les bourdons s'en sont donnés à coeur joie.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

Les exotiques étaient à leur aise et le Feijoa sellowiana nous a fait voyager.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

La grue couronnée ne s'y est pas trompée car si cela continue la Lande va effectivement se transformer en savane.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

Pour l'instant l'effet de masse fonctionne et l'horizon est toujours au vert, merci aux conifères, aux euonymus, aux cistes et plus généralement aux persistants.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

Fleurissement permanent pour le Coin du facteur grâce aux érigerons.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

En remplacement du Cercis canadensis Forest Pansy par trop capricieux, le Cercis canadensis 'Red Force' prend son envol parmi les hydrangéas paniculata et les nandinas. 

Chaud, chaud devant, juillet passe.

Une star de juillet c'est le rosier Clair Matin qui remonte obstinément.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

En voilà qui actuellement n'ont pas le mal du pays, les agapanthes coulent des jours heureux la tête au soleil.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

Une façade sud ombragée c'est que du bonheur !

Chaud, chaud devant, juillet passe.

La zénitude verte est encore au rendez-vous dans l'Espace Japonisant.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

Une clématite malencontreusement sectionnée par le passage du coupe-fil a la bonne idée de fleurir à contretemps. 

Chaud, chaud devant, juillet passe.

A priori les jardiniers vont encore avoir le plaisir de bronzer ... et les végétaux aussi sûrement.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost0

Publié le 4 Juillet 2022

Une petite escapade dans l'Orne nous a conduits dans l'univers de Lio Hélix qui orchestre le jardin du Coudray. C'est avec un grand plaisir et une émotion certaine que nous avons retrouvé l'humour, la sensibilité, le génie créateur de l'hôte des lieux.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

C'est un jardin où le promeneur se fait explorateur, déambulant de dédales en dédales, de points de vue en points de vue, de chambres en chambres et de scènes en scènes jusqu'à y perdre ses repères.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

C'est du promontoire qui ouvre sur la campagne environnante et entourés d'une végétation luxuriante que nous avons fait notre pause pique-nique.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Sur des notes de musique classique qui se répandent dans le jardin, des éléments de décor interpellent le promeneur parfois dans le chuchotement d'une fontaine à plateaux.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

L'imagination semble conduire les végétaux à des mises en scène qui invitent à la contemplation.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Le lierre souvent s'associe aux topiaires comme une draperie ajoutant de la théâtralité au décor. Une belle façon d'utiliser ce végétal qui nous inspire.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Que serait le jardin du Coudray sans ses méandres de pavés ! Ils sont ici comme une signature de bel ouvrage accompli.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Comme des passages initiatiques, des structures élevées marquent un aller ou un retour vers d'autres mondes.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

La recherche des perspectives est constante, c'est ici une quête à la fois pour le ravissement de l'oeil et pour l'émotion que l'on peut y ressentir.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

C'est un jardin qui sait jouer de l'intemporel et toujours avec une touche de fantaisie et souvent d'audace.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

L'humour est aussi présent au travers d'objets comme ce bac à cheveux qui se transforme en vasque.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Le maître des lieux sait aussi se faire conteur pour narrer à l'auditoire l'histoire de ce trou d'eau nouvellement venu au jardin. Il y repose une eau sombre mystérieuse d'où émergera sans doute d'autres projets.

Un grand merci à toi Lionel de nous avoir fait partager la belle aventure du Coudray en ta charmante compagnie.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 27 Juin 2022

Dans le Jardin Bleu les draperies des clématites se sont estompées et en attendant une nouvelle levée de rideau, ce sont les hostas qui maintiennent la dominante bleutée épaulés par quelques conifères.

Entre floraisons et tailles estivales

La Lande s'est assagie et les floraisons marquent une pause. Aulx, sisyrinchiums, digitales préparent les générations futures mais les berbéris sont là pour maintenir la tension des couleurs.

Entre floraisons et tailles estivales

Cette fois-ci les gelées tardives n'ont pas contrarié les hydrangéas et pour les accompagner la clématite viticella Mme Julia Correvon a pris son envol.

Entre floraisons et tailles estivales

A l'ombre des grands arbres dans un espace dédié que l'on surnomme l'Eden des hydrangéas, c'est tout un petit monde de têtes fleuries qui vit là en toute discrétion.

Entre floraisons et tailles estivales

Dans le Clos Rouge et Blanc c'est la mi-temps, la taille est passée par là dans l'attente de belles remontées.

Entre floraisons et tailles estivales

Dans cette partie de la Clairière aux roses, la star du moment c'est la clématite viticella Purpurea Plena Elegans qui a pris la grosse tête.

Entre floraisons et tailles estivales

De la pluie, une baisse significative des températures et c'est reparti pour quelques séances de taille.

Entre floraisons et tailles estivales

Le rosier 'les quatre saisons' semble ne pas vouloir connaître de trêve avec son exceptionnelle floribondité.

Entre floraisons et tailles estivales

En haut de l'affiche une simple est venue élire domicile à l'entrée de la maison. Chaque soir nous avons droit à l'ouverture de ses fleurs, l'onagre est une magicienne.

Entre floraisons et tailles estivales

Au pied du vénérable Heptacodium miconioides, dans le Taillis baigné d'ombre, fougères, osmanthes, mahonias, ... se dressent sur un tapis de vinca minor.

Entre floraisons et tailles estivales

Surprenant cet Acer palmatum 'Trompenburg' imperturbable face à la canicule et qui supporte sans coup férir les assauts solaires.

Entre floraisons et tailles estivales

Magie du jardin ou quand le hasard fait bien les choses, une hémérocalle s'est prise d'affection pour un rideau d'équisetums.

Entre floraisons et tailles estivales

Une floraison d'été abondante et gracieuse à la fois, c'est ainsi que nous enchante le Buddleja davidii 'Wisteria Lane'.

Entre floraisons et tailles estivales

Grosse poussée de croissance pour notre Calycanthus florida qui ajoute sa touche d'exotisme depuis plus d'un mois.

Entre floraisons et tailles estivales

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost0

Publié le 18 Juin 2022

Cette année notre traditionnel périple jardinier de fin de printemps avec Maryse et Jean-Luc du blog "Au gré du jardin", Hélène du blog "Rouge Cabane" et Florence du blog "L'oeil et la main", nous a conduits en Normandie.

Normandie, côté jardins

C'est au jardin de Valérianes que nous avons fait étape et quoi de plus fabuleux pour des jardiniers que d'être hébergés au milieu du jardin. Soir et matin nous parcourions à loisir les cheminements et profitions des scènes renouvelées par des lumières différentes. Ajoutons à cela que Marylin et Michel en plus d'être des jardiniers talentueux sont aussi des hôtes délicieux.

Normandie, côté jardins

Il y a longtemps que nous voulions découvrir l'Etang de l'Aunay et son magicien. Quoi de plus émouvant que de descendre dans le vallon en quête des plus belles écorces et de subtiles raretés végétales guidés par Jean-Louis Dantec, ses connaissances et ses belles anecdotes.

Normandie, côté jardins

Avec le jardin Plume c'est dans dans le monde des graminées et des vivaces de lumière que nous avons pénétré. Comment alors ne pas rêver de prairie fleurie ? 

Normandie, côté jardins

Dans le jardin d'Angélique c'est dans un univers poétique que nous avons déambulé parmi de douces harmonies et des mises en scène qui se jouaient entre ombre et lumière. Gloria, la propriétaire des lieux, a la générosité de ses rosiers et la grâce des lieux.

Normandie, côté jardins

Au jardin du Mesnil, tout a commencé par un chaleureux accueil. C'est un jardin où les végétaux s'expriment avec une vigueur exceptionnelle, on sent que c'est la passion pour les arbres qui guident Catherine et Philippe Quesnel et nous avons été éblouis par l'importante collection végétale.

Normandie, côté jardins

Au Mesnil Gaillard c'est auprès d'une magnifique chaumière normande que se déploie le jardin et ses nombreux massifs où se déclinent différentes thématiques appuyés par un choix judicieux des végétaux. Merci Michèle et Patrice de nous avoir ouvert votre bel havre végétal.

Normandie, côté jardins

Pénétrer dans le Bois de Morville c'est comme entrer dans un sanctuaire du paysage, on y ressent l'âme de Pascal Cribier. Nous y avons découvert des scènes mythiques devenues intemporelles. Merci à Denis Cribier et à son équipe jardinière de nous avoir permis d'accéder à cette part du paysage.

Normandie, côté jardins

Avec Mark Brown, paléobotaniste et son jardin expérimental l'Aube des Fleurs, c'est à la source du végétal que nous sommes descendus. Quelle passionnante histoire il nous a raconté sur l'évolution des plantes. Son rêve fou est de reconstituer un paysage d'il y a 200 millions d'années où déambulaient les dinosaures.

Normandie, côté jardins

Dans le jardin d'Agapanthe c'est une rencontre entre le végétal et le décor que nous convie le jardin. Beaucoup d'objets constituent des points forts du jardin.

Bien sûr au cours de notre séjour nous n'avons pu échapper à la tentation de quelques pépinières. Des petites pépites qui viendront scintiller dans nos jardins respectifs.

Normandie, côté jardins

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 6 Juin 2022

Merci à vous qui êtes venus le temps d'un week-end découvrir et partager notre passion. Le temps a su rester clément.

Quelle belle fête ce fut !

Grâce à vous le jardin a pu bénéficier d'une belle effervescence et tous les échanges que nous avons pu avoir sont autant d'incitations à poursuivre notre quête jardinière et à nous interroger sur le jardin face au changement climatique.

Quelle belle fête ce fut !

Et pour tour cela le jardin vous dédie ce florilège.

Quelle belle fête ce fut !

Quelle belle fête ce fut !
Quelle belle fête ce fut !
Quelle belle fête ce fut !
Quelle belle fête ce fut !
Quelle belle fête ce fut !
Quelle belle fête ce fut !
Quelle belle fête ce fut !
Quelle belle fête ce fut !
Quelle belle fête ce fut !
Quelle belle fête ce fut !

Sans oublier de rappeler que cette fête n'aurait pu se dérouler sans nos amis jardiniers qui sont venus nous prêter main-forte tout au long du week-end et à notre charmant voisin qui a a bien voulu le temps d'un week-end faire de son champ un parking.

Quelle belle fête ce fut !

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Evénements jardin

Repost0

Publié le 23 Mai 2022

Dans le cadre de la manifestation nationale des Rendez-Vous aux Jardins organisée par le ministère de La Culture sur le thème "Les jardins face au changement climatique", nous ouvrons notre jardin le week-end du 4 et 5 juin.

Sur un hectare nous cultivons notre passion pour les végétaux et l'art paysager depuis une vingtaine d'années. Cette manifestation est l'occasion de partager, de susciter des envies ou tout simplement de flâner dans un lieu que l'on souhaite agréable.

Rendez-vous au jardin édition 2022

Malgré un mois de sécheresse, le vert montre de la résistance aidé en cela par la présence des arbres qui projettent leur ombre bienfaisante.

Rendez-vous au jardin édition 2022

Signe d'une montée particulièrement rapide des températures dans ce printemps atypique, les floraisons s'échelonnent à un rythme accéléré et donne l'envie de voir le jardin s'éveiller au ralenti.

Rendez-vous au jardin édition 2022

Notre lutin vous attend dans la Clairière d'Or pour échanger sur les Jardins face au changement climatique et c'est avec plaisir que nous en débattrons avec vous.

Rendez-vous au jardin édition 2022

Au plaisir de vous retrouver les 4 et 5 juin de 10h à 19h.

Rendez-vous au jardin édition 2022

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Evénements jardin

Repost0

Publié le 20 Avril 2022

Le week-end pascal ensoleillé nous a conduits jusqu'à Saint-Céneri-le-Gérei aux jardins de la Mansonière que nous affectionnons pour son raffinement et la gentillesse de ses propriétaires. C'est la première fois que nous le découvrons baigné dans une ambiance printanière.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

La végétation naissante laisse libre cours aux courbes gracieuses des poteries et aux coussins fleuris des phlox printaniers.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

L' azalée en tenue d'apparat associée au topiaire est une invitation au voyage.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Dans la palette des verts émergent des îlots colorés qui ajoutent de la gaieté à la sérénité ambiante.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Et toujours remettre l'ouvrage sur le métier, telle pourrait être aussi la maxime de ce jardin. Face à cette zone d'ombre persistante, les réflexions et les travaux hivernaux l'ont métamorphosée en une scène dynamique de passage.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

L'intérêt pour les associations de couleurs se révèle à chaque scène avec ici cette belle rencontre entre iris, hellébores et orchidées sauvages.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Un massif où les formes évoluent dans le flouté des feuillages et des couleurs.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Coup de coeur pour cet arbuste sur fond de camassias.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Et que dire de cette association iris-camassias.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Quel bel équilibre dans cette composition et découvrir l'azalée en fleurs est le petit plus du jour.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Une scène intemporelle avivée par le renouveau feuillu des acers.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Une scène mythique comme une signature des jardins de la Mansonière où ordonnancement rime avec élégance.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Le jardin cultive aussi la diversité des styles et joue ici de la confrontation entre l'honorable ramure d'un laurier cerise avec la fragilité mouvante des graminées.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Encore une scène que nous apprécions beaucoup et qui met en grâce le minimalisme avec pour toile de fond le fleurissement printanier.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Encore un grand merci à tous les deux de nous avoir enchantés, on en ressort avec pleins de belles images et bien sûr de nouvelles idées. 

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 8 Mars 2022

Comme un signe du vivant qui renaît au jardin, l'écureuil a retrouvé le chemin du nourrissoir.

En route pour la palette Mars

Dans la Clairière d'Or les euonymus se réveillent doucement encore lovés dans leur couverture de feuilles mortes tandis que le prunus voit éclore sa floraison rosée.

En route pour la palette Mars

La douceur hivernale n'est pas venue contrarier l'épanouissement de l'Edgeworthia chrysantha 'Nanjing Gold' qui répand alentours ses senteurs capiteuses.

En route pour la palette Mars

Symbole du printemps, les jonquilles dévalent joyeusement la pente de la Faille.

En route pour la palette Mars

Au pied des Cupressus sempervirens 'Totem', les bruyères se répandent en flaques pourprées et rosées.

En route pour la palette Mars

Et comme dirait une amie jardinière que seraient les jardins sans les bruyères l'hiver.

En route pour la palette Mars

Dans le dédale des massifs d'ombre claire, hellébores et primevères invitent à la promenade.

En route pour la palette Mars

Toujours fidèles au rendez-vous, Helleborus orientalis 'Magic Yellow' et Helleborus orientalis 'Double Yellow Spotted' sont les stars du moment et évoluent sur un tapis de Vinca minor 'Illumination'.

En route pour la palette Mars

En lisière c'est une harde d'hellébores orientalis qui lézarde au soleil. On ne sait si c'est l'été pluvieux ou la douceur de l'hiver, peut-être les deux mais cette année les hellébores sont particulièrement hautes et volontaires.

En route pour la palette Mars

Jusqu'au coeur des massifs on sent le frémissement du vivant et l'on découvre les premières feuilles d'un acer palmatum.

En route pour la palette Mars

Dans les massifs la fièvre jardinière monte entre taille et plantation, ponctuée bien sûr de moments de contemplation.

En route pour la palette Mars

L'heure est venue pour les miscanthus de tirer leur révérence et de se transformer en un paillis lumineux où les rosiers fraîchement taillés imaginent déjà leur future livrée colorée.

En route pour la palette Mars

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0

Publié le 28 Janvier 2022

Bien sympathique de découvrir dans l'Ami des jardins de février le résultat de notre belle rencontre avec Isabelle Morand et Didier Hirsch. Durant deux jours nos visiteurs de marque ont sillonné le jardin et nous avons profité des pauses pour échanger à bâtons rompus et avec enthousiasme autour de la culture jardinière.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Aujourd'hui encore la brume était de sortie et le couvercle gris et cotonneux ne s'est pas soulevé. Mais l'envie de rendre visite au jardin a été la plus forte. Dans le Jardin bleu, l'ambiance était apaisée dans un doux contraste entre le vert glauque des persistants et le caramel des marcescents.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Les Loropetalum chinense 'Fire Dance' que nous avons tentés en pot l'an dernier participent activement à l'ambiance colorée à proximité de la maison avec en contre-point le Fatsia japonica 'Aureo-variegata'.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Longtemps cultivé en pot où il végétait, l'Edgeworthia chrysantha 'Nanjing Gold' depuis deux ans semble prendre son envol depuis sa mise en pleine terre. Nous attendons avec impatience sa floraison pour se délecter de son parfum.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Dans le massif de la Table Ronde les Nandina domestica 'Fire Power' accompagnés des fougères ont pris le pouvoir.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Dans cette autre vue du massif de la Table Ronde, phormium et fatsia éclairent une première scène composée de buis, d'ophiopogon et de fougères.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

A l'orée de l'Espace Japonisant, les bruyères répandent leur écume colorée et le Rhamnus alaternus 'Argenteovariegata' a fait toilette.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Un moment de lumière tamisée qui a soudain fait s'éveiller les formes et les couleurs, il ne fallait pas le rater celui-là.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Futur chantier de taille en perspective car il y a aussi du monde en-dessous à venir.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Dans le bosquet aux korrigans, les bruyères ont bien profité et assureront la couleur jusqu'en mars-avril.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

L'Hamamélis intermedia 'Arnold Promise' joue les rayons de soleil au travers de sa floraison ébouriffée.  

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Dans les massifs ici et là des cyclamens se sont mis à fleurir apportant une petite touche colorée dans le vert dominant des massifs d'ombre.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Et oui Isabelle nous ne pouvions clore ce périple sans s'arrêter sur la Vinca minor 'Illumination' qui gambade joyeusement éclairant tout sur son passage.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Un autre acteur du pétillement colorée au jardin, c'est le nandina domestica et sa fructification.

Même si l'hiver n'a pas fini de cheminer, le jardin par ses taches colorées nous conduit déjà sur la route du printemps.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0

Publié le 12 Janvier 2022

La fin de l'année nous a conduits entre autres jusqu'en Ecosse et éloignés durant quelques temps du jardin. 

Sous le charme du jardin l'hiver

C'est avec plaisir que nous renouons en ce début d'année avec nos amis jardiniers au travers des blogs et des réseaux sociaux. Profitons d'une éclaircie comme prétexte à une visite au jardin. 

Sous le charme du jardin l'hiver

Dans la Faille, les Cornus sanguinea 'Winter Flame' jouent les buissons ardents et réchauffent l'atmosphère.

Sous le charme du jardin l'hiver

De grâce cachez cette ramure que je ne saurai voir !

Sous le charme du jardin l'hiver

Petit coup de coeur pour la fructification du Callicarpa bodinieri Magical 'Snowqueen' que nous avons découvert il y a un an et qui décidément n'a pas volé son nom.

Sous le charme du jardin l'hiver

Petit bonheur hivernal parmi d'autres, les hellébores débutent leur floraison et conséquence de la pluviosité elles ont conservé un feuillage sain.

Sous le charme du jardin l'hiver

Chaque année elle nous fait le même coup, c'est en janvier que cette agapanthe se décide à fleurir.

Sous le charme du jardin l'hiver

Actuellement épargné par les fortes gelées, le Farfugium japonicum 'Wavy Gravy' manifeste une belle présence par son graphisme exotique.

Sous le charme du jardin l'hiver

Protégées par les Euonymus japonicus 'Président Gauthier', aspidistras et fougères s'ébattent dans la lumière.

Sous le charme du jardin l'hiver

Petit clin d'oeil à Maryse du blog Au gré du jardin  qui a consacré son dernier article aux mahonias. Il est vrai que leurs floraisons arrivent à point nommé dans un ciel souvent plombé.

Sous le charme du jardin l'hiver

Les potées ne sont pas en reste et participent à l'attrait du jardin en hiver.

Sous le charme du jardin l'hiver

Nous avons un petit faible pour les persistants qui se révèlent précieux en hiver. A ce propos Mme Duojardin interviewée par Isabelle Morand vantera leur mérite sur France Info dimanche 16 janvier à 6h56, 11h56 et 15h26. Que vous soyez lève-tôt ou lève-tard vous n'aurez pas d'excuse ! 

Info donnée par Isabelle Morand, la chronique est passée le 9 janvier : Francetvinfo.fr/replay-radio/jardin/mettez-de-la-couleur-dans-l-hiver.

Sous le charme du jardin l'hiver

Voilà qui invite à reprendre le chemin du jardin entre contemplation, taille et plantation.

Sous le charme du jardin l'hiver

La Lande s'est endormie doucement, seules quelques bruyères laissent s'échapper des soupirs colorés.

Sous le charme du jardin l'hiver

Dernier petit délire du moment, des chapelets de perles de verre s'égrènent dans l'entrelac des troncs comme s'égrèneront les projets dans le jardin.

Sous le charme du jardin l'hiver

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0