Publié le 4 Décembre 2022

Une fin novembre bien arrosée, voilà de quoi remplir les pluviomètres, réjouir les grenouilles et revitaliser le jardin.

Avant que ne tombe la dernière feuille

Quelque peu malmené par l'été, c'est cependant avec brio que l'Acer palmatum 'Trompenburg' tire sa révérence.

Avant que ne tombe la dernière feuille

Lorsqu'un rayon de soleil paraît, le cercle des ramures resplendit. Le Koelreuteria paniculata 'Coral sun' joue la gamme des ocres cuivrés.

Avant que ne tombe la dernière feuille

Dans l'Espace Japonisant, le petit Fagus sylvatica 'Mercedes' répond à tous les érables palmatum des alentours.

Avant que ne tombe la dernière feuille

Le Weigelia florida 'Wings of fire' a fini par s'enflammer pour de vrai.

Avant que ne tombe la dernière feuille

Le Fatsia japonica 'Aureo-variegata' s'est mis à la disposition des derniers butineurs.

Avant que ne tombe la dernière feuille

Les érables palmatum font un tapis de leurs feuillages recouvrant délicatement lierre et fougères.

Avant que ne tombe la dernière feuille

Il va bientôt être temps pour la grue couronnée de prendre ses quartiers d'hiver.

Avant que ne tombe la dernière feuille

Dans le Clos Rouge et Blanc quelques flammèches résistent à l'extinction des feux.

Avant que ne tombe la dernière feuille

Dans la Clairière d'Or c'est l'or qui coule à flot, une richesse future qui nourrira les massifs.

Avant que ne tombe la dernière feuille

Fendu par la tempête, le frêne va devenir le décor d'une nouvelle scène au jardin.

Avant que ne tombe la dernière feuille

Les travaux d'élagage ont commencé pour prévenir des risques de casse et enlever les arbres morts.

Avant que ne tombe la dernière feuille

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 28 Novembre 2022

C'est au cours d'une escapade automnale dans la Manche que nous sommes allés à la rencontre du jardin de la Guesnonnière à Montcuit. Il y a quatre ans en été nous avions découvert ce jardin paysage à l'esprit japonisant et nous avions été transportés par tant de beauté et de sérénité.

Le jardin de la Guesnonnière ou le jardin du bien-être.

Rien de tel qu'un automne clément et lumineux pour profiter de la douceur des lieux en compagnie de son créateur, Michel Leforestier qui déroule avec passion l'histoire de son jardin.

Le jardin de la Guesnonnière ou le jardin du bien-être.

Le travail de taille est impressionnant et imprime aux végétaux un caractère sculptural.

Le jardin de la Guesnonnière ou le jardin du bien-être.

C'est tout une histoire à base de symboles qui s'inscrit dans les scènes et invite à la contemplation.

Le jardin de la Guesnonnière ou le jardin du bien-être.

Cette visite automnale nous a fait profiter de la floraison des Camellia sasanqua au parfum envoûtant.

Le jardin de la Guesnonnière ou le jardin du bien-être.

L'automne est aussi la saison où les acers paradent et ils nous en ont mis plein les yeux.

Le jardin de la Guesnonnière ou le jardin du bien-être.

L'eau, le minéral et le végétal sont comme autant de sources de méditation.

Le jardin de la Guesnonnière ou le jardin du bien-être.

Symbolisant le mont Fuji, un enrochement domine un versant qui plonge dans un étang.

Le jardin de la Guesnonnière ou le jardin du bien-être.

Chaque point de vue apporte sa touche d'émerveillement.

Le jardin de la Guesnonnière ou le jardin du bien-être.

Merci Michel de nous avoir ouvert ton monde intérieur que tu as si patiemment et si passionnément construit. Y déambuler y apporte la sérénité.

Le jardin de la Guesnonnière ou le jardin du bien-être.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 25 Octobre 2022

Belle surprise pour la photographe de Duojardin qui a découvert par hasard sur Facebook en échangeant avec Martine Cornet que notre jardin était à l'honneur dans la revue l'Ami des jardins. 

Le jardin des Vigneaux est un jardin à quatre mains. Il est le résultat d'une réelle complicité entre photographie et jardinage. L'oeil du photographe interagit avec l'oeil du jardinier et vice versa.

Quand la photo sublime le jardin
Quand la photo sublime le jardin

Les photos envoyées.

Quand la photo sublime le jardin
Quand la photo sublime le jardin
Quand la photo sublime le jardin

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Evénements jardin

Repost0

Publié le 16 Octobre 2022

L'automne, ses pluies, sa rosée et sa fraîcheur matinales n'auront jamais été autant attendus.

Automne, le bienvenu

Si les couleurs automnales ne sont pas toujours au rendez-vous, le jardin retrouve un sursaut de vitalité et panse ses plaies.

Automne, le bienvenu

Sur le deck de la véranda tout le monde respire enfin, les bidens ont retrouvé leur coiffe étoilée et nous avons découvert que les loropetalums s'adaptaient parfaitement en pot.

Automne, le bienvenu

Les Totems sont là pour redonner espoir aux physocarpus particulièrement malmenés cet été.

Automne, le bienvenu

Rencontre automnale entre le Sedum spectabile 'Brillant' et l'Euonymus grandiflorus 'Ruby Wine', de quoi voir octobre en rose.

Automne, le bienvenu

L'acer palmatum a repris le flambeau de l'onagre qui s'éteint doucement.

Automne, le bienvenu

Automne fugace, sitôt coloré, sitôt dénudé le parrotia.

Automne, le bienvenu

La gelée de coings se profilent à l'horizon !

Automne, le bienvenu

Le Poncirus trifoliata 'Flying Dragon' joue les lanternes dans l'Espace Japonisant.

Automne, le bienvenu

Une brassée d'asters pour dire l'automne.

Automne, le bienvenu

Une amie nous l'avait donné comme aster jaune, finalement le solidago le vaut bien.

Automne, le bienvenu

Enfin au frais !

Automne, le bienvenu

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 10 Octobre 2022

Privilégiés que nous sommes d'avoir pu déambuler dans les Jardins de la Mansonière à l'heure où l'automne embrasent les feuillages. Difficile de ne pas tomber sous le charme carminé du Cornus florida 'Cherokee Chief' et du Cercis canadensis 'Forest Pansy'.

Les Jardins de la Mansonière sous le charme automnal

Les jardiniers se font artificiers jouant avec les grandes gerbes de feux des liquidambars et les fontaines lumineuses des Miscanthus Morning Light.

Les Jardins de la Mansonière sous le charme automnal

Una association qui se joue des saisons où coopèrent abélias, euonymus et Choisyas 'Aztec Gold'.

Les Jardins de la Mansonière sous le charme automnal

Dans le jardin de Noémie toujours fleuri, les couleurs se font vaporeuses avec en cette saison la dominance des asters. 

Les Jardins de la Mansonière sous le charme automnal

Toujours aussi saisissante cette rencontre entre le végétal et l'architecture sacrée.

Les Jardins de la Mansonière sous le charme automnal

Une scène "sempervirens" qui invite à la pause méditative.

Les Jardins de la Mansonière sous le charme automnal

S'asseoir sur un banc et plonger le regard dans un bouillonnement de couleurs et de textures.

Les Jardins de la Mansonière sous le charme automnal

Quel bel appareillage accompagné par les Stipas tenuissima.

Les Jardins de la Mansonière sous le charme automnal

Au détour du cheminement on croise souvent un acer et sa magnificence.

Les Jardins de la Mansonière sous le charme automnal

Belle rencontre entre les formes élaborées des persistants et la magie de la nature automnale.

Les Jardins de la Mansonière sous le charme automnal

Les détails qui changent tout, quand une vigne-vierge s'invite dans le décor.

Les Jardins de la Mansonière sous le charme automnal

Un grand merci Michèle et Philippe de nous avoir fait partager en cette saison la flamboyance de votre univers et une belle originalité que d'avoir fait le parcours à l'envers. Passionnants tous nos échanges mais peut-être que les photos ont été faites un peu trop rapidement.

Les Jardins de la Mansonière sous le charme automnal

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 20 Septembre 2022

Une escapade en Manche fut aussi l'occasion d'aller à la rencontre d'amis jardiniers. C'est ainsi que nous nous retrouvâmes à la Ferme des Roches à Martinvast dans l'univers végétal so british de Caroline Saint Clair. C'est avec passion que la jardinière nous entraîna dans les méandres de ses massifs ponctués de mises en scènes.

Un beau dimanche en Manche

A l'image de cet escalier d'où dévalent des érigerons, le jardin s'exprime dans une liberté délicatement maîtrisée.

Un beau dimanche en Manche

Magie de la Manche, malgré la canicule et la sécheresse, le foisonnement était toujours au rendez-vous et qu'il était bon de se promener dans l'herbe verte et de se laisser caresser par les feuillages.

Un beau dimanche en Manche

Bien sûr humour et fantaisie étaient aussi de mise et nous les avons croisés sous la forme d'une cohorte de coqs.

Un beau dimanche en Manche

Au détour du cheminement, un petit taxodium nous propose une pause de sérénité au naturel.

Un beau dimanche en Manche

Nous n'oublierons pas ces magnifiques cornus et mille autres choses qui font ce jardin si attachant à l'image de sa jardinière qui sait si bien manier la fantaisie.

Un beau dimanche en Manche

Notre périple nous a ensuite conduits au jardin du Radiophare à Querqueville. Un jardin mené au pinceau par une artiste, Marie-Anne, soutenue par son mari l'ingénieux Bernard qui réalise les structures. Après un accueil des plus chaleureux et quelques pas notre regard s'accroche à une immense toile d'araignée, le ton est donné.

Un beau dimanche en Manche

Nous sommes dans un jardin de voyage. Assis dans une pagode et dégustant une tasse de thé, un bouddha nous convie à la contemplation du paysage.

Un beau dimanche en Manche

Quelques pas plus tard et nous voilà plongés dans une autre ambiance picturale où jouent les contrastes.

Un beau dimanche en Manche

En lien avec l'architecture de l'ancien radiophare, le jardin se fait aussi géométrique en carrés potagers.

Un beau dimanche en Manche

C'est un jeune jardin qui sait déjà exprimer sa personnalité en mêlant rigueur, fluidité et imagination.

Un beau dimanche en Manche

Quelle belle scène inspirée qui mêle majesté des feuillages, beauté des écorces et jeu de formes. Se retrouver dans votre oeuvre végétale fut un pur bonheur et nous vous en remercions.

Un beau dimanche en Manche

Et c'est sur les conseils de nos amis jardiniers que nous somme allés découvrir le jardin du Revers à Notre Dame de Cenilly. C'est toujours un plaisir de déambuler dans un jardin d'artiste où le végétal se trouve confronté à l'imagination créatrice.

Un beau dimanche en Manche

Le regard est sans cesse interpellé que ce soit au sol par les différents appareillages en divers matériaux ou par les perspectives qui s'ouvrent.

Un beau dimanche en Manche

Nous avons eu la chance de pouvoir cheminer avec l'artiste jardinier Louis-Marie Catta et nous avons beaucoup apprécié le plaisir qu'il a eu à partager sa passion et sa démarche.

Un beau dimanche en Manche

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 30 Août 2022

Les feuilles d'août se ramassent à la pelle sous le tilleul. Après trois vagues caniculaires, de nombreux arbres se sont partiellement dénudés présageant un automne dans la sobriété ce qui semble être la tendance de la rentrée.

Knock-out, le jardin en août ?

Les quelques précipitations du mois ont essentiellement profité aux espaces ombrés à proximité des toitures.

Knock-out, le jardin en août ?

Le gravier est un couvert particulièrement intéressant pour les plantes car il limite l'évaporation du moins dans les zones demi-ombrées et végétalisées. De nouveau un coup de coeur pour l'onagre qui est devenue le totem de la façade car depuis plus de deux mois chaque soir elle déroule ses multiples corolles jaunes.

Knock-out, le jardin en août ?

Sous les toits dépourvus de gouttières et sans soleil direct, les hydrangéas ont été épargnés.

Knock-out, le jardin en août ?

Dans le massif de la Clairière aux roses, les persistants globalement se maintiennent mais des bruyères ont partiellement grillé ainsi que des carex. Quant aux caducs et aux rosiers les feuilles s'en sont allées et les remontées ne sont pas annoncées.

Knock-out, le jardin en août ?

Dans la Lande pourtant densément plantée mais plus directement exposée au soleil, bruyères et conifères ont parfois souffert. Il nous semble que le vent asséchant a été un facteur supplémentaire à la sécheresse ambiante. 

Knock-out, le jardin en août ?

Une championne de la résilience, la Clématite Arabella qui rabattue est en capacité trois semaines plus tard de présenter une brassée fleurie.

Knock-out, le jardin en août ?

Nandinas et sédums à l'abri de quelques arbustes font bon ménage et assurent un couvert à quelques fougères. L'Osmanthus heterophyllus 'Sasaba' à l'ombre du laurier tin s'épanouit tranquillement.

Knock-out, le jardin en août ?

Dans le jardin bleu les hébés n'ont pas résisté et les heuchères font tristes mine. Heureusement les abies et les junipérus font le job. Le petit Vitex 'Summertime Blues' que nous avions planté en juin a brillamment résisté.

Knock-out, le jardin en août ?

C'est un des endroits les plus ombrés du jardin où les nandinas n'ont pas souffert mais où les hellébores invoquent les cieux pour quelques gouttes d'eau.

Knock-out, le jardin en août ?

Il y a un peu plus d'un an nous avons créé un massif à l'aplomb d'un fossé qui ne prend pas de soleil direct. Celui-ci composé de lierres, fougères, sédums, carex, loniceras, Parthenocissus tricuspidata 'Veitchii' (Ampelopsis naine), ... a continué à évoluer favorablement malgré les températures. Cela tombe bien car c'est la vue que nous avons de la chambre d'amis.

Knock-out, le jardin en août ?

Dans la Clairière d'Or, le petit lutin reste pensif pour la suite, les Totems sont là pour le rassurer mais autour le petit peuple végétal se languit.

Knock-out, le jardin en août ?

Il y a 20 ans c'était un champ de maïs sans haie, à chacun sa manière de résister !

Knock-out, le jardin en août ?

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost0

Publié le 27 Juillet 2022

C'est souvent en fanfare que le soleil s'est levé en juillet manifestant chaque jour une hyperactivité débordante.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

Les floraisons au cours du mois se sont échelonnées à un rythme particulièrement rapide. Asséchées par une trop faible hygrométrie, à peine épanouies les fleurs s'évanouissent. Surprise cependant cette année avec le retour des fasciations de la Veronicastrum virginicum 'Fascination'. Les bourdons s'en sont donnés à coeur joie.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

Les exotiques étaient à leur aise et le Feijoa sellowiana nous a fait voyager.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

La grue couronnée ne s'y est pas trompée car si cela continue la Lande va effectivement se transformer en savane.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

Pour l'instant l'effet de masse fonctionne et l'horizon est toujours au vert, merci aux conifères, aux euonymus, aux cistes et plus généralement aux persistants.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

Fleurissement permanent pour le Coin du facteur grâce aux érigerons.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

En remplacement du Cercis canadensis Forest Pansy par trop capricieux, le Cercis canadensis 'Red Force' prend son envol parmi les hydrangéas paniculata et les nandinas. 

Chaud, chaud devant, juillet passe.

Une star de juillet c'est le rosier Clair Matin qui remonte obstinément.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

En voilà qui actuellement n'ont pas le mal du pays, les agapanthes coulent des jours heureux la tête au soleil.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

Une façade sud ombragée c'est que du bonheur !

Chaud, chaud devant, juillet passe.

La zénitude verte est encore au rendez-vous dans l'Espace Japonisant.

Chaud, chaud devant, juillet passe.

Une clématite malencontreusement sectionnée par le passage du coupe-fil a la bonne idée de fleurir à contretemps. 

Chaud, chaud devant, juillet passe.

A priori les jardiniers vont encore avoir le plaisir de bronzer ... et les végétaux aussi sûrement.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost0

Publié le 4 Juillet 2022

Une petite escapade dans l'Orne nous a conduits dans l'univers de Lio Hélix qui orchestre le jardin du Coudray. C'est avec un grand plaisir et une émotion certaine que nous avons retrouvé l'humour, la sensibilité, le génie créateur de l'hôte des lieux.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

C'est un jardin où le promeneur se fait explorateur, déambulant de dédales en dédales, de points de vue en points de vue, de chambres en chambres et de scènes en scènes jusqu'à y perdre ses repères.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

C'est du promontoire qui ouvre sur la campagne environnante et entourés d'une végétation luxuriante que nous avons fait notre pause pique-nique.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Sur des notes de musique classique qui se répandent dans le jardin, des éléments de décor interpellent le promeneur parfois dans le chuchotement d'une fontaine à plateaux.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

L'imagination semble conduire les végétaux à des mises en scène qui invitent à la contemplation.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Le lierre souvent s'associe aux topiaires comme une draperie ajoutant de la théâtralité au décor. Une belle façon d'utiliser ce végétal qui nous inspire.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Que serait le jardin du Coudray sans ses méandres de pavés ! Ils sont ici comme une signature de bel ouvrage accompli.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Comme des passages initiatiques, des structures élevées marquent un aller ou un retour vers d'autres mondes.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

La recherche des perspectives est constante, c'est ici une quête à la fois pour le ravissement de l'oeil et pour l'émotion que l'on peut y ressentir.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

C'est un jardin qui sait jouer de l'intemporel et toujours avec une touche de fantaisie et souvent d'audace.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

L'humour est aussi présent au travers d'objets comme ce bac à cheveux qui se transforme en vasque.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Le maître des lieux sait aussi se faire conteur pour narrer à l'auditoire l'histoire de ce trou d'eau nouvellement venu au jardin. Il y repose une eau sombre mystérieuse d'où émergera sans doute d'autres projets.

Un grand merci à toi Lionel de nous avoir fait partager la belle aventure du Coudray en ta charmante compagnie.

Théâtralité, fantaisie et émotion, ainsi vit le Jardin du Coudray ...

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost0

Publié le 27 Juin 2022

Dans le Jardin Bleu les draperies des clématites se sont estompées et en attendant une nouvelle levée de rideau, ce sont les hostas qui maintiennent la dominante bleutée épaulés par quelques conifères.

Entre floraisons et tailles estivales

La Lande s'est assagie et les floraisons marquent une pause. Aulx, sisyrinchiums, digitales préparent les générations futures mais les berbéris sont là pour maintenir la tension des couleurs.

Entre floraisons et tailles estivales

Cette fois-ci les gelées tardives n'ont pas contrarié les hydrangéas et pour les accompagner la clématite viticella Mme Julia Correvon a pris son envol.

Entre floraisons et tailles estivales

A l'ombre des grands arbres dans un espace dédié que l'on surnomme l'Eden des hydrangéas, c'est tout un petit monde de têtes fleuries qui vit là en toute discrétion.

Entre floraisons et tailles estivales

Dans le Clos Rouge et Blanc c'est la mi-temps, la taille est passée par là dans l'attente de belles remontées.

Entre floraisons et tailles estivales

Dans cette partie de la Clairière aux roses, la star du moment c'est la clématite viticella Purpurea Plena Elegans qui a pris la grosse tête.

Entre floraisons et tailles estivales

De la pluie, une baisse significative des températures et c'est reparti pour quelques séances de taille.

Entre floraisons et tailles estivales

Le rosier 'les quatre saisons' semble ne pas vouloir connaître de trêve avec son exceptionnelle floribondité.

Entre floraisons et tailles estivales

En haut de l'affiche une simple est venue élire domicile à l'entrée de la maison. Chaque soir nous avons droit à l'ouverture de ses fleurs, l'onagre est une magicienne.

Entre floraisons et tailles estivales

Au pied du vénérable Heptacodium miconioides, dans le Taillis baigné d'ombre, fougères, osmanthes, mahonias, ... se dressent sur un tapis de vinca minor.

Entre floraisons et tailles estivales

Surprenant cet Acer palmatum 'Trompenburg' imperturbable face à la canicule et qui supporte sans coup férir les assauts solaires.

Entre floraisons et tailles estivales

Magie du jardin ou quand le hasard fait bien les choses, une hémérocalle s'est prise d'affection pour un rideau d'équisetums.

Entre floraisons et tailles estivales

Une floraison d'été abondante et gracieuse à la fois, c'est ainsi que nous enchante le Buddleja davidii 'Wisteria Lane'.

Entre floraisons et tailles estivales

Grosse poussée de croissance pour notre Calycanthus florida qui ajoute sa touche d'exotisme depuis plus d'un mois.

Entre floraisons et tailles estivales

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost0