Publié le 20 Avril 2022

Le week-end pascal ensoleillé nous a conduits jusqu'à Saint-Céneri-le-Gérei aux jardins de la Mansonière que nous affectionnons pour son raffinement et la gentillesse de ses propriétaires. C'est la première fois que nous le découvrons baigné dans une ambiance printanière.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

La végétation naissante laisse libre cours aux courbes gracieuses des poteries et aux coussins fleuris des phlox printaniers.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

L' azalée en tenue d'apparat associée au topiaire est une invitation au voyage.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Dans la palette des verts émergent des îlots colorés qui ajoutent de la gaieté à la sérénité ambiante.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Et toujours remettre l'ouvrage sur le métier, telle pourrait être aussi la maxime de ce jardin. Face à cette zone d'ombre persistante, les réflexions et les travaux hivernaux l'ont métamorphosée en une scène dynamique de passage.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

L'intérêt pour les associations de couleurs se révèle à chaque scène avec ici cette belle rencontre entre iris, hellébores et orchidées sauvages.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Un massif où les formes évoluent dans le flouté des feuillages et des couleurs.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Coup de coeur pour cet arbuste sur fond de camassias.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Et que dire de cette association iris-camassias.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Quel bel équilibre dans cette composition et découvrir l'azalée en fleurs est le petit plus du jour.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Une scène intemporelle avivée par le renouveau feuillu des acers.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Une scène mythique comme une signature des jardins de la Mansonière où ordonnancement rime avec élégance.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Le jardin cultive aussi la diversité des styles et joue ici de la confrontation entre l'honorable ramure d'un laurier cerise avec la fragilité mouvante des graminées.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Encore une scène que nous apprécions beaucoup et qui met en grâce le minimalisme avec pour toile de fond le fleurissement printanier.

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Encore un grand merci à tous les deux de nous avoir enchantés, on en ressort avec pleins de belles images et bien sûr de nouvelles idées. 

Les jardins de la Mansonière au printemps tel le réveil de la Belle au Bois Dormant.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 8 Mars 2022

Comme un signe du vivant qui renaît au jardin, l'écureuil a retrouvé le chemin du nourrissoir.

En route pour la palette Mars

Dans la Clairière d'Or les euonymus se réveillent doucement encore lovés dans leur couverture de feuilles mortes tandis que le prunus voit éclore sa floraison rosée.

En route pour la palette Mars

La douceur hivernale n'est pas venue contrarier l'épanouissement de l'Edgeworthia chrysantha 'Nanjing Gold' qui répand alentours ses senteurs capiteuses.

En route pour la palette Mars

Symbole du printemps, les jonquilles dévalent joyeusement la pente de la Faille.

En route pour la palette Mars

Au pied des Cupressus sempervirens 'Totem', les bruyères se répandent en flaques pourprées et rosées.

En route pour la palette Mars

Et comme dirait une amie jardinière que seraient les jardins sans les bruyères l'hiver.

En route pour la palette Mars

Dans le dédale des massifs d'ombre claire, hellébores et primevères invitent à la promenade.

En route pour la palette Mars

Toujours fidèles au rendez-vous, Helleborus orientalis 'Magic Yellow' et Helleborus orientalis 'Double Yellow Spotted' sont les stars du moment et évoluent sur un tapis de Vinca minor 'Illumination'.

En route pour la palette Mars

En lisière c'est une harde d'hellébores orientalis qui lézarde au soleil. On ne sait si c'est l'été pluvieux ou la douceur de l'hiver, peut-être les deux mais cette année les hellébores sont particulièrement hautes et volontaires.

En route pour la palette Mars

Jusqu'au coeur des massifs on sent le frémissement du vivant et l'on découvre les premières feuilles d'un acer palmatum.

En route pour la palette Mars

Dans les massifs la fièvre jardinière monte entre taille et plantation, ponctuée bien sûr de moments de contemplation.

En route pour la palette Mars

L'heure est venue pour les miscanthus de tirer leur révérence et de se transformer en un paillis lumineux où les rosiers fraîchement taillés imaginent déjà leur future livrée colorée.

En route pour la palette Mars

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0

Publié le 28 Janvier 2022

Bien sympathique de découvrir dans l'Ami des jardins de février le résultat de notre belle rencontre avec Isabelle Morand et Didier Hirsch. Durant deux jours nos visiteurs de marque ont sillonné le jardin et nous avons profité des pauses pour échanger à bâtons rompus et avec enthousiasme autour de la culture jardinière.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Aujourd'hui encore la brume était de sortie et le couvercle gris et cotonneux ne s'est pas soulevé. Mais l'envie de rendre visite au jardin a été la plus forte. Dans le Jardin bleu, l'ambiance était apaisée dans un doux contraste entre le vert glauque des persistants et le caramel des marcescents.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Les Loropetalum chinense 'Fire Dance' que nous avons tentés en pot l'an dernier participent activement à l'ambiance colorée à proximité de la maison avec en contre-point le Fatsia japonica 'Aureo-variegata'.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Longtemps cultivé en pot où il végétait, l'Edgeworthia chrysantha 'Nanjing Gold' depuis deux ans semble prendre son envol depuis sa mise en pleine terre. Nous attendons avec impatience sa floraison pour se délecter de son parfum.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Dans le massif de la Table Ronde les Nandina domestica 'Fire Power' accompagnés des fougères ont pris le pouvoir.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Dans cette autre vue du massif de la Table Ronde, phormium et fatsia éclairent une première scène composée de buis, d'ophiopogon et de fougères.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

A l'orée de l'Espace Japonisant, les bruyères répandent leur écume colorée et le Rhamnus alaternus 'Argenteovariegata' a fait toilette.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Un moment de lumière tamisée qui a soudain fait s'éveiller les formes et les couleurs, il ne fallait pas le rater celui-là.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Futur chantier de taille en perspective car il y a aussi du monde en-dessous à venir.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Dans le bosquet aux korrigans, les bruyères ont bien profité et assureront la couleur jusqu'en mars-avril.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

L'Hamamélis intermedia 'Arnold Promise' joue les rayons de soleil au travers de sa floraison ébouriffée.  

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Dans les massifs ici et là des cyclamens se sont mis à fleurir apportant une petite touche colorée dans le vert dominant des massifs d'ombre.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Et oui Isabelle nous ne pouvions clore ce périple sans s'arrêter sur la Vinca minor 'Illumination' qui gambade joyeusement éclairant tout sur son passage.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Un autre acteur du pétillement colorée au jardin, c'est le nandina domestica et sa fructification.

Même si l'hiver n'a pas fini de cheminer, le jardin par ses taches colorées nous conduit déjà sur la route du printemps.

Couleurs et persistants, l'anti spleen au jardin l'hiver.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0

Publié le 12 Janvier 2022

La fin de l'année nous a conduits entre autres jusqu'en Ecosse et éloignés durant quelques temps du jardin. 

Sous le charme du jardin l'hiver

C'est avec plaisir que nous renouons en ce début d'année avec nos amis jardiniers au travers des blogs et des réseaux sociaux. Profitons d'une éclaircie comme prétexte à une visite au jardin. 

Sous le charme du jardin l'hiver

Dans la Faille, les Cornus sanguinea 'Winter Flame' jouent les buissons ardents et réchauffent l'atmosphère.

Sous le charme du jardin l'hiver

De grâce cachez cette ramure que je ne saurai voir !

Sous le charme du jardin l'hiver

Petit coup de coeur pour la fructification du Callicarpa bodinieri Magical 'Snowqueen' que nous avons découvert il y a un an et qui décidément n'a pas volé son nom.

Sous le charme du jardin l'hiver

Petit bonheur hivernal parmi d'autres, les hellébores débutent leur floraison et conséquence de la pluviosité elles ont conservé un feuillage sain.

Sous le charme du jardin l'hiver

Chaque année elle nous fait le même coup, c'est en janvier que cette agapanthe se décide à fleurir.

Sous le charme du jardin l'hiver

Actuellement épargné par les fortes gelées, le Farfugium japonicum 'Wavy Gravy' manifeste une belle présence par son graphisme exotique.

Sous le charme du jardin l'hiver

Protégées par les Euonymus japonicus 'Président Gauthier', aspidistras et fougères s'ébattent dans la lumière.

Sous le charme du jardin l'hiver

Petit clin d'oeil à Maryse du blog Au gré du jardin  qui a consacré son dernier article aux mahonias. Il est vrai que leurs floraisons arrivent à point nommé dans un ciel souvent plombé.

Sous le charme du jardin l'hiver

Les potées ne sont pas en reste et participent à l'attrait du jardin en hiver.

Sous le charme du jardin l'hiver

Nous avons un petit faible pour les persistants qui se révèlent précieux en hiver. A ce propos Mme Duojardin interviewée par Isabelle Morand vantera leur mérite sur France Info dimanche 16 janvier à 6h56, 11h56 et 15h26. Que vous soyez lève-tôt ou lève-tard vous n'aurez pas d'excuse ! 

Info donnée par Isabelle Morand, la chronique est passée le 9 janvier : Francetvinfo.fr/replay-radio/jardin/mettez-de-la-couleur-dans-l-hiver.

Sous le charme du jardin l'hiver

Voilà qui invite à reprendre le chemin du jardin entre contemplation, taille et plantation.

Sous le charme du jardin l'hiver

La Lande s'est endormie doucement, seules quelques bruyères laissent s'échapper des soupirs colorés.

Sous le charme du jardin l'hiver

Dernier petit délire du moment, des chapelets de perles de verre s'égrènent dans l'entrelac des troncs comme s'égrèneront les projets dans le jardin.

Sous le charme du jardin l'hiver

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Hiver

Repost0

Publié le 2 Novembre 2021

Rira bien qui rira le dernier se disent les Cupressus sempervirens 'Totem' devant l'acer griseum et le parrotia qui se pavanent exhibant leurs livrées hautes en couleur.

Le thermomètre baisse, le colorimètre monte.

Et c'est en toute discrétion que trois corbeaux ont élu domicile dans le Cotinus coggygria 'Flame'.

Le thermomètre baisse, le colorimètre monte.

Contrepoint de l'ambiance mordorée et fauve de l'automne, dans le jardin bleu coule le bleu.

Le thermomètre baisse, le colorimètre monte.

La voûte aux noisetiers a oublié que nous avions changés de saison et contraste joliment avec les halos des couleurs automnales.

Le thermomètre baisse, le colorimètre monte.

Quant un rosier Apache rencontre un Euonymus grandiflorus 'Ruby Wine', tous deux voient rouge !

Le thermomètre baisse, le colorimètre monte.

Voilà un hydrangea qui a décidé de sortir le grand jeu pour la finale avec une dernière fleur et des anciennes qui se sont empourprées, sans oublier quelques subtilités de coloration de feuillage.

Le thermomètre baisse, le colorimètre monte.

S'il est bien une clématite qui jamais ne s'arrête de fleurir c'est bien la Clématite viticella Mme Julia Correvon.

Le thermomètre baisse, le colorimètre monte.

Si vous avez de la place et que vous rêvez d'un coussin XXL n'hésitez pas, adoptez l'Aster ageratoïdes 'Ezo Murasaki'. 

Le thermomètre baisse, le colorimètre monte.

Ambiance variegata et lumineuse avec le Phormium tenax 'Variegatum' et le Fatsia japonica 'Aureo-variegata' qui rassasie les butineurs tardifs.

Le thermomètre baisse, le colorimètre monte.

Un nourrissoir dans un nourrissoir car bientôt les merles et les grives iront à la cueillette sur le cotoneaster franchetti.

Le thermomètre baisse, le colorimètre monte.

C'est dans des tonalités d'or que le Cercis canadensis 'Carolina Sweetheart' tire sa révérence.

Le thermomètre baisse, le colorimètre monte.

Un petit coin d'ombre claire où s'ébattent joyeusement fougères, nandinas and co.

Le thermomètre baisse, le colorimètre monte.

La Lande s'installe doucement dans sa phase pré hivernale, les gauras s'en sont allés, les conifères ont été taillés et les bruyères darleyensis préparent leurs floraisons.

Le thermomètre baisse, le colorimètre monte.

La Clairière d'Or a désormais une résonnance particulière car aujourd'hui il nous inspire le souvenir d'un être cher.

Le thermomètre baisse, le colorimètre monte.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 20 Octobre 2021

Comme de joyeux petits messagers, les cyclamens courent dans les massifs pour annoncer l'arrivée officielle de l'automne.

Fantaisies d'automne

Dans les Bois Debout, les heuchères villosa font danser dans le vent leurs hampes graciles et fleuries parmi les troncs.

Fantaisies d'automne

Les Ulmus resista 'Sapporo Gold' se mettent doucement au diapason automnal pour bientôt poudrer d'or l'Allée du Tsunami.

Fantaisies d'automne

Dans La Faille, les Cornus sanguinea 'Winter Flame' se sont mis à la mode saisonnière, à priori le jaune flashy est tendance.

Fantaisies d'automne

C'est le moment où les fructifications des arbustifs apparaissent dans les feuillages déjà clairsemés et où les Berbéris thunbergii 'Atropurpurea' se font gourmandises.

Fantaisies d'automne

Tandis que les épis des persicaires s'éteignent petit à petit, le Cornus florida 'Cherokee Chief' fait s'embraser son feuillage.

Fantaisies d'automne

Petit bijou des sous-bois, le Tricyrtis formosana dévoile enfin sa précieuse floraison dans l'écrin d'un fatsia.

Fantaisies d'automne

La Halte du promeneur a retrouvé son tapis fleuri, tandis que le vieux banc médite sur la ronde des saisons.

Fantaisies d'automne

Un nouveau massif situé à l'aplomb d'un grand fossé a vu le jour, une situation favorable aux fougères, aux lierres et aux carex.

Fantaisies d'automne

Dans le massif de la Grange, cotinus et érable s'apprêtent pour un dernier bal.

Fantaisies d'automne

Dans la Clairière aux pintades, le Cryptomeria japonica 'Elegans' s'est fait danseuse.

Fantaisies d'automne

Dans la Lisière les plantations ont repris entre fougères, osmanthus, Leucothoe walteri 'Rainbow' et Photinia fraseri 'Pink Marble' que nous allons tester en terre calcaire.

Fantaisies d'automne

A l'autre bout de la Lisière, la petite jungle progresse.

Fantaisies d'automne

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 27 Septembre 2021

Ce week-end au Mans la manifestation "Entre Cours et Jardins" avait investi la vieille ville. Peu de pépiniéristes mais un joli décorum et beaucoup de stands déco. C'est ainsi qu'une nouvelle suspension a atterri dans le jardin pour compléter le tableau de l'entrée.

Appolon ralentit sa course et le jardin poursuit la sienne

Depuis le temps que nous rêvions au petit lutin de la Clairière d'Or, nous l'avons enfin trouvé au stand de la Brocante Anglaise, l'adoption fut immédiate et le lutin a vite pris ses marques.

Appolon ralentit sa course et le jardin poursuit la sienne

Petite surprise en taillant la spirale, nous y avons découvert un ancien nid de pigeons, hébergement que n'a pas vraiment apprécié le Cupressus arizonica 'Fastigiata' dont beaucoup de rameaux intérieurs ont brûlé, il a fallu légèrement le tronquer, on verra bien pour la suite.

Appolon ralentit sa course et le jardin poursuit la sienne

Un aster dont nous apprécions l'élégance et les dégradés de couleur, c'est l'Aster Le Vastérival. En plus, il a la bonne idée de résister à la sécheresse.

Appolon ralentit sa course et le jardin poursuit la sienne

Le rosier Pomponella comme chaque année nous gratifie d'une somptueuse remontée.

Appolon ralentit sa course et le jardin poursuit la sienne

Encore un aster coup de coeur, c'est l'Aster novi-belgii 'White Lady' qui forme un coussin compact sans jamais s'affaler avec une très longue floraison. Un compagnon idéal pour éclairer les massifs.

Appolon ralentit sa course et le jardin poursuit la sienne

Dans la Clairière aux pintades, les panicules de l'Hydrangea paniculata 'Limelight' se poudre de rose à l'arrivée de l'automne.

Appolon ralentit sa course et le jardin poursuit la sienne

Petite touche en délicatesse avec le feuillage si particulier et la fructification du Sambucus nigra 'Linearis'.

Appolon ralentit sa course et le jardin poursuit la sienne

En ce début d'automne les remontées fleuries agrémentent le parcours des jardiniers.

Appolon ralentit sa course et le jardin poursuit la sienne

Toujours présentes depuis le début de l'été les Verbena rigida Polaris colonisent doucement La Lande entre bruyères, graminées, berbéris et conifères.

Appolon ralentit sa course et le jardin poursuit la sienne

Tel l'envol d'un oiseau, la ramure du parrotia s'étire dans le Bosquet des Korrigans en annonçant ses couleurs automnales.

Appolon ralentit sa course et le jardin poursuit la sienne

Pour le plaisir des yeux des lève-tôt, quand la lumière ambiance les massifs.

Appolon ralentit sa course et le jardin poursuit la sienne

Dommage, une fois encore nous avons raté le bal des korrigans.

Appolon ralentit sa course et le jardin poursuit la sienne

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 18 Septembre 2021

C'est mi-septembre dans les prémices de l'automne que nous avons été conviés par Michèle et Philippe Manson à partager des moments jardiniers dans le magnifique cadre des Jardins de la Mansonière. C'est un jardin qui depuis longtemps nous inspire et dont à chaque fois on se délecte du raffinement.

Un jardin qui évolue avec des scènes qui se recomposent comme le jardin de Noémie où les rosiers ont laissé place à des vivaces et des graminées ordonnancées par la fantaisie de Michèle.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Ici l'eau s'écoule avec majesté et apporte une touche onirique.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

On voyage dans ce jardin jusqu'au pays du Soleil Levant dont nous avons rapporté quelques petites laitues d'eau et des flots de belles images.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Où que l'on se trouve, l'on ressent toujours l'équilibre et l'harmonie des formes et des couleurs.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Séquence zénitude, s'arrêter, contempler, respirer.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Encore un point d'eau et l'on se retrouve plongé dans la mythologie.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Quel plaisir de revoir cette scène mythique du jardin. Longtemps nous nous étions interrogés sur l'identité de ces boules lumineuses que sont ces Ligustrum ovalifolium 'Lemon and Lime' qui accrochent si bien la lumière.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Un espace qui a merveilleusement évolué c'est le jardin gothique. Il nous a fait littéralement craqués avec son alignement de fougères en pot qui redonne de l'amplitude à l'ambiance ombrée et mystérieuse du lieu.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Bel exemple de statuaire végétal avec ce malus qui a force de patience s'est fait parasol.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Une nouveauté que nous découvrons, c'est celle d'un appareillage au sol bordé du flouté de Stipa tenuifolia.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

A toutes ces mises en scènes somptueuses, il faut ajouter la richesse végétale du jardin avec de magnifiques spécimens comme ici en fond de scène l'imposant Cercis canadensis 'Forest Pansy'.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Magique, graphique, épuré, du grand art paysager qui nous touche.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Un grand merci à tous les deux pour votre disponibilité et votre gentillesse. Ce fut un bonheur de partager votre univers qui nous a coupés du temps. Votre passion a encore avivé notre plaisir de jardiner.

Les jardins de la Mansonière, raffinement et théâtralité

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 9 Septembre 2021

Les quelques journées de fortes chaleurs et le dernier mois sans pluie n'ont pas entaché l'élan de la Lande. Les pennisetum rabattus en juillet se sont bien remplumés, les gauras n'ont pas séché et les rosiers remontent.

Quand vient la fin de l'été ...

Le rosier Parfum d'Evita revient de loin. Le puissant orage de juin l'avait fait basculer de son support et nous avions dû faire une taille drastique pour le réinstaller. A peine trois mois plus tard, il a retrouvé sa splendeur et de nouveau son parfum flotte dans la Clairière aux pintades.

Quand vient la fin de l'été ...

Par deux fois nous avons perdu le Cercis canadensis Forest Pansy en raison peut-être de notre terre lourde. C'est alors que notre pépiniériste sensible à notre malheur nous a offert le Cercis canadensis 'Red Force' qui selon lui pourrait être plus adapté. De fait depuis deux ans, il coule des jours heureux et nous ravit de la beauté de son feuillage à contre-jour.

Quand vient la fin de l'été ...

Honka ou quand les dahlias se prennent pour des marguerites graciles et colorées. C'est une variété que nous affectionnons et qui sait se glisser dans les massifs parmi les vivaces et les rosiers.

Quand vient la fin de l'été ...

Le massif de la Grange prend ses couleurs automnales. Aux nigelles et aux sisyrinchium ont succédé les corymbes des sedums.

Quand vient la fin de l'été ...

Dans le passage Austral, nos hirondelles bientôt verront leurs compagnes s'envoler vers le sud. En attendant elles profitent de la remontée du rosier Lavender Dream.

Quand vient la fin de l'été ...

Dans la Clairière aux roses, l'ombre des grands arbres a protégé les végétaux des récents rayons ardents et les floraisons se poursuivent.

Quand vient la fin de l'été ...

Dans la dernière partie de Lande, les remontées sont bien présentes en particulier pour le rosier Cumbaya qui se refait la boule en rose.

Quand vient la fin de l'été ...

Le Cercis canadensis 'Carolina Sweetheart' dans l'espace Japonisant prend tranquillement ses marques. Nous avons été surpris cette année de la pousse spectaculaire des nandinas, habituellement beaucoup plus discrets dans leur progression.

Quand vient la fin de l'été ...

Petite scène d'ombre éclairée par l'Hydrangea paniculata Limelight et une heuchère villosa à floraison blanche.

Quand vient la fin de l'été ...

Un petit air d'automne se glisse dans les massifs avec la floraison des cyclamens.

Quand vient la fin de l'été ...

Arrivée de nouveaux acteurs dans les massifs, les asters se réveillent et les roses trémières exposent leurs dernières corolles.

Quand vient la fin de l'été ...

Prémices d'un nouveau petit coin aquatique sur une idée chinée chez une amie jardinière, sur fond de pompe solaire.

Quand vient la fin de l'été ...

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost0

Publié le 29 Août 2021

Dans la série les sorties jardinières, c'est avec grand plaisir que nous avons répondu à l'invitation de Jean-Luc et Maryse du blog Au gré du jardin avec pour prétexte la visite de l'arboretum de la Petite Loiterie.

Tout a commencé bien sûr par la visite du jardin de Maryse et Jean-Luc où nous avons pu nous apercevoir qu'en Touraine aussi les jardins s'étaient montrés actifs avec ce drôle d'été. La prairie fleurie n'aura jamais été aussi pétillante en cette fin d'août.

En passant par la Touraine ...

Même si la chaleur n'était pas au rendez-vous, difficile de ne pas succomber au charme de la fontaine fleurie.

En passant par la Touraine ...

La star du bassin, c'est bien ce splendide nénuphar tropical qui a eu la bonne idée d'être en fleur pour nous saluer.

En passant par la Touraine ...

Le massif Brahma dans toute son exubérance fait émerger un nuage de gouttelettes violettes d'un gigantesque thalictrum.

En passant par la Touraine ...

La limite du jardin se fait dans une douce transparence et la vue se prolonge sur la campagne alentour.

En passant par la Touraine ...

En franchissant les arches, nous côtoyons les premières remontées des rosiers grimpants.

En passant par la Touraine ...

Petit coup de coeur pour ce dahlia honka qui ponctue si délicatement cette partie de massif. Après ce beau moment de partage, il est temps de se rendre à l'arboretum.

En passant par la Touraine ...

L'arboretum de la Petite Loiterie est situé à Monthodon en Indre et Loir et les plantations ont démarré en 1996 avec un couple de passionnés d'arbres sur une douzaine d'hectares.

En passant par la Touraine ...

Nous avons beaucoup apprécié la démarche qui sous-tend cet arboretum qui propose des animations et des activités de sensibilisation. C'est ainsi que nous avons parcouru l'arboretum durant plus de trois heures sur un fil conducteur qui était les arbres d'ornement adaptés au changement climatique.

En passant par la Touraine ...

Avec beaucoup de pédagogie et d'érudition Jac Boutaud a répondu à toutes nos interrogations et nous avons beaucoup appris.

En passant par la Touraine ...

Si l'on pouvait douter du changement climatique, cette visite nous a mis face à sa réalité avec cependant une note d'espoir qui est celle de la diversité végétale et des possibles adaptations. Un grand merci à Jac et Annie pour leur accueil et ce beau voyage au pays des arbres.

En passant par la Touraine ...

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Repost0