automne

Publié le 20 Décembre 2015

Avec la fin de l'automne, tombent les dernières tentures de verdure, s'assèchent lentement les fontaines végétales et bientôt se diffuseront les panaches des épillets.

Effeuillage et paysage

C'est alors que se réveillent les volumes et que se dressent les formes sur un tapis mordoré.

Effeuillage et paysage

Le jardin s'ouvre à la pérennité dans une succession de tableaux qui nous accompagneront tout au long de l'hiver.

Effeuillage et paysage

Bruyères, conifères et persistants orchestrent le paysage de leurs textures, de leurs couleurs et de leurs silhouettes singulières.

Effeuillage et paysage

Planté il y a une dizaine d'années dans des conditions effroyables de sécheresse et d'ombre, le petit cryptomeria diffuse enfin sa plumeuse ramure en contrepoint de quelques topiaires de buis.

Effeuillage et paysage

Dans la lande, réapparaissent les pinus mungo, les thujas occ. Golden Globe,

Effeuillage et paysage

les thuyas pyramidalis aurea.

Effeuillage et paysage

C'est tout un univers végétal qui se manifeste maintenant avec les cistes, les berbéris persistants et l'if baccata repandens.

Effeuillage et paysage

Le groupe de "vélociraptors" s'est paré de paillettes dorées.

Effeuillage et paysage

Quant à la persistance s'associe la palette des couleurs des berbéris, des yuccas, des choisyas et des abélias sous la fronde des hellébores et des bruyères, il y a de quoi réchauffer l'hiver.

Effeuillage et paysage

Au détour d'un massif une petite scène pérenne qui mélange les boules duveteuses du phlomis et les touffes jaillissantes du carex Evergold.

Effeuillage et paysage

Sur le petit sentier qui mène à la maison, les potées de pensées et de petits conifères tiennent compagnie aux fatshederas, aux hellébores, aux carex et aux heuchères.

La vie au jardin ne s'arrête pas en décembre à qui sait entendre le battement de coeur des persistants.

Et c'est de tout coeur que l'on vous souhaite à tous un joyeux Noël.

Effeuillage et paysage

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 5 Décembre 2015

Un, deux, trois soleil c'est sûrement à cela que jouent les saisons en ce moment, le temps semble s'être arrêté à la fin de l'été dans des coins du jardin et fait remonter, remonter les framboisiers.

Le jardin fait de la résistance

Dans la rosée givrante du matin, le rosier Graham Thomas depuis plus de six mois illumine l'orée du sous-bois,

Le jardin fait de la résistance

suivi dans son exubérante ténacité par le rosier Falstaff.

Le jardin fait de la résistance

Même le vieux tilleul a des insomnies et n'est toujours pas décidé à affaler sa voilure.

Le jardin fait de la résistance

Pas d'hivernage en vue pour la tondeuse car l'herbe toujours verdoie.

Le jardin fait de la résistance

Le jardin est toujours en mode trois D. Les volumes sont bien affirmés avec des tâches colorées et les sécateurs rongent leur frein.

Le jardin fait de la résistance

Les persistants devront encore patienter quelques temps avant de pouvoir jouer en solo dans le jardin.

Le jardin fait de la résistance

Des conditions idéales pour accueillir un nouveau venu, le fatsia japonica Spider's web. En espèrant qu'il ne soit pas que virtuel en fin d'hiver !

Le jardin fait de la résistance

Et quand on ajoute un rayon de soleil 

Le jardin fait de la résistance

et le sourire de quelques pensées,

Le jardin fait de la résistance

il faut bien la présence de quelques roses pour nous faire penser à Noël.

Le jardin fait de la résistance

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 28 Novembre 2015

A la Sainte Catherine tout bois prend racine et si l'on ajoute à ce dicton que la jardinière a pour prénom Catherine c'est sans détour que nos envies nous conduisirent aux pépinières du Champ Fleury. Une pépinière qui depuis plus de dix ans est notre source végétale et aussi notre temps de ressourcement après une semaine de travail, c'est souvent là que débute pour nous le week-end. Une pépinière attachante par l'accueil, experte par les conseils, impressionnante par la qualité et la diversité. Merci à toute l'équipe pour sa gentillesse et ses compétences.

Sagement alignés les topiaires de buis et de ligustrums attendent de figurer en pièce maitresse dans quelques jardins.

Pour planter sans se planter

L'automne est encore bien présent et sert de joli prétexte à une petite scène colorée où les cornus saluent les visiteurs.

Pour planter sans se planter

Dans les travées, des tâches de couleurs apparaissent et le cornus bâton rouge mérite bien son nom.

Pour planter sans se planter

Combien de fois avons-nous parcouru ces allées en quête de l'arbuste qui fera rêver notre  jardin ?

Pour planter sans se planter

Les serres emplies de persistants assurent une belle présence végétative et c'est là que nous avons découvert pour la première fois les fatshederas, un hybride entre le lierre et le fatsia, moins frileux que l'on ne le pense, idéal pour éclairer les coins d'ombre.

Pour planter sans se planter

Un petit coin de paradis pour notre lande tel est ce tapis de bruyères qui nous fait de l'oeil.

Pour planter sans se planter

Toujours aussi craquant le regroupement de conifères nains aussi à l'aise dans les massifs que dans les grandes potées.

Pour planter sans se planter

Et bien sûr on est revenu avec des cadeaux pour le jardin. Un taxus Baccata fastigiata aurea

Pour planter sans se planter

et un picea orientalis Aureospicata en souvenir de la visite fort sympathique d'une association de jardiniers bretons par l'intermédiaire d'Alain d'arrosoirs et sécateurs.

Pour planter sans se planter

Et pour fêter la sainte Catherine, rien ne vaut une aubépine.

Pour planter sans se planter

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 25 Octobre 2015

Une petite balade aux pépinières Champs Fleury et nous voilà happés par la coloration, la brillance et la fructufication d'un viburnum nudum Pink Beauty. Une petite pose dans les graminées pour la photo avant de rejoindre le pied d'un cercis aurea.

Coloriage dans le paysage

Une valeur sûre dans notre terrain argileux sont les heuchères. La palette de nuances de cuir et de violine d'une heuchère villosa s'accordera bientôt avec l'aralia variégata dans un printemps à venir.

Coloriage dans le paysage

Petit délire automnal et petite prise de risque avec l'accueil d'un jeune calycanthus qui n'est pas sensé vivre dans les terres froides et asphyxiantes l'hiver. On espère que le cercis auprès duquel il sera planté, le protégera de ses racines drainantes.

Coloriage dans le paysage

La palette du massif du talus qui fête don dixième automne enchante une des entrées du jardin.

Coloriage dans le paysage

Floraisons et frondaisons sont à l'unisson

Coloriage dans le paysage

et se mêlent en touches subtiles

Coloriage dans le paysage

tandis que les volumes taillés s'affirment dans la lumière rasante.

Coloriage dans le paysage

Le héron retrouvera bientôt son espace d'hivernage abandonnant sa complicité avec l'acer palmatum Trompenburg.

Coloriage dans le paysage

Une belle rencontre à l'orée du jardin paysage est celle de l'acer griseum au pied duquel danse une ronce tibétaine.

Coloriage dans le paysage

Dernière halte contemplative sur le banc qui sera bientôt rentré au sec.

Coloriage dans le paysage

Avant le grand endormissement, le jardin bleu se réchauffe sous les feuillages dorés.

Coloriage dans le paysage

Comme un tunnel solaire, l'allée d'ormes Saporo Gold nous fait voyager.

Coloriage dans le paysage

Au pied de l'hydrangea paniculata Bobo et d'un fuchsia ricartonii, le strobilanthes penstemonoïdes confié à notre terre par M. DAOUST va affronter son premier hiver mais pour l'instant nous profitons de sa belle floraison.

Coloriage dans le paysage

Toujours au rendez-vous depuis plusieurs années, la nérine offerte par Françoise du Jardin des violettes, éclabousse d'une touche de rose l'entrée de la maison.

Coloriage dans le paysage

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 17 Octobre 2015

Un moment longtemps attendu a été celui de la rencontre entre les ramures bleutées d'un elaeagnus et le ramage scintillant d'un paon azuré.

Dans la mouvance de l'automne
Dans la mouvance de l'automne

Tonifiés par cette émotion et par l'envie de belles couleurs automnales, nous avons planté un acer tataricum Hot Wings, de quoi enflammer le deuxième clos.

Dans la mouvance de l'automne

On y a ajouté une flambée de jaune avec un koelreuteria paniculata Coral Sun au pied d'une ronce tibétaine dorée que nous faisons ramper.

Dans la mouvance de l'automne

Taillés très court en août pour une remontée tardive en automne, les rosiers s'éclatent dans la lumière adoucie

Rosier Joli Tambour

Rosier Joli Tambour

et dans le décor doré de ronces tibétaines.

Rosier Pomponella

Rosier Pomponella

On demeure impressionné par la vigueur végétative et florale des dahlias d'"Excellence Végétale" au label rouge tel le dahlia Blankass.

Dans la mouvance de l'automne

Quant à la rencontre avec le dahlia Polka que nous avons baptisé "Roi Soleil". Ce fut le coup de foudre qui nous fit dépoussiérer l'image désuéte que nous avions des dahlias.

Dans la mouvance de l'automne

Ambiance plus naturaliste est la rencontre entre le jasmin doré et le lierre commun en pleine floraison.

Dans la mouvance de l'automne

Dans le jardin paysage, les ramures frémissent des premières couleurs automnales.

Dans la mouvance de l'automne

Dans le massif "Giacometti", les cotoneasters commencent à s'étaler au pied ce qui permettra bientôt de les travailler à l'horizontal.

Dans la mouvance de l'automne

Les graminées sont désormais à leur apogée et insuflent dans le paysage des notes de libre nature et de la sophistication en contre point.

Dans la mouvance de l'automne
Dans la mouvance de l'automne

L'automne, c'est un nouveau mouvement qui s'installe dans le jardin, ce n'est plus la pousse des végétaux qui le fait évoluer mais c'est le mouvement des couleurs dans les feuillages qui le fait avancer. L'automne est le temps de la contemplation.

Dans la mouvance de l'automne

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 11 Octobre 2015

Vendredi destination la Bretagne à l'appel du vent iodé et de la douceur de la côte morbihanaise aux environs de Carnac. Ils sont rares les temps où l'on fait des infidélités à notre jardin et c'est en catimini que l'on est parti.

48 heures chrono

Sur la plage abandonnée coquillages et crustacés qui l'eût cru déplorent la perte de l'été mais Brigitte ne connaissait sans doute pas les graminées qui dans le soleil d'octobre rivalisent d'éclat avec les reflets d'une mer bleutée.

48 heures chrono

Quel plus beau paysage pour un jardinier que celui d'une nature épurée, graphique comme l'ébauche d'un monde en devenir ou finissant.

48 heures chrono

Les dunes prennent des couleurs dorées où chaque tige, chaque brin d'herbe pigmente le paysage. S'en sont allés les parasols et les maillots colorés, les clameurs des baigneurs et les effluves d'ambre solaire.

48 heures chrono

Les petites herbes et les mousses ont retrouvées leur chemin après de longues semaines de piétinements de tongues et de sandales tandis que la lagure ovale n'a plus peur de finir en bouquet.

48 heures chrono

Et puis garder jusqu'au plus profond des yeux la lumière vibrante, les lignes qui se floutent, s'emmêlent et les surfaces qui s'émoussent. De quoi émoustiller l'imaginaire pour de nouvelles créations au jardin.

48 heures chrono

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 27 Septembre 2015

Il y a des signes qui ne trompent pas comme la rosée et la fraicheur persistantes du matin, la lumière rasante de l'après-midi et les fructifications des arbustes. L'automne entre dans le jardin.

L'automne entre au jardin

Les floraisons se font plus discrètes et les reflets des feuillages s'atténuent.

L'automne entre au jardin

Les belles de l'ombre comme l'heuchère Bronze Beauty reprennent leur souffle après l'épuisante course effrénée du soleil.

L'automne entre au jardin

Dans la lande, les miscanthus élèvent leurs panaches tandis que les pennisetums taillés fin août font une remontée spectaculaire, l'exprience sera à renouveler.

L'automne entre au jardin

Berberis et rosiers paysagers remontent et se diffusent délicatement dans le paysage.

L'automne entre au jardin

La lumière matinale sublime le bleu profond de la sauge uliginosa 

L'automne entre au jardin

et modèle les formes dépouilées de leurs couleurs en multiples nuances de verts.

L'automne entre au jardin

Voilà un rosier qui porte bien son nom, c'est les Quatre saisons et que l'arrivée de l'automne ne semble pas impressionner.

L'automne entre au jardin

Plutôt discrètes jusqu'alors dans le clos des rosiers et des graminées, les filles du vent ondulent en généreuses brassées. 

L'automne entre au jardin

Les nuages colorés des rosiers se sont dissipés, il n'y a désormais plus dans le clos que quelques fumerolles fleuries.

L'automne entre au jardin

Doucement dans l'allée du tsunami, la voûte des ormes saporo gold s'émaillent de nuances dorées.

L'automne entre au jardin

Comme le signe d'une entrée dans l'automne, un vol de corbeaux s'est posé au jardin. Bientôt leurs croassements retentiront au dessus des champs labourés.

L'automne entre au jardin

Ce premier week-end d'automne a aussi été marqué pour nous par l'accueil au jardin de Judith et d'André-Claude du blog magical garden en compagnie de Maryse et de Jean-Luc de au gré du jardin. Pour les uns ce fut le plaisir de se retrouver, pour les autres le plaisir de se rencontrer. En prime nous eumes des petits morceaux de Champagne à planter dans le jardin et le fruit de la passion d'André-Claude, deux pots de miel car c'est un passionné d'apiculture.

L'automne entre au jardin

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 29 Novembre 2014

Avant le grand endormissement, le jardin semble se replier vers la maison. La végétation foisonnante lentement s'évanouit. Ici et là quelques scènes paysagères s'accrochent comme des souvenirs de luxuriance.

Le massif du levant

Le massif du levant

C'est à proximité de la maison que l'on a privilégié ces micro-paysages qui continueront au coeur de l'hiver à nous raconter de belles histoires végétales.

Phlomis fruticosa et carex Morrowii aureo variegata

Phlomis fruticosa et carex Morrowii aureo variegata

Alors que la plupart des tiges vertes sont devenues chaumes, il en est qui ne connaissent point les saisons comme la prêle géante qui nous donne le vertige lorsque l'on sait qu'elle côtoyait les dinosaures !

Prêle géante ou Equisetum japonicum

Prêle géante ou Equisetum japonicum

Alors pour rapprocher davantage le jardin de la maison, on s'est fait un week-end potées. Un petit tour chez notre pépinièriste et le tour était joué. 

Rien ne vaut une bonne potée pour réchauffer le regard

C'est l'occasion de créer des rencontres qui durent le temps d'un hiver comme celle d'une heuchère avec une bruyère rose.

Heuchera Cherry Cola et Erica x darleyensis

Heuchera Cherry Cola et Erica x darleyensis

C'est la rencontre entre une touffe de graminée bronze et évasée avec la verticalité d'un rameau de lierre.

Carex comans bronze et lierre d'Irlande

Carex comans bronze et lierre d'Irlande

C'est profiter longtemps des sombres nervures de l'heuchère Sugar Plum sous le halo de l'euonymus Emerald n'gold.

Rien ne vaut une bonne potée pour réchauffer le regard

C'est attendre les premières fleurs de l'hellébore Ice Breaker chatouillées par les rameaux fleuries de bruyères.

Rien ne vaut une bonne potée pour réchauffer le regard

C'est jouer avec les textures entre l'heuchère Brass Lantern et le thuja Plicata Whipcord.

Rien ne vaut une bonne potée pour réchauffer le regard

C'est mettre le feu au thuja Plicata Whipcord en l'entourant de deux touffes de deux stipas arundinacea.

Rien ne vaut une bonne potée pour réchauffer le regard

C'est mettre un petit morceau d'Auvergne devant chez soi avec la potée d'euphorbe myrsinite qui vient tout droit du jardin du Mayet de Fred.

Des potées qui nous accueillent à chaque retour et que l'on contemple parfois depuis les fenêtres comme le signe que la vie continue au jardin.

Rien ne vaut une bonne potée pour réchauffer le regard

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 1 Novembre 2014

L'automne au Vigneau fait chanter les scies et claquer les sécateurs. Il est venu le temps des chantiers de taille. 

Avec des scies on referait le monde

Petit exercice du week-end, reformer la haie le long du chemin qui était devenue un mur épais de plus de quatre mètres de haut. Et même vert, un mur reste un mur.

Le principe a été de dégager des troncs principaux pour créer des arbres tiges et en dessous dresser une haie à 0.80 m de hauteur à partir des branches basses;

Avec des scies on referait le monde

La haie ainsi traitée va pouvoir s'intégrer par transparence avec son environnement.

Avec des scies on referait le monde

On en a profité pour garnir la base de la haie de quelques bulbes de narcisses. Le plantoir acheté pour l'occasion n'était pas de trop car la terre était dure et séche.

Avec des scies on referait le monde

Les travaux de taille au Vigneau passent aussi par des petits délires et ce sont les charmes qui se sont prêtés au jeu. Une trentaine de charmes alignés vont petit à petit se transformer en personnages énigmatiques pour créer l'allée des Errants, Halloween, sors de ce corps !

Avec des scies on referait le monde

Dans le jardin bleu, reprise en main des elaeagnus angustifolia par de la taille en transparence pour lui redonner de la lumière et l'ouvrir à la perspective des bouleaux blancs.

Vue arrière du jardin bleu contre planté d'heuchères et de carex comans

Vue arrière du jardin bleu contre planté d'heuchères et de carex comans

Ce sont les massifs qui ont profité du broyage.

Avec des scies on referait le monde

Tandis que dans d'autres parties du jardin c'est la quiétude, chacun profite de cette fin de semaine printanière.

Avec des scies on referait le monde

Et les cotoneasters horizontalis se dressent et se lovent au soleil.

Avec des scies on referait le monde

Les toujours verts attendent leur entrée en scène lorsque tous les caducs auront perdu leurs feuilles.

L'armada des cryptomerias

L'armada des cryptomerias

Et comme une arche d'éternité, l'if aussi attend son heure.

Avec des scies on referait le monde

Mais une heure qui semble lointaine si l'on en croit les rosiers toujours en fleurs pour nos petits bonheurs.

Little White Pet

Little White Pet

Encore un inconnu

Encore un inconnu

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0

Publié le 26 Octobre 2014

Dans son dernier billet, Maryse du blog au gré du jardin nous invitait à une marche contemplative en se laissant porter par la magie de l'automne et à ne faire rien d'autre que d'être au jardin.

Pour nous c'est une histoire qui commence au bout du jardin dans une haie en formation appelée à devenir l'allée des errants où des charmes seront travaillés en silhouettes énigmatiques. Etonnant mais la nature a devancé notre projet en dessinant au pied de chacun des charmes un rond de sorcières : du land art au naturel !

Quand Duo se pose

Ce que l'on aime au jardin c'est y cultiver des paysages parfois pour de petites scènes dans lesquelles plonge le regard comme dans ces bruyères et ces euphorbes éclaboussées de lumière qui se mêlent aux conifères.

Quand Duo se pose

Parfois c'est se sentir petit au milieu d'une allée sous les frondes de jeunes ormes Saporo Gold.

Quand Duo se pose

C'est promener le regard dans les massifs, l'attarder sur les formes et les couleurs et le lever sur les feuillages qui s'illuminent.

La clairière aux roses

La clairière aux roses

C'est découvrir de nouvelles nuances et de nouvelles lumières qu'apporte la chute des feuilles.

Le talus

Le talus

C'est voir le temps qui semble s'être arrêté sur des paysages avec des tons de photos vieillies.

Le massif de la fontaine

Le massif de la fontaine

C'est perdre pied dans les brumes des miscanthus.

Quand Duo se pose

C'est assister à la dernière parade quand les feuilles se font confettis et quand les roses dressent leurs ultimes boutons.

Quand Duo se pose

C'est poser un oeil attendri sur notre jardin bleu qui découvre là son premier automne.

Quand Duo se pose

C'est la surprise en voyant Bukavu qui trompé par le soleil se croit toujours en été.

Quand Duo se pose

Pour poursuivre ce moment de contemplation depuis la maison, rien de tel que des petites potées en violetttes et graminées.

Quand Duo se pose

Voir les commentaires

Rédigé par Duo Jardin

Publié dans #Automne

Repost0