Publié le 18 Septembre 2021

C'est mi-septembre dans les prémices de l'automne que nous avons été conviés par Michèle et Philippe Manson à partager des moments jardiniers dans le magnifique cadre des Jardins de la Mansonière. C'est un jardin qui depuis longtemps nous inspire et dont à chaque fois on se délecte du raffinement.

Un jardin qui évolue avec des scènes qui se recomposent comme le jardin de Noémie où les rosiers ont laissé place à des vivaces et des graminées ordonnancées par la fantaisie de Michèle.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Ici l'eau s'écoule avec majesté et apporte une touche onirique.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

On voyage dans ce jardin jusqu'au pays du Soleil Levant dont nous avons rapporté quelques petites laitues d'eau et des flots de belles images.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Où que l'on se trouve, l'on ressent toujours l'équilibre et l'harmonie des formes et des couleurs.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Séquence zénitude, s'arrêter, contempler, respirer.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Encore un point d'eau et l'on se retrouve plongé dans la mythologie.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Quel plaisir de revoir cette scène mythique du jardin. Longtemps nous nous étions interrogés sur l'identité de ces boules lumineuses que sont ces Ligustrum ovalifolium 'Lemon and Lime' qui accrochent si bien la lumière.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Un espace qui a merveilleusement évolué c'est le jardin gothique. Il nous a fait littéralement craqués avec son alignement de fougères en pot qui redonne de l'amplitude à l'ambiance ombrée et mystérieuse du lieu.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Bel exemple de statuaire végétal avec ce malus qui a force de patience s'est fait parasol.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Une nouveauté que nous découvrons, c'est celle d'un appareillage au sol bordé du flouté de Stipa tenuifolia.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

A toutes ces mises en scènes somptueuses, il faut ajouter la richesse végétale du jardin avec de magnifiques spécimens comme ici en fond de scène l'imposant Cercis canadensis 'Forest Pansy'.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Magique, graphique, épuré, du grand art paysager qui nous touche.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Un grand merci à tous les deux pour votre disponibilité et votre gentillesse. Ce fut un bonheur de partager votre univers qui nous a coupés du temps. Votre passion a encore avivé notre plaisir de jardiner.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 9 Septembre 2021

Les quelques journées de fortes chaleurs et le dernier mois sans pluie n'ont pas entaché l'élan de la Lande. Les pennisetum rabattus en juillet se sont bien remplumés, les gauras n'ont pas séché et les rosiers remontent.

Quand vient la fin de l'été ...

Le rosier Parfum d'Evita revient de loin. Le puissant orage de juin l'avait fait basculer de son support et nous avions dû faire une taille drastique pour le réinstaller. A peine trois mois plus tard, il a retrouvé sa splendeur et de nouveau son parfum flotte dans la Clairière aux pintades.

Quand vient la fin de l'été ...

Par deux fois nous avons perdu le Cercis canadensis Forest Pansy en raison peut-être de notre terre lourde. C'est alors que notre pépiniériste sensible à notre malheur nous a offert le Cercis canadensis 'Red Force' qui selon lui pourrait être plus adapté. De fait depuis deux ans, il coule des jours heureux et nous ravit de la beauté de son feuillage à contre-jour.

Quand vient la fin de l'été ...

Honka ou quand les dahlias se prennent pour des marguerites graciles et colorées. C'est une variété que nous affectionnons et qui sait se glisser dans les massifs parmi les vivaces et les rosiers.

Quand vient la fin de l'été ...

Le massif de la Grange prend ses couleurs automnales. Aux nigelles et aux sisyrinchium ont succédé les corymbes des sedums.

Quand vient la fin de l'été ...

Dans le passage Austral, nos hirondelles bientôt verront leurs compagnes s'envoler vers le sud. En attendant elles profitent de la remontée du rosier Lavender Dream.

Quand vient la fin de l'été ...

Dans la Clairière aux roses, l'ombre des grands arbres a protégé les végétaux des récents rayons ardents et les floraisons se poursuivent.

Quand vient la fin de l'été ...

Dans la dernière partie de Lande, les remontées sont bien présentes en particulier pour le rosier Cumbaya qui se refait la boule en rose.

Quand vient la fin de l'été ...

Le Cercis canadensis 'Carolina Sweetheart' dans l'espace Japonisant prend tranquillement ses marques. Nous avons été surpris cette année de la pousse spectaculaire des nandinas, habituellement beaucoup plus discrets dans leur progression.

Quand vient la fin de l'été ...

Petite scène d'ombre éclairée par l'Hydrangea paniculata Limelight et une heuchère villosa à floraison blanche.

Quand vient la fin de l'été ...

Un petit air d'automne se glisse dans les massifs avec la floraison des cyclamens.

Quand vient la fin de l'été ...

Arrivée de nouveaux acteurs dans les massifs, les asters se réveillent et les roses trémières exposent leurs dernières corolles.

Quand vient la fin de l'été ...

Prémices d'un nouveau petit coin aquatique sur une idée chinée chez une amie jardinière, sur fond de pompe solaire.

Quand vient la fin de l'été ...

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost0

Publié le 29 Août 2021

Dans la série les sorties jardinières, c'est avec grand plaisir que nous avons répondu à l'invitation de Jean-Luc et Maryse du blog Au gré du jardin avec pour prétexte la visite de l'arboretum de la Petite Loiterie.

Tout a commencé bien sûr par la visite du jardin de Maryse et Jean-Luc où nous avons pu nous apercevoir qu'en Touraine aussi les jardins s'étaient montrés actifs avec ce drôle d'été. La prairie fleurie n'aura jamais été aussi pétillante en cette fin d'août.

En passant par la Touraine ...

Même si la chaleur n'était pas au rendez-vous, difficile de ne pas succomber au charme de la fontaine fleurie.

En passant par la Touraine ...

La star du bassin, c'est bien ce splendide nénuphar tropical qui a eu la bonne idée d'être en fleur pour nous saluer.

En passant par la Touraine ...

Le massif Brahma dans toute son exubérance fait émerger un nuage de gouttelettes violettes d'un gigantesque thalictrum.

En passant par la Touraine ...

La limite du jardin se fait dans une douce transparence et la vue se prolonge sur la campagne alentour.

En passant par la Touraine ...

En franchissant les arches, nous côtoyons les premières remontées des rosiers grimpants.

En passant par la Touraine ...

Petit coup de coeur pour ce dahlia honka qui ponctue si délicatement cette partie de massif. Après ce beau moment de partage, il est temps de se rendre à l'arboretum.

En passant par la Touraine ...

L'arboretum de la Petite Loiterie est situé à Monthodon en Indre et Loir et les plantations ont démarré en 1996 avec un couple de passionnés d'arbres sur une douzaine d'hectares.

En passant par la Touraine ...

Nous avons beaucoup apprécié la démarche qui sous-tend cet arboretum qui propose des animations et des activités de sensibilisation. C'est ainsi que nous avons parcouru l'arboretum durant plus de trois heures sur un fil conducteur qui était les arbres d'ornement adaptés au changement climatique.

En passant par la Touraine ...

Avec beaucoup de pédagogie et d'érudition Jac Boutaud a répondu à toutes nos interrogations et nous avons beaucoup appris.

En passant par la Touraine ...

Si l'on pouvait douter du changement climatique, cette visite nous a mis face à sa réalité avec cependant une note d'espoir qui est celle de la diversité végétale et des possibles adaptations. Un grand merci à Jac et Annie pour leur accueil et ce beau voyage au pays des arbres.

En passant par la Touraine ...

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Repost0

Publié le 17 Août 2021

La verdoyance estivale se prolonge et le muret de pierres sèches est pris d'assaut par des cohortes de gauras et de géraniums Rozanne. 

Mi-août et toujours le green power !

Cette année la Faille n'a pas failli et les jeunes sujets en ont profité pour bien s'ancrer tandis qu'il a fallu raisonner l'impétuosité des plus anciens. L'implantation de la colonie de Sedum spectabile 'Brillant' a dépassé nos espérances et il y a de moins en moins de place pour les adventices.

Mi-août et toujours le green power !

Les rosiers semblent s'être regroupés pour ne former qu'un grand buisson coloré et la chaleur de ces derniers jours a précipité les floraisons. Et encore des centaines de boutons à venir.

Mi-août et toujours le green power !

Comme une vigie au dessus d'une mer aux nuances dorées et verdoyantes, le canna annonce la couleur.

Mi-août et toujours le green power !

Se poser sur le banc de pierre, profiter des rayons du soir et écouter le murmure du vent dans les ramures.

Mi-août et toujours le green power !

Quitter la terrasse et passer sous l'arche du Buddleja lindleyana aux épis violacés auxquels semblent répondre les têtes rosées des phlox.

Mi-août et toujours le green power !

Août cette année fait les floraisons joyeuses, phlox et dahlias ne sont pas à la peine et accompagnent allègrement les rosiers et les arbustes taillés.

Mi-août et toujours le green power !

Les conifères ont eux aussi apprécié la pluviosité de ce dernier mois, les pousses se font tendres et réagissent magnifiquement à la lumière.

Mi-août et toujours le green power !

La fructification du Pyracantha Orange Glow est de bon augure et sur le muret l'acer palmatum n'a pas eu ses feuilles desséchées.

Mi-août et toujours le green power !

Les massifs culminent comme de petites murailles d'abondance joyeuse.

Mi-août et toujours le green power !

Dans la Clairière aux Korrigans les Cupressus sempervirens 'Totem' imperturbables montent la garde.

Mi-août et toujours le green power !

Dans le Jardin Bleu les clématites se sont momentanément tues, les géraniums Rozanne et les hostas en fleurs ont pris le relais.

Mi-août et toujours le green power !

Un vert tendre mi août dans l'Allée du Tsunami même en rêve nous n'aurions osé l'imaginer.

Mi-août et toujours le green power !

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost0

Publié le 6 Août 2021

Dopé par les nombreuses averses de juillet et un petit coup de chaleur, le jardin manifeste avec beaucoup d'exubérance sa vitalité débordante. Les tontes s'apparentent à celles d'avril et il n'y a pas que le taxus qui soit sempervirens.

Ca pousse et ça nous pousse !

Dans la Lande et la Clairière aux pintades, les persicaires normalement languissants en août se dressent fièrement à plus d'un mètre cinquante. Les conifères et les bruyères qui avaient été mis à mal par la dernière canicule ont retrouvé leur panache. Même en pleine exposition, l'herbe est toujours verte.

Ca pousse et ça nous pousse !

Dans un tel enthousiasme poussant, tout le monde veut sa place au soleil et il faut souvent jouer de la cisaille pour que le jardin ne se transforme pas en un bouillonnement et garantir aux petits un peu de lumière aussi.

Ca pousse et ça nous pousse !

Avec une telle pousse c'est aussi un plaisir de jouer de la cisaille dans des formes qui se sont densifiées comme ainsi dans la Fontaine Végétale.

Ca pousse et ça nous pousse !

Fortement secoués par la tempête de juin et parfois écrasés par des branches, beaucoup de rosiers ont dû être rabattus. Ils ont montré une exceptionnelle repousse et de nouveau leurs floraisons nous enchantent. Ici Mona Lisa sur fond de Star Profusion.

Ca pousse et ça nous pousse !

Et là Augusta Luise sur fond de Joli Tambour.

Ca pousse et ça nous pousse !

Dans la Lande un départ de feu d'artifice avec les pennisetums macrourum et une touffe de crocosmias.

Ca pousse et ça nous pousse !

C'est évidemment un temps pour les fougères où même les Matteuccia struthiopteris n'ont pas le blues d'août.

Ca pousse et ça nous pousse !

Dans le nouveau massif Aquarius, nos essais de plantes d'eau sont bien encourageants et l'envie de poursuivre fait son chemin.

Ca pousse et ça nous pousse !

Pour la première fois en août les Sambucus nigra Pulverulenta et racemosa 'Sutherland Gold' ne sont pas passés sur le grill, une scène que l'on aimerait retrouver de temps en temps.

Ca pousse et ça nous pousse !

Peu exigeantes d'ordinaire, les potées cette année vivent en autonomie.

Ca pousse et ça nous pousse !

Un petit bémol dans cette euphorie verdoyante c'est que l'on aimerait plus souvent être parfois caressés par les rayons du soleil.

Ca pousse et ça nous pousse !

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Repost0

Publié le 12 Juillet 2021

Contre toute attente le vert est encore de mise en cette mi-juillet parfois avec des tonalités printanière, quel contraste avec le début de l'été dernier !

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Une pluviosité dont auront su tirer partie les végétaux et en particulier les hydrangéas du moins ceux que le gel aura épargnés.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Si le tuyau d'arrosage se morfond lové dans son coin, il n'en est pas de même pour les cisailles qui peinent à refroidir. En effet quand douceur et humidité se conjuguent, le jardin se retrouve souvent en alerte vagues submersion végétale floutant rapidement les formes et les perspectives.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Quel bonheur de se retrouver dans la peau d'un jardinier d'Outre-Manche et de constater qu'autour de soi aucune plante n'est à la peine.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Dans le monde d'Hippolyte, un petit sous-bois créé il y a un peu plus d'un an, les végétaux d'ombre ont profité de cette aubaine pluvieuse. Osmanthus, sarcococcas, géraniums, hostas, fougères, couvre-sols, ... s'en donnent à coeur joie.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Parfois la vigilance serait presque de mise pour ne pas voir les cheminements se rétrécir et enfermer le promeneur.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Cette année les clématites ont sorti leurs tenues d'apparat. Ici c'est la Clématite Little Nell qui danse dans les bras d'un Sequoia sempervirens 'Adpressa'.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Dans le Jardin Bleu, les clématites jouent les towers-flowers.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Même les sobres spirées n'ont pu résister à l'enthousiasme général et fleurissent comme jamais.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

La Lande pourpre se remet doucement des affres de la tornade de la mi-juin, heureusement la repousse est avec nous.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Malgré un ciel souvent plombé, le Choisya dewittenea 'Aztec Gold' n'a jamais été aussi lumineux.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Il arrive bien sûr que dans les massifs ça se bouscule surtout lorsqu'un petit phlomis a décidé de se faire plus gros que le boeuf !

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

La table ronde participe plus souvent au décor qu'aux attablées mais ne nous plaignons pas et goûtons au bonheur pluvieux.

Les dépressions s'enchaînent et le jardin se déchaîne

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost0

Publié le 29 Juin 2021

C'est en Alsace et puis dans les Vosges que notre périple jardinier d'été a conduit notre petit groupe cette année. L'organisation était dévolue à notre amie Hélène de Rouge Cabane, mission qu'elle a menée de main de maître.

Aujourd'hui nous vous proposons un rapide survol de notre expédition et par la suite nous ferons des articles plus complets.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

Notre première halte nous transporta dans le monde enchanté des roses dans le jardin de Pierre et de Gaby que nous avons eu grand plaisir à retrouver car il y a quelques années ils étaient venus au jardin. Malgré la pluie, la magie a opéré. Pierre et Gaby sont membres de jurys de roses notamment celui de Baden-Baden et nous avons pu profiter de leur savoir durant quelques heures. Leur jardin est le reflet de leur passion, généreux et débordant de roses. 

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

A la deuxième étape, nous étions conviés à la Ferme Bleue et accueillis par les jardiniers propriétaires, Alain et Jean-Louis. Un jardin inspiré et inspirant, classé Jardin Remarquable où les topiaires protégées par un somptueux bâti racontent des histoires.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

La troisième visite nous mena au jardin de Michèle où dans une atmosphère naturaliste, rosiers, arbustes et vivaces s'ébattent joyeusement. Beaucoup plus sages deux grands potagers manifestent le savoir-faire de la maîtresse des lieux. 

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

Notre quatrième arrêt fut pour des connaissances de vieille date, Jean-Claude et Jacqueline dont l'un nous fait rêver pour ses princesses de l'ombre et l'autre pour ses poteries de jardin qui sont autant de petits bijoux que l'on a tous envie d'adopter. C'est une véritable petite jungle luxuriante que leur jardin où fougères, hostas et autres curiosités végétales attiraient notre regard. Et tout cela avec les commentaires érudits de Jean-Claude.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

La cinquième escale nous conduisit dans le jardin de Marguerite, un jardin classé remarquable. C'est un lieu de raffinement qui exploite moult situations paysagères, sous-bois, jardin d'eau, jardin sec avec diverses ambiances au charme envoûtant.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

A la sixième pause nous nous retrouvions dans le jardin de Marie-Claire et Rémy où nous avons pu goûter aux charmes du grand bassin, aux fruits d'un énorme cerisier sans oublier les douceurs alsaciennes que nous avaient concoctées nos hôtes.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

Notre septième destination nous a fait découvrir le jardin des quatre temps. C'est un jardin où la nature est reine, parfois à peine apprivoisée, un concept naturaliste qui ne laisse pas indifférent et qui interroge les pratiques. Voilà qui a donné lieu à de nombreux échanges avec le propriétaire.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

Le huitième jardin fut celui de Régine et d'Emmanuel, un jardin où il fait bon glaner des idées. De nombreuses scénettes animent le jardin et l'on a aimé se perdre dans les cheminements.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

Notre neuvième découverte se nomme les jardins de Callunes. C'est dans le site d'anciennes carrières que sur quatre hectares s'étire un parc paysager et botanique composé de différents zones paysagères. C'est de l'art paysager en XXL à couper le souffle.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

Pour la dixième visite nous étions face au mythique jardin de Berchigranges. Emotions garanties, "ici tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté". Un jardin à visiter en deux temps, le temps de l'émerveillement et le temps de la compréhension.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

C'est à l'abbaye d'Autrey que le périple s'achève dans la magnificence de l'austérité, adoucie par des carrés de roses et un arboretum.

De jardin en jardin en Alsace et dans les Vosges

Ce périple jardinier nous aura permis de faire des rencontres chaleureuses, les alsaciens ont un sens de l'accueil extraordinaire. Ils nous ont non seulement fait partager leur passion et leur savoir mais aussi leur gastronomie. Et nous sommes bien sûr repartis avec plein de petits souvenirs à replanter. Un grand merci à Pierre et Gaby pour nous avoir guidés dans ce périple.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 19 Juin 2021

Il y a parfois des événements qui nous rappellent que le jardin est une création fragile qui comme un funambule évolue en équilibre sur le fil du temps. Il nous ravit et nous comble quand les conditions lui sont favorables. Il nous inquiète quand la sécheresse s'installe, quand le froid est trop mordant et quand Zeus se déchaîne faisant hurler le vent et déverser les nuages.

Le jour d'avant, l'Allée du Tsunami rayonnait au soleil levant.

Nom de Zeus !

Le jour d'avant, dans le Clos Rouge et Blanc, les roses jouaient un concert de couleurs qu'encadraient les colonnes des bouleaux.

Nom de Zeus !

Le jour d'avant, la grande toile rose vif du rosier Maria Lisa s'étirait à l'entrée d'un cheminement. Enfin un liane qui se conduit avec douceur, peu épineux et faisant peu de bois mort.

Nom de Zeus !

Le jour d'avant, les rosiers formaient une prairie fleurie.

Nom de Zeus !

Le jour d'avant, il régnait comme un air de légèreté et d'insouciance dans les feuillages.

Nom de Zeus !

Le jour d'avant, le rosier Parfum d'Evita s'était fait un halo de pétales.

Nom de Zeus !

Le jour d'avant, dans le Jardin Bleu les delphiniums avaient allumé leur cierges azurés.

Nom de Zeus !

Le jour d'avant, dans le massif de la Faille coulait un joyeux mélange de rosiers, de spirées, de berbéris ... en toute simplicité.

Nom de Zeus !

Le jour d'avant, la grue couronnée gardait fièrement l'entrée de la Lande.

Nom de Zeus !

Le jour d'avant, le monde discret de l'ombre se tapissait dans le Taillis.

Nom de Zeus !

Le jour d'avant, dans la Clairière aux pintades, enivrés des dernières pluies, fougères, hostas, ... et notre chouchou du moment la Tradescantia andersoniana Blushing Bride avaient pleinement profité.

Nom de Zeus !

Le soir d'avant, l'atmosphère s'était faite lourde, plus lourde peut-être que d'habitude.

Nom de Zeus !

Et c'est dans la nuit que brutalement un violent courant d'air s'est fait ressentir. Tout s'est enchaîné ensuite très vite avec des gouttes de pluie qui résonnaient comme des grêlons, un ciel qui s'est embrasé comme une lampe à incandescence et des torrents d'eau qui se sont abattus poussés par de violentes bourrasques. Les arbres livrés aux éléments n'étaient plus que des poupées de chiffon désarticulées.

Le matin, de nombreuses grosses branches faisaient barrage aux cheminements, certaines avaient recouvert des massifs. Bois mort, feuilles jonchaient partout le terrain. Beaucoup de végétaux avaient adopté le mode carpette. C'est la première fois que le jardin était aussi durement touché et que nous nous trouvions confrontés à sa fragilité.

Il nous aura fallu trois jours pour dégager, élaguer les ramures. Il reste encore à faire mais c'est aussi comme cela que le jardin écrit son histoire.

Nom de Zeus !

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Printemps

Repost0

Publié le 7 Juin 2021

Nous les avons attendus avec parfois quelques moments de doute en lien avec protocole et conditions sanitaires mais comme le temps la situation s'est soudainement éclaircie, les rendez-vous aux jardins allaient bien avoir lieu. 

Plus qu'un rendez-vous, une fête !

Il y avait longtemps que mai n'avait pas été aussi pluvieux et le jardin a eu de quoi y puiser son énergie. Le jour J, la vigueur était au rendez-vous, les floraisons s'enhardissaient, nous étions prêts à vous accueillir. 

Plus qu'un rendez-vous, une fête !

Que vous dire si ce n'est que nous avons vécu un week-end d'enthousiasme car que serait une passion si elle n'était partagée. En effet vous avez été pratiquement 1000 à répondre à notre invitation et cheminer dans notre petit univers végétal.

Plus qu'un rendez-vous, une fête !

La taille en transparence, les plantes couvre-sols et les feuillages colorés et persistants ont été les thématiques du week-end et ont souvent été des bases d'échanges avec vous. Nous avons apprécié votre curiosité, nous avons pu débattre et vous nous avez aussi beaucoup appris.

Plus qu'un rendez-vous, une fête !

Il y a bien sûr eu des végétaux phares comme le Fremontodendron 'California Glory' et le Calycanthus florida qui avaient eu la bonne idée de se couvrir de fleurs. Vous avez aussi aimé la simplicité des annuelles comme les nigelles et les cerinthes, la beauté nostalgique des oeillets de poète et le charme champêtre des digitales.

Plus qu'un rendez-vous, une fête !

Un petit arbuste qui a fait l'unanimité c'est le Physocarpus opulifolius 'Little Devil' pour les nuances bronze de son feuillage que réhausse une floraison rosée.

Plus qu'un rendez-vous, une fête !

Souhaitant que le jardin soit un lieu de découvertes et d'intérêts pour tous, nous avions aussi à coeur que les enfants aient une place au jardin et un petit jeu-questionnaire leur avait été proposé. Ils ont participé avec entrain tout en sollicitant leurs parents.

Plus qu'un rendez-vous, une fête !

Malgré une relative timidité, les roses n'en demeurent pas moins pour beaucoup les reines d'une fin de printemps. Ici le rosier Golden Lodge qui appelle les ardeurs solaire de l'Hypericum olympicum 'Citrinum'.

Plus qu'un rendez-vous, une fête !

Quand le blanc se fait de bois et de pétales, c'est que se rencontrent le Betula utilis 'Jacquemontii' et le rosier Pleine de grâce. La couleur de l'écorce a failli ravir la vedette au rosier.

Plus qu'un rendez-vous, une fête !

Vous avez été sensibles à la mise en scène des rosiers éclaboussés par les graminées.

Plus qu'un rendez-vous, une fête !

Il est vrai que vu le nombre de visiteurs nous n'avons malheureusement pas toujours pu avoir la disponibilité nécessaire pour échanger avec chacun. Sachez que nous avons été très sensibles à l'intérêt que vous avez porté au jardin et vos nombreuses remarques positives nous ont comblés.

Plus qu'un rendez-vous, une fête !

Cette édition n'a pu de nouveau avoir lieu que grâce au soutien de notre voisin Bernard avec la mise à disposition de son champ spécialement préparé en parking. Tout le hameau avait fait toilette pour l'occasion, trop sympas les voisins. Un grand merci à nos amis jardiniers ou non pour l'organisation logistique : accueil et déroulement. Merci à Françoise et Denis d'avoir assuré les deux jours avec brio. Merci à Maryse pour avoir géré les flux, à Jean-Luc pour son sens de l'organisation, à Florence pour sa polyvalence et à Laurent qui a brillamment assuré l'intendance. Merci aussi à Marie-Noëlle et Sylvie pour le coup de mains.

Plus qu'un rendez-vous, une fête !

Grâce à vous tous c'est encore une belle page qui s'est écrite ce week-end et qui nous donne l'envie de conduire encore plus loin notre passion. Nous vous remercions pour le respect que vous avez porté au jardin, impossible d'imaginer le soir venu que vous étiez mille à avoir foulé les lieux ! On ne peut que vous dire à l'année prochaine.

Plus qu'un rendez-vous, une fête !

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Evénements jardin

Repost0

Publié le 31 Mai 2021

C'est avec grand plaisir que le samedi 5 et le dimanche 6 juin dans le cadre de la manifestation nationale des rendez-vous aux jardins, nous vous invitons à partager notre passion et à cheminer dans le jardin des Vigneaux. 

Vous avez rendez-vous au jardin

Mai pluvieux et frais a favorisé les feuillages mais depuis quelques jours la hausse des températures fait se réveiller les floraisons.

Vous avez rendez-vous au jardin

Sur le muret de pierres sèches, sisyrinchiums, oeillets de poète, cistes, attendent votre venue.

Vous avez rendez-vous au jardin

On vous imagine déjà passer sous le portique du rosier Guirlande Rose.

Vous avez rendez-vous au jardin

A vous le plaisir de déambuler dans les méandres colorés.

Vous avez rendez-vous au jardin

Le retard végétatif a parfois du bon et le toona a encore sa couleur rosée de débourrement.

Vous avez rendez-vous au jardin

Les heuchères Caramel se sont rassemblées pour une grande parade et attirer ainsi votre regard.

Vous avez rendez-vous au jardin

Cette année les pivoines jouent les prolongations.

Vous avez rendez-vous au jardin

Et pour cette grande fête des jardins, la haie s'est faite haie d'honneur.

Vous avez rendez-vous au jardin

Le jardin sera ouvert de 10 à 19h le samedi 5 et le dimanche 6 juin. Pour ne pas vous perdre, nous vous donnons l'adresse GPS : Le Grand Vigneau, 72210 Souligné-Flacé. Au plaisir de vous voir.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Evénements jardin

Repost0