Publié le 9 Octobre 2016

Après des week-ends fête des plantes et fête de famille, le jardin doucement avait pris ses aises et un week-end jardin était bienvenu.

En guise d'échauffement matinal, des petits sédums coup de coeur ont été installés dans le micro jardin de gravier comme une réminiscence du jardin de Jocelyne, le clos du Lavoir, en Bretagne que nous vous présenterons prochainement.

Week-end de remise en forme

Quant aux plus gros coups de coeur, du moins par la taille que sont le mélia azedarach, le tétradium daniellii et l'acanthe Whitewater dénichés aux pépinières Champ Fleury, ne disposant pas de marteau piqueur, leur plantation est remise à plus tard.

Week-end de remise en forme

Le façonnage des massifs a été facilité par la sécheresse car souvent les repousses étaient maigres et le travail de taille fut plutôt un travail de rafraichissement. Quant aux touffes de vivaces, elles s'étaient depuis longtemps transformées en bouquets très secs.

Week-end de remise en forme

Le cupressus arizonica fastigiata (au centre de la photo) qui n'a d'ailleurs plus de fastigié que le nom puisqu'il a déjà été transformé en tige boule, commençait à avoir les cheveux au vent.

Week-end de remise en forme

Il arbore désormais fièrement sa coupe au bol.

Week-end de remise en forme

Quelques brouettes plus tard, le massif de la table ronde avait retrouvé de la lisibilité mettant en valeur les floraisons d'asters et la belle couleur automnale de l'hamamélis.

Week-end de remise en forme

Tranquillement l'automne s'installe et le regard du rhus Tiger Eyes se fait topaze.

Week-end de remise en forme

Dans les massifs, les floraisons des asters côtoient la remontée des roses sur fond de cornus ensoleillé.

Week-end de remise en forme

Un week-end au jardin qui s'achève dans la douce lumière d'une fin de journée et qui s'accroche aux graminées et à nos petits bonheurs jardiniers.

Week-end de remise en forme

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost 0

Publié le 2 Octobre 2016

Si les saisons rythment la vie des jardiniers, il est des moments qui les entraînent hors de leur jardin et les poussent à se rassembler pour célébrer leur passion. Ainsi comme un rituel nous sommes-nous retrouvés à la fête des plantes mancelle "Entre cours et jardins" en ce premier week-end d'octobre. A cet événement s'en est ajouté un autre, celui des retrouvailles du club des cinq puisque pour l'occasion Hélène du blog "Rouge cabane", Jean-Luc et Maryse du blog "Au gré du jardin" nous avaient fait le plaisir de se joindre à nous.

C'est le cadre privilégié du Vieux Mans qui sert de décor à la manifestation avec en point d'orgue les piliers de la cathédrale.

Sur les pavés, déambule le vert

Déambuler parmi les stands des nombreux pépinièristes avec pour décor des bâtisses du Moyen âge et de la Renaissance rend l'exercice plutôt agréable.

Sur les pavés, déambule le vert

L'imagination s'était infiltrée dans chaque ruelle,

Sur les pavés, déambule le vert

L'imaginaire s'était accroché aux vieilles pierres

Sur les pavés, déambule le vert

et érigeait le végétal en art floral.

Sur les pavés, déambule le vert

Mme Duojardin y trouvait là de quoi inspirer sa petite planète faite de charmantes scénettes.

Sur les pavés, déambule le vert

Comment ne pas succomber à ces petites gloriettes ?

Sur les pavés, déambule le vert

Et comble de bonheur, se plonger dans l'atmosphère d'"Arrosoirs et Persil" qui sait si bien pigmenter des massifs parfois endormis.

Sur les pavés, déambule le vert

Quelques heures de rêveries sous l'emprise du beau qu'il vienne du vert ou de la pierre nous ont élevés mais la descente fut douce

Sur les pavés, déambule le vert

surprenante et colorée.

Sur les pavés, déambule le vert

Au pied de le vieille ville, le rêve continuait ...

Sur les pavés, déambule le vert

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Evénements jardin

Repost 0

Publié le 18 Septembre 2016

La pluie salvatrice de la fin de semaine a redressé les têtes des hydrangéas mais aussi nos envies de réaménagement du jardin et en particulier l'espace que nous appelons le bosquet aux roses. 

Petits travaux pour un week-end de fin d'été

Un petit coin quelque peu sauvageon où se réunissent moult rosiers et quelques arbustes. Si l'effet produit répond à nos attentes de la mi-mai à la mi-août, en dehors de ces périodes de floraison l'endroit manque de dynamique.

Petits travaux pour un week-end de fin d'été

Et si l'on ajoutait de la verticalité ? Chose dite, chose faite, un petit tour à la pépinière samedi matin et ce sont cinq cupressus sempervirens Totem qui s'en sont allés dans le bosquet.

Petits travaux pour un week-end de fin d'été

Ceci n'est qu'un début de mise en scène puisque d'autres conifères viendront s'ajouter à la ronde pour un spectacle qui se jouera même en hiver.

Petits travaux pour un week-end de fin d'été

Tandis que déclinaient les rayons du soleil, s'achevait la pose des grilles pour symboliquement séparer les deux parties du jardin.

Petits travaux pour un week-end de fin d'été

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Jardin en chantier

Repost 0

Publié le 10 Septembre 2016

Sera-ce bientôt une scène fugace que l'on puisera dans notre imagination comme un mirage ? Et non ! nous ne pouvons-nous soumettre au dictat climatique car plic, plac la pluie tombera jeudi.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Comme dans le "Cinquième élément", c'est l'amour qui nous sauvera et par les temps qui courent mieux vaut le dire avec du lierre à la sobriété légendaire. Des coeurs au jardin, une idée que nous avons ramenée dans nos valises de notre escapade bretonne après avoir rencontré Tim, un anglais rêveur, féru de décoration et voisin de Maryline du blog "Trois Petits Tours au Jardin".

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Un vent de déco continue à souffler, mettant du baume au coeur du jardinier blessé.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Un dommage collatéral prévisible après la visite du jardin de la Mansonière à Saint Céneri Le Gérei, c'est l'arrivée de grilles dans notre petit univers. Y a plus qu'à les installer lorsque la terre le permettra.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

On a essayé de résister mais on n'a pas pu ne pas saluer notre pépinièriste préféré et ce qui devait arriver est arrivé, on a craqué pour :

Une clématite blanche qui serpentera dans un cotinus Grace.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Une clématite bleue qui s'épanouira dans le jardin bleu.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Là, il fallait oser mais on l'a fait, l'accueil d'un hydrangéa aspéra Hot Chocolate au revers pourpré.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Quant au rosier Roseraie de l'Hay souvent vu sur les blogs, il s'est jeté à nos pieds et on s'est laissé attendrir par son parfum.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Enfin un lagerstroemia blanc que nous avons planté sans hésitation car la sécheresse ne lui fait pas peur.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Et pendant ce temps, l'automne arrive à pas de velours et fleurissent les cyclamens et la petite clématite tapissante Jouin. Praceox.

Le jardin continue malgré tout et le sec ne fait pas l'échec

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 28 Août 2016

Une fin d'été dont les jardiniers se souviendront sûrement. Thermostat bloqué à 36°-37° durant une semaine après un mois et demi sans pluie, voilà ce qui a permis de découvrir toutes les facettes de l'arrosage malgré un important paillage. Il a fallu faire des priorités, seuls les hydrangéas et les potées goûtent à l'eau. Pour le reste, seuls les premiers signes d'agonie nous font passer à l'action et délivrer le substantifique liquide.

C'est là que l'on s'aperçoit que l'ombrage est salvateur et que les plantes comme les géraniums vivaces, les euonymus, les fatshederas entretiennent d'excellentes relations avec la sécheresse. Et quant au gravier, pas de risque de le voir jaunir, et hop un souci de moins.

On a profité de cette fin d'août pour installer quelques douceurs à l'entrée.

A l'aise dans la fournaise ...

Le duo d'hirondelles a retrouvé des couleurs et des coeurs.

A l'aise dans la fournaise ...

Une nouvelle venue, l'agapanthe Queen Mum trop heureuse de retrouver la chaleur de ses ancêtres sud africains.

A l'aise dans la fournaise ...

Dans le massif de la clairière aux roses, phlox, bidens, physostégia et angélique demandent une certaine attention pour ne pas jouer les bouquets secs.

A l'aise dans la fournaise ...

Dans les clos pas d'arrosage prodigué et les rosiers vivent la situation en toute insouciance

A l'aise dans la fournaise ...

 et Burgundy Ice ne s'est jamais autant éclaté.

A l'aise dans la fournaise ...

Les buis se remettent lentement de leur attaque de champignons, merci la chaleur. 

A l'aise dans la fournaise ...

Imparable au coeur de l'été, l'association graminées-rosiers a la sobriété du chameau.

A l'aise dans la fournaise ...

Quant à l'élevage d'hirondelles, cela faisait plusieurs annnées qu'il n'avait pas été aussi prolifique, heureuseument on avait prévu large au niveau des fils.

A l'aise dans la fournaise ...

En avant première et pour vous notre nouvelle bannière flotte en haut de page.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 21 Août 2016

C'est sur les conseils de l'association Thalie, une association de jardiniers de Rhône-Alpes, venue à la rencontre de notre jardin, que nous avons eu l'envie de redécouvrir début août le jardin de la Mansonière niché au coeur des Alpes Mancelles et adossé au petit village si typique de Saint Céneri le Gérei. 

Un jardin que l'on aborde en descendant sa "grande allée" d'où se dégage l'esprit d'une nature apaisée, ponctuée de touches ciselées 

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

ou colorées qui rythment le regard du promeneur et toujours dans la quête de l'harmonie par un judiceux choix des couleurs.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Depuis la grande allée on accède à différentes chambres de verdure dont "le jardin calme", endroit magique en ce mois d'août particulièrement asséchant car ici l'eau chuchotait en cascade et se diffusait d'un brumiseur. L'impression de zénitude était encore exaltée par la présence de volumes simples en contraste avec la complexité végétale des érables japonais.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Une atmosphère prolongée dans un vis à vis de topiaires aux formes de galets polis. On a succombé au charme de ce petit conifère au premier plan.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

La mise en scène semble être l'une des lignes directrices et les tableaux qui se succédent sont parfois de véritables rêveries.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Dans le jardin des senteurs, c'est surtout sur la taille des ifs dorés que nous nous sommes attardés et pour nous une belle découverte que la couleur de leur bois.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Ici aussi on ose les topiaires audacieux et toujours cette couleur d'écorce qui nous poursuit.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Comme dans un songe on entre dans "le patio" où la rigueur des colonnes répond à la rondeur des topiaires et au flouté des lavandes. Les topiaires dorés sont des ligustrums ovalifolium Lemon and Lime et non des spirées comme nous l'avions malencontreusement écrit.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Le mobilier de jardin partout présent participe par ses volupes de métal au raffinement des lieux. 

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Encore une belle idée que ce cheminement moutonnant.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Comme une apparition, une fenêtre ogive ouvre sur la campagne environnante dans l'ambiance d'une interrogation métaphysique soutenue par les différents objets qui composent la scène.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

La visite s'achève sur de grands espaces dédiés à la culture car il s'y déroule des concerts et autres maifestations.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Et toujours la forte présence d'un décorum qui signe le jardin.

Nous avons passé en ces lieux enchantés des moments délicieux, nous nous sommes laissés transporter par les mises en scène et nous y avons rafraîchi notre imaginaire.

Merci pour votre chaleureux accueil.

Le jardin de la Mansonière, un jardin de paysages intérieurs

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost 0

Publié le 2 Août 2016

L'été ça donne des envies d'habiter au jardin. C'est ainsi que du vieux mobilier de rotin remisé a trouvé une nouvelle vie et joue au salon de verdure.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de bleu et les agapanthes sont là pour les exaucer. Leur généreuse floraison n'a d'égal que la puissance de leurs racines. Il a fallu les diviser au printemps car elles avaient littéralement explosé leur pot.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de potées fleuries et de ce point de vue l'association géranium Dusky Crug et Isotoma n'a pas son pareil en nuances et délicatesse.

L'été ça donne des envies ...

Plus flashy, c'est la rencontre entre gauras et une inconnue qui ne le demeurera pas longtemps,nous irons prochainement nous informer à la source. C'est fait, il s'agit du Gomphrena globosa Fireworks.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des idées de senteurs et les lys sont là pour les combler.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de petites mises en scènes quand le sauvage rosier Pablito vient caresser une pierre venue d'Ecosse.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de romantisme champêtre quand l'hydrangéa Great Star Le Vasterival vient tendre les bras au rosier Rush.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de fleurs à profusion et le duo de choc d'hydrangéas Invincibelle et Incrediball y répond.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de jungle fleurie lorsque l'on passe sous le buddleja Lindleyana en frôlant le rhus typhina Tiger Eyes.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de lande imaginaire où se cotoieraient des pins, des rosiers, des graminées et c'est là que la verveine Venosa Polaris nous a surpris par sa vigueur et l'intensité de sa floraison bleu argenté.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies de prendre le temps par exemple de rafraîchir la robe tâchetée des pintades avec une nouvelle couche de points blancs.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne des envies d'avoir de nouveaux amis et on s'en est fait un nouveau au jardin.

L'été ça donne des envies ...

L'été ça donne aussi des idées de nouveaux aménagements au jardin mais ça on vous en parlera plus tard.

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2016

Le club des cinq blogueurs, Rouge Cabane, Au gré du jardin et Duojardin, sont partis à l'aventure jardinière dans les terres bretonnes. C'est à l'occasion de la visite du jardin du Grand Launay à Lanvirain que nous avons rencontré Maryline du blog Trois Petits Tours au Jardin. C'est très gentiment qu'elle nous a proposé de faire une halte dans son domaine.

Un domaine tel un petit écrin de poésie végétale qui semble flotter dans le paysage grandiose des Monts d'Arrée.

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

La rudesse du schiste est propice aux mises en scènes délicates et spontanés à la fois.

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

Nous voici dans le "Pale garden", un espace où le blanc imprégne les lieux en touches vaporeuses par les floraisons 

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

et en touches appuyées par le mobilier.

Nous avons eu un petit coup de coeur pour le rosier blanc Trésor de Thorigny.

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

Il souffle dans les massifs un petit air de cottage tout en douceur

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

où se confondent sérénité et profusion dans une douce harmonie.

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

Encore un petit coup de coeur pour l'heuchère au feuillage plissé et pour la véronique aux épis blanc rosé.

Quant au sambucus Black Lace, Maryline oseras-tu le silhouetter ?

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

Un environnement comme un trésor et peut-on imaginer plus beau décor pour un jardin que le panorama des Montagnes Noires grandeur nature ?

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

Un grand merci à toi Maryline pour nous avoir ouvert le livre de tes rêveries jardinières. Nous avons passé en ta compagnie un délicieux moment et l'on comprend maintenant pourquoi tu l'aimes tant ... ton jardin.

Ajoutons à cela ta sublime tarte à la rhubarbe et le far breton, nous avons été comblés. 

Il n'y a plus qu'à trouver du sirop de rose pour faire revivre tous ces souvenirs ...

Trois petits tours dans un jardin des Monts d'Arrée

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Chez les autres

Repost 0

Publié le 14 Juillet 2016

Si l'été est une période propice à l'effeuillage, au jardin des Vigneaux l'expression se manifeste en plus radical.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

C'est devenu un rituel au Vigneau que de passer notre première semaine de vacances avec notre jardin pour remodeler les volumes et redessiner les perspectives.

La cahute aux érables et aux cornus

La cahute aux érables et aux cornus

Cette année la tâche est double tant a prospéré la végétation.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Le rosier Alfred carrière qui s'en était allé vagabonder quelques mètres aux alentours s'est sagement replié sur la pergola.

A noter que le petit coup de chaleur a mis un coup d'arrêt aux dommages causés par le champignon sur les buis et que petit à petit ceux-ci reverdissent.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Le plateau de pied s'est réinstallé à la base du cornus et le bambou a retrouvé sa gracilité.

Le taillis

Le taillis

Et cette année dans le paysage, on peut compter sur la luxuriance des clématites que rien ne semble arrêter, elles veulent toutes jouer les montanas.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Même si l'été n'est pas torride, il y a cependant des rencontres "langue-oureuses" entre la véronique Fascination et la clématite Etoile Violette.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Un petit souffle exotico bretonisant au pied du colombier avec ses hydrangeas et le phormium.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Sous les pieds la grève comme un prémice à nos prochaines aventures bretonnes.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Des aventures où il y aura bien sûr des jardins et des rencontres.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Un retour aux sources des paysages qui souvent inspirent notre vision du jardin comme cette lande qui est née après un séjour dans les Monts d'Arrée.

C'est les vacances ! Alors on se taille ...

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0

Publié le 3 Juillet 2016

Vaille que vaille entre grisaille et éclaircies, le jardin bon an mal an s'estivalise avec une vigoureuse dominante verte qu'il faut tenter d'apprisoiser.

Que d'eau mais oh !!!

Il fait un temps d'hydrangeas qui ont su tirer leur épingle du jeu et qui ont pris la grosse tête.

Que d'eau mais oh !!!

Dans ce coin de sous-bois c'est même une renaissance pour certains car la canicule de l'été dernier les avait totalement desséchés.

Que d'eau mais oh !!!

Autres gagnantes du phénomène, ce sont les clématites qui cette année culminent et s'épanouissent de bonheur.

Que d'eau mais oh !!!

Même les arrières scènes en ombre séche ont encore une vitalité printanière.

Que d'eau mais oh !!!

Les journées pluvieuses nous ont laissés le temps de feuilleter le livre "Guide de la couleur au jardin" qui vient de paraître chez Ulmer, et on a pu constater que dans cette débauche de vert, le rouge en était bien la couleur complémentaire.

Que d'eau mais oh !!!

Bobbie James a eu du retard à l'allumage mais aujourd'hui il tourne à plein régime.

Que d'eau mais oh !!!

Un temps qui donne des ailes à la clématite Jackmanii.

Que d'eau mais oh !!!

Dans le clos entre graminées et rosiers, le combat est désormais à armes égales. 

Que d'eau mais oh !!!

Contre toute attente le berbéris Rose Glow a parfaitement résisté à l'ambiance aquatique du mois de juin.

Petit message personnel à Judith, il s'agissait bien de Rose Glow qui s'éclaicit avec ses nouvelles pousses.

Que d'eau mais oh !!!

Particulièrement explosif cette année le rosier Pomponella au coté de la ronce tibétaine qui ne craint toujours pas les morsures du soleil.

Que d'eau mais oh !!!

Une saison où la taille des érables en topiaire est un véritable défi sportif avec des pousses de plus de 50 cm en un mois. Dans ce coin de jardin, l'eau affleurait encore il y a une semaine et depuis un mois nous ne pouvions intervenir.

Que d'eau mais oh !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Eté

Repost 0